Chapitre 4

2 minutes de lecture

Des personnes que je croyais connaître l'expérience de la dépression se révèlent d'une ignorance impensable et se reculent indifférents de mon humeur débordante de tristesse, ou d'une expression vidée, désabusée... l'humanité n'apprendra-t-elle jamais de son affligeante lucidité abandonnée au néant... non elle ne peut plus, elle ne veut plus, résignée à ne plus rien ressentir, pour sa propre préservation, à ne plus au grand jamais la souffrance, sauf qu'à leur grand dam, nous sommes ou ne sommes plus – qu'importe – pour leur rappeler la mort omniprésente, nous les suicidaires, les suicidés, nous philanthropes dont la pénitence n'a d'égale... nous ne vivons en notre temps -qu'importe l'époque toutes sont les mêmes - marginaux, solitaires, asociaux, névrosés, mis au ban de la société, traités de dégénérés, de fous ou de spéciaux, de cas, d'étranges abominations dégueulant l’animosité de la réalité, sans fard et sans artifice. Détestable, réprouvé,exécrable et maudit par ces moralistes conformistes dont la justice n'a d'égale que dans l'injustice, n'importe l'institution est une folie, toute chose est une folie. Mais celle-ci encore plus, elle est produit de l'imagination totalitariste d'un humain, d'un imbécile heureux ! Race haïssable qu'est l'espèce humaine. Cette pourriture, ce charognard qui s'acharne à ronger la chair du monde, à s'en délecter, à en jouir de sa violation au vrai monde vivant. Celui mort ou en voie d'extinction : les races et espèces en dehors de l'humanité inhumaine. Cette diatribe à l'effet du purgatoire sur ma conscience. J'apaise mon esprit par ce déchaînement de violence et de haine. Mais la violence et la haine sont deux fabuleuses émotions cruellement immanentes. La haine et la violence sont des moyens purgatifs d'exercer le Chaos, dans sa forme la plus impure, celle du bouleversement des valeurs, du changement radical, d'une violence éternelle, infinie et d'une transcendance dans la réalité. Tout ce qu'il y a de plus dévastateur engendre la dévastation... or une nouvelle ère se lève... Ma philosophie est aussi paradoxale, puisque chaque être ne se comprend pas parfaitement et se contredit constamment. Puisque dans notre réalité, il n'existe aucun fondement, structure, déterminisme en rapide, tout cela est produit de la construction d'une stabilité illusoire pour servir un pouvoir. Le grand Tout est instable. Rien n'est absolu. CHAOS, PARADOXE, FOLIE, VERITE ! Ne restez jamais trop longtemps sous un schéma défini ou vous y moisirez. La réalité est cruelle, si vous n'y tenez plus je n'y peux rien, en vérité personne ne peut influencer un individu résolu à accomplir ce que sa volonté ou sa folie lui chantonne. Il n'y a pas de raison, c'est une illusion humaine que de vouloir inévitablement tout comprendre, alors qu'elle ne comprend rien, rien, rien... Le choix appartient à sa propre réponse, sa propre vérité, sa propre solution, découlant de son parcours à travers son âme, introspection individuelle tourmentée, torturée et encore mille fois mise à la question. Funeste conclusion, si tu ne le crois, ne le crois pas, je ne t'y obligerai aucunement. Tu sais quelle opinion je porte sur chaque vivant, une bien piètre estime de la matière dont nous sommes fait. De chair, de sang, d'ossements et d'un puits vide tombant les tréfonds chaotiques.

Annotations

Recommandations

gian paolo

Myrtille est une fille charmante, j'devrais plutôt dire un abricot charmant, car Myrtille est un abricot.
Depuis peu, elle a perdu son travail (vendeuse chez Saïd, l'épicier) et tout s'est enchaîné. Plus de travail, plus d'argent; plus d'argent, plus de logement; plus de logement, la rue, la dèche, la merde quoi!
Mais Myrtille est de nature positive. Elle sait qu'elle va s'en sortir. Elle ne sait pas comment, mais elle va s'en sortir.
Donc, ce matin-là, Myrtille se rend en ville pour chercher du travail. Chemin faisant, elle rencontre d'autres compagnons de misère. Il y a Melon, avec lequel elle a eu une aventure autrefois, Pêche, une amie d'enfance, Banane, qui rit tout le temps et Asperge, qui est toujours au régime. Tous vont chercher du travail dans la grande ville.
Arrivés à Pôle Emploi, ils frappent à la porte et c'est Mme Autruche, toujours fière et plein de bracelets en or, qui les accueillent:
- Bonjour, mesdames, messieurs, j'suis heureuse de vous dire qu'aujourd'hui c'est votre jour de chance. Il va y avoir du boulot pour tous!
Myrtille ne croit pas beaucoup aux belles paroles de Mme Autruche, car elle a si souvent été décue. Mais bon! Peut-être qu'aujourd'hui!
- Je ne perds pas de temps, car mon temps est précieux et j'entre droit direct dans le vif du sujet!
dit Mme Autruche.
- Vous Melon, j'ai une place sur le marché de Cavaillon. Vous serez pas seul. Le touriste raffole du Melon de Cavaillon!
- Mais.... j'suis pas de Cavaillon, j'suis de la banlieue parisienne...!
ose Melon.
- Mais j'm'en tamponne le coquillard! Melon, les touristes n'y voient que du feu. Ils dépensent des sommes folles pour manger du melon de Cavaillon. Capisci? Alors, vous le prenez ce job?
- Ok, j'y vais comment à Cavaillon? J'ai pas un radis.
- Tu te démerdes... T'as qu'à rouler jusque-là!
Myrtille, Banane, Pêche et Asperge rient de bon coeur. Un melon parisien à Cavaillon, c'est drôle mais au moins, lui, il sera au soleil. Il pourra bronzer.
- Bon, pour vous Banane, j'ai un couple des jeunes filles du XVIème qui me demande un régime de bananes pour le week-end. Elles payent bien, mais ne m'ont pas dit ce qu'elles voulaient faire avec ce régime! Vous prenez Banane?
- Je prends! En plus, j'ne serai pas seule et j'pourrai discuter avec mes copines. Merci!
Mme Autruche continue. Elle est déjà en retard sur son timing et donc, accélère.
- Pour vous, Myrtille et Pêche, salade de fruits géante demandée par une chanteuse pop, de passage à Paris. Elle est pleine de fric et une coupe de champagne est offerte pour ce job. Vous prenez?
- Ouais... disent ensemble Pêche et Myrtille.
- Quoi? Vous êtes pas contentes! J'me casse le cul pour vous trouver un job et mesdemoiselles font la fine bouche!
- C'est pas ça, Mme Autruche, mais si j'ai bien compris, les invités, y vont nous bouffer?
- Ben oui, ma ptite, mais dis-toi que c'est la fin de tes emmerdes... Tu bois une coupe de champagne, tu donnes du plaisir à des centaines de personnes et tu meurs... Mais dis-toi qu'avec les noyaux, tu laisseras une descendance, d'autres Myrtille et Pêche

- Ouais... OK, nous acceptons.
Et elles quittent le bureau.
Asperge, qui depuis une heure n'a rien dit et se tient à l'écart des autres, demande timidement:
- Et moi, Mme Autruche?
- Ah! Vous, Asperge! Malheureusement, j'n'ai rien trouvé pour vous mais revenez tenter votre chance le printemps prochain!
3
4
8
2
Défi
Ovide Blondel
Où le lecteur pourrait se faire une fausse idée de la personne attendue...
13
20
3
2
Yoann Edward Devos
Aiden, un jeune garçon de quinze ans est témoin d'un des plus grands cataclysmes de l'histoire humaine. Une bombe atomique de dernière génération a accidentellement explosée sur le sol Américain et en a fait des dégâts catastrophiques. Il va donc être contraint de survivre dans un monde hostile et post-apocalyptique dans lequel il y rencontrera une communauté de survivant retranchée dans un abri antiatomique de haute technologie abandonné par l'armée avec lesquels il devra se familiariser. Mais il fera également la rencontre d'infectés ayants étaient exposés aux radiations de la bombe qui sont bien décidés à rendre ce qui reste de l'espèce humaine un souvenir.
0
3
91
8

Vous aimez lire Marquis de Corbeau-de-Vaulserre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0