63 - Une fille à papa

3 minutes de lecture

Après avoir raccroché, le silence revient dans l’habitacle pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce que Léo s’arrête devant un restaurant.

— Qu’est-ce qu’on fait ?

— Il est bientôt midi, j’ai pensé que ce serait plus poli de ne pas arriver les mains vides chez tes parents.

— Dans ce cas, un seul restaurant ne suffira pas.

— Comment ça ?

— Mon père ne jure que par la nourriture asiatique, tandis que ma mère déteste tout ce qui sort de sa conception de la normalité.

— OK, c’est parti pour faire le tour de la ville. Qu’est-ce que tu veux, toi ?

— Asiatique.

— Une petite fille à son papa, hein ?

— Et toi ?

— Asiatique aussi.

— Mais non, je veux dire, et toi ? Quelle est ta relation avec tes parents ?

— J’aime bien mon père, il fait ce qu’il peut.

Ah. Bon. OK, pourquoi pas.

— Et ta mère ?

— Elle est décédée il y a longtemps.

Putain, comment j’ai fait pour me mettre dans cette situation ? Je ne suis absolument pas douée pour gérer les drames qui ne sont pas les miens. Qu’est-ce que je suis censée faire ? Une petite tape dans le dos, présenter mes condoléances, bien que je ne sais toujours pas ce que ça veut dire, ou faire une connerie histoire de passer à autre chose ?

— Je… je ne savais pas.

Bien joué Lara, bien joué !

— Avant de partir à l’aventure, tu veux bien me parler de ces deux conditions ? je demande. Crois-moi, je trouve ça vraiment énervant que tu te permettes de faire du chantage comme ça, j’ai envie de t’étrangler jusqu’à ce que tu te repentisses. Mais bon, comme tu viens de m’avouer que ta mère était morte, je veux bien te laisser t’en sortir cette fois-ci. Disons que c’est ma manière de te montrer que je compatis, OK ?

— Je suis extrêmement touché par ta sollicitude, j’en ai presque les larmes aux yeux, regarde.

Il contracte son visage et force sur ses muscles dans l’espoir de faire sortir une goutte.

— C’est tes yeux que t’essayes de faire pleurer ou ton anus ?

Il se met à rire si fort que les riverains tournent la tête dans notre direction. J’en profite pour les regarder droit dans les yeux et hurler comme une folle, ça leur apprendra à se mêler de ce qui ne les regarde pas ! D’après les bribes de pensées que j’arrive à capter, la scène que nous offrons leur donne la chair de poule. Tant mieux.

Une fois remis de ses émotions, Léopard m’aide à sortir de sa voiture de mémé et nous nous dirigeons vers la boulangerie la plus proche pour y récupérer une salade bien fade et dégueulasse qui ravira CerbMère.

— Condition numéro trois, ce soir, tu te fais piquer sans faire de cinéma.

— Pff, je ne vois pas de quoi tu parles, je rétorque.

— Condition numéro quatre, tu reviens.

— Je n’avais pas l’intention de rester chez mon frère plus d’une nuit.

— Comment ça, une nuit ?

— Mercredi soir, suis un peu !

— Je veux bien suivre, mais pour ça faudrait qu’on m’informe ! Tu veux aller là-bas demain matin et ne revenir que jeudi ?

— T’auras qu’à passer me prendre en fin de journée avant d’aller au pot de départ de Nassim.

— Pourquoi pas avant ?

Quand je vois ses yeux jaune-pisse se poser sur moi, je sais que je ne peux pas lui mentir. Je sens qu’il arriverait à le détecter à la seconde où j’essayerais et que la situation deviendrait alors inextricable.

— Je dois accompagner mon frère à la clinique pour faire quelques tests.

— Quels tests ?

— Je ne sais plus, des scans pour savoir si j’aurais pas une tumeur au cerveau, un truc comme ça.

— PARDON ?

— Oh, ça va ! Ne monte pas sur tes grands chevaux, c’est juste pour être sûr que tout va bien.

— Pourquoi tout n’irait pas bien ??

Oups…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Yanni
Mon premier poème publié ici... Un peu sombre mais j'espère qu'il vous plaira.
10
11
0
0
Défi
Mina singh
Marathon poétique 36/52
17
32
2
1
Défi
Aventador
Réponse au défi lancé par Touna :
"Vous devez écrire une histoire, aucun genre imposé, mais la particularité est que vous ne pouvez écrire qu'à partir de paroles de musique.
Vous n'avez pas le droit au rajout de mots sauf les mots de liaison.
vous avez le droit de prendre des paroles de plusieurs chansons différentes."

Ci-dessous les chansons dont j'ai utilisé les paroles :

1: "C'était hier" - Agustin Galiana : http://dai.ly/x6f1tl5
2 : "La vague à lames" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/xdwav1
3 : "Le rempart" - Vanessa Paradis (ici en duo avec Benjamin Biolay) : http://dai.ly/x1055b1
4 : "Pourtant" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5hptlh
5 : "N'oublie pas" - Mylène Farmer featuring LP (partie anglaise traduite par mes soins) : https://www.rtbf.be/auvio/embed/media?id=2367643#
6 : "Dès que j'te vois" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5hoop0
7 : "Dis-lui toi que je t'aime" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5sepfe
8 : "Je sais" - Claude François : http://dai.ly/x1qwlln
9 : "On n'oublie jamais rien, on vit avec" - Hélène Segara featuring Laura Pausini : http://dai.ly/x8otp
10 : "ON" - Joyce Jonathan : http://dai.ly/x6iw892
10
9
1
2

Vous aimez lire Lara YWT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0