13 - Une gestion émotionnelle

3 minutes de lecture

À peine arrivée dans le hall de l’immeuble, le gardien me rappelle à l’ordre et me pose un énorme carton entre les bras.

Elle devrait mettre du rouge pour qu’on sache que c’est un démon.

Très bonne idée Berconnard ! Comme si c’était de ma faute si la plupart des gens ne supportent pas le sarcasme. Moi qui pensais l’avoir plutôt épargné.

Il n’y aucun indice sur l’expéditeur du colis. Ça doit encore être ma mère qui m’envoie des livres sur la gestion des émotions. La pauvre, elle espère toujours. Au lieu de m’accepter, les autres pensent qu’ils ont un droit divin qui les autorise à essayer de me changer. Heureusement qu’Arien et mon père me trouvent extrêmement drôle. En parlant de ça, il faut que j’appelle mon frère et que je lui pose un nouveau lapin.

— Allo ?

— Je ne peux pas venir ce soir, j’ai fini le boulot trop tard.

— Tu m’expliques comment je vais faire pour terminer toute la nourriture que mère nous a laissée ?

— Tu peux essayer de te faire vomir, j’ai entendu dire que c’était assez efficace.

— Tu me fuis ou quoi ?

Bordel de cul, il lit les pensées lui aussi ?

— Non, je n’ai juste pas de temps à te consacrer.

— Très bien. Je vais recourir à la méthode forte si je ne te vois pas chez moi demain.

C’est le moment idéal pour lui raccrocher au nez. Ça me rappelle qu’un certain Nachi m’a envoyé des messages, pas la peine d’être un génie pour comprendre qu’il s’agit de sucre d’orge.

« Salut beauté. J’ai mis que douze heures à te retrouver dans une ville de 2 millions d’habitants, je considère que c un exploit qui mérite récompense. PS : le temps est couvert ».

Un petit tour sur son profil me permet d’en savoir un peu plus sur lui. Il aime l’art, la musique et les femmes. Que faire ? Il n’est pas complètement inintéressant, mais pas non plus excitant ; pas très intelligent, mais pas débile ; il sait à peu près y faire au lit, mais sans surprise. En fait, il me rappelle Trouduc et sa banalité. Je m’étais accrochée à lui dans un dernier élan de conformisme, mais apparement, lui aussi avait ses limites. Ils s’amusent au début, me trouvent délurée et ont l’impression que le temps m’apaisera… et puis ils se rendent compte que c’est moi, que je ne fais pas semblant et n’exagère pas. Quelle bande de crétins ! En même temps, je m’ennuie et ne peux plus compter sur Tim pour enchanter mes rêves.

« Salut Nachiasse, je vois que tu n’as pas perdu de temps, j’ai dû te faire très bonne impression ! Je t’accorde une soirée pour me convaincre que tu vaux la peine que je perde mon temps avec toi. Donne moi l’heure, le lieu et la date quand tu te sentiras prêt. »

Voilà. S’il est toujours partant après ça, c’est qu’il mérite un peu de mon attention. Je me change et me prépare pour faire un jogging. Le grand air me manque, je devrais peut-être passer voir mes parents un de ces quatre. Courir à Paris me fait plus de mal que de bien : j’avale la pollution, j’ai du mal à respirer, envie de tuer les passants, je finis toujours par insulter les grand-mères qui me bloquent le passage ou les kékés en rute qui me sifflent. C’est décidé, demain je retourne à la salle de sport. Je ne vais pas me cacher éternellement. Si ça se trouve, Trouduc a lui aussi décidé de boycotter les entraînements par peur de me croiser. Au fond, je ne vois pas où est le problème. Je n’ai rien fait de mal, je n’ai donc pas à changer mes habitudes pour le fuir. Surtout que je suis persuadée qu’il n’a aucune gêne de son côté. Allons, Lara, tu es une femme forte, tu ne vas quand même pas trembler à l’idée de revoir ton ex. Non, et d’ailleurs, si je le croise, ce sera l’occasion de lui ôter toute prétention à pouvoir un jour engendrer des petits Trouducs. Cette pensée m’aide à m’endormir paisiblement, à moins que ce ne soient les somnifères.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Yanni
Mon premier poème publié ici... Un peu sombre mais j'espère qu'il vous plaira.
10
11
0
0
Défi
Mina singh
Marathon poétique 36/52
17
32
2
1
Défi
Aventador
Réponse au défi lancé par Touna :
"Vous devez écrire une histoire, aucun genre imposé, mais la particularité est que vous ne pouvez écrire qu'à partir de paroles de musique.
Vous n'avez pas le droit au rajout de mots sauf les mots de liaison.
vous avez le droit de prendre des paroles de plusieurs chansons différentes."

Ci-dessous les chansons dont j'ai utilisé les paroles :

1: "C'était hier" - Agustin Galiana : http://dai.ly/x6f1tl5
2 : "La vague à lames" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/xdwav1
3 : "Le rempart" - Vanessa Paradis (ici en duo avec Benjamin Biolay) : http://dai.ly/x1055b1
4 : "Pourtant" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5hptlh
5 : "N'oublie pas" - Mylène Farmer featuring LP (partie anglaise traduite par mes soins) : https://www.rtbf.be/auvio/embed/media?id=2367643#
6 : "Dès que j'te vois" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5hoop0
7 : "Dis-lui toi que je t'aime" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5sepfe
8 : "Je sais" - Claude François : http://dai.ly/x1qwlln
9 : "On n'oublie jamais rien, on vit avec" - Hélène Segara featuring Laura Pausini : http://dai.ly/x8otp
10 : "ON" - Joyce Jonathan : http://dai.ly/x6iw892
10
9
1
2

Vous aimez lire Lara YWT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0