65 - Une révélation

3 minutes de lecture

Finalement, je laisse Léo payer. Ce n’est pas que j’ai abandonné la partie, disons juste que le regard meurtrier que me lance la pauvre boulangère me fait partir en fou rire à chaque fois que je tente une approche. Je n’arrive même pas à lui dire que sa quiche est délicieuse puisque chaque phrase que j’essaye de prononcer se transforme en éclat de rire impossible à contrôler. En même temps, je ne pense pas que ce soit son talent qui ait rendu ce plat si bon, mais plutôt les couverts que j’ai utilisés pour me nourrir. Qui aurait cru que la quiche à la cannelle serait si merveilleuse ?

Léopard me prend la main et sors de la boulangerie pour se diriger vers la voiture. Une fois installé, il regarde sur son téléphone où se trouve le restaurant asiatique le plus proche et nous y conduit en silence, ses doigts encore posés sur les miens. Ça me rappelle Trouduc, qui essayait sans arrêt d’être tactile avec moi malgré mes protestations. Avec lui, rien qu’une caresse me semblait contre-nature, me donnait presque envie de vomir. Je passais mon temps à faire des efforts pour être plus tendre, tout en évitant le moindre contact trop intime. Pourtant, avec mon petit boulet, tout est différent. Lui, je veux constamment le sentir proche de moi, humer son odeur délicieuse sans m’arrêter et le connaître par coeur.

Garé sur le parking, mon chauffeur attend que je sorte de mes pensées avant de tenter de sortir de la voiture. Comment fait-il pour être si parfait ? Ça me déconcerte !

— Dis, Loulou, pourquoi est-ce que tu sens toujours la cannelle ?

— Je sens la cannelle ? C’est bizarre comme odeur, non ? rigole-t-il. C’est sûrement lié au fait que je cuisine souvent des patisseries norvégiennes.

— Ah bon, pourquoi ?

— Pour les offrir à l’association de mon village. Elle les distribue aux enfants défavorisés qui n’ont souvent pas de quoi prendre un petit-déjeuner.

— Moi qui pensais que tu ne pouvais pas être plus parfait… Tu connais le blond de Gad Elmaleh ?

— Oui, mais je suis loin de lui ressembler, crois moi !

— Ça, ce n’est pas vraiment à toi d’en juger. Pourquoi ces patisseries là ?

— Ma mère nous en faisait souvent quand nous étions petits. Elle voulait convaincre mon père que la Norvège offrait de la bonne nourriture aussi, pour qu’il arrête d’avoir le mal du pays.

— Ta mère était norvégienne ? Pourquoi je ne l’apprends que maintenant ?

— Parce que tu n’as jamais demandé. À ton avis, quelles sont ces langues bizarres que je parle ?

— Aaaaah, mais tout fait sens maintenant ! Voilà pourquoi tu es si parfait : tu es norvégien ! Je me disais bien qu’il y avait quelque chose de louche dans cette histoire !

— Je t’y emmènerai quand tu seras de nouveau sur pieds. Une randonnée itinérante dans les îles Lofoten, ça te tente ? Ou quelques jours dans des glaciers du nord, ou les deux ?

Est-ce qu’il sait à quel point il touche un point sensible ? Putain, qu’est-ce que j’en ai marre de mon genou pété ! Je voudrais partir maintenant, tout de suite. Arien n’a plus voulu m’accompagner depuis le traumatisme qu’il a subi en Mongolie. Il répète à qui veut bien l’entendre qu’il a failli mourir une centaine de fois à cause de moi et que je n’ai aucun instinct de survie quand je voyage. La vraie version c’est que mon frère est une petite mauviette qui a besoin de se laver tous les jours et de ne surtout pas faire d’effort ! Alors ce serait sympa d’avoir un compagnon d’aventure… J’aime être seule, mais je finis par m’ennuyer rapidement de ne plus pouvoir hurler sur personne.

— Les deux, mais avant, voyons si nous arrivons à nous supporter plusieurs semaines d’affilé.

— Tu sais que mon coeur vient d’exploser rien qu’en entendant que tu commençais à te projeter dans notre relation ? dit-il un sourire malicieux aux lèvres.

— Non mais je veux bien être sympa avec toi, mais franchement, tu cherches à te faire martyriser avec ce genre de phrase ou quoi ?

Il rigole, puis sort de la voiture. Allez, plus qu’un restaurant avant de lui présenter CerbMère et AmPère.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Yanni
Mon premier poème publié ici... Un peu sombre mais j'espère qu'il vous plaira.
10
11
0
0
Défi
phillechat
Sandman
4
4
0
2
Défi
Lullaby-K6
Réponse au défi [Musique]

Pour nos choix. Pour notre « chute-libre » et les chemins inconnus. Pour le sens de la vie, tout simplement.
A toi, Nightwish.
3
11
1
1

Vous aimez lire Lara YWT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0