Chapitre 39 : Deux bêtes à cornes.

10 minutes de lecture

Au réveil, toute la colère qu’aurait dû ressentir Kimi et qui s’était égarée à cause de la peine de la veille lui revint comme un coup de fouet en pleine figure.

Le manque d’heures de sommeil y fut pour quelque chose, dessinant de gros cernes sous ses yeux bleus. Après sa douche matinale, elle enfila un ensemble confortable pour être à l’aise dans l’avion et déposa sa valise sur le grand lit. Tout y était. Il ne resterait plus qu’à la boucler après le petit-déjeuner. Puisqu’ils mangeaient toujours tous ensemble, elle attendit qu’on vienne la chercher tout en appréhendant le moment où elle devrait faire face à Sky.

Ce fut Charles, d’une douceur sans égale, qui vint voir comment elle se sentait. Ils sortirent ensemble de la suite et attendirent dans le couloir. Le restant de l’équipe n’osa pas entamer une conversation, vu sa mauvaise humeur. Billy apparut peu de temps après et tâta le terrain depuis derrière le dos du vieux majordome.

  • Kimi ? Peut-on parler ? demanda-t-il, sur la réserve.

Quand elle acquiesça, ils s’écartèrent légèrement du groupe pour discuter. La blonde resta dans le silence, attendant qu’il s’explique. Elle qui avait été si joyeuse durant tout le voyage… Billy se sentit un peu intimidé.

  • Je… Je voulais m’excuser pour hier.
  • D’accord, répondit-elle d’un calme olympien.
  • J’ai eu envie de le taquiner et je ne pensais pas que ma blague prendrait une telle ampleur. Tout ce que je veux que tu saches, c’est que je t’ai choisi pour ton talent. Après ce qu’il a dit hier soir, je m’inquiétais que tu penses le contraire. Tu es une excellente danseuse et je ne veux pas que tu en doutes. C’était aussi un vrai plaisir de travailler avec toi, donc… Sache que je suis sincèrement désolé, ajouta-t-il en jouant nerveusement avec les branches de ses lunettes accrochées à son t-shirt.

Les traits durs de son visage s’affaissèrent. Elle appréciait son geste.

  • Merci, fit-elle en dégageant timidement quelques mèches de cheveux.
  • Sans rancune ? lui demanda-t-il en lui tendant sa main.
  • Ça va… je ne t’en veux pas tellement à toi, annonça-t-elle en répondant chaleureusement à sa poignée.
  • Si je peux me permettre… J’ai discuté avec Sky et… Je crois qu’il s’en veut beaucoup. C’est ma faute si vous en êtes là, alors… je voulais te mettre au courant.
  • Il n’avait qu’à réfléchir avant d’ouvrir sa bouche, rétorqua-t-elle après un temps. Toujours à se faire désirer, ajouta-t-elle lorsque ce dernier pointa enfin le bout de son nez.

Lunettes de soleil sur les yeux, il passa une main dans ses cheveux pour dissimuler son malaise. Kimi trouvait qu’il se la pétait, alors qu’il cherchait juste à cacher sa grande fatigue et surtout sa honte. Elle se sentait blessée dans son estime et lui se pavanait tel un paon ? Les mains dans les poches, Sky se plaça pas loin derrière, sans dire un mot. Il savait qu’il devait se faire tout petit. Pourtant, importuner par sa présence, Kimi ne le regarda qu’une seconde. Elle préféra se mêler au groupe qui descendait déjeuner maintenant qu’ils étaient tous au complet. Si elle pouvait se permettre de pardonner la maladresse de Billy, il n’en était rien pour la connerie de Sky. Jamais personne ne lui avait autant manqué de respect. Il ne méritait rien d’autre que son silence, et ce, pour autant de temps qu’il le faudrait.

***

Kimi n’était pas de nature rancunière, mais elle n’avait pas pour habitude de se laisser marcher dessus non plus. Elle avait décidé de passer outre le visage triste que Sky avait montré durant tout le petit-déjeuner. Il ne pouvait que s’en vouloir à lui-même d’avoir été si méchant. Elle campait sur ses positions, d’autant plus si ça le touchait. À son tour de souffrir ! décida-t-elle avant de quitter l’hôtel où elle avait passé des vacances de rêves le temps de quelques jours.

Assise à côté du plus gentil homme qu’elle connaissait, Dossan mis à part, elle joua à des petits jeux avec Charles durant tout le trajet jusqu’à l’aéroport. Charades, devinettes, baccalauréat, le vieux monsieur su lui redonner le sourire. Elle animait maintenant tout le van de ses protestations :

  • Vous êtes trop forts ! C’est pas juste ! s’exclama-t-elle, frustrée d’avoir perdu une énième partie.
  • L’expérience jeune fille et la patience, lâcha-t-il dans des petits rires.

En lui tirant la langue, Kimi remarqua que son nouvel ennemi la zieutait depuis le siège en oblique devant eux. La joue appuyée sur le dossier et les bras croisés, Sky cherchait son regard. Refroidie et toujours très fâchée, elle tourna la tête dans l’autre direction, l’obligeant à abandonner pour le moment. Il fallut quelques minutes à la blonde pour regagner son calme. Une fois fait, Kimi ne passa pas à côté du léger sourire que portait Charles. Elle avait parfaitement conscience de tout l’amour qu’il portait pour le membre de la famille Makes, tel un grand-père.

  • Rien ne vaut une bonne conversation, Mademoiselle, la conseilla-t-il.
  • Pas maintenant, murmura-t-elle, attristée.

***

Au moment de rentrer dans l’avion, Billy fut pris d’une idée, mais y réfléchit à deux fois avant de l’appliquer. Il ne voulait pas risquer de créer plus de problèmes. Dans la file d’attente, il chuchota alors quelques mots à ses coéquipiers. Compréhensifs, la plupart répondirent à sa demande en hochant de la tête.

Dans ses pensées, Kimi n’y prêta pas attention, tandis que Sky les observait en silence. Leur petit plan ne l’arrangeait qu’à moitié.

En effet, quand il n’eut plus que le siège à côté de Kimi pour s’asseoir et qu’il découvrit sa stupeur, il eut soudainement envie de fuir. Elle refusait toujours de lui prêter de l’attention, se collant du plus qu’elle le pouvait au hublot.

Ils passèrent les premières heures du vol jusqu’à la première escale sans se calculer, lui, musique dans les oreilles, elle, lisant le bouquin que Charles lui avait prêté.

La tête pleine d’histoires d’oiseaux extraordinaires et d’adolescents courageux, elle fut soulagée de pouvoir se dégourdir les pattes lorsque l’engin s’arrêta. Valise en main, elle chercha directement un distributeur, son ventre criant famine. Face à la machine, elle jura lorsque celle-ci refusa de lui donner son paquet de M&M’s. À croire que le sort s’acharnait, en se retournant elle vit Sky dans son dos, attendant son tour. Elle leva les yeux au plafond et le contourna tandis qu’elle cherchait une nouvelle pièce dans son porte-monnaie. N’en trouvant pas, sa vue se troubla de larmes. Elle était totalement à fleur de peau. Sur ce, elle préféra s’éloigner de Sky qui devait sans doute se rire de la situation.

  • Kimi… l’appela-t-il timidement.

D’abord énervée, puis surprise, elle le dévisagea. Il déposa le paquet de chocolat dans ses mains presque de force. Comme si ça pouvait changer quelque chose.

  • Bon app… lâcha-t-il en se préparant à partir.
  • Reprends ça, j’en veux pas, répondit-elle en le suivant.
  • Me fais pas rire, ton ventre n’arrêtait pas de gargouiller… Donc, prends-les.

Elle haussa un sourcil en guise de réponse et s’enfila la moitié du paquet en attendant la correspondance qui s’attardait à se mettre en piste.

Billy envoya un message à sa mère pour la prévenir qu’ils auraient un petit peu de retard.

  • Le réseau est mauvais, j’espère qu’elle le recevra, s’inquiéta-t-il à haute voix.
  • Au pire, elle attendra, lui répondit Sky, beaucoup plus tranchant.

***

Chacun s’arrangea pour reprendre plus ou moins les mêmes places dans le nouvel avion. Cette fois, ce fut Sky qui s’assit du côté hublot. Il ne se doutait pas que ce changement déplairait tant à sa voisine qui gesticulait fortement sur son siège pour montrer son mécontentement. Quand elle plongea sa main dans le paquet de M&M’s, Sky secoua légèrement la tête.

  • Quoi ? fit-elle en enfournant deux trois boules colorées dans sa bouche.
  • Tu vois que tu en avais envie finalement, répondit-il d’un ton un peu plus léger.

Dégoûtée, Kimi repoussa le paquet sur sa tablette. Il lui avait coupé la faim. Le mec osait la prendre de haut alors qu’il ne lui avait encore présenté aucunes excuses. Sky culpabilisa immédiatement. Il avait trop l’habitude de la taquiner. Malgré tout, le moment paraissait opportun pour tenter une approche.

  • Écoute, euh… J’aimerais bien te parler…
  • Écrase, le coupa-t-elle, noir de colère.

Il se retrouva bête, à la regarder sans comprendre.

  • Parce que tu as arrangé tes petites affaires avec ton frère, tu crois que ça va marcher de la même manière avec moi ? Sérieusement, tu me saoules !
  • Kimi, on est dans l’avion donc… paniqua-t-il en jetant des regards autour de lui.
  • Eh ben quoi ? C’est toi qui voulais me parler, non ?
  • C’est vrai. On pourrait le faire sans crier par contre, se reprit-il, très sérieux.
  • Bah vas-y, parle.
  • Je sais que… j’ai dit des choses déplacées… ok ? Et je n’aurais pas dû sous-entendre que tu étais ici grâce à moi.
  • Tu le pensais.
  • Non, je… J’étais énervé…
  • Sans raison.
  • Tu peux comprendre que je n’ai pas aimé l’idée que tu puisses embrasser mon frère ?

À ce moment-là, une quarantenaire devint très intéressée par la conversation. Kimi la foudroya du regard. Sa colère envers Sky ne fit qu’accroître.

  • Mais tu as vu pourquoi tu me fais passer ? Ce n’est pas arrivé et de toute façon, je ne vois pas le problème… T’es pas mon mec ! s’énerva-t-elle en chuchotant.
  • C’est une question de principe, s’approcha-t-il de son visage, en faisant de même.
  • Mais on est pas amoureux bordel !
  • C’est pas parce que je suis pas amoureux que ça me dérange pas… Il le faisait exprès pour m’ennuyer, car il savait que…
  • Que quoi ?!
  • J’ai pas envie de te partager avec lui ! Ni aucun de mes amis, d’ailleurs, ajouta-t-il rapidement.
  • Ouais, t’es juste un égoïste, en fait…
  • Mais non, c’est juste que… Billy a toujours eu tout ce qu’il voulait et j’ai toujours été mis sur le côté. Tu le sais, tu as écouté notre dispute quand on était dans le bureau…
  • C’est pas comme si j’avais vraiment voulu, le coupa-t-elle.
  • Je m’en fous, c’est juste que… Merde, je m’excuse, ok ? Je voulais pas en arriver là, continua-t-il en tentant de ne pas se montrer gêné.

Surprise, elle perdit les mots. Bien que l’attention lui faisait plaisir, le schéma ne faisait que se répéter. C’était toujours la même chose avec Sky : il la blessait, puis lui demandait de le pardonner et elle répondait à ses attentes. Mais cette fois, elle n’avait aucune envie qu’il s’en sorte si facilement. Il avait été trop loin. Tout ça pour un bisou qui n’avait jamais eu lieu et qu’elle n’avait même jamais envisagé.

  • Bah ok… fit-elle en croisant les bras.
  • Quoi, ok ?
  • Si tu crois que c’est suffisant…

Sky la regarda la bouche grande ouverte, les yeux écarquillés. Ça lui avait demandé tant d’efforts de s’excuser, il n’en revenait pas. Ce n’était pas tous les jours qu’il mettait sa fierté de côté pour quelqu’un. Elle ne se rendait pas compte des sacrifices qu’il faisait pour elle.

  • Tu ne m’excuses pas ? lui demanda-t-il de cette même tête choquée.
  • … T’es vraiment un enfant gâté, tu le sais ça ? Tu peux pas tout avoir dans la vie, hein.
  • Mais…
  • Je te l’ai dit, écrase, fit-elle en aplatissant sa main dans l’air. Je ne t’appartiens pas, à personne en fait. Tu sais, c'est parce que j’ai eu la chance de tomber sur des gens bien dans ma vie que je suis bien entourée, mais autrement je me débrouillerais toute seule. Donc soit t’accepte que j’ai besoin de temps, soit je te raye de ma vie. Je suis pas un objet ou une de ces meufs que tu peux te mettre en poche avec des simples excuses, t’as capté ? lui demanda-t-elle en tournant son doigt autour de sa tempe.
  • O...K, répondit-il en déglutissant avant de s’affaisser dans son siège.

Il ne l’avait encore jamais connue aussi autoritaire. Cette Kimi là, c’était la première fois qu’il en voyait le visage. Elle ne lui laissait pas le choix que de prendre sur lui et de se taire. Déboussolé par la tournure des événements, il s’enferma dans un silence à peu près pendant une heure.

Qu’est-ce qu’il se passerait ensuite ? Est-ce qu’elle lui parlerait ? Comment ça se passerait à l’école ? Tout se bousculait, de loin habituer à ce qu’on lui résiste de cette manière. Généralement, c'est lui qui se montrait têtu et qui gagnait le dernier mot au bout du compte. Il prit conscience que son adversaire possédait également de belles cornes.

Tandis qu’il essayait de relativiser, il se tendit d’un coup en sentant la tête de Kimi tomber sur son épaule. Il n’avait pas remarqué qu’elle s’était endormie. En la voyant se battre dans son sommeil contre l’idée de se reposer sur lui, Sky la trouve mignonne. Il se rapprocha un peu et déposa sa main libre dans sa chevelure blonde quand elle quitta à nouveau son épaule. Doucement, il la manipula pour qu’elle puisse s’installer plus confortablement et dans le gaz, Kimi accepta l’offre et se blottit contre lui. Peu de temps après, apaisé, il s’endormit aussi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0