New-York New-York !

5 minutes de lecture

Elly


 Comme quoi la chaleur, ça ne tient qu'à quelques centimètres près sur une carte ... Si j'avais visé plus bas, je serais en ce moment même en t-shirt dans un coin de Floride, et il ferait au moins vingt degrés de plus qu'ici, à New-York !

 Car c'est sur ce coin de la carte que ma fléchette a atterri. Le sort - enfin le hasard - en a décidé ainsi. Grâce aux contacts de Mélia, je n'ai dû rester que quatre jours à l'hôtel avant de trouver un logement. Les loyers sont horriblement élevés dans cette ville, et il faut vite que je trouve un boulot car entre le billet d'avion, le budget hôtel ainsi que le loyer du mois, l'épargne sur mon compte a fondu comme neige au soleil. Heureusement, toujours grâce à ma meilleure amie, je n'ai pas eu à verser un loyer d'avance et une caution, et elle s'est même portée garante pour moi. Je l'adore et j'ai hâte qu'elle vienne me retrouver dans une quinzaine de jours, après son séjour en Europe. Sa copine agent immobilier qui m'a fait visiter quelques petits appartements, Emily, a été tellement sympa avec moi qu'elle m'a même donné les coordonnées d'une super agence d'intérim new-yorkaise. Finalement, le carnet d'adresse, ça sert ! Du moment que ce n'est pas celui de mes parents ...

 J'ai fait un entretien hier et espère qu'ils me trouveront une ou deux missions rapidement, au moins de quoi m'aider à payer mon prochain loyer. Comme j'ai dit à Mme Darmont qui m'a gentiment reçue lorsque je l'ai contactée en précisant que je l'appelais de la part d'Emily Prescott, je suis prête à accepter à peu près n'importe quoi du moment que le salaire minimum est garanti et que je ne dois pas faire deux heures de transport en commun pour rentrer chez moi le soir.

 Dans le rayon maraicher de la supérette de quartier, je choisis de quoi me faire une poêlée pour au moins deux à trois repas et de la soupe maison, quelques fruits et file prendre des œufs, du jambon et une grosse barquette de filets de poulet. Je dégotte aussi un mixeur à pied et n'oublie pas de m'acheter deux grosses paires de chaussettes bien épaisses pour la nuit. A peine ai-je franchi les portes de sortie que mon téléphone se met à sonner dans ma poche. Et mes gants ... ne sont pas tactiles !

 Je vais perdre deux doigts, c'est sûr. Et une assistante sans doigts ... me dis-je.

— Mademoiselle Jonhson ? me demande la voix dans le combiné.

— Oui c'est moi.

— Bonsoir Mademoiselle, c'est Jackie Darmont à l'appareil, est-ce que je vous dérange ?

 Si elle me dérange ? Si elle a du boulot pour moi, elle peut même m'appeler la nuit si cela lui chante !

— Pas du tout, je vous écoute Madame Darmont, je lui réponds en fendant le froid New-Yorkais.

— J'ai une mission à vous proposer, débute-t-elle calmement. Mais sachez que généralement, notre client ne renouvelle pas le contrat au-delà d'une, voire deux semaines maximum, et jamais plus, c'est ainsi qu'il fonctionne. Est-ce un problème pour vous que de vous lancer dans une mission qui sera si courte dans le temps ?

 Là, tout de suite, je m'en fiche ! J'ai besoin d'argent. Et il faut bien commencer par quelque part. Si je refuse, elle risque de penser que je ne suis pas volontaire et moi cet emploi, j'en ai vraiment besoin.

— Absolument pas. Puisqu'il s'agit d'un emploi en CDD très court, serai-je payée à la fin de la semaine ou devrai-je attendre la fin du mois entamé ?

— Votre salaire vous sera versé à la fin de la semaine, même si votre mission était prolongée d'une supplémentaire. Cela vous convient ?

— Oui c'est parfait, merci beaucoup Madame Darmont !

— Oh mais ne me remerciez pas si vite ! rit-elle. Vos compétences vous ont aidée à faire partie du listing de candidates, je n'y suis pour rien.

— Mais je n'ai que peu d'expérience, je la contre gentiment, alors merci.

— L'expérience vient en travaillant Mademoiselle Johnson, j'en ai toujours été convaincue. Je vous envoie le contrat ainsi que les détails du poste par mail et ...

— Excusez-moi mais je n'ai pas encore d'imprimante, je la coupe timidement. Je viens à peine d'emménager et ...

— Oh bien-sûr ! s'exclame mon interlocutrice. Ce n'est pas un problème, ne vous inquiétez pas. Je vous envoie ce mail, et votre contrat vous attendra demain matin au service RH de la société qui va vous employer. Il faudra que vous demandiez Monsieur Kristopher Darmont.

 Silence. Simple coïncidence ?

— Avant que vous ne me posiez la question, me dit-elle sur le ton de la confidence, oui, il s'agit bien de mon mari ! Donc soyez tranquille, il n'y a aucun problème pour votre contrat. Lisez-le quand vous le pourrez et si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à me recontacter.

— Merci, merci beaucoup !

— Comme je vous l'ai dit, ne me remerciez pas si vite. Vous comprendrez par vous même que la tâche n'est pas de tout repos, c'est aussi pour cela que je dois trouver de nouvelles assistantes chaque semaine ...

— C'est un poste d'assistante ? je m'enquiers étonnée.

Je n'ai même pas pensé à lui demander quel type de mission elle m'avait "trouvée" ...

— Oui, tout est dans mon mail. Encore une fois, n'hésitez pas si vous avez des questions. Et bien évidemment, je me charge de vous trouver autre chose pour la semaine suivante. Soyez ponctuelle ! Bonne soirée Mademoiselle Johnson, me salue-t-elle avant de raccrocher.

***


 Assise en tailleur sur mon matelas, je relis pour la quatrième fois au moins le mail ainsi que les informations transmises par Mme Darmont. Dans le corps du courriel, les horaires de travail ou devrais-je dire, l'amplitude possible de la journée de travail - de huit heures à vingt et une heures excepté le dimanche chômé - la tenue vestimentaire, la fiche de poste etc ... Mais si je relis ces mots qui défilent sous mes yeux, c'est pour être certaine que mes yeux fonctionnent bien et que je ne suis pas en train de rêver. Demain matin, je dois me présenter au siège de KMC.Corp : Kavanagh Media Communication Corporation. Une des plus grandes entreprises du pays, deuxième plus grosse société internationale de production du pays, et qui s'est lancée il y a moins d'une décennie dans les télécommunications. Ils sont aujourd'hui dans le top trois des leaders de télécoms. Et ils se sont aussi beaucoup diversifiés depuis que l'ancien CEO a cédé sa place à la jeunesse : mode, transports, réseaux sociaux et même banque d'investissements. Ils sont partout. Et à en croire ce que j'ai sous les yeux, je serai cette semaine l'ombre du Numéro deux du groupe : Ethan Walsh.

Il va m'en falloir des couches de fond de teint pour cacher l'hématome sur ma pommette !

— Aller Elly ! Tu peux le faire ! Une semaine et une super opportunité sur ton CV, ça va bien se passer ...

 Je me lève à la hâte afin de préparer ma tenue tout en consultant sur ma nouvelle tablette la liste des tenues autorisées. Tablette qui m'a coûté un bras ...

Oui, ça va bien se passer.

Annotations

Recommandations

Line P_auteure
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
1117
250
275
1002
Aventador
"Qu'est-ce qui t'as tuée, Solenn?" Telle est la question qui hante depuis sept ans Zack, le dernier compagnon de Solenn Avryle, ex-icône du septième art hexagonal. Une disparition violente à laquelle Paul Werner, premier mari de l'actrice et figure de proue de l'extrême-droite nationaliste, n'est peut-être pas étranger...

Un portrait de femme empreint de poésie, la peinture toute en nuance d'une personnalité complexe à travers le regard amoureux de celui qui l'a le plus aimée.

NB : Ce roman est une fiction. Je ne fais partie d'aucun parti politique et mon récit n'a pas vocation à être un instrument de propagande. Ceci pour éviter toute interprétation déviante...

ISBN : 978-2-9573032-1-2
93
124
0
437
Brune*
À Elles...
56
89
13
11

Vous aimez lire Line P_auteure ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0