Chapitre 7 : Soirée entre filles

13 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
Pizza Aficionado

Étant donné qu’Argenta a vécu une tragédie la nuit dernière, nous avons décidé de rester à Jadielle pour le reste de la journée et reprendre la route demain matin. Scottie a opté pour passer l’après-midi à la bibliothèque locale alors que Kylie et Férosinge voulaient s’entraîner. Nous nous sommes arrêtés à une station-service où la punk a refait le plein de sa moto et nous sommes retournés sur la Route 1 afin d’y entraîner nos Pokémon.

Il y avait quelques Dresseurs qui voulaient nous défier, alors Kylie et moi nous nous nous sommes séparées pour combattre contre ces inconnus. Mon premier match s’est terminé rapidement, lorsque mon Poussifeu était sur le point de perdre connaissance. J’ai rappelé ce dernier à mes côtés pour lancer Carapuce à la rescousse.

Ma tortue bondit en ce moment dans les airs à quelques reprises et virevolte pour parer les coups de son adversaire, qui est en fait un Dardagnan. L’abeille essaie de l’éliminer mais Carapuce est plus agile qu’il en a l’air et se protège de son mieux. Par contre, Dardagnan ne lâchera pas tant qu’il frappera mon partenaire, je n’ai pas le choix de changer de stratégie. Il faut assommer notre adversaire ! Dommage pour moi, mon œuf n’a pas encore éclos. Un Roucool aurait un sérieux avantage contre un Pokémon de ce genre.

— Carapuce, utilise Pistolet à Eau! je lance, subitement.

Lors de son bond pour se protéger du coup de dards de l’abeille, cette fois, Carapuce se met à gicler une eau violente qui repousse l’abeille tout droit dans la tronche de son dresseur. Cela a pour effet de les faire trébucher au sol. Le garçon rappelle son Pokémon et envoie par la suite un Roucoups. J’hausse les sourcils. C’est l’évolution directe du Roucool, je crois. Carapuce ne sera pas assez fort pour l’attaquer tout seul, mais je sais qu’il peut encaisser quelques coups de plus. Ainsi donc, j’en profite pour donner une potion à mon Poussifeu. Le Roucoups fonce tout droit vers ma tortue et le fait basculer sur ses pattes arrière à quelques reprises, avant qu’il ne tombe sur le dos.

Je rappelle donc Carapuce pour donner une seconde chance à Poussifeu. Mon poussin est motivé à défendre son honneur une seconde fois après sa défaite d’un peu plus tôt. Le Roucoups lance alors l’attaque Tornade vers mon bébé Pokémon qui accroche ses sers fermement dans la terre.

De son côté, Kylie vient de gagner son duel contre son adversaire et félicite Salamèche, Rattata et Férosinge pour le combat qu’ils venaient de mener. Le Dresseur qui s’était battu contre elle, s’éloigne tête basse. Je vois Kylie faire une petite danse de victoire à côté de moi, alors qu’elle se met à faire une sorte de rap dont je ne comprends pas vraiment les paroles. J’hausse un sourcil et me demande ce qui peut bien mijoter là-dedans, puis je retourne mon attention vers mon propre duel. Le Roucoups fonce sur Poussifeu, mais mon Pokémon attend le moment désigné pour que je lui ordonne de griffer son adversaire.

Après avoir échangé plusieurs coups avec mon poussin, l’oiseau par céder et mon adversaire le rappelle dans sa Poké Ball. Je me suis attendu à plus fort, pour être honnête. Peut-être était-ce un Roucoups évolué prématurément ? Peu importe, je me penche vers Poussifeu et je lui caresse la tête en guise de récompense. C’est un bon combattant. Je remercie ensuite le Dresseur qui a voulu combattre contre moi et ce dernier part rejoindre son ami.

— C’était pas mal ce que ton Carapuce a fait, remarque Kylie en rappelant tous ses Pokémon dans leurs Poké Balls, sauf son Salamèche. J’aimerai bien voir mon lézard me surprendre avec une attaque de ce genre, mais il n’a pas de carapace.

— Il faut dire qu’il a bien été entraîné, je réponds. M. Chen devait savoir ce qu’il faisait en nous offrant ses trois-là.

— Je n’ai pas encore vu le Bulbizarre de mon frangin… Dommage.

— Peut-être, mais son Qulbutoké nous a bien protégé hier. Par contre, c’est-moi ou Scottie n’aime pas combattre ?

— Ça, c’est parce qu’il ne se bat seulement que pour les combats qui en valent la peine. Il est du genre à prendre des risques calculés plutôt que de mettre ses Pokémon et nos vies en danger. Je ne l’ai jamais vu se comporter sans avoir une idée derrière la tête.

— Mouais, mais il a tiré une pierre sur le Piafabec pour le blesser, c’était vraiment stupide de sa part, même très risqué. Il aurait pu se faire blesser… pire encore, perdre un œil.

— Comme je te l’ai expliqué, il ne prend jamais de risque sauf s’il sait qu’il va s’en sortir vainqueur. Scottie est très intelligent, en fait. C’est pourquoi Qulbutoké et lui nous ont souvent sortis du pétrin depuis que nous sommes à Kanto.

Elle a raison sur ce point, Scottie et lui semblent savoir ce qu’ils font. Des combats qui en valent la peine… Je me demande où elle voulait en venir par-là. Peut-être est-ce dû au fait que son jumeau souhaitait un jour surpasser la championne d’arène, Morgane de Safrania. Si j’ai bien compris, il veut se spécialiser en Pokémon Psy, donc son Bulbizarre et son Piafabec ne font pas tellement partie de sa spécialité.

Je me demande s’il compte les entraîner autant que son Qulbutoké. Quand j’ai fouillé dans mon Pokédex un peu plus tôt, j’appris que c’était une créature psychique, ce qui explique pourquoi mon nouvel ami se sert surtout de lui pour le moment. Mais est-ce une raison pour se désintéresser des autres espèces ? Les Dresseurs monotypes m’intriguent… Mais ça, c’est un autre sujet.

Kylie de son côté, s’avance dans les herbes hautes pour combattre des Pokémon sauvages. Je l’observe en silence alors qu’elle confronte un Roucool avec son Salamèche. Je commence à m’habituer au rythme des batailles et surtout à la présence de ces inconnus qui remplacent graduellement la présence de mes domestiques au manoir. Je pensais au départ que je serais seule pour mon voyage, mais je suis très étonnée de me rendre compte du contraire.

— Alors, Estelle… commentait Kylie, Je sais qu’on nous sommes partis du mauvais pied, toi et moi, mais j’aimerai savoir… Est-ce que tu m’en veux encore pour hier ?

Elle se tourne vers moi, soucieuse de son comportement de la veille. Elle reconnait qu’elle a mal agit ; au moins elle est consciente de certains de ses gestes. Son frère a raison de dire qu’elle a un bon fond.

— Je ne peux pas dire que je t’en veux, mais je ne peux pas dire que c’était acceptable non plus, déclaré-je. Enfin… cela ne veut pas dire que je sois devenu la remplaçante de ta… euh…

Je ne veux pas en dire plus, car je sais que tourner le couteau autour de la plaie va simplement empirer les choses. Elle baisse son regard. A lire son expression corporelle, elle semble sur le point de pleurer, mais à ma grande surprise, elle lève celui-ci et réajuste sa queue de cheval habituelle. Je peux lire malgré tout qu’elle retient ses émotions, à voir le coin de l’un de ses lèvres trembler. Elle est peut-être capable de cacher ses sentiments, mais devant son frère et moi, je ne crois pas qu’elle puisse nous cacher quoi ce soit. Je commence à mieux la comprendre maintenant que j’ai passé plusieurs heures avec elle.

— Qu’est-ce que tu racontes ? dit-elle avec un rire exagéré. Je ne cherche pas à remplacer ma future femme ! Pour qui tu me prends ? Je ne suis pas du genre à tromper ma muse.

Oh Kylie… Arrête, s’il te plaît… Tu le sais très bien qu’elle est morte.

Je ressens à présent de la peine pour elle et maintenant que j’y pense, Scottie a dû passer la dernière année à vivre tout ce qui se passe en ce moment. C’est comme si Kylie vivait dans son propre monde. Je ne sais pas quoi dire pour lui faire comprendre que sa fiancée est bel et bien morte, mais ce n’est pas ma place de lui raconter ce genre de truc. Elle n’est pas dans ma vie depuis assez longtemps.

— Bien sûr que non… formulé-je. Elle doit sûrement attendre que tu reviennes avec pleins de souvenirs, n’est-ce pas ?

— Tu parles, j’ai hâte de lui montrer mes nouveaux Pokémon. Je crois que je vais aussi lui composer une chanson, ça sera trop cool ! Je crois qu’elle aimerait ça. J’ai déjà un brouillon du refrain dans la tête… Ça parle d’une folle comme moi, amoureuse d’une star !

Je l’observe qui regarde le ciel. Elle gesticule et danse sur place, comme si elle est en train de valser dans le vide. C’est une scène à la fois hallucinante et triste à voir. J’ignorais qu’elle écrit aussi des chansons. Elle a vraiment plusieurs talents cachés, cette fille.

Je crois que Scottie a bien mérité son congé. Celui-ci doit s’en donner à cœur joie de lire quoi que ce soit à la bibliothèque.

Soudain, la punk fond en larmes et se tourne vers la motocyclette afin de cacher ses larmes.

— Kylie ? questionné-je. Qu’est-ce qu’il y a ?

— Tu peux arrêter de prétendre qu’elle est vivante…

— Q…quoi ?

— Vicky est morte… Je le sais… Mon frère le sait… Tout le monde le sait… Mais je refuse de la laisser mourir… Dans mon cœur, elle est toujours vivante.

— Oh…

— Ce manteau est le sien, cette moto était la sienne, le casque que je porte est celui qu’elle m’a donné… Et chaque fois que je ferme les yeux, elle est là, dans ma tête…

Un silence de mort règne entre nous. Pourquoi donc refusait-elle d’admettre tout ça à son frère, dans ce cas ? Je ne sais pas trop quoi lui dire pour la réconforter. Je suis bouche bée. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me dise tout ça.

— Je sais, je sais… Tu n’as pas à endurer mon calvaire, dit-elle. Je t’ai fait une très mauvaise impression hier et je n’aide vraiment pas mon cas maintenant.

— Peut-être, mais toi et ton frère êtes très gentils envers moi. Je n’ai pas été élevée pour juger les gens, mais pour être ouverte d’esprit, ainsi que traiter les autres avec respect.

— Il y a ça aussi… On te regarde et des fois on a l’impression de voir une princesse sortir d’un conte de fée. Ta façon de nous parler est noble et sereine. Tu n’agis pas comme une dingue, comme moi quoi. J’ai vite compris tantôt lorsque nous étions à la pizzeria que nous venions toutes les deux de deux cercles sociaux différents… Pourtant, tu nous acceptes quand même comme potes de voyages. Je trouve ça… cool de ta part. On se fait tous à l’idée que la classe moyenne ne doit jamais embêter les gens riches et célèbres, et…

— Je suis peut-être riche, mais je suis loin d’être célèbre, je corrige en riant. Et crois-moi, la célébrité n’est pas pour tout le monde…

— Mais ton père est le président d’une compagnie aérienne, ce n’est pas rien. Ça doit te foutre une pression horrible sur les épaules.

— Mon père est mon père, je suis Estelle, ma propre personne. Mais oui, c’est vrai parfois que j’ai l’impression qu’on attend beaucoup de choses de moi, sous prétexte que je sois la fille d’un milliardaire.

Elle se met à rougir, puis me sourit.

— Tu sais quoi ? me dit-elle. Je me suis trompée à ton sujet, sur toute la ligne. Tu es cool. J’aurais aimé qu’on se rencontre sur de meilleurs termes. Je vais essayer de m’améliorer pour la prochaine nana.

Moi ? Cool ? Nah, je suis la définition de l’ennui mortel. Toutefois, j’apprécie qu’elle s’ouvre un peu plus à moi. Ça démontre que je suis digne de sa confiance. Ça tombe bien, j’ai besoin d’amis.

Elle me demande alors si elle peut prendre Poussifeu dans ses bras, puisque je suis occupée à tenir l’œuf de Roucool dans mes bras. J’hoche de la tête, puis elle se penche vers mon poussin, pour taquiner ce dernier. Elle embarque ensuite à bord de la moto et tapote mon siège. Mon poussin bondit à mes pieds et je mets ma ceinture comme je commence à en prendre l’habitude.

Quelques minutes plus tard, nous sommes de retour au Centre Pokémon de Jadielle. Elle gare la moto au parking et je débarque de mon siège avec aisance. Par la suite, nous nous rendons à l’intérieur du bâtiment afin de faire soigner nos Pokémon. Scottie est déjà de retour de sa visite de la bibliothèque. Il a changé ses vêtements pour quelque chose de plus chaud. Un chandail de laine rouge et un pantalon de nuit bleu foncé.

Ce soir-là, il a été décidé à la dernière minute que je dormirai dans la même chambre que Kylie. Son frère souhaite être seul pour lire un livre acheté dans une boutique, alors nous lui avons laissé ma chambre. Je ne suis pas vraiment à mon aise de partager un dortoir avec une autre fille, surtout pas avec une… um… enfin, une lesbienne. Elle ne va pas me sauter dessus, je sais… Je divague…

Notre diner est très intéressant, nous avons tous trois décidés de commander un repas plus complet que ce que nous avons mangé pour le déjeuner. Pommes de terre en purée, steak et sauce, dessert et jus. La viande était bien épicée, mais je trouve celle-ci un peu trop cuite. Nos Pokémon ont tous eu droit à des salades de fruits et des bols d’eau. Une fois notre festin terminé, il est temps pour nous de nous préparer afin d’aller nous coucher.

Après une douche rapide, je retourne dans ma chambre, puis je remarque que Kylie a mis un film dans le lecteur DVD qu’elle a loué pour la nuit, au comptoir.

Je n’ai pas encore eu la chance de discuter avec son frère, à propos de la conversation intéressante que nous avions eu à propos de son ex. Et dire que je m’étais promis de ne pas me mêler de leurs drames personnels… En tout cas, maintenant je sais que je suis coincée dans cette histoire, que je le veuille ou non. Kylie semble se sentir mieux, même si je sais que dans le fond, elle essaie de dissimuler sa tristesse.

Elle se tourne vers moi et me propose de partager ses écouteurs avec elle, je ne sais pas trop quel film elle visionne, alors j’hésite un peu. Elle roule des yeux, puis me dit :

— Ne me dis pas que tu n’as jamais entendu parler de la biopic de la fameuse Cynthia… ? C’est l’une des plus grandes Dresseuses de toute l’histoire de Sinnoh.

— Une bio…quoi ? demandais-je.

— Un film biographique, me dit-elle. Bon sang, Estelle, qu’est-ce qu’on t’a appris chez toi ?

— Euh… Pardon, je ne suis simplement pas familière avec certains termes…

— Tsk, tsk ! Viens, j’en suis au passage où elle reçoit son tout premier Pokémon !

Je me dis que je n’ai rien de mieux à faire, alors je vais m’asseoir à côté d’elle après avoir rangé mes affaires. Mon œuf dans mes bras, je passe l’écouteur à mon oreille et visionne le film en question avec elle. Je constate qu’ils ont bien choisi l’actrice pour incarner la jeune femme. On voit des images de la véritable Cynthia apparaître à chaque moment important du film. Les combats et les effets spéciaux sont intenses, j’en ai le souffle coupé. Une fois le générique terminé, je réalise que je m’attends à voir d’autres scènes après les dernières.

— Ce réalisateur est un génie ! je m’exprime en clignant des yeux.

— Tu parles ! dit ma colocataire de chambre. Il parait que les combats de la véritable Cynthia sont tout aussi intenses. Mon rêve est de la rencontrer un jour et de la combattre à la Ligue Pokémon de Sinnoh. Entretemps, j’espère devenir la Maîtresse de Ligue de Kanto…

— Elle a de la classe, c’est clair… Mais la puissance de ses Pokémon doit être surprenante.

Kylie passe une main dans sa chevelure avant de poursuivre :

— La rumeur coure qu’elle a fait ses débuts en tant que musicienne ou bien styliste, mais ça n’a pas été inclus dans le film.

— J’aimerai bien rencontrer cette femme et lui poser plein de questions…

— Moi de même. C’est ce qui est cool avec les Dresseurs connus, on a tant envie d’apprendre leur cheminement et de partager nos aventures avec eux… Ils sont si inspirants! Vicky et moi, on rêvait toutes les deux de devenir ce genre de Dresseuses, un jour. Mais bon, puisqu’elle n’est plus vraiment des nôtres, je compte vivre ce rêve pour nous deux. Je crois que c’est ce qu’elle voudrait que je fasse.

Je tourne mon regard vers elle et observe son expression résolue lorsqu’elle parlait de son ex-fiancée. J’apprécie qu’elle me parle un peu plus de son histoire avec Victoria, mais je n’ai pas envie qu’elle se blesse. Si ça lui permet de rester saine d’esprit, autant la laisser parler.

Je me déplace à mon lit, Kylie commence à avoir sommeil et demain nous sommes supposés prendre la route pour la forêt de Jadielle. Je songe passer au marché afin de m’acheter quelques Poké Balls et d’autres potions à mettre dans mon sac. Poussifeu est déjà endormi sur notre lit. Je suis déjà en pyjama, puisque je l’ai enfilée après ma douche. Mes autres vêtements étaient en train d’être lavés alors que je visionnais le film, donc je dois en déduire qu’il est temps pour moi d’aller les sécher à la buanderie.

A mon grand étonnement, lorsque je suis arrivée dans l’autre pièce, je vois Scottie qui lave ses propres vêtements, le nez toujours planté dans son nouveau bouquin. Décidément, il aime la lecture…

Comme toujours, l’œuf ne m’a pas quitté.

— Tiens, te voilà toi, me dit-il. Comment ça se passe entre vous ?

— Elle me semble beaucoup plus… ouverte.

— T’a-t-elle parlée de Vicky ?

— Entre autres… Mais je crois qu’elle est sur la bonne pente.

— Où veux-tu en venir ?

— Elle n’est plus dans la phase du dénie, si c’est ce que tu veux savoir.

Il hoche de la tête et sourit. Il retourne à sa lecture alors que je mets mes vêtements à sécher. Sans rajouter quoi que ce soit, j’ai plus ou moins compris qu’il y a certaines choses que la famille ne peut pas régler par soi-même. J’ai donc été pour les jumeaux l’élément déclencheur d’une certaine guérison. Je ne suis pas une experte en psychologie, mais mes nombreuses associations avec les amis et l’entourage de mon père m’ont permis de reconnaître plusieurs occurrences de ce genre. De ce fait, Scottie n’aurait peut-être jamais pu aider sa sœur tant qu’elle ne s’était pas ouverte avec un étranger.

Alors que j’étais plongée dans mes pensées, mon œuf s’est mis à vibrer… puis craquer.

— Scottie, regarde ! Il va naître ! m’exclamé-je, émerveillée.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
81
90
1
0
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
2471
4627
445
248
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
74
48
60
29

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0