Des faces A, des faces B

Une minute de lecture

"Des visages, des figures
Dévisagent, défigurent
Des figurants à effacer
Des faces A, des faces B"

(ND)

 Minute papillon : où est ton sérieux, où sont tes devoirs ? - J'étais caché dans l'armoire où je suspends des personnages qui y prennent la poussière. Dans l'ombre de l'ombre, j'alignais les caractères pour former Heisei Seiya. - Et ce n'est pas son vrai nom.

 Tu parles de toi-même, mais j'attends pour te connaître que tu te taises, j'attends que se manifeste ce que tu ne dis pas. J'appelle cela la siloquence. Tu te montres ta face A, mais ce qui m'intéresse est ta face B.

 Tu nous apprends le mystère, lune, en te montrant si réservée, telle la fleur du Petit Prince. Walking on the moon : ce n'est jamais qu'un rêve.

 Comme la lune assure le relai, l'écran fait écran. Et tableaux, et fiches, et calculs... Comme jouant à s'enrôler dans l'armée des fonctionnaires. - Pourtant c'est d'autant plus amusant que c'est laborieux. À travers la distance, à travers l'oreillette, à travers Skype, à travers Onedrive ; à travers la bouche, à travers la voix, à travers le regard ; à travers Facebook, à travers Messenger, à travers mon portable ; que de médias, que de voies, que d'informations, que d'extériorité. Visages et figures se succèdent, et les moods s'alternent. Enthousiasme, amicalité, pression, rires, pression, expression sévère, expression avenante, grondé et complimenté. La routourne est bien embrouillée.

 Alors, au seuil de la nuit, ne sachant faire le bilan, ne sachant que dire, tournant et retournant la carte, je la pose, et je n'ai plus qu'à me retourner moi-même, retrouver ma face cachée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vingt Quatre

Mon amour, ma vie, mon rocher
Là, l'âme exposée au doux rythme
Des vagues qui fuient au levant
Las du chaos, le vent m'abîme
Sans que je puisse respirer
Sentir la ramure dorée
De l'âtre jaune au firmament
Regarde-le comme il se vrille
Des embruns salés et volants
Tournent autour de moi, m'habillent
Se dérobent en gouttes d'or
Et mon coeur de pierre vacille
Quand tout s'éteint et que tout dort
Les sillons d'eau à crêtes blanches
Gorgent l'océan de bleuets
Sur l'horizon le ciel s'épanche
Et laisse tomber ses reflets
3
0
1
0
Plume d'ébène
Exercices d'écriture réalisés lors d'ateliers de CATTP.
8
1
10
9
Tristan Kopp (The old one)
Petite nouvelle à l'humour grinçant. Si vous aimez, réagissez. Si vous n'aimez pas... faites de même !
31
18
0
3

Vous aimez lire RêveurSolitaire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0