7 - Une mauvaise réponse

3 minutes de lecture

Ses roulages de patin méritent un cinq, tout au plus. Beaucoup de bave pour si peu d’intensité, ça me laisse perplexe. Je suis plutôt fan des baisers entrouverts, doux mais puissants. Là, j’ai l’impression d’avoir un escargot autour de la langue. Mais bon, personne n’est parfait. Il ne peut pas être beau, drôle, pas trop con et bien embrasser, ce serait indécent. En plus, il ne sent pas mauvais, c’est un bon point.

Nous sommes arrivés chez lui il y a à peine dix minutes et je me demande déjà ce que je fous là. Déjà, j’avais prévu d’en avoir deux, et en plus, je suis vraiment fatiguée. Même si je l’aurais été plus avec deux mecs, j’aurais au moins été plus satisfaite.

Je décide quand même de lui laisser sa chance. S’il met autant de lubrifiant sur mon entrejambe que sur ma bouche, ça devrait glisser tout seul et ne pas me demander trop d’effort.

Je dois bien avouer qu’il sait y faire : je me retrouve nue en un temps record et il prend bien mon corps en main. Alors qu’il s’affaire entre mes cuisses avec sa langue, j’agrippe le haut de sa tête et lui pose la première question qui me vient à l’esprit.

— Hey, mon petit sucre d’orge…

— Mmmh ?

— Quelle est la racine carrée de pi ?

Il me regarde comme si j’étais folle, puis se rappelle que je le suis effectivement.

— C’est à ça que tu penses quand j’ai ma bouche entre tes jambes ?

— Réponds à ma question.

— Trois quelque chose.

Le pouffement que ma question suscite chez lui fait jaillir un courant d’air froid sur mon entrejambe pleine de bave. Bon, il faut que je pense à quelque chose d’autre. L’image de Tim me vient tout de suite à l’esprit. Dire que me servir de lui comme sextoy virtuel avait été la seule chose qui m’avait permis de me remettre de mon larguage express par Trouduc. Maintenant, je me retrouve sans bouée de secours et avec des putains de pouvoirs de merde à la noix qui me pourrissent la vie ! Ça suffit, c’en est trop !

— Allez, c’est bon, Trucmuche, tu peux remonter à la surface.

— Hein ?

— Viens par là, dis-je en lui tirant sur les cheveux pour le placer sur le dos à côté de moi.

Je suis d’humeur sportive et j’ai besoin d’un exutoire. Je m’embroche rapidement à lui et pose un coussin sur ses yeux. C’est pas que je ne veux pas le priver de la superbe vue que je lui donne, je veux simplement éviter d’entendre ses pensées. C’est mon moment, pas le sien. Heureusement pour lui, il ne dit rien et me laisse me déchaîner. Voyant qu’il est plutôt docile, j’en profite pour lui mettre quelques coups, ça lui apprendra à me dire que la racine de pi se trouve autour de trois. Il gémit trop, trop rapidement, ça m’énerve encore plus.

— T’as pas intérêt à finir avant moi.

— Je fais comme je peux, couine-t-il.

Le mec se fait taper, n’a aucune vue sur rien du tout, et prend quand même son pied. Je suis agréablement surprise et réussis de justesse à avoir un léger orgasme. Bon, il m’aura finalement servi à quelque chose.

— Tu fais quoi ? me demande-t-il alors que je me rhabille.

— Je rentre.

— Laisse moi ton numéro.

Je ne peux pas m’empêcher de le regarder, il est vraiment maso !

Tellement parfaite, j’ai trouvé la femme parfaite !

Alors ça, je ne m’y attendais absolument pas.

— Je t’accorde un autre tête à tête avec moi si tu réussis à me retrouver par tes propres moyens.

— Facile mais pas si facile, hein ?

— T’as tout compris. Allez, à bientôt Bel Etalon.

Je me rue vers la sortie avant qu’il essaye de me retenir et commande rapidos un Uber pour rentrer chez moi le plus rapidement possible. Il est à peine vingt-trois heures et cette soirée n’a pas eu l’effet escompté.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Yanni
Mon premier poème publié ici... Un peu sombre mais j'espère qu'il vous plaira.
10
11
0
0
Défi
Mina singh
Marathon poétique 36/52
17
32
2
1
Défi
Aventador
Réponse au défi lancé par Touna :
"Vous devez écrire une histoire, aucun genre imposé, mais la particularité est que vous ne pouvez écrire qu'à partir de paroles de musique.
Vous n'avez pas le droit au rajout de mots sauf les mots de liaison.
vous avez le droit de prendre des paroles de plusieurs chansons différentes."

Ci-dessous les chansons dont j'ai utilisé les paroles :

1: "C'était hier" - Agustin Galiana : http://dai.ly/x6f1tl5
2 : "La vague à lames" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/xdwav1
3 : "Le rempart" - Vanessa Paradis (ici en duo avec Benjamin Biolay) : http://dai.ly/x1055b1
4 : "Pourtant" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5hptlh
5 : "N'oublie pas" - Mylène Farmer featuring LP (partie anglaise traduite par mes soins) : https://www.rtbf.be/auvio/embed/media?id=2367643#
6 : "Dès que j'te vois" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5hoop0
7 : "Dis-lui toi que je t'aime" - Vanessa Paradis : http://dai.ly/x5sepfe
8 : "Je sais" - Claude François : http://dai.ly/x1qwlln
9 : "On n'oublie jamais rien, on vit avec" - Hélène Segara featuring Laura Pausini : http://dai.ly/x8otp
10 : "ON" - Joyce Jonathan : http://dai.ly/x6iw892
10
9
1
2

Vous aimez lire Lara YWT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0