Inspiration

Une minute de lecture

 Cette nuit, je n'ai rien à dire, ou presque. Je me suis pourtant imposé ce rituel... Si on ne commence pas à se dévier, on glisse le long de la pente. Mais se pousser inconsidérément, c'est se jeter dans les orties. Savoir se bouger, c'est savoir ouvrir des portes. Or parfois on ouvre et on ne trouve rien... Sans doute que quand un tiroir est vide, c'est qu'un autre est plein ; et cependant si c'est le tiroir vide qu'on a ouvert, c'est peut-être qu'on ne devait pas tomber sur le tiroir plein. Qui sait s'il n'est pas en train de mûrir et de fleurir ? de grâce ! ne laissez pas trop longtemps l'oisillon dans le nid mais ne lâchez pas l'oeuf du haut de la falaise ! Il ne faut pas clore ce qui s'apprête à éclore !
 J'ai récemment proposé à un professeur une adaptation de l'image du fleuve qu'il nous avait relatée à propos de l'art contemporain. Celle-ci disait que le fleuve dépendait de sa source ; et ainsi - je raconte de mémoire -, qu'une fois la source tarie il est vain de rester aux berges du fleuve : que c'est à la source que tout se joue. Je lui proposai donc la réflexion que s'il n'a pas de berges, si le terrain est absolument plat, le fleuve s'étale, s'évapore et disparaît. Qu'ainsi l'art consiste à aménager les berges, le terrain, pour ne pas perdre l'eau, ni frustrer la source, et pour assurer ainsi la réalisation de ses potentialités, pour assurer le cours du fleuve.
 Pourtant, c'est assurément un poète de ressources plutôt que de canaux, de chaos que d'ordre, qui parle !...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Vingt Quatre

Mon amour, ma vie, mon rocher
Là, l'âme exposée au doux rythme
Des vagues qui fuient au levant
Las du chaos, le vent m'abîme
Sans que je puisse respirer
Sentir la ramure dorée
De l'âtre jaune au firmament
Regarde-le comme il se vrille
Des embruns salés et volants
Tournent autour de moi, m'habillent
Se dérobent en gouttes d'or
Et mon coeur de pierre vacille
Quand tout s'éteint et que tout dort
Les sillons d'eau à crêtes blanches
Gorgent l'océan de bleuets
Sur l'horizon le ciel s'épanche
Et laisse tomber ses reflets
3
0
1
0
Plume d'ébène
Exercices d'écriture réalisés lors d'ateliers de CATTP.
8
1
10
9
Tristan Kopp (The old one)
Petite nouvelle à l'humour grinçant. Si vous aimez, réagissez. Si vous n'aimez pas... faites de même !
31
18
0
3

Vous aimez lire RêveurSolitaire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0