V. La veillée - Partie 1

5 minutes de lecture

    Quand les enfants ont terminé de manger, ils lavent leur récipient dans une bassine d'eau, à côté du chariot, puis retournent à leur place, repus mais excités à l'idée du conte qui les attend. Cependant aucun ne chahute avant qu'ils n'aient tous terminé de manger.

C'est la règle, sinon Eibon les prive de l'histoire du soir sans laquelle beaucoup d'entre eux ne parviennent pas à trouver le sommeil.

  •   Bien, maintenant que nous sommes tous rassasiés, il est l'heure de votre histoire. Il s'agit d'une légende très ancienne que j'ai retrouvé dans les archives holo de mon grand-père, explique le vieil homme, suscitant l'intérêt de son auditoire, une douzaine d'enfants trop émerveillés pour saisir le ton légèrement mélancolique de leur bienfaiteur.

Il dispose et allume deux bougies, une à droite et l'autre à gauche de lui, formant un arc de cercle de lumière orangée, puis sort un disque de fine épaisseur, pas plus large que la paume de la main. Il se saisit d’une petite bille, transparente comme de l’eau claire, qu’il pose dans un emplacement prévu au centre du cercle.

Le disque émet alors une lumière, et l'image d'un manuscrit en trois dimensions surgit devant lui, sous le regard ébahi des jeunes gens. Certains applaudissent, tous s'exclament de surprise bien que ce ne soit pas la première fois qu'ils voient un disque holographique.

Une fois le silence complet revenu, Eibon pose son doigt sur la bille d’eau qu’il fait tourner pour ouvrir la première page de l'ouvrage, puis commence ainsi son récit :

 

« Jadis, un architecte nommé Dédale construisit un gigantesque labyrinthe sur la demande d'un riche et puissant roi, connu de tous sous le nom de Minos. Celui-ci avait pour fils une hideuse créature mi-homme mi-taureau, le Minautore, qu'il voulait honteusement caché à la vue de tous. Pour cela il demanda donc à l'ingénieux Dédale de construire un palais dont l'agencement des pièces et des couloirs serait si compliqué que nul ne pourrait plus jamais en sortir.

« L'horrible créature se nourrissait de chair humaine, aussi son père, bien que décidé à ne jamais dévoiler son inavouable progéniture, ne pouvait se résoudre à la laisser mourir de faim. Ainsi, tous les neuf ans, sept jeunes garçons et sept jeunes filles tirés au sort seraient envoyés dans le labyrinthe, livrés en pâture à la bête. Mais un jour, un homme, résolu à faire cesser ce carnage, se cacha parmi les jeunes victimes et entra avec elles dans le palais du monstre. Thésée, tel était son nom, parvint à tuer le Minautore, délivrant ainsi la population de ces sacrifices imposés par le roi.

« C'est alors que Dédale et son fils, Icare, furent enfermés dans le palais labyrinthique par Minos, refusant que son ingénieur le plus talentueux puisse un jour ne plus lui offrir ses services. Ainsi l'architecte et Icare se retrouvèrent-ils prisonniers de sa propre construction. Mais l'homme n'avait pas fini de jouer de son ingéniosité, et c'est en observant le vol d'un oiseau de mer qu'il eut l'idée de s'enfuir par les airs. Dès lors, il étudia avec beaucoup d'attention la façon dont ces animaux parvenaient à se déplacer en toute liberté dans le ciel, immense et bleu, offert à eux tout entier. Il observa les battements de leurs ailes, le chevauchement de leurs plumes, et les moindres de leurs mouvements.

« Enfin, lorsqu'il fut certain d'avoir percé le secret des oiseaux, il alla ramasser un grand nombre de plumes pour se confectionner une paire d'ailes à sa taille. Pour cela, il les assembla entre elles avec du fil et de la cire. Son fils, Icare, ramassait les plumes qui s'envolaient au gré du vent et jouait avec la cire encore molle. Toutefois, son aide s'avérait plus gênante qu'utile. Cela fini, Dédale fixa sa paire d'ailes sur lui-même et reproduisit les mouvements qu'il avait si soigneusement étudiés, et miracle ! Il se mit à voler. Emerveillé, son fils lui demanda alors de lui en fabriquer une également. »

 

Eibon marque une pause, parcourt du regard l'assemblée, et constate que bon nombre d'entre eux se sont déjà endormis. En effet, avant même que le vieil homme ait fini de raconter son histoire, les ronflements et les respirations des plus petits s'élèvent peu à peu dans un concerto indolent, avec Morphée pour chef d'orchestre.

Dans un sourire, systématique à ce moment de la soirée mais pourtant rare chez le vieil homme le reste de la journée, il reprend :

 

« Sur la demande de son fils, Dédale fabriqua une deuxième paire d'aile, plus petite que la première. Il passa de longs moments à enseigner à Icare les mouvements des oiseaux qu'il avait été seul à observer. Et un beau jour son fils se mit à voler lui aussi. Cependant, il lui répéta maintes et maintes fois de ne pas voler trop près de la mer, sans quoi il mouillerait les plumes, et de ne pas se risquer non plus à s'approcher trop près du soleil, pour ne pas faire fondre la cire.

« Ils étaient prêts à s'échapper. Déployant leurs ailes, ils s'envolèrent tous deux au dessus de la mer, Dédale surveillant son fils d'un oeil alerte. Enorgueilli par cet incroyable sentiment de liberté, l'enfant s'amusa à aller toujours de plus en plus haut, se sentant devenir l'égal des dieux. Affolé, le père lui criait sans cesse de redescendre et de rester près de lui. Les ailes d'Icare perdaient petit à petit leurs plumes dégoulinantes de cire fondue, tandis que le garçon, entraîné par son poids, n'avait plus aucune prise sur l'air. Il tomba à pic dans la mer, des plumes virevoltant dans les embruns, tandis que le père cherchait désespérément son fils au-dessus des eaux bleues qui s'étaient refermées sur lui. »

 

Lorsqu'il désactive le disque holo, seules cinq personnes ne dorment toujours pas, les autres ayant trouvé le sommeil avec le son soporifique de la voix chevrotante du vieillard.

La petite Jörd s'est assoupie depuis bien longtemps, la tête sur les jambes de Noé, assis en tailleur. Toutefois ce n'est pas le cas du garçon, il n'en ressent même pas le besoin.

L'histoire d'Eibon éveille en lui un tas d'images tout droit sorties d'un monde de rêve, bien que le conte en lui-même soit tragique. Mais cela ne le perturbe pas outre mesure, il est bien trop occupé à imaginer de gracieuses créatures volantes, flottant dans une infinité d'un bleu d'azur.

Jetant un coup d'œil autour de lui, il remarque que Seth, Hastur, Jacob évidemment, ainsi que Shaula, une jeune fille à la peau mate et aux cheveux raides et noirs, ne sommeillent pas non plus.

Délicatement, il se lève et recouvre la petite d'une couverture grisâtre, puis pose sa tête sur un pull roulé en boule afin de l'installer confortablement. Sans bruits, il va s'installer au fond de la pièce à l'écart des dormeurs avec les autres insomniaques, afin d'entamer l'une de leurs discussions rituelles autour de la fabuleuse histoire d'Eibon.

Comme à son habitude, Seth dispose des couvertures en cercle autour d’une bougie placée au centre, sur lesquelles ils s’installent tous confortablement. C’est le moment que Noé préfère.

Plus que les veillées, plus que les heures passées à l’atelier, c’est lorsqu’ils se retrouvent tous pour discuter qu’il prend vraiment conscience de la beauté de l’existence.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Red Coquelicot

Que serais le monde sans hypocrisie ? Je pense que tout le monde s'y serais accomodé, tous le monde accepterais la critique. Mais aujourd'hui il suffit de donner son avis sur la chose où sur la personne pour etre détesté.Pourquoi donc ? Le monde est bien étrange et la vie aussi. Les humains sont des etres bien facsinants...Ils cherchent de nouvelles choses sur les autres espèces mais ne savent presquent rien sur leur propre races. Si différents les uns des autres visuellement et moralement. Chaque etre est unique. Comment pourrais-je contredire ce propos...? Aucunement. C'est réel. A chaque personne son histoire, son parcours, ses ressentis, ses défaults et ses qualités. On peu paraitre extraordinaire décrit comme ça. Pourtant l'humain est la maladie du monde, il est le virus sur terre et le cauchemar du reste de vie. Nous sommes priviligiés, tou nous es livré sur un plateau d'argent mais nous continuons de tous détruire, de nous monter les uns contre les autres. A nous entretuer. L'hypocrisie, le mensonge, le manque de respect, la soif de pouvoir, la jalousie, les passions mauvaises, l'ignoranc, et la heine sont des maladies sans antidotee. Elles salissent os coeurs. Elle nous controlent et nous font faire des atrocités, nous font dire des paroles regrettable et nous rendent malheureux. Les hommes en ont pleins le coeurs. C'est la folie de notre espèc. Et ces actes ne sont pas punissable. Encore faut-il s'en rendre compte. Se rendre compte que nous sommes malade et sale de l'intérieur. Ceratins le comprenne et changent, d'autres ont le coeur si noir que la lumière rebondit dessus sans pouvoir le pénétrer. La noirceur trop présente rend les ges sourd et aveugle. Il n'écoute, et n'entend plus ce qui pourrais les faire changer, les faire revenir à la raison...
1
1
52
1
Défi
Sonio

Mina avait passé sa matinée à préparer une tarte aux cerises ce dimanche de juin.
Elle avait déposé l'assiette avec la jolie tarte sous la tonnelle du jardin , sur la nappe blanche de la table fermière.
Puis elle était retournée à ses fourneaux , fière de son œuvre réussie.
Seul son chat Isidor jetait un clin d'œil furtif à ce plat préliminaire.
Les enfants n'allaient pas tarder à arriver de Paris affamés.
Mais une pie voleuse aussi rapide que futée s'empara avec son bec de la moitié du gâteau.
À son retour Mina était bien désolée de voir ce spectacle de son dessert entamé.
Pouvait elle accusé le pauvre Isidor endormi sous un arbre.
Un petit ange d'innocence ...
Alors qui ou quoi ?
Un renard et un corbeau ?
Il y a longtemps que l'eau de la fontaine sur la place du village ne coulait plus.
Un fantôme, on disait que la ferme séculaire était un peu hantée , par une marquise du château voisin qui avait eu un amant ici en 1789.
Il était hélas ! trop tard pour refaire une autre tarte , ou la révolution...
Comment mathématiquement Einstein pas le violoniste, toi qui a écrit que la moitié d'une tarte aux cerises sur une assiette à dessert n'implique en rien que l'autre moitié ait été mangée ?
S'interrogeait elle dubitative et sceptique ?
Cette question presque métaphysique restait sans réponse...
Thèses et hypothèses se bousculaient dans sa pauvre tête.
Elle qui avait eu son certificat d'études primaires de justesse en 1935.
Son gendre Albert polytechnicien et sa fille Ursula Astrophysicienne l'aideront à résoudre , cette équation insoluble et mystérieuse.
Elle avait hâte de savoir et soif de connaissances.
4
6
7
1
Défi
Nolwen Arian

  Je suis Miléna Siresis (alias Artemis) élève de seconde générale et technologique, j'ai quatres amis du nom de Gloria Arteman ( alias Athéna), Florian Gluchin (alias Apollon), Amelie Tablor( alias Hades) et Antoine Jupard( alias Poseidon), nous sommes dons cinq. Cinq êtres assez défaits de la norme et de la société. Lorsque nous sommes pas au lycée nous sommes sur notre console de jeu ou nous essayons de réussir à terminer un jeu que nous venons d'acheter " Reality or Virtual". Nous aimons l'aventure mais l'aventure virtuel. Nous nous plongeons dans notre jeu comme un lecteur dans son livre ou comme un nageur dans sa piscine. Pour nos pseudos nous avons choisi des noms de dieu et déesses ne me demandez pas pourquoi je ne sais pas réellement.
 " - Près à demarrer le jeu les gars? lançai-je
- Prête Artemis! dis Gloria
-Prêt! ajouta Flo
- Pareil ! rétorqua Amélie
-Présent! envoya Antoine." Nous étions tous là, prêts à lancer le jeu. Première mission lancée, nous jouons toujours en équipe. Nous sommes un crew, une équipe, une famille. Une demi-heure est passée et nous venons de finir cette mission d'une facilité extrême. Je commence à jeter un coup d'oeil sur les autres missions, et ce que je trouve intéressant c'est que les missions n'ont strictement rien à voir les unes avec les autres. En parcourant la liste des missions nous avons tous les cinq été attirés sur la même mission " IRREALISABLE". Pourquoi ce titre? Avec l'accord de toute l'équipe je lance cette dernière. Quand d'un coup toutes les lumières se sont éteintes, seul mon écran était toujours allumé. "Les gars? vous m'entendez?
- Artemis! Toujours là?
-Les gars il vient de se passer un truc méga-chelou
- Je crois que ça nous est arrivé à tous les cinq Antoine."
Nous nous sommes retrouvés tous dans une seule et même pièce noire. Un projecteur d'une lumière très puissante nous éblouie. Nous remarquons que le sol sous nos pieds est fait de sable. Finalement toutes nos lumière se rallument. Mais nous ne sommes plus dans la même pièce et avons l'apparence de nos avatars. Soudain, une voixOFF nous interpelle tous les cinq. " Artemis! Athéna! Apollon!Hadès!Poseidon! vous êtes coincés dans cette arène jusqu'à réussir cette mission." Une arène! Noous sommes coincés dans une arène. La voix repris son discours: " Pour réussir cette mission il vous faudra trouver cette clef d'or cachée quelque part dans cette arène. Mais une simple recherche serait trop facile, vous serez confrontés à diverses pièges et adversaires. Bonne Chance!" Et la voix ne nous laissa pas plus d'information. J'ai fermé les yeux pour m'assurer de ne pas rêver, mais quand je les ai ouverts et que j'ai regardé autour de moi, des flaques de sang recouvraient des parties du sol, des corps d'avatars gisaient au sol, des armes ensanglantés et cassées étaient éparpillées dans l'arène. Qu'allait-il nous arriver? C'est la question que nous nous sommes tous poser. Brusquement le sol se mit à trembler et se diviser en deux, nous avons tous sauter d'un côter et le sol s'est refermé immédiatement. Ca y ai, la mission avait commencé. Nous commencions à chercher cette foutue clef sous le sable, dans les murs, sous les sièges, de partout, mais en vain. Des pièges s'ouvraient de partout, à gauche, à droite, toute les deux minutes, nous ne savions plus où donner de la tête. Nous nous sommes alors réfugiés dans un coin pour se concerter. Nous avons donc décider de la jouer geek. On passe notre temps à jouer aux jeux vidéos, ça doit être plus qu'une facilité pour nous! Antoine a chronométré le temps qui s'écoulait entre chaque pièges, Gloria le nombre de monstres qui nous attaquaient par heure, Florian s'occupait des armes, Amélie de la magie et moi de chercher la clef. Nousa vons du affronter environ 65 créatures. Amélie y est restée, j'ai peur! Peur qu'elle n'y soit restée aussi dans la vrai vie genre SAO. Mais pour l'instant les autres s'efforcent de me garder en vie car depuis qu'Amélie à céder dans les griffes de ce mélange de chacale et griffon je ne suis plus concentrer sur la mission. Ca nous nouos arrive souvent de se voir mourir mais la c'était pas pareil. On parvint finalement à détruire celle que nous pensions être la dernière créature. Mais 5 minutes après une autre apparue. Ce fut un long combat acharné mais la bête céda sous nos coups d'armes et de magie. D'un éclat d'or, un clef apparut devant nous en lévitant et une porte se créa dans notre dos. Je pris la clef et ouvris la porte. Nous étions enfin rentré dans le monde réél.
  "- Amélie? Tu es là? lançais-je
- Miléna! Oui ne t'inquiète pas je suis en vie ce n'était que dans le jeu mais en réalité vous êtes partis 1 mois dans le jeu! c'est ouf! "
Merci Seigneur elle était toujours là! Une chose est sûre je ne rallumerai plus ce jeu avant un sacré bout de temps...
2
6
6
3

Vous aimez lire Chloé T. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0