10 - Un échec

3 minutes de lecture

J’arrive dans l’openspace et vois Léopard assit sur MON siège en train de se connecter sur MON ordinateur et posant sa tasse sur MON bureau à côté de MON clavier et de MES documents.

— Hey ! Qu’est-ce que tu fais là ? finis-je par chuchoter en arrivant près de lui.

Je ne veux pas faire de scène mais il me cherche le surfer à la noix.

— J’essaye de me créer une nouvelle session.

C’est tout ? Rien de plus ? Je suis hors de moi !

— C’est mon bureau.

— Je sais.

— Et donc j’en ai besoin pour travailler.

— Tu es censée me former.

— Pour ça, il faudrait que j’ai accès à mes dossiers.

— Tu peux t’asseoir à côté de moi, je n’en ai pas pour longtemps.

Je n’en reviens pas. Le mec vient à peine d’arriver et il commence déjà à me prendre de haut. Il porte bien son nom de famille.

— Écoute Léo, j’ai une promotion à obtenir et ce n’est pas en te regardant fouiner dans mon ordinateur que je vais y arriver. Fais moi plaisir et fais joujou avec mes affaires pendant ma pause dej, tu veux bien ?

— Tu ne m’impressionnes pas.

— Ce n’est pas ce que je cherche à faire.

Je me poste devant lui pour lui bloquer la vue sur l’écran et le fixe jusqu’à obtenir son attention.

Je n’ai jamais rencontré une emmerdeuse pareille !

Tiens, c’est exactement ce que je me disais de lui. Moi qui pensais qu’il n’avait pas hérité du gêne, je me suis bien fourrée le doigt dans l’oeil. On m’avait dit que c’était un asocial, de toute évidence, il s’agit plutôt d’un gros crétin.

Il se lève et va chercher un fauteuil libre quelques mètres plus loin. J’en profite pour récupérer ma place et boire son thé. C’est mesquin mais je ne peux pas lutter contre mes pulsions. On va voir combien de temps il pourra faire l’indifférent face à moi. Je vais l’épuiser.

Il revient se poster à mes côtés, sans aucune réaction face à sa tasse vide, et attend. Bordel, c’est lui qui va m’épuiser ! Je décide d’être mature, du moins d’après ma perception de la maturité. Je lui explique donc comment je m’organise, quels sont les fichiers importants à retenir… tout ce qu’il doit savoir pour prendre ma place. Ses questions sont précises et techniques, il me teste. Et merde ! Si ça se trouve, il a été envoyé par son père pour évaluer les employés. Face à ce constat, je me dis que je suis vraiment débile. Il faut que je fasse quelque chose pour entrer dans ses bonnes grâces, et vite !

— Au fait, Léo. Dé… désolée pour tout à l’heure. J’espère que tu ne tiendras pas rigueur de mon caractère de merde et qu’on réussira à s’entendre.

J’avale ma salive pour éviter de sortir une autre connerie qui viendrait détruire tous les efforts que je viens de mettre dans cette phrase. Ça m’a demandé tellement de force que je suis exténuée. Quel calvaire de prétendre être sympa !

Elle est tellement pas habituée à s’excuser qu’on dirait qu’elle est constipée.

— Bien, belle mentalité ! je m’exclame.

— Tu es cinglée.

Je vais devenir fou si je passe le reste de la journée avec elle.

— Merci. Dis moi, t’as fait quoi comme étude ?

— Pourquoi ?

— Par curiosité.

— Polytechnique.

— Qu’est-ce que tu fais là, alors ? Tu ne veux pas travailler dans la finance et te faire des millions ?

— Et toi ? T’as fait HEC pour terminer DAF dans une petite boîte ?

— Insinuerais-tu que l’entreprise de ton père ne me mérite pas ?

— Ça ne t’épuise pas de devoir te supporter tous les jours ?

— Waouh, tu sais donc aligner plus de trois mots. Moi qui pensais que tu avais des problèmes orthophoniques.

Il me regarde puis lance un regard vers l’horloge qui indique midi trente. Enfin, il se lève et sort de l’openspace sans rien dire. Je suis folle de rage. En plus de m’exténuer, il me met en retard sur mon planning ! Je vérifie que Charlatan se trouve encore dans la pièce et use de mes charmes sur lui. Maintenant que je sais qu’il n’est pas hermétique, je me dis que ça ne peut pas faire de mal d’utiliser un peu de ma force de persuasion.

— Dis, Charles, tu ne veux pas aller me chercher un sandwich à la cafèt’ ?

— Si, bien sûr.

Aucun homme sur cette planète n’est assez bien pour la mériter.

Je ne peux qu’être d’accord avec ça !

— Au poulet, le sandwich !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Yanni
Mon premier poème publié ici... Un peu sombre mais j'espère qu'il vous plaira.
10
11
0
0
Défi
phillechat
Sandman
4
4
0
2
Défi
Lullaby-K6
Réponse au défi [Musique]

Pour nos choix. Pour notre « chute-libre » et les chemins inconnus. Pour le sens de la vie, tout simplement.
A toi, Nightwish.
3
11
1
1

Vous aimez lire Lara YWT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0