Seul sur le ring

23 minutes de lecture

Liam

La veille.

- T'es vraiment un connard ! Putain mais elle a raison Liam !! Je t'avais pourtant dit de ne plus l'emmerder avec ton sale caractère de merde ! hurle-t-il de plus belle dans le combiné du téléphone. Mais c'est quoi ton problème à la fin ! Non ne réponds-pas ! m'ordonne-t-il hargneux. Je sais très bien ce qu'il t'arrive, tu me saoules ! Je vais encore devoir rattraper tes conneries, tu me fais chier Liam merde !

***

Il a raccroché, et n'a plus jamais répondu à aucun de mes appels depuis. Mais pas besoin d'entendre le son de sa voix pour lui dire le fond de ma pensée, des mails et des sms ont parfaitement fait l'affaire. Je dois simplement trouver de quoi le convaincre que j'ai raison, même si hier, j'ai eu tort, je l'admets. Je me suis laissé aveugler par mon besoin qu'elle sorte définitivement de nos vies, et j'ai sauté sur toutes les occasions qui se sont présentées à moi sans faire la part des choses. Sans aller au fond des choses, pour la première fois depuis longtemps. Je me suis contenté de la première version qui est arrivée à mes oreilles, sans mener d'enquête. Mais je ne renonce pas pour autant, cette fille doit bien avoir des cadavres de bourdes quelque part, il faut juste que je les déterre d'ici à ce qu'Ethan arrive au bureau. C'est à dire dans quelques heures à peine. Il était en déplacement toute la journée mais m'a promis une raclée d'anthologie, et que je n'avais pas intérêt à aller me planquer quelque part. Comme si c'était mon genre de fuir. Bon, okay... passons. J'ai déjà vérifié quatre fois dans son ancien bureau, ainsi que dans son ordinateur, "tout est clean". Ce sont les mots du technicien informatique à qui j'ai demandé de fouiller, après l'avoir fait moi-même trois fois. La quatrième, c'était lui. Bon, l'étape suivante, c'est la comptabilité. J'attends le retour de son dossier avec ses notes de frais. Elle est partie plusieurs fois en déplacement, dont cinq jours avec moi. Et si d'habitude je laisse passer les dérives sur les notes de frais que me signalent les comptables et en particulier celles qui se produisent lors des déplacements, cette fois, je serai intransigeant. Et j'ai hâte de voir ce qu'elle s'est fait rembourser, celle-là. Elle est bien du genre à profiter du room service et à se faire livrer des orgies de bouffe juste par principe, comme le font la plupart des assistantes d'Ethan généralement. Parfois, cela va plus loin - et pas que de la part des greluches qu'il emploie - : spa, massages, achats pharamineux dans les parfumeries des hôtels. Une a même acheté des fringues de marques sur le compte de la boîte, puisque tout ce qui est mis sur les chambres est directement payé par la société. Pas de note de frais, pas de fric à avancer par la croqueuse d'argent. Cette fois je la tiens, c'est certain !

Fort de cette nouvelle réalité et de la tournure que prennent les choses, je m'affale dans le canapé de mon bureau en scrutant ma montre comme si j'étais un lycéen à son premier rancard. Il n'est que dix-sept heures. Je ne vais pas harceler la compta avant une heure au moins. Je prépare des dossiers, fais venir plusieurs fois Aaron qui semble faire la gueule aujourd'hui.

Mon téléphone fixe sonne enfin une bonne heure plus tard. Ce n'est pas trop tôt. Mais alors que je pensais que mon impatience allait enfin prendre fin grâce à la voix d'une assistante comptable, ce n'est toujours pas ça.

- Kavanagh.

- Monsieur, une visite pour Mademoiselle Johnson, que dois-je répondre ?

Tiens tiens, elle n'a donc pas dit à sa " visite " qu'elle ne travaille plus là.

- Qui est-ce ?

- Un homme qui se présente à la sécurité comme étant son fiancé, Monsieur.

OH BORDEL DE MERDE ! Je la tiens enfin ! C'est Noël ou quoi aujourd'hui ? Putain je savais bien qu'elle était comme les autres ! Ethan ne va pas en revenir, de celle-là !

- Faites-lui passer la sécurité 1 et 2, j'annonce à la jeune femme, mais pas plus loin, il ne monte pas dans la tour, je descends.

- Bien Monsieur.

Bien, bien. Excellent, même. Donc la fille est fiancée. Une fiancée qui trompe son futur mari pour avancer dans sa carrière, grand classique. Ou peut-être même pas dans sa carrière, juste pour devenir plus riche. Tellement pense pouvoir séduire leur patron millionnaire puis se faire entretenir ensuite. Je savais que cette fille était une arriviste, bien cachée, mais une arriviste. Prête à tromper son fiancé pour changer de vie. C'est moche, mais plus rien ne m'étonne de la part des femmes. Les seules qui trouvent grâce à mes yeux sont celles de ma famille, et encore, pas toutes. Ma mère bien sûr, ma tante Maureen, Neve qui est comme ma sœur tout comme Ethan est mon frère. Frère à qui je vais pouvoir ouvrir les yeux. La fille est fiancée, je n'en reviens pas ! Ce type est un cadeau tombé du ciel, s'il savait ! Quelqu'un m'a vraiment à la bonne, là-haut ! Je devrais prier plus souvent, du coup. Merde ! ELLE EST FIANCÉE ! Pourtant je n'ai jamais vu de bague à son annuaire gauche, enfin avec elle, elle est bien capable de la glisser dans son sac avant de passer les portes de la tour et de rentrer dans son petit nid douillet le soir comme si de rien n'était. Comme toutes. Elle doit avoir une jolie petite vie, un appart bien décoré en banlieue avec un chat ou un chien, des dizaines de loisirs le week-end à faire claquer plus de fric à son mec qu'il n'en a. Une femme, quoi.

Les portes de l'ascenseur s'ouvrent, je repère immédiatement l'agent de sécurité qui patiente avec un homme au badge rouge, signifiant " visiteur ". Rouge pour que cela soit bien voyant. Cela me fait penser que je vais aussi pouvoir demander au poste de sécurité combien de fois la fille a fait monter son visiteur dans l'immeuble, ou même seulement pour se rendre à la cafétéria. Je ne l'avais jamais vu, mais cela ne préjuge en rien du fait qu'il ne soit jamais venu. C'est un type plutôt banal, plus jeune que moi, moins de trente ans je pense. Taille moyenne, châtain, yeux marrons, mais bien habillé. Un costume sur mesure, donc un niveau de vie au-dessus de la classe moyenne.

- Bonjour, Liam Kavanagh, je me présente en lui tendant la main. Je peux vous aider ?

Le type la serre, et je lis la surprise dans ses yeux, comme s'il ne s'attendait pas à me voir ou ... à ce que je sois moi. Un trouble passe dans son regard, je le vois, mais il se reprend rapidement et bombe le torse. Ridicule.

- Bonjour, je suis le fiancé de Lily Johnson, je voulais lui faire une surprise et venir la récupérer ce soir. Mais il semblerait qu'elle ne soit pas dans son bureau m'a dit la jeune femme à l'accueil, il me la montre d'un signe du doigt. Savez-vous où je peux la trouver ?

Non mais il me prend pour son détective privé ou quoi lui ? J'ai l'air de lui coller au train, à sa nana ? Il ne peut pas l'appeler, sa fiancée ? Bon, je m'en fous. Je voulais voir la gueule du pauvre cocu, c'est chose faite. Mon gars, bonne chance avec cette salope ! je me dis en le toisant avant de lui révéler la vérité.

- Vous avez fait le chemin pour rien. Mademoiselle Johnson ne travaille plus ici depuis hier. Donc non, je ne sais pas où vous pouvez la trouver, essayez-donc chez vous, ou appelez-là. Bonne fin de journée.

Pour moi, elle l'est déjà.

***

Aaron entre dans mon bureau et y dépose plusieurs dossiers, avant de me souhaiter une bonne soirée et un bon week-end.

- Un problème Aaron ? je lui demande alors qu'il allait refermer la porte derrière lui.

Il se retourne, m'observe, et je le connais, il est en dehors de Neve et Ethan mon plus proche collaborateur, il jauge s'il doit vraiment me répondre ou pas.

- Je peux parler en toute franchise Monsieur ? s'enquiert-il en avançant vers moi, bras croisés.

- Bien entendu Aaron, je lui réponds en me levant.

Mais si je m'attendais à un énième bruit de couloir, voir à un problème d'ordre personnel, sa réponse, je ne l'ai pas vue venir :

- Elle ne méritait pas ça.

Bien, Liam, tu lui as permis de parler librement, alors tu la fermes, maintenant, m'ordonne ma conscience.

- Excusez-moi ?

- Avec tout le respect que je vous dois Monsieur, vous avez parfaitement compris. Elly ne méritait pas l'humiliation qu'elle a subie hier.

Eh bien, je vois que mon assistant aussi, elle se l'était mis dans la poche. Il n'a pas tort, elle ne méritait pas la honte d'hier car je l'ai humiliée devant ses collègues pour de mauvaises raisons, que je pensais bonnes, sur le moment. Pourtant, je ne la plaindrais pas, jamais ! C'est une femme infidèle à son conjoint, alors même si les motifs étaient certes erronés, elle méritait amplement ce qui lui ai arrivé, cela s'appelle le Karma, et elle se l'ai pris en pleine figure et à toute allure. Et non contente de tromper son fiancé, en plus elle lui ment en ne lui disant pas qu'elle a démissionné. Certainement pour aller jouer de ses charmes ailleurs. J'espère qu'il finira par voir clair dans son jeu. J'ai de la peine pour ce type. Amoureux et cocu. Elle ne doit être avec lui que pour le fric dans l'espoir tout de même de trouver mieux.

- Vous ne la connaissez pas Aaron, je lui réponds en me pinçant l'arête du nez. Elle n'est pas qui elle semble ...

- Pardon Monsieur, mais celui qui ne la connait pas, c'est vous, me coupe-t-il en me regardant droit dans les yeux. Vous ne voyez d'elle que ce que vous voulez voir, depuis le début. Vous dupez peut-être tous les autres qui ne font que vous croiser quelques minutes par jour parce que ça les arrangeait bien de faire passer Elly pour ce qu'elle n'était pas, par jalousie, par envie et pour justifier que c'est elle qui a eu le poste d'assistante du Vice-PDG alors que certaines attendent leur tour depuis plus longtemps que je travaille pour vous, mais pas moi. Je travaille pour vous depuis trois ans, et en trois ans, Monsieur Walsh a eu plus de cent dix assistantes, m'informe-t-il. J'en ai vu passer, des cruches qui ne cherchaient même pas à cacher leurs intentions, des assistantes tout juste bonnes à prendre trois notes en réunion et qui passaient plus de temps à se remaquiller qu'à bosser ! Des femmes qui roulaient des hanches dans les couloirs en se pavanant comme si elles venaient de sauver le Titanic ou de trouver un vaccin contre Ebola, qui profitaient de bien plus d'avantages que ceux autorisés dans nos contrats de travail, mais pas Elly ! il finit sa plaidoirie passionnée. C'est à peine si elle sortait déjeuner ! Alors vous pouvez vous convaincre que vous la connaissez parce que vous ne voyez que ce que vous voulez voir Monsieur, mais vous ne convaincrez que les gens comme vous, pas ceux qui ont vu qui elle était vraiment.

Des applaudissements inattendus nous font tous les deux nous retourner.

- Ethan ? Tu es déjà là ? je lui demande abasourdi.

- Cache ta joie Liam. Oui, j'ai fini une heure plus tôt. Bravo et merci pour ce parfait résumé de la situation Aaron, le félicite Ethan en lui serrant la main. Je n'aurais pas dit mieux. Maintenant sans vouloir vous paraître aussi impoli que lui, dit-il en me désignant d'un geste de la main, j'aimerais m'entretenir en privé avec notre PDG.

- Moi aussi, intervient la voix de Neve tandis qu'elle entre dans la pièce.

Aaron nous salue tous d'un signe de tête et s'éclipse aussi discrètement qu'il était arrivé plus tôt. Et comme je m'en doutais, Ethan n'attend pas de top départ pour lancer les hostilités :

- Tu n'es qu'un pauvre con Liam !

- Oh tu te calmes ! Je ne sais pas ce que vous avez avec cette fille, mais je t'assure que vous vous trompez ! TOUS !

- Donc nous nous trompons quand nous résumons la situation ainsi, dit-il en quittant sa veste de costume qu'il balance d'un geste vif sur le canapé : tu t'es montré odieux envers mon assistante hier parce que tu as cru qu'elle n'avait pas renvoyé un dossier dans les temps, puis tu l'as très injustement humiliée et mise plus bas que terre devant tout l'étage de direction en la faisant passer pour une voleuse, en la traitant d'incompétente, alors qu'elle n'avait rien fait !? Et tu n'as même pas voulu lui laisser en placer une, c'est sur ça, que je me trompe Liam ? Hein ? m'invicte-t-il en se rapprochant de moi, les yeux voilés par la colère.

Merde, mais comment sait-il autant de choses ? Et puisque nous sommes connectés depuis l'enfance, il répond à ma question silencieuse qu'il semble avoir entendu même dans ma tête.

- Qu'est-ce que tu crois ? C'est aussi ma société, je te rappelle ! Je sais tout ce qui s'y passe, comme toi, bordel ! Il faut que tu arrêtes de voir le mal partout Liam ! Fais-toi soigner une bonne fois pour toute parce que là, tu frôles la folie !

Neve s'interpose entre nous sentant que les choses pourraient dégénérer, elle nous connait, nous avons tous grandit ensemble. Et même si Ethan et moi nous aimons sincèrement et nous respectons mutuellement, les conflits sont monnaie courante, dans les fratries, et la notre ne fait pas exception. Les disputes quand elles éclatent sont souvent violentes, par les mots et par les gestes aussi. Nous sommes comme ça, lui et moi. Cela finit souvent sur un ring, très tôt le matin pour éviter les surtensions. Alors je recule, souffle pour faire redescendre la pression. Putain, tout ça à cause de cette fille !

- Merde Ethan elle vous a tous pris pour des cons, mais comment ça se fait que tu n'as rien vu ! Toi tu as passé presque toutes tes journées avec elle depuis trois mois !

- De quoi tu parles encore Liam ? me demande Neve cette fois.

- Et je te préviens, à partir de maintenant Monsieur le PDG, m'assène de nouveau mon bras droit, réfléchis bien à chaque mot, car si j'ai le moindre doute sur ta santé mentale, je demande une analyse psychiatrique, et ce ne sont pas des paroles en l'air ! Tu perds les pédales !

C'est surtout moi qui vais demander des analyses psychiatriques pour tous ceux qui se sont rangés du côté de cette fille ! Il fera moins le malin quand il va comprendre à quel point il s'est fait plumer, le pigeon irlandais ! Bon, je vais y aller crescendo.

- Elle s'est servi de toi Ethan ! De la société, comme toutes tes assistantes depuis cinq ans ! Tu veux des preuves ? Tiens, regarde !

Dans la pile de dossiers que m'a déposés Aaron, je sais qu'il y a celui du service comptabilité. Je ne l'ai pas encore consulté, mais je m'en remettrai que ce soit Ethan qui le lise en premier. Il le récupère l'ouvre et avant même de le lire vocifère encore :

- T'as un vrai problème là Liam ! T'as demandé son dossier à la compta ? Tu fais ça pour tous les employés ou c'est encore un de tes traitements spéciaux que tu lui réserves ?

Je ne réponds rien. Il connait parfaitement la réponse, je veux juste qu'il regarde ces putains de documents et qu'on avance. Il tourne une page, puis une autre, une troisième, semble étonné car il lève les sourcils, tourne encore. Cette fois il les fronce d'agacement, fait craquer sa nuque. Bien. Je ne sais pas ce qu'il y a là-dedans, mais j'avais raison. Bien joué Liam ! Il passe le dossier à Neve en lui murmurant quelque chose à l'oreille. Tout comme son frère avant, elle a les mêmes gestes, mais lit avec plus d'attention certains documents, paraît chercher quelque chose dans le dossier. Les chiffres, c'est son domaine. Notre future Directrice Financière sort son téléphone et compose un numéro.

- Bonsoir, c'est Neve Walsh. Pardonnez-moi de vous déranger, je sais que l'heure est plus que tardive mais j'ai une question assez urgente.

Nous n'entendons pas la réponse, mais Neve hoche la tête et reprend :

- Le dossier comptable que vous avez fourni à Monsieur Kavanagh sur Mademoiselle Johnson est complet ? Vous en êtes certaine ? Il doit y avoir une erreur quelque part.

Elle secoue la tête vers son frère, puis raccroche après avoir remercié son interlocutrice, de la compta, donc, et me tend le dossier.

- Que pensais-tu trouver en demandant ceci Liam ? me questionne-t-elle en plissant les yeux vers moi tout en posant sa main sur le bras d'Ethan qui allait prendre la parole.

- Comment ça qu'est-ce que je pensais y trouver ? je répète agacé. Exactement ce qui s'y trouve !

- Tu en es bien certain Liam ? crie Ethan de plus belle en tournant sur lui-même comme un lion en cage. Alors vas-y, regarde grand chef et explique-nous, parce que là, clairement, ce que je vois me fait chier ! Mais te connaissant, toi les chiffres vont te plaire alors vas-y, regarde et enseigne-nous ton savoir Ô grand maître qui détient la divine parole !

Il commence vraiment à ma faire chier lui, alors ces bouffonneries. J'étais déjà bien remonté, mais dans pas longtemps, Neve ou pas, ça va péter. D'ailleurs, elle fait ce qu'elle peut pour rester entre nous en calmer son frère. J'ouvre, laisse mes yeux parcourir la première page, une fiche de paie d'intérimaire, puisqu'elle n'a jamais été embauchée ici, Dieu soit loué. Le second document est un récapitulatif des prestations et consommations liées de sa chambre d'hôtel pour son premier voyage, avec Ethan. Chaque établissement nous en fournit un en plus des factures classiques. On y trouve le numéro de chambre, les nuitées ainsi que les dates, les petits-déjeuners pris en chambre ou dans les restaurants de l'hôtel, les déjeuners, dîners etc ... qu'ils soient compris dans le prix de la chambre ou pas, puisque même dans le deuxième cas les employés donnent le numéro de leur chambre. Personne ne paie jamais de sa poche les repas pris dans les hôtels lors des déplacements, c'est à nos frais, c'est inscrit dans les contrats de tous les employés de KMC.Corp. Je tourne la page, un autre déplacement, autre feuille. Un bulletin de paie, une autre ... je les regarde tous, elle est payée à la semaine, donc il y en a pas mal. Je serre les dents et je sens qu'Ethan ne me lâche pas des yeux ... et ça continue jusqu'à en arriver à la feuille d'hôtel de mon séjour à L.A avec elle. Okay. Ce dossier, c'était peut-être une mauvaise idée. Mais ce n'est pas grave, j'en ai encore sous le pied à son sujet. Par acquis de conscience, je vais jusqu'à la dernière page, son dernier bulletin de salaire. Impossible, là aussi. Je relis le précédent. Recommence tout le dossier en sens inverse.

- C'est bon ? Alors maintenant que tu as bien tout scanné, explique-nous ce que nous, pauvres ingénus, n'avons pas vu ?

- Ethan calme...

- Neve, ne me dis pas de me calmer ! Cette tête de nœud part en vrille là, et je reste poli ! Alors ? LIAM !

Alors que j'avais tout autre chose en tête, ma bouche me trahit en exprimant la pensée précédente :

- Où sont ses notes de taxi pour L.A ? Et toutes ses notes de frais pour ses déjeuners et ses dîners ?

Mauvaise réplique. Très mauvaise.

- Quelles notes de taxi Liam ? Et quelles putains de notes de frais pour les déjeuners ? me demande mon cousin sur la défensive, mais il va vite changer d'humeur, je le sens. Ne me dis pas que tu as osé la planter les midis quand vous alliez tous au resto quand même ! T'es pas un connard à ce point c'est pas possible !

Bon tout compte fait, j'ai un peu dépassé les bornes, c'est vrai. Alors mieux vaut esquiver, cette fois.

- Ecoute, laisse tomber ok ? J'y peux rien moi si la fille est stupide et qu'elle a tout payé elle-même ! je me défends. Je ne lui ai jamais dit de le faire !

- Attendez les garçons, tempère Neve qui cherche toujours à nous apaiser. Est-ce que l'un de vous a tout simplement pensé à lui dire que tout ce qui manque dans ce dossier, les frais de transports, les petits-déjeuners, déjeuners et dîners en déplacement, c'était à notre charge ? Ethan je crois qu'il y a eu un quiproquo quand elle a été embauchée et pour le coup, ce n'est pas entièrement de la faute de Liam. Personne n'a dû lui expliquer qu'elle avait des paniers repas qu'elle pouvait se faire rembourser tous les midis sur facture, et pareil pour les frais de repas durant les séjours professionnels ...

- Merde Neve mais tu réalises à combien ça chiffre, tout ça ? Ne serait-ce qu'un petit-dej dans les hôtels où nous séjournons ? Entre vingt et quarante dollars au bas mot ! Rien que le petit-déjeuner ! s'exclame-t-il. Et putain c'est quoi ce salaire en plus ? s'enquiert-il en levant le ton. Le salaire minimum c'est pour les intérimaires qui ne restent qu'une ou deux semaines ! J'avais pourtant demandé à Kristopher de ...

Il s'interrompt et se tourne vers moi. Oups. Grillé en beauté. Il se frotte le visage et cette fois, je vois à celui de Neve qui vire elle aussi rouge de rage et soupire de dépit qu'elle ne m'aidera pas.

- T'es vraiment un enfoiré Liam ! Pourquoi tu as fait ça !? Et Kristopher t'a écouté ? Mais de quel droit ? Je vais le virer !

- Je suis le PDG, il a fait ce que je lui ai demandé de faire, un point c'est tout ! dis-je en criant plus fort que lui.

Encore une belle idée de merde, Liam.

- Tu n'as aucun pouvoir de plus que moi ici Liam ! Et toi tu le sais parfaitement, nous sommes sur un pied d'égalité ! Pourquoi tu es passé dans mon dos ? Mais jusqu'où es-tu allé ?

Loin. Il a raison, il est mon bras droit dans les faits parce que contrairement à ce que voulaient ma tante et mon père, nous avons tous les deux refusé une gouvernance à deux têtes, par crainte d'avoir moins de poids. Seuls nous le savons, mais Ethan a raison, j'ai joué de mon statut et de l'ignorance de notre directeur RH pour imposer mon choix. Mais il me permet de rebondir.

- Ethan, calme-toi, la fille ne s'est jamais plainte parce qu'elle a les moyens de payer tout ça, je lui explique en secouant le dossier devant ses yeux. Enfin son fiancé, du moins les a ! pauvre type, si t'avais vu sa tête tout à l'heure ! Il est vraiment tombé sur la ...

- Quel fiancé ? m'interrogent d'une seule voix Neve et Ethan.

- Fiancé, son mec ! Vous connaissez le concept non ? Il est passé la prendre ici tout à l'heure, je vous dis que ce pauvre type ne savait même pas qu'elle ne bossait plus ici ! Je l'ai fait bloquer à la sécurité 2 et je suis descendu voir à quoi il ressemblait, par curiosité ! Alors tu vous voyez bien que vous ne la ...

- Son nom !

- Quoi ?

- Liam, c'est quoi le nom de ce type ? Tu lui as parlé ? répond Neve à la place d'Ethan toute colère disparue de ses traits tout à coup.

- Il ne m'a pas donné son nom, je réfléchis à voix haute. Il voulait savoir où elle était et ...

- Mince Ethan il l'a retrouvée à New York ? Si vite ? Comment c'est possible?

- Je ne sais pas Neve, un détective privé, je vois que ça, souffle-t-il.

- Il était quelle heure Liam ? Quelle heure ! répète-t-elle en consultant sa montre.

- Je ne sais plus moi ! Mais il se passe quoi là ?

- Réponds à la question Liam ! Il ne faut pas que ce sale type lui mette la main dessus !

- Putain mais vous allez m'expliquer !?

- Elly n'est pas fiancée Liam ! m'explique ma cousine l'air paniquée, elle ne l'est plus ! Et ce type l'a ...

- Quoi Neve ? Il la cherche parce qu'il s'est rendu compte à quel point elle est comme toutes les autres ? C'est ça ? Parce qu'elle l'a trompé et qu'il veut lui remettre les idées en place ? J'espère quand même qu'il ne va pas se rabaisser à se remettre avec elle parce que cocu un jour, cocu toujours ! Cette fille est comme les autres !

- T'es qu'un connard Liam ! m'assène celle qui vient de se transformer en dragon. Tu ne changeras jamais ! Pour toi les femmes sont des putes tout juste bonnes à satisfaire tes besoins primaires et rien d'autre ! Mais bon sang ouvre les yeux un peu ! Arrête de jouer les milliardaires paranos, vis un peu dans la vraie vie parce que là tu passes à côté de la tienne avec tes conneries !

- Combien de temps Liam !

- Je n’en sais rien Ethan merde ! Tu me fais chier avec tes questions !

- Je te fais chier avec mes questions ? Mais si tu t'étais un peu plus intéressé à sa vie depuis trois mois au lieu de la traiter comme une moins que rien parce qu'elle te fait peur, tu saurais que celui qui était effectivement encore son fiancé il y a quelques mois, elle l'a trouvé au lit avec sa maitresse en rentrant un soir du boulot ! Et que ce sale porc était avec Elly depuis autant de temps qu'il avait une amante, au passage ! Alors tu vois, l'infidèle n'est pas celui que tu crois pauvre con ! Et non seulement ce type est un porc, mais en plus il est violent ! Alors pour la dernière fois, il était quelle heure quand il est venu ici !

J'ai l'impression qu'un uppercut vient de me traverser tout à coup. Non impossible que je me sois trompé à ce point. Et Neve m'enlève les mots de la bouche :

- Qu'est-ce que tu sous-entends par violent, Ethan ?

- Rien d'autre que ce que je viens de dire Neve, il l'a frappée quand elle faisait ses valises en quittant Seattle.

- Vieux ne va pas non plus croire tout ce que la fille te dit !

- Tu l'appelles encore une seule fois "la fille" Liam, et tu pourras dire adieu à ta dentition ! C'est bien clair ? Elle a un prénom et ne fais pas celui qui ne le connait pas ! Arrête avec cette attitude de merde que tu t'emploies à afficher envers elle depuis qu'elle est arrivée ! Tu veux tellement mettre des distances entre elle et toi que même quand elle n'est pas là, tu la considères encore moins qu'un putain de meuble ! grogne-t-il en me tapant le sternum. J'ai vu son hématome à Chicago quand je suis allé dans sa chambre pour ... enfin t'as compris ! me dit-il après une hésitation, elle avait pris sa douche et pas remis de fond de teint ! Je lui en ai parlé il y a quelques semaines, elle a admis que ce bâtard l'avait frappée ! T'es content ? Ça te plait plaisir hein ? me demande-t-il en collant presque son visage au mien, Neve tentant de le faire reculer. Elle a quitté Seattle pour s'éloigner de lui et s'il a traversé le pays et engagé un privé, ce n'est certainement pas pour lui rapporter des livres !

- Tu prends ça trop à cœur Ethan, elle te plait ou quoi ? Tu l'as mauvaise de ne pas l'avoir baisée ?

Je sais que j'ai été trop loin avant même que son poing ne s'abatte sur mon visage. Je chancelle, il ne m'a pas loupé, mais je réussis à garder l'équilibre. Ma mâchoire me fait un mal de chien, mais je ne réponds pas à sa colère, c'était amplement mérité, je ne vais pas me mentir.

- De nous deux Liam, c'est toi le connard. Jamais je ne ferai ça et que tu puisses ne serait-ce que l'envisager, c'est pire que si tu m'avais rendu mon coup, dit-il visiblement blessé.

- Répondeur, sur les deux téléphones, nous informe Neve.

- C'est normal elle a rendu son portable professionnel au service RH en partant, et celui que je lui avais donné pour remplacer son ancien cassé est posé sur mon bureau lui explique-t-il, elle n'a pas voulu le garder " par correction " cite-t-il en mimant les guillemets tout en me regardant.

- On va chez elle alors, décide-t-elle en ouvrant le dossier pour en tirer un bulletin de salaire.

Je dirais bien qu'ils sont tombés sur la tête, mais ils n'ont pas tout à fait tort, mieux vaut que quelqu'un aille vérifier qu'elle va bien. Putain, même moi je deviens dingue, c'est un cauchemar ! Ethan acquiesce mais juste au cas où à un moment donné il aurait un doute, mieux vaut le dissiper tout de suite :

- Vous faites ce que vous voulez sur votre temps libre, mais elle ne revient pas ici Ethan. C'est non négociable.

- Et qu'est ce qui te fait croire que je vais t'écouter ? Il me semblait que nous étions d'accord tout à l'heure, nous sommes sur un pied d'égalité. Je recrute qui je veux et c'est Elly, mon assistante, me dit-il sur un ton bien trop calme pour que cela ne cache rien.

Il revient vers moi, croise ses bras et attend. Ma réponse ne va pas lui plaire, mais tant pis, c'est ma dernière carte, mon dernier pion. Mon échec et mat. Il va me détester, mais encore une fois, il s'en remettra.

- On a un deal toi et moi Ethan, je riposte sans le quitter des yeux. Tu avais peut-être perdu avec elle, mais moi j'ai gagné. Donc elle ne revient pas.

Un rictus déforme ses lèvres tandis qu'il hoche la tête. Il paraît presque ... dégoûté. Elle lui a dit non à lui, et j'ai réussi là où lui a échoué. Et il a vraiment raté quelque chose.

- L.A, n'est-ce pas Liam ? C'est pour ça que tu lui as joué ce sale coup ! me prend-il de cours avec sa question. Je me demandais quand tu allais enfin me l'avouer ! Et oui, pour répondre à ta prochaine question, je le savais, je l'ai deviné dès que tu as posé tes yeux sur elle, lorsque tu l'as revue après votre séjour ensemble. Si tu avais vu ta tête mon pauvre vieux ! s'esclaffe-t-il soudain. On aurait dit que tu venais de voir une morte ! Tu pensais qu'elle ne reviendrait pas n'est-ce pas Liam ? Parce que je te connais, t'as dû te la jouer connard à tendance dominant cette nuit-là hein ? T'as fait comme avec toutes les autres mais tu t'es retrouvé comme un con, parce que ce que tu avais négligé mon frère, c'est que cette fille n'est pas les autres. Tu as dû faire un truc pour qu'elle comprenne qu'elle devait se tirer, mais Elly est une dure à cuire avec toi, et elle est revenue. Tu as vraiment dû tomber de très haut ! Alors bravo ! m'applaudit-il en me regardant avec hargne de nouveau. Tu as gagné tes galons, tu viens de passer de simple Connard à Roi des Connards. J'espère que tu es fier de toi et que tu ne vas pas regretter ta connerie Liam parce que crois-moi, c'en est une.

Son téléphone sonne dans sa main, il fronce les sourcils, quitte la pièce pour prendre l'appel.

- T'es un gros con Liam !

- Putain Neve, ne t'y mets pas ... je gronde entre mes dents.

- S'il lui fait du mal Liam, tu l'auras sur la conscience. Aaron avait raison tu sais, tu ne nous la fais pas à nous. Je n'avais pas compris jusqu'à maintenant, mais tout est clair à présent. Et crois-moi, tu vas le regretter.

Ethan l'appelle depuis le couloir. Ils me laissent seul, enfin.

Non, je ne vais pas le regretter. Si ?

Je pose mon front contre la vitre froide de la baie. J'ai besoin de réfléchir. Les lumières de la ville déjà plongée dans l'obscurité de la nuit scintillent à mes pieds. Putain, je me suis encore gouré, sur toute la ligne. Bravo Liam, tu serais capable de faire exécuter des innocents, à vouloir jouer au juge et au bourreau. Un beau fiasco !

Fiasco. Putain, putain putain putain !

Je me regarde à travers le reflet de la vitre, seul contre moi même. Et je vois, je nous vois. Celui que je suis, celui que je joue. Moi contre Moi, seul sur le ring. Fait chier ! je me hurle intérieurement avant de le verbaliser vraiment, dans la solitude de ce bureau, en haut de ma tour.

Merde. Je crois que je regrette déjà.

Annotations

Recommandations

Line P_auteure
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1117
250
275
1002
Aventador
"Qu'est-ce qui t'as tuée, Solenn?" Telle est la question qui hante depuis sept ans Zack, le dernier compagnon de Solenn Avryle, ex-icône du septième art hexagonal. Une disparition violente à laquelle Paul Werner, premier mari de l'actrice et figure de proue de l'extrême-droite nationaliste, n'est peut-être pas étranger...

Un portrait de femme empreint de poésie, la peinture toute en nuance d'une personnalité complexe à travers le regard amoureux de celui qui l'a le plus aimée.

NB : Ce roman est une fiction. Je ne fais partie d'aucun parti politique et mon récit n'a pas vocation à être un instrument de propagande. Ceci pour éviter toute interprétation déviante...

ISBN : 978-2-9573032-1-2
93
124
0
437
Brune*
À Elles...
56
89
13
11

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0