Petite pensée d'un voyageur timide

Une minute de lecture

 Serions-nous au Crépuscule de l'humanité ? Soulagement pour certains, malédiction pour moi. Car il suffit de le penser pour le rendre vrai : il n'y a d'horizon que celui qu'on creuse.

 Alors, nous n'avons plus besoin de voyageur, le monde est déjà exploré, les cartes tracées, et ce qui nous échappe nous échappe absolument - des années-lumière entre nous. Nous évitons ainsi la guerre des mondes...

 Alors, il n'est plus besoin de chevalier. Dans un monde en paix, en tout cas un monde protégé, l'épée devient une incongruïté, une relique, comme la galanterie devenue superflue, désuète. Faudrait-il sauver la veuve et l'orphelin, nous serions à la merci du bushido, l'avenir serait incertain, la quête serait difficile - but that's a sadder story... Mais l'avenir politique se contracte, se définit peu à peu ; plus besoin de héros, d'utopie, sinon une utopie qui ne serait pas utopique...

 Alors nous n'avons plus besoin de poète, de philosophe - pourquoi des philosophes ? La science explique tout, ne reste qu'à tirer les conséquences. L'usage de la calculatrice devient autorisé jusque dans les copies de bac de philo. "Expliquer"

 - Mais quand nous sommes au Crépuscule de la Fondation, que nous dit la calculatrice...?

 Nous sommes sans doute au Crépuscule du monde, où fleurit la mémoire et s'épanouissent les mythes. Les grands faits deviennent des récits, ils s'étalent sur nos écrans lumineux, ils coulent le long de nos écouteurs ; nous sommes des nains adossés à nos fenêtres, et nous pouvons être géants de ce que nous voyons, quand nous ouvrons les yeux. Ouvrir l'oeil avant d'avancer la main, afin d'avancer une main ouverte et humaine. Nous sommes au Crépuscule du monde : notre plus belle vertu est alors la mélancolie. Savons-nous ainsi infuser notre quotidien, savons-nous le ritualiser, pleins que nous sommes de notre mémoire et de nos arts et de notre science et de notre philosophie ? savons-nous changer le crépuscule en aube ?

 Hublot dans l'espace

 Je suis les déclinaisons

 De son oraison

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vingt Quatre

Mon amour, ma vie, mon rocher
Là, l'âme exposée au doux rythme
Des vagues qui fuient au levant
Las du chaos, le vent m'abîme
Sans que je puisse respirer
Sentir la ramure dorée
De l'âtre jaune au firmament
Regarde-le comme il se vrille
Des embruns salés et volants
Tournent autour de moi, m'habillent
Se dérobent en gouttes d'or
Et mon coeur de pierre vacille
Quand tout s'éteint et que tout dort
Les sillons d'eau à crêtes blanches
Gorgent l'océan de bleuets
Sur l'horizon le ciel s'épanche
Et laisse tomber ses reflets
3
0
1
0
Florian Pierrel Officiel
Qui nous dirige ? telle est la question ?
Bienvenue à la société de l'argent où jalousies et richesses détruisent des vies par des voleurs, des histoires bêtes exectera je vous laisse dont imaginer.
7
28
17
2
Défi
Léonie Rude


Sur toutes les lèvres un seul mot : Liberté.
Que brillent nos étoiles toutes de rouge teintées,
Rouge comme le sang qui couvre nos drapeaux
Resplendissante telle la faucille et le marteau.
1
0
0
0

Vous aimez lire RêveurSolitaire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0