1er octobre 2016

2 minutes de lecture

Émilie n’est pas venue depuis deux semaines. Elle ne m’a pas appelé non plus. Peut-être est-elle en vacances ? Je n’ai aucune nouvelle depuis notre engueulade et ça me stresse beaucoup. Je me sens tendu. Irritable. Plus que d’habitude. Je me suis offert une virée à l’extérieur, sinon je crois que je serais flingué ! L’ambiance de fin de vie me rend fou ici ! Des pensionnaires décèdent. On voit leur photo à l’entrée, un sobre bandeau noir sur le côté. Souvent, on ne les connaît pas, mais on se projette. D’autres perdent la tête. Hubert, mon plus grand fan, ne m’a pas reconnu hier. J’ai vu son regard se perdre. Il fronçait les sourcils, cherchant à savoir qui j’étais. Puis il s’est énervé et est parti en me criant dessus. J’ai en ai frissonné et je suis parti m’enfermer dans ma chambre, refusant d’en sortir pour le dîner. Allais-je perdre la tête ? Quand ? M’en apercevrais-je seulement ?

Donc, je suis sorti. Un dimanche, lorsque les familles sont de visite, c’est plus facile. Peu d’entre elles se déplacent pour saluer leur momie, mais l’ébullition m’a suffit pour me faufiler dehors.

L’extérieur m’a agressé. Le froid m’a attrapé. Le bruit m’a giflé. L’effervescence m’a entouré. Dur retour au monde réel ! Étais-je déjà si diminué ? Ça m’a vexé ! Mais j’avais juste perdu l’habitude, c’est tout !

J’ai respiré un grand coup et j’ai avancé dans la rue en me tenant au mur, ma canne dans l’autre main. Je suis entré dans le premier bistrot qui s’est présenté. C’était un bar PMU, un peu crasseux. Un parfait dépaysement, loin de l’ambiance clinique de mon chez moi. Ça sentait le tabac froid et la friture. Quelle extase !

J’ai raconté mon histoire au patron et aux quelques habitués qui traînaient là à cette heure matinale. Je n’ai omis aucun détail grivois, ce qui me valu une sympathie immédiate de l’assemblée. Pour la peine, le patron m’a offert un café. De la caféine… S’ils savaient… J’ai consacré mes dernières économies à l’achat d’un paquet de cigarettes, des sans filtres. Tant qu’à faire, autant le faire bien !

Sur les coups de midi, je suis retourné à la maison. J’avais du mal à me l’avouer, mais cette petite excursion m’avait fatigué. Les aides soignants me sont tombé dessus comme une meute de loups sur un agneau. Ils m’ont fait mal et à plusieurs reprises, j’ai failli tomber. J’ai hurlé comme un animal avec une force dont je m’étais cru à jamais dépourvu. J’ai eu droit à une dose de calmants qui auraient assommé un taureau !

À mon réveil, douze heures plus tard, j’ai vu que ces salopards m’avaient confisqué mes clopes.


À suivre...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Knoevenagel
Trois ingénieurs de la CIA travaillent sur une nouvelle arme surpuissante. Mais ça n'est pas un missile dernier cri, ni une énième bombe atomique...

Il s'agit d'une chose bien plus subtile, dont la perversité commence à peine à effleurer l'esprit des scientifiques consciencieux qui ont donné la moitié de leur vie à cette oeuvre. Elle pourrait bien changer à jamais la face du monde et la façon dont seront réglés les conflits à venir...
2
5
6
5
Ranne Madsen
Sujet 3 s'éveille un jour dans un laboratoire, un mécanisme sombre en guise de bras. Pas de souvenirs, pas de passé, la sirène comprends rapidement qu'elle n'existe que pour un seul but : devenir une arme.
Si l'aimable docteur Sugarawa la prends rapidement sous son bras et veille sur son bien-être, ce n'est pas le cas d'Anila NDong, la mercenaire censée agir en cas d'incident. Cette dernière, haïssant la sirène de tout son être pour une raison échappant à la compréhension de cette dernière, est prête à tout pour prendre sa place.
Mais, alors que l'opportunité se présente, la mercenaire hésite. Une seconde, une simple seconde, mais une seconde de trop.
1
2
1
6
Défi
Eric Abbel
Écrit à partir de ce qu’il y avait autour de moi dans ma chambre d’hôtel (voir la vidéo : https://youtu.be/M90-gUUMm70 ) :
des travaux dans la rue, des gens très bien (titre d’un livre), Couple aux directions opposées (tableau au mur), Bentley, Coffre fort, panneau « Radisson do not disturb », téléviseur Philips. (et dans cette version j’ajoute la Bentley que j’avais oubliée lors de la première écriture !)
3
2
0
1

Vous aimez lire Alexis Garehn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0