Chapitre 3 : Le premier duel

13 minutes de lecture

Estelle, 16 ans
Dresseuse énervée


Après que le Professeur Chen se soit éloigné pour aller brancher les Pokédex de ses apprentis à son ordinateur, il se rend dans une pièce voisine où il cherche mon propre ordinateur portatif. Je me tiens face à la jeune femme qui m’a déjà manqué de respect deux fois, durant la dernière demi-heure. Elle a l’air de se ficher de toutes formes de politesse. Son frère est embarrassé par le comportement de celle-ci, mais est tout aussi intimidé en ma présence.

— T’as finie de me regarder comme ça ? me dit la dame, vexée.

— Pourquoi ? Est-ce maintenant que tu prends la fuite comme une poule mouillée ? Assume les conséquences…

— Je suis toujours là, que je sache !

— C’était quoi cette idée de me draguer comme ça, tu ne sais même pas si je suis lesbienne ou non ?! C’était vraiment con comme première impression. Fais-moi le plaisir de ne plus m’adresser la parole…

— C’était une blague… Je voulais faire rire mon frère…

— Je n’ai pas trouvé ça marrant, dit Scottie.

— Va te faire soigner, dis-je en fronçant des sourcils.

Elle croise les bras et ne répond pas à mon insulte, elle préfère attendre pour son patron en compagnie de son frère. Je n’arrive pas à la cerner. Elle ne prend rien au sérieux. Elle me drague comme ça, prétend que c’est une blague, ni son frère ni moi n’avons trouvé ce geste drôle. Elle s’emmerde alors elle s’est prise pour le nombril du monde et m’a fait vivre ce calvaire…

Pour une première expérience avec un autre Dresseur, je suis franchement déçue. Il faut croire que même chez eux, nous avons droit à des malades mentaux… Pas que je veuille manquer de respect aux véritables malades mentaux, mais cette femme me rend folle ! Mon père a longuement souffert de dépression, alors je ne devrais pas me moquer. Je reste silencieuse pendant quelques minutes, jusqu’à ce que le professeur refasse surface depuis le bureau. Il tient entre ses doigts un Pokédex tout neuf, similaire à ceux de Kylie et Scottie.

Poussifeu penche sa tête d’un côté. Il ne comprend pas ce que c’est.

— Voilà qui devrait faire l’affaire, dit le professeur qui me passe le boitier rouge. Cet ordinateur portatif est équipé pour reconnaître les races que tu rencontreras et t’aidera à mieux comprendre ce qu’ils sont et comment ils attaquent leurs adversaires.

J’hoche la tête en ouvrant le boitier, et j’observe tous les boutons, ainsi que l’écran. L’appareil est léger et peut glisser facilement dans l’une de mes poches ou bien mon sac à dos. Pendant ce temps, le vieil homme s’avance vers son bureau pour ramasser les Pokédex des jumeaux. Même si je voulais quitter les lieux, M. Chen semble vouloir me parler davantage, alors je reste sur place tout et opte de garder silence.

— Maintenant que vous êtes ici tous les trois, j’aimerai en profiter pour vous faire une requête, dit-il. J’ai ici trois Pokémon qui n’ont pas encore eu la chance de connaître un dresseur et ils commencent à dépasser l’âge normal pour être donnés. Puisque leurs parents pondent des œufs à tous les mois, je me suis dit que je pourrais me permettre de vous les offrir… Il y a Bulbizarre, Carapuce et Salamèche.

Ah bon ? Il souhaite nous offrir un Pokémon ?

Brusquement, Kylie s’avance et hoche la tête en souriant. Elle ramasse une Poké Ball au hasard et ouvre celle-ci. C’est un Salamèche. J’ai déjà un Pokémon de type feu, alors je ne vois pas l’utilité d’en prendre un du même élément… Seulement, je fusille la jeune femme du regard, tellement elle est impatiente et mal élevée. Son frère me regarde, gêné et pointe la table où se trouvent les deux dernières Poké Balls. Je comprends qu’il veut que je choisisse avant lui. Au moins, lui est beaucoup plus respectueux que son idiote de sœur. Je ramasse une Poké Ball de manière aléatoire et ouvre celle-ci. A mes pieds apparait un Carapuce en pleine forme qui sautille gaiement quand il me voit.

Scottie a donc hérité du Bulbizarre. Il n’a pas l’air de s’en plaindre.

— Est-ce que je peux… partir maintenant ? je demande, timidement. Ai-je quelque chose à signer ? Enfin… pour ce Carapuce…

— Ça ne sera pas nécessaire, dit le professeur. Je suis simplement heureux de vous confier ces Pokémon. Kylie et Scottie ont déjà faits leurs preuves en tant que dresseurs. Puisque tu es une jeune femme responsable et organisée, je suis certain que Carapuce sera à son aise avec toi. Qu’en dis-tu ?

— Si vous... insistez, ajouté-je, gênée.

— Allons, petite. Ton père et moi sommes de bons amis. Je te suggère de faire route pour Argenta où tu pourras combattre contre le Champion d’arène. Après quoi, celui-ci pourra t’aider à forger ta voie à travers Kanto. N’hésite pas à agrandir ton équipe, entretemps !

Argenta… Je connais cette communauté. C’est au nord de la cité de Jadielle, après la vaste forêt. Je me suis rendu là-bas quelques fois avec Papa pour des soirées au musée. J’étais plus jeune à l’époque et je ne connaissais pas trop les bâtiments. Je me souviens avoir été fascinée par les pierres lunaires et les statuettes historiques. Je m’imaginais devenir archéologue, à la recherche de trésors enfouis sous les mers ou bien dans les temples. J’ai passé une éternité à lire des livres d’aventures et d’action, pour graduellement passer à des choses plus sérieuses : comme les romans policiers ou bien de la fiction basée sur des faits réels. Je lisais normalement ces œuvres tout en étant accompagnée par de la musique classique ou bien du jazz.

J’imagine que d’ici quelques années, je vais continuer ce genre d’activité avec un verre de vin dans une main, comme toutes les grandes dames de la haute société… Enfin, non, ce n’est pas vraiment mon style. Je crois que je serai plutôt du genre à passer du temps dans des soirées caritatives, à donner de ma fortune aux pauvres, plutôt que de passer tout mon temps à me plaindre dans mon manoir que je ne suis qu’une milliardaire aigrie et méchante. Bien entendu, j’ai une imagination fertile qui n’a aucune limite… toutefois… Je dois admettre que la réalité n’est pas si moche que ça.

Je rappelle mon nouveau Pokémon dans sa Poké Ball et j’attache cette dernière au manche de mon sac à dos, tout en dessous de celle de Poussifeu. Je sens que je vais beaucoup me servir de ce sac, durant les mois qui suivront… J’ai déjà hâte de partir d’ici.

— Argenta me semble le parfait objectif pour moi, je déclare avant de hocher la tête. Enfin, si on ajoute Carapuce, je ne risque pas de perdre.

— Il faudra d’abord t’entraîner, dit le Professeur Chen. Pour cela, tu devras t’aventurer sur les routes et combattre des Pokémon sauvages et même des Dresseurs. Au fil du temps, tes Pokémon et toi finirez par vous habituer au rythme des combats et serez capables de confronter les Champions d’arènes.

— C’est quand même tout nouveau pour moi… Est-ce qu’il y a un Centre Pokémon au Bourg Pallet? Je compte me louer une chambre pour la nuit.

— Il y en a un, dit Scottie. C’est là où nous dormons depuis notre arrivée. Les chambres sont gratuites pour les Dresseurs.

— Ah bon ? dis-je en me tournant vers lui. Voilà qui m’aide beaucoup.

Kylie jette un regard noir à son jumeau. Cette fois, c’est lui qui l’embête. Il ne semble pas s’en faire pour la réaction de celle-ci. Quelque chose me dit que ces deux-là s’entendent comme Caninos et Miaouss. Peu importe. Ce n’est pas mon problème, mais le leur…

— Merci beaucoup, professeur, j’exprime au scientifique. Je vous contacterai si jamais j’ai besoin de vous parler.

Inutile de lui demander son numéro de téléphone, il est déjà dans mon smartphone et aussi inscrit dans le boitier du Pokédex. A vrai dire, je souhaite prendre la poudre d’escampette à cause de cette punk. Monsieur Chen lui-même ressent une tension entre nous. Il ne désire pas s’en mêler. Je ne serai même pas surpris qu’il décide de congédier celle-ci après que j’aie le dos tourné.

Alors que je me déplace vers la porte de sortie, Kylie m’interpelle :

— Attends !

— Qu’est-ce que tu me veux ? je demande froidement.

— Je veux te battre en duel !

— Désolé mais je ne combats pas avec des truies.

Scottie éclate de rire alors que sa sœur se retient pour ne pas m’en coller une. Tant pis pour elle, elle l’a bien cherché.

— Normalement, un duel ne se refuse pas lorsqu’on est inscrit dans la Ligue, dit le professeur Chen. C’est la règle. Tu peux déclarer forfait, mais tu ne peux pas fuir. Si tu déclares forfait, ça commence mal pour toi parce que cette information sera enregistrée dans ton Pokédex. Les gens qui travaillent dans la Ligue prennent toutes ces informations en compte. Si j’étais toi, j’accepterai ce match.

— Alors, je déclare forfait, déclaré-je à voix haute en tournant mon regard vers mon sac à dos. T’as compris le message, Pokédex ?

Estelle Markios a perdu le match contre Kylie Sanders, déclare la voix de l’ordinateur portatif.

— Non mais c’est quoi ça !? Tu te dégonfles !? grogne la jeune femme.

Je préfère ne rien dire, puis je sors du laboratoire après avoir salué le professeur et Scottie. Poussifeu me suit rapidement alors que j’essaie de garder mon sang froid. Une fois à l’extérieur, je presse le pas pour m’éloigner du bâtiment. Je n’ai pas envie de croiser le regard de cette demoiselle mal élevée, encore une fois. Pourtant, j’ai le malheur de la revoir dans mon champ de vision ! Elle se planque devant moi et fait apparaître son Férosinge de sa Poké Ball.

Je constate que son frère est en train de sortir par la porte des employés du laboratoire. C’est de là où ils viennent. Nous sommes sur le trottoir, il n’y a pas une voiture à l’horizon, ni même un passant.

— Je ne te laisserai pas tranquille tant que je n’aurai pas ce duel ! grogne la punk. C’est pas cool ce que tu me fais !

— C’est du harcèlement, insistai-je. Comptes-tu finir tes jours en prison ? Un simple numéro chez mon avocat et je…

— Non mais arrête ! Je t’ai dit que c’était une blague !

— Et ton frère n’arrête pas de me dire que tu te comportes comme une imbécile. Rends-moi service et dégage de ma vue…

Férosinge semble aussi agressif que sa maîtresse. Il se croise les bras et souffle de l’air chaud de ses narines. Il défie mon Poussifeu du regard.

— Ouais, mais ton comportement me fait penser à une petite bourgeoise qui ne sait pas s’amuser, me lance aussitôt Kylie. Même tes fripes sont pour les nanas des quartiers chics ! Je parie que tu n’as mêmes pas un seul ami avec ton comportement de merde !

— Oh, alors tu veux jouer à ce petit jeu avec moi ? Très bien… Poussifeu, massacre-moi ce Férosinge, tu veux ?!

Oh mince. Je me suis fait avoir. Elle m’a carrément provoqué en duel. Elle a réussi son coup. Je suis furieuse et je veux lui démolir le portrait. Mon bébé Pokémon s’élance alors de mes bras et se met à courir en direction de Férosinge. Kylie lui lance un ordre que je n’ai pas compris, puis le singe au nez de cochon se met à donner des coups de griffe à mon Poussifeu. Mon poussin lance un cri de guerre avant de donner ses propres coups de griffe à Férosinge et ça continue un moment jusqu’à ce que les deux Pokémon se séparent, attendant nos prochains ordres. Poussifeu a le souffle haletant alors que Férosinge semble en contrôle de sa propre respiration.

— T’es contente ?! je hurle de rage. T’étais obligée de te conduire comme en garce pour me provoquer ? Tu vas en baver !

— Je rêve… Elle ose me faire la morale, dit-elle pour elle-même.

— Tu aurais pu me demander ce duel poliment plus tôt au lieu de me traiter comme un vulgaire morceau de viande, j’aurais acceptée ! Mais au lieu de ça, tu t’es jetée sur moi comme une bête !

— Elle marque un point, dit Scottie qui haussa des épaules. Mais je suis désolé de te l’apprendre, mais ma sœur est cinglée. Quand elle a une idée derrière la tête, elle ne se retient pas pour y aller jusqu’au bout. Encore une fois… désolé…

— Au fait, t’as même pas eu l’audace de te présenter, dit Kylie, d’une voix menaçante. C’est ton idiot de Pokédex qui a fait tout le travail pour toi. Comme si tu pensais supérieure à nous…

Elle poursuit cette phrase en donnant un ordre à son Férosinge qui jette un regard noir à Poussifeu. Celui-ci recule de peur et semble déstabilisé. Je n’ai compris cet ordre, trop envahie de rage pour comprendre qu’il vient d’affaiblir les défenses de mon Pokémon. La seule attaque qui me vient à l’esprit, c’est un coup de griffe bien placé.

— Poussifeu ! Attaque Griffe ! je hurle en y mettant toute mon énergie.

Rapidement, mon partenaire se ressaisit et fonce vers le Férosinge pour l’égratigner si violemment que notre adversaire recule vers sa maîtresse et se cache derrière elle. Kylie rappela le singe dans sa Poké Ball et sort aussitôt son Salamèche. Je rappelle mon Poussifeu pour sortir Carapuce. J’examine alors mon Pokédex et le pointe vers ma tortue en appuyant sur le bouton des informations pratiques.

— Ce Carapuce connait l’attaque Charge, commente mon ordinateur portatif, l’attaque Mimi-Queue et l’attaque Pistolet à Eau. Ce Carapuce est en parfaite santé.

Kylie semble avoir fait le même truc que moi avec son propre Pokédex, puis ordonne à son Salamèche de lancer l’attaque Flammèche à mon Carapuce, suivit d’un l’attaque Griffe. Elle est déterminée à me battre, même si ça ne doit pas être franc-jeu.

— Carapuce, utilise Pistolet à Eau ! je lance aussitôt.

Les flammes du Salamèche s’éteignent en plein vol vers mon Pokémon. La tortue encaisse alors un coup de griffe en rentrant sa tête dans sa carapace. Une fois la seconde attaque du Salamèche terminée, je jette un regard mauvais à la punk et lui fait un petit sourire moqueur. J’ai la certitude qu’elle va perdre.

— Autant t’arrêter maintenant, remarque Scottie à sa jumelle. Tu sais très bien que l’eau est plus forte que le feu. Tout comme Estelle, tu n’as que deux Pokémon avec toi.

— Grrr… Tu as raison. Je déclare forfait dans ce cas.

— Ah bon ? je formule, amusée. C’est nul, j’aurais aimé voir ta sale tronche en pleine défaite.

— J’ai déjà perdue, que veux-tu de plus… Putain, j’ai honte…

— Tu pourrais au moins lui présenter des excuses, dit son jumeau.

— Ça, jamais, réplique Kylie. Cette gosse de riche paumée n’a pas méritée mon respect.

Pincez-moi si je rêve ! Elle dit que je n’ai pas mérité son respect ? Mais quel culot ! Je rappelle Carapuce dans sa Poké Ball. Ensuite, je le remercie pour ce combat en embrassant la petite sphère métallique. La pauvre tortue a bien mérité son repos. Poussifeu, quant à lui, est tout ébouriffé et va avoir besoin d’un coup de peigne après quelques soins. Viens-je de rencontrer ma première rivale ? Peut-être suis-je destinée à combattre cette peste encore et encore jusqu’à ce que nous nous rendions en final dans la ligue de Kanto… ? Qui sait, dans le fond ? Je ne peux pas prédire l’avenir. Je me délecte de cette victoire alors que j’observe son expression négative.

C’est alors que je me rends compte que pour la toute première fois de ma vie, j’ai mené un combat de Pokémon par moi-même et que j’ai défendu mon honneur sans même demander de l’aide à personne. Enfin, ces Pokémon sont mes partenaires et je suis supposée les entraîner, mais cette fois, je n’ai pas eu besoin d’aide de mon père, ni de mon garde du corps pour me défendre. Je dois avouer que c’est une agréable sensation. Je savoure cette victoire.

Kylie me fait le doigt d’honneur, puis se retourne avant de s’en aller en pressant le pas. Elle avait une sale expression au visage lorsqu’elle m’a tourné le dos. Je souris, puis mon expression change à une triste mine lorsque je vois que son frère ne la suit même pas. Il semble vouloir me dire quelque chose, mais s’en sent incapable. Finalement, il abandonne toute tentative de dialoguer avec moi, puis me salue avant de suivre sa sœur, la tête basse. Je me gratte la tête, intriguée par ce qu’il tentait de me dire. Sa timidité est beaucoup plus encourageante que l’hostilité de sa jumelle, néanmoins.

Je remarque que le soleil commence à se coucher à l’horizon. Le ciel se couvre déjà de couleurs orangées, au loin. C’est l’heure pour moi de me rendre au Centre Pokémon. Il est temps pour moi d’aller dîner et de me louer une chambre pour la nuit. Là-bas, je demanderai à ce qu’on s’occupe de mes Pokémon blessés et j’aurais l’esprit tranquille jusqu’à demain. Du moins, je l’espère…

Lorsque je mets les pieds à l’intérieur du dit bâtiment, je constate avec émerveillement à quel point cet endroit était aussi équipé que le laboratoire du Professeur Chen. Des machines partout, des bancs pour les Dresseurs, et des ordinateurs par-ci, par là. Il y a déjà une vingtaine de jeune gens qui trainent près de la réception. Dois-je en déduire que ce sont tous des voyageurs ou bien des citoyens du Bourg Pallet ? Voilà qui est intéressant…

Alors que je m’approche du comptoir pour m’entretenir avec l’une des infirmières, je ressens une main se poser sur mon épaule. Je me tourne aussitôt pour me retrouver face à face avec Scottie. Celui-ci m’a retrouvé. Il m’offre un soda.

— J’aimerais te parler le plus tôt possible, me dit-il, aggravé.

Annotations

Recommandations

Kentyn
Enfin Haïkus il n’y en a pas beaucoup... plutôt mokis et bribes poétiques libres..
81
90
1
0
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
2471
4627
445
248
ElliePyroFire
Kali mène une vie qui devient pesante. À travers ses souvenirs, la jeune femme revit ses traumatismes et tente de s'accrocher, d'avancer en espérant que son cauchemar se termine enfin...
(Inspiré de faits réels)
74
48
60
29

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0