X. Mauvaise rencontre - Partie 2

7 minutes de lecture
  • L'enfant reprend ses esprits avec difficulté et se met à genoux, pour voir Seth et Hastur se déchaîner sur son agresseur. Seth à une barre de fer rouillée à la main, et l'enfant aux yeux noirs tient fermement une pierre qu'il abat méthodiquement sur les rotules de l'homme. Lorsque ce dernier cesse de bouger, les deux garçons baissent leurs armes. L'adolescent se dirige rapidement vers Noé, et dans un geste paternel inspecte la bosse qui commence à se former sur son crâne en écartant légèrement le tissu des lunettes artisanales. Heureusement, ni elles ni le masque n'ont subi le moindre dégât, et la peau devrait désenfler d'ici peu.
  •  Ça va ça va, t'en fais pas, dit Noé en écartant la main protectrice de son ami.

Il ne sait pas pourquoi, mais il ressent un sentiment de honte à l'idée de s'être fait attaquer aussi facilement. Il n'ose pas regarder Seth dans les yeux et les garde obstinément fixés en direction du sol.

  •  Putain Noé, t'es pas possible. Franchement, t'es pas possible, déclare l'adolescent d'une voix froide, dans laquelle perce tout de même un soupçon de soulagement.

L'enfant ne répond pas. A la vérité, il est bien en train de réfléchir à quelque chose à dire, mais les mots ne viennent pas. Cela ne lui arrive pas souvent.

  •  Tu pourrais au moins dire merci, intervient Hastur, en train d'examiner l'étrange masque de l'homme à terre.


  • Merci...


  •  C'est déjà ça, enchaîne-t-il en haussant les épaules, sans esquisser le moindre sourire.


  •  Mais comment ça se fait que vous soyez là ? demande finalement Noé, sa curiosité reprenant le pas sur son embarras.


  •  Je t'ai suivi, avoue Seth les bras croisés, ses yeux perçants épiant la réaction de son protégé.


  • Euh... Pourquoi tu m'as suivi ?


  •  Parce que depuis hier t'as vraiment bizarre. Eibon non plus n'est pas dans son état normal. Avec en plus ce qu'il s'est passé ce matin tu croyais vraiment que j'allais faire comme si de rien n'était ? T'as beau être intelligent Noé, t'es encore qu'un môme. Je sais pas ce que tu me caches ni ce que vous essayez de faire avec le vieux, mais maintenant tu vas tout me dire, exige Seth, sans cesser de fixer l'enfant de son regard inquisiteur.


  •  Mais et Hastur, pourquoi t'es là toi ? continue d'interroger Noé comme s'il n'avait rien entendu, espérant esquiver les explications qu'on lui réclame.


  •  J'ai croisé Seth, il m'a dit qu'il te suivait. Je trouvais ça cool alors je suis venu aussi, répond l'enfant d'une voix complètement indifférente, toujours fasciné par le masque du Cannibale.


  •  Réponds petit enfoiré ! Ça sert à rien d'essayer de changer de sujet. Tu peux être sûr d'une chose : je te lâcherai pas jusqu'à ce que tu m'aies tout expliqué. Absolument TOUT ! commence à s'énerver l'adolescent, ses énormes cernes lui donnant un air des plus sombres.

Noé réfléchit à toute vitesse, cherchant une explication à ce qu'il était en train de faire, qui lui éviterait de mentionner le passé d'Eibon. Rien ne vient, c'est peut-être ce coup qu'il s'est pris sur la tête qui le rend aussi lent d'esprit à cet instant.

  •  Je... Rien, je me promenais c'est tout... tente Noé de la façon la moins convaincante qui puisse exister.

C'était la tentative de trop. Rouge de colère, le sang bouillonnant dans ses veines, Seth lui saisit le bras et le sert tellement fort qu'une douleur irradie le membre de l'enfant.

  •  AÏE ! Seth ! Tu me fais mal !


  • BORDEL NOE, TU VAS TOUT M'EXPLIQUER ! EXPLIQUE ! hurle-t-il en secouant le garçon sans ménagement.


  •  Ça va, je vais tout te dire ! Lâche-moi ! crie finalement Noé, terrorisé par le visage déformé de colère de son meilleur ami.

L'adolescent fait tous les efforts du monde pour parvenir à se calmer. Il sort beaucoup trop de ses gonds en ce moment, ce n'est pas bon signe. Il ralentit sa respiration pour faire régresser cette colère qui s'est insinuée en lui aussi rapidement qu'un poison. Quant à Hastur, il s'est assis sur le dos de l'homme allongé face contre terre et les regarde comme s'il s'agissait d'un spectacle.

  •  Alors ? questionne Seth d'une voix qu'il veut douce et posée, bien qu'elle laisse encore transparaître quelques résidus de fureur.

Noé n'hésite qu'un instant avant de finalement se lancer dans les explications qu'on lui réclame si ardemment :

  •  En fait hier après la veillée je suis pas allé voir Eshu. J'ai espionné Eibon et Jacob qui discutaient dans le bureau. Et j'ai réussi à entendre le moyen de s'infiltrer dans l'Etat.


  • Attends sérieux !? Mais pourquoi t'as rien dit !? demande Hastur, soudain concerné par la conversation.


  • Parce que... Parce que j'ai fait une promesse.


  •  Une promesse par rapport à quoi ? Et comment on peut aller dans l'Etat alors ? interroge Seth, son intérêt pour les propos de l'enfant ayant fait disparaître les dernières traces de rage dans sa voix.

Noé expire un grand coup, il est sur le point de briser la promesse faite à Eibon ce qui le met dans une situation très inconfortable. Mais il n'a plus le choix désormais, il ne se sent pas la force d'affronter l'agressivité de Seth après que celui-ci vienne tout juste de le sauver des griffes d'un Cannibale. Après tout, il lui doit au moins ça pour lui avoir sauvé la vie.

  •  Seth, promets-moi de ne pas t'énerver. Si tu me le promets je pourrai tout te raconter, dit Noé en posant tout de même une condition afin de limiter les dégâts que sa révélation s'apprête à causer.


  • Hum... Ok, marché conclu. Raconte maintenant.


  • Il y a des tunnels qui relient le Cloaque à l'Etat. Ce sont les tunnels des Cannibales. A priori Eibon a trouvé Jacob là-dedans, il lui a sauvé la vie et l'a ramené dans le refuge.


  •  Attends, comment Eibon pouvait se trouver dans ces tunnels ?

Comme Noé s'y attendait, Seth a directement mis l'accent sur le véritable problème. Voilà pourquoi il se refusait si obstinément à tout lui avouer. Cela fait maintenant plusieurs années qu'ils se connaissent, suffisamment longtemps pour pouvoir anticiper les réactions et les interrogations de son ami.

  •  Eh bien... Tu m'as promis de ne pas t'énerver hein, préfère lui rappeler Noé avant de passer au point sensible. Je l'ai entendu dire qu'il faisait partie des Cannibales avant.

Le visage de Seth devient livide, ses sourcils se froncent comme si le garçon venait de dire une obscénité. Puis l'effet de la surprise s'estompant peu à peu, ses traits affichent maintenant un profond dégoût.

  •  Putain de merde... lâche-t-il dans un souffle, le regard dans le vide.


  •  Je suis désolé. C'est pour ça que je voulais pas t'en parler, je savais que t'allais réagir comme ça. Mais tu sais, Eibon a expliqué que les Cannibales ne mangeaient pas les gens. J'ai pas tout compris, mais à priori ils les enlèvent pour les donner à l'Etat. Ce sont les gens de l'Etat qui les mange, débite Noé à toute vitesse, se confondant en explications pour que Seth ne rechute pas dans une fureur sans nom. Et puis Eibon les a quittés, et il nous a tous recueillis. On sait pas ce qu'il a fait avant, mais depuis qu'on l'a rencontré on a enfin commencé à vivre ! S'il te plaît Seth, t'énerve pas.

Le jeune adulte de répond pas, mais regarde maintenant Noé droit dans les yeux. L'enfant n'arrive pas à déceler quelque émotion que ce soit dans son regard. Il ne sait pas trop quoi penser. Cette absence de réaction est étrange, il ne sait pas s'il doit se sentir inquiet ou au contraire soulagé. Finalement, Seth ouvre la bouche et dit d'une voix sans âme :

  •  C'est donc Eibon qui t'a fait promettre de ne rien dire ?


  •  Oui...


  • Et parce que tu ne m'as rien dit, tu t'es lancé à la recherche des tunnels tout seul.


  • Euh... Oui, admet Noé, de plus en plus préoccupé par la froideur et la distance dans la voix de son meilleur ami.


  •  Je comprends mieux pourquoi le vieux t'a laissé dormir dans son bureau cette nuit. Il avait peur que tu ne viennes tout me raconter je parie.

Noé ne répond pas, il ne voit pas trop où Seth veut en venir, mais cela n'augure rien de bon.

  •  Et aujourd'hui, tu as failli te faire tuer.


  • Je cherchais Kindred pour lui demander des infos sur les tunnels...


  • Les gars, ce serait bien si vous pouviez vous dépêchez de finir de régler vos problèmes de couple. Cette ordure respire encore, les interrompt Hastur qui commence à se lasser de ces querelles qui ne le concernent pas.

En effet, le fait que leur protecteur ait été un Cannibale ne semble absolument pas affecter cet enfant. La seule chose qui l'ait fait réagir, c'est quand Noé a évoqué le moyen de s'infiltrer dans l'Etat. Soudain, ses yeux luisent comme du pétrole, indiquant qu'il vient d'avoir une idée - sans doute malsaine, mais une idée tout de même.

  •  Eh attends ! Tu cherchais Kindred pour localiser les tunnels. Mais maintenant, on a un Cannibale sous la main les mecs ! On va pouvoir lui demander direct ! s'exclame le garçon aux yeux noirs, un rictus de contentement lui barrant le visage.


  •  Pour une fois que t'as une bonne idée, déclare Seth, qui s'est résolu à mettre de côté les révélations de Noé - pour le moment du moins.


  • C'est clair, j'y avais même pas pensé ! s'exclame Noé, profitant de cette diversion pour passer à autre chose. Mais comment on va le faire parler ? Je ne pense pas qu'il nous balancera tout direct.


  • T'en fais pas pour ça, j'ai plein de bonnes méthodes en réserve, ricane Hastur. Mais d'abord on peut pas faire ça ici, faut l'emmener quelque part où personne le trouvera.


  • Tu penses à un endroit en particulier ? questionne Seth.


  • Ouais, j'ai une bonne planque pas loin. Une très très bonne planque ! leur annonce celui-ci, son rictus laissant place à un sourire radieux qu'il n'affiche que très rarement.


  • Super. On y va alors ! s'écrie Noé.

Il attrape un bras de l'homme inerte tandis qu'Hastur s'empare de l'autre. Quant à Seth, il lui saisit les deux jambes, en tentant d'afficher un calme apparent. Toutefois les déclarations de Noé le travaillent, et il n'en n'a pas encore fini avec cette histoire. Mais pour le moment, il y a une chose importante qu'ils doivent faire pour réaliser leur rêve. C'est donc à nouveau liés et muent par une détermination commune que tous trois se dirigent vers la fameuse cachette du garçon pour y interroger le Cannibale.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Luna Queen

Ce monde-là..... Piff un monde d'abruties de dépressions et de souffrance.
Ou que je sois, je suis dans la souffrance, ce monde est trop grand et trop méchants pour moi.
Tout le monde est méchant avec moi..... Pourquoi ? Parce que je suis différente et faible.
On me reproche des choses que je n'ai pas faites, on est méchants avec moi, on m'insulte de tous et de n'importe quoi, on me fait confiance en rien.
Je me suis rien juste une petite fille dont la vie est brisée, je suis malheureuse et personnes me le savent.
Je pense souvent au pire, je me demande si je disparaissais qui sans rendrais compte? Qui serait malheureux de mon départ ?
Peut-être lui et c'est même sûrs parce que lui et le seul à m'aimer et il me le prouve tous les jours, malheureusement nous sommes à distance, mais je sais son amour pour moi.
Je l'aime, j'ai envie de me barrer qu'il m'emmène loin d'ici, qu'on part ensembles et ne jamais revenir.
J'ai besoin qu'il me prenne dans ses bras au moins une fois.....
Je voudrais être avec lui, j'ai besoin de lui, il est le seul que j'ai et que j'aurais pour toute ma vie.
Je t'aime et merci d'être là pour moi.

L'ange de ma vie.....
2
4
0
1
MIMI8

  Ce monde tant espéré,
  dont on a tous rêvé,
  je l'ai imaginé...
  Et rien que pour tous ceux
  qui aux fond de leurs yeux
  n'ont plus l'envie d'être heureux
 
  Voici ces quelques lignes, rien que pour eux....


  Des parcs et des jardins si merveilleux
  des fleurs aux milles senteurs,
  des oiseaux aux chants mélodieux,
  des papillons somptueux,
  un ciel tout bleu,
  des enfants joyeux,
  des gens amoureux,
  que du bonheur et pas qu'un peu,
  plus de miséreux ni de malheureux
  rien que des chanceux,
  plus de violences et d'instants douloureux,
  
   Je sais que mon texte n'est qu'un jeu de mots,
   en EUX
   mais essayons un peu,
   fermons les yeux,
   et faisons un voeu,
   Contentons nous de ce peu,
   et battons nous pour que demain
   nous soyons tous heureux....
0
0
0
1

Vous aimez lire Chloé T. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0