Chapitre 35 : L'entremetteur.

11 minutes de lecture

Pour la soirée, Sky passa une belle chemise et laissa les deux premiers boutons ouverts, car il avait “trop chaud”. En réalité, il voulait juste paraître cool. Les mains dans les poches de son short en jeans, il attendit devant la porte de la chambre de Kimi qu’elle vienne lui ouvrir.

Quand il la vit apparaître dans une petite jupe à fleurs, il fut presque comblé, mais il était surtout déçu :

  • Pff, t’es sérieuse ?
  • Bah quoi ? Je suis pas bien comme ça ?
  • Tu vas avoir trop chaud avec ton t-shirt, fit-il en venant toucher sa manche. T’as rien d’autre qui irait bien avec ta jupe ? demanda-t-il en s’invitant dans la suite. Oh, pas mal, siffla-t-il ensuite. Mais ma chambre est mieux.
  • Si on t’écoute, tu as toujours tout mieux que les autres de toute façon, soupira-t-elle.

Embêtée, elle se regarda sous toutes les coutures dans le miroir. Kimi aurait bien voulu mettre un autre haut, mais elle n’osait pas.

  • Tu permets ? lui demanda Sky, déjà le nez dans ses affaires.
  • Ah… Non... Je ne vais pas me changer.

En train de fouiller, il ne l’écouta que d’une oreille et sortit un top noir sans bretelles. En voyant la petite brassière, Kimi se maudit de l’avoir prise.

  • Je ne vais pas mettre ça, rit-elle nerveusement.
  • Pourquoi tu l’as pris alors ? Ce sera super mignon avec la jupe.
  • Mais depuis quand tu as du style toi…
  • Tu m’as bien vu ? répondit-il en déposant une main sur sa hanche. Laure Ibiss est ma meilleure amie, tu l’oublies ça ? Si elle était là, elle t’aurait fait la misère. Tu prends des jolis petits hauts pour les laisser dans ta valise ? C’est pas toi qui me faisais la morale tout à l’heure ? On est à L.A, alors fais-toi plaisir, finit-il en écrasant le vêtement sur sa poitrine.

Très gênée et dépourvue d’arguments, elle se réfugia dans la salle de bain pour enfiler le petit bout de tissu. Sa tenue était très jolie, mais elle se sentait mal à l’aise, car elle ne portait habituellement pas de jupe. Elle avait craqué dessus en magasin avec Dossan. Les petites fleurs sur les volants fluides la rendait féminine. Heureusement qu’elle remontait haut sur ses hanches, car le top montrait son ventre. Avec ses sandales noires à talons, elle ne se reconnaissait pas. Kimi ne s’était jamais vue aussi “fille”. Elle osa à peine rejoindre Sky dans la chambre.

En la découvrant toute timide, il eut un rictus et la charria :

  • Excusez-moi Mademoiselle, auriez-vous vu mon amie ? la taquina-t-il en faisant semblant de la chercher.
  • Arrête ! rougit-elle en se cachant le ventre. C’est bon, je remets mon t-shirt ! déclara-t-elle alors qu’il continuait de rire.
  • C’est bon, c'est bon ! Tu es très bien comme ça, ce serait con de changer.
  • Je n’aime pas du tout !

Face à sa mine renfrognée et rougie, Sky comprit qu’il était allé trop loin. Les filles pouvaient être si compliquées. Il remarqua qu’elle cachait le peu qu’on voyait de sa cicatrice.

  • C’est ça qui te gêne ? lui demanda-t-il en pointant son doigt sur son ventre.

Comme la première fois qu’il l’avait touché, Kimi manqua de lui agripper le poignet, mais elle se retint. Ski vit sa détresse dans ses yeux. Il la trouvait bête de s’inquiéter de ce détail, alors qu’elle avait bien d’autres atouts. Comment lui faire comprendre sans lui dire qu’il la trouvait jolie ? Sa fierté en prenait un coup.

  • Tu es très bien comme ça.
  • Mais…
  • Tu es bien je te dis ! Personne n'y fera attention et si quelqu’un dit quoi que ce soit…

Kimi le regarda avec des yeux de Cocker.

  • Je les remettrai à leur place, continua-t-il, lui en ne la regardant pas. De toute façon personne ne dira rien, ils ont d’autre chose à regarder.
  • Comment… ça ? demanda-t-elle, incertaine de ce qu’il sous-entendait.
  • Oh fais pas l’innocente ! Si je te dis que tu es bien… c’est que tu peux plaire ! Et il fait sombre, personne ne verra ta cicatrice.
  • Oooh, donc tu me trouves belle ? le taquina-t-elle, flattée.
  • Toi… Grouille tes fesses, on y va !

Toute fière de l’avoir ennuyé, elle attrapa sa sacoche et le rejoint dans le couloir. L’équipe descendit dans le hall pendant que Billy échangeait quelques mots avec Charles. Passant sa tête dans la chambre du vieil homme, Kimi décida de le titiller à son tour :

  • Alors Charles, on vient pas faire la fête ?
  • Elle est folle, se désespéra Sky.
  • Et pourquoi pas ? proposa Billy qui se prêta au jeu.
  • C’est vrai ! Il y a pas d’âge pour bouger ses fesses !

Confortablement installé dans un fauteuil, un livre à la main, le majordome esquissa un sourire.

  • Ce n’est plus de mon âge, je préfère rester ici et profiter de ma lecture, répondit-il sagement.
  • Est-ce que ça veut dire que vous avez un jour fait la fête ?! s’exclama en venant à ses côtés. Qu’est-ce que vous lisez ? s’intéressa-t-elle alors.
  • La vallée des plumes… C’est un très beau roman, je vous le conseille Mademoiselle.
  • Ne sois pas si poli ! l’emprisonna-t-elle dans un semblant d’étreinte qui arracha un battement à l’homme. Vous me le prêterez dans l’avion au retour ?
  • Pff, non mais regardez-moi ces deux papis ! lâcha Sky.
  • Monsieur, vous devriez vous adonner à la lecture plus souvent. Il s’agit d’une bonne échappatoire…
  • Bien sûr et bientôt on regardera ensemble tes feuilletons du dimanche…
  • Comme à la belle époque ! s’exclama Billy. Vous vous souvenez quand nous regardions les secrets de Kiera Stone, le samedi soir ?
  • Oh ! Moi aussi je regardais ça quand j’étais petite !
  • Charles faisait toujours en sorte qu’on puisse regarder la série en cachette parce qu’il était fan…
  • Mais pas du tout, nia-t-il en ayant du mal de ne pas sourire.
  • Et Sky était amoureux du personnage principal…
  • C’est bon on a compris ! On sort ou c’est comment ?! s’écria-t-il en prenant la fuite.

Le voyant s’emballer, les trois complices se mirent à glousser et descendirent dans le hall pour rejoindre le restant de l’équipe.


Pour un souci de notoriété, ils se rendirent dans une boîte de nuit très branchée et se frayèrent un chemin entre la foule et le vacarme. Kimi comprit mieux pourquoi il y avait deux grandes armoires à glace avec eux depuis le début du voyage. D’un air faussement détendu, ils veillaient en fait sur Billy.

Bien que le chanteur attisait la curiosité, les Angelenos vaguaient à leurs occupations pendant qu’ils prenaient place sur de beaux fauteuils en cuir face à la piste de danse. Chacun commanda une boisson et la soirée pouvait commencer.

Kimi rigolait bien avec les filles de l’équipe, un jus de fruit à la main. Elles se joignirent rapidement au troupeau dansant.

Tout le monde s’amusait et prenait du bon temps après cette première journée éprouvante dans le désert. Seul Sky restait un peu à part. Il buvait une bière en regardant son amie se trémousser, parcourant sa silhouette de haut en bas. Il l’observait envoyer valser ses longs cheveux blonds d’un côté de sa tête, constatait ses joues rougies par la chaleur et le semblant de sueur sur le haut de sa poitrine. Qui pouvait bien faire attention à sa cicatrice ? Il fallait être fou pour ne pas continuer son chemin sur ses belles fesses rebondies… D’un coup, Sky secoua sa tête et scruta le liquide dans son verre. Il avait bien diminué.

Son frère se déplaça depuis sa place pour lui faire la même réflexion :

  • Si tu veux en reprendre une, il faudra attendre qu’on commande pour toi, fit Billy en l’attrapant par l’épaule.
  • Je sais, grogna-t-il, parfaitement conscient qu’il n’était pas en âge de boire.

Mal à l’aise de ce contact rapproché, le plus jeune des frères ronchonna tandis que le plus âgé cherchait à tout prix son attention. Ce dernier lui laissa un peu de place en se reculant, mais le regarda droit dans les yeux à la place :

  • On peut mettre les querelles de famille de côté ? Ne serait-ce que pour une soirée ? lui demanda-t-il d’un air si suppliant que Sky soupira.

Croisant les bras, il tentait de garder son calme. Il y avait une bonne ambiance après tout, alors pourquoi tout gâcher ? Sky savait pertinemment qu’il était non seulement le roi de Saint-Clair, mais également un râleur en herbe. Il essaya de se détendre pour lui lâcher un bref “ ok “. Pour éviter le regard bien heureux de son frère, il préféra se tourner à nouveau vers Kimi.

  • Elle est drôlement mignonne, lâcha alors Billy en l’observant à son tour. Tu peux me dire ce qu’il y a entre vous ? enchaîna-t-il immédiatement en le voyant se froisser.

Légèrement ennuyé par la question, Sky se contrôla.

  • Il n’y a rien.
  • Rien de rien ? s’étonna-t-il.
  • Pourquoi ? répondit-il sur la défensive.
  • J’étais cent pour cent sûr qu’il y avait un truc entre vous.
  • Comme si j’allais m’intéresser à une meuf comme elle, se moqua-t-il en étendant ses bras sur le dossier.
  • Tu as quand même fais douze heures de vol pour venir la voir ou finalement, c'était pour moi ? Je plaisante, ne le prends pas comme ça, ajouta-t-il quand Sky fronça les sourcils.
  • On est potes, c’est tout. Et c’est pas normal que je vienne voir ce qu’elle fabrique avec mon frère ? rétorqua-t-il, agacé.
  • Très bien, je te crois ! s’exclama-t-il avant de prendre une gorgée de sa boisson. Après, ça n’empêche pas que tu puisses jouer aux petits-amis…
  • Mais t'écoutes quand je te parle ? s’énerva-t-il, finalement.
  • Du calme… Je dis simplement qu’elle n’est pas en très bonne posture, fit-il en la montrant du doigt.

En effet, toute mignonne dans sa tenue, Kimi était devenue une proie alléchante. Alors qu’elle dansait avec ses collègues, un grand garçon la collait de manière insistante. Il avait l’air d’avoir la vingtaine comme Billy. Ce dernier s’amusa de voir son frère le regarder d’un air méprisant. Sky se demandait plutôt pourquoi elle ne réagissait pas. La connaissant, elle pouvait le rembarrer en un rien de temps, mais Kimi n’osait pas. Il y avait du monde. Elle ne voulait pas faire mauvaise impression devant l’équipe et créer des problèmes. Tout pouvait aller trop vite. Alors elle décida de fuir vers les deux frères. Le garçon la suivit et l’arrêta pour lui offrir un verre. Très mal à l’aise, et plus petite que lui, elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille. Billy attendit de voir si Sky réagissait pour intervenir.

Quand il insista davantage en déposant une main sur son épaule, ce fut la colère qui s’empara de Kimi. Elle lui jeta un regard noir et s’apprêtait à lui envoyer une droite. Voilà ce que Sky attendait pour réagir. Il se dépêcha de venir l’attraper par la taille, l’emprisonnant ensuite dans ses bras pour la forcer à reculer. D’un petit air hautain, il envoya un clin d’œil à l’autre gars, puis déposa un baiser sur la joue de Kimi.

  • My girlfriend, dit-il assez fort pour le faire abandonner.

Une fois partie, Kimi se retourna, en colère, pour regarder longuement son sauveur. Elle déposa une main sur sa poitrine, soulagée. Sans son intervention, elle lui serait rentré dedans.

  • Il n'y a pas de quoi, lâcha Sky qui avait soudainement envie de l’embêtée.
  • Depuis quand je suis ta petite amie ? fit-elle en ramenant une main sur une de ses hanches.
  • Tu ferais mieux de me remercier au lieu de faire la maligne.
  • Je pouvais m’en débarrasser toute seule…
  • En lui envoyant un poing ? la mima-t-il grossièrement.
  • Ça va… Merci… répondit-elle d’un air boudeur. J’aime trop cette musique, tu m’accompagnes ? fit-elle pour détourner la conversation.
  • Ah tiens ? Tu veux danser avec moi ?
  • Oh t’es lourd ! C’est bon… J’y vais toute seule.

Très amusé, Sky la rattrapa et s’accrocha à ses épaules. Il s’amusa à la faire basculer pour cacher son embarras. Il ne bougeait pas aussi bien que Selim, mais il fit de son mieux. Au moins, il avait le physique de son côté. Kimi s’en moqua et se mit à onduler. Elle n’avait aucune gêne à danser et vint le titiller gentiment. Pour qu'elle ne s'approche pas de trop, il attrapa ses mains. Leur duo n’était pas très efficace sauf pour faire rire la galerie.

  • Tu n’es pas très doué, hein ?! lui cria-t-elle par-dessus la musique. Oh ! Celle-là je l’adore !

Elle se déchaîna en entendant une de ses chansons préférées passer et en référence au titre “Hips don’t lie”, elle fit valser ses hanches pour le plus grand plaisir de son partenaire. Sky ne savait pas comment canaliser son énergie. Très excitée, elle prit un malin plaisir à le mettre mal à l’aise en gardant tout de même ses distances. À chaque fois que leurs yeux se rencontraient, ils souriaient bêtement. Au fil de la soirée, ils riaient de plus en plus et s’adonnaient à une complicité qu’ils n’avaient jamais connue. Bien que chaque rapprochement se suivait d’un éloignement, un sentiment nouveau naissait : ils pouvaient s’amuser ensemble. Pour toutes les fois où ils se prenaient la tête, ils s’y donnèrent à cœur joie, les taquineries et l’apprivoisement restant en première ligne.

Absolument ravi, Billy ne fit que les observer d’un œil avisé et sournois. C’était aussi la première fois qu’il voyait son frère se lâcher autant en sa présence. Kimi y était définitivement pour quelque chose.

Sur le chemin du retour, une idée maléfique traversa l’aîné quand il vit la carte magnétique de la chambre de Kimi tombée par terre. Au lieu de lui rendre, il la ramassa discrètement et l’enfourna dans sa poche. Le groupe n’avait de toute façon pas la tête à ça, hystérique de cette première sortie dans le centre de L.A. Sky et Kimi ne cessaient de s’envoyer des piques, si bien que chacun eut le temps de rejoindre sa chambre avant qu’ils ne décident de faire de même.

Sans surprise, la blonde se retrouva bête devant sa porte. Elle ne trouvait plus sa carte. Depuis la sienne, Sky se moqua ouvertement :

  • T’es vraiment la pire des distraites ! C’est moi qui aie bu et c’est toi qui perds tes affaires, rigola-t-il.
  • C’est pas drôle ! Je fais quoi moi ? demanda-t-elle, fatiguée et dépitée.
  • Eh ben, débrouille-toi !
  • Super… Me reste plus qu’à déranger tout le monde, bouda-t-elle en se dirigeant vers la chambre de Billy.
  • Ou alors tu dors avec moi ? lâcha Sky, presque surpris de lui-même.

Pendant un instant, Kimi envisagea la chose. Ce serait trop bizarre.

  • C’est ça ouais…
  • Quoi ? Ça te dérange ?
  • Je vais demander aux filles…
  • Elles dorment toutes par deux… Tu te vois partager le lit avec Charles ? lui demanda-t-il en se mordant les lèvres, mort de rire.
  • Autant directement demander à ton frère…
  • Tu plaisantes là ? Tu vas quand même pas dormir avec lui ? fit-elle en lui barrant le chemin.
  • Et pourquoi pas ?
  • C’est quoi la différence entre dormir avec Billy ou avec moi ? insista-t-il.
  • Il y en a pas, juste… Hum, tu es… Je sais pas...
  • Tu crois que je vais tenter un truc ? Berk ! Je veux pas tomber malade ! répondit-il en la regardant de haut en bas, puis en la tirant la langue.
  • T’es nul ! Je te jure que je vais te démolir ta tronche ! s’exclama-t-elle en le poussant.
  • Alors pourquoi tu te diriges vers ma chambre ? la taquina-t-il.
  • Parce que j’ai pas le choix ! Et me touche pas ! Si tu poses un doigt sur moi cette nuit…
  • Jamais de la vie… Enfin, on verra, lui chuchota-t-il à l’oreille d’une voix ravageuse.

Après un regard noir qui se transforma petit à petit en un coup d’œil plein d’appréhension, puis en une mise en garde, Kimi décida de lui faire confiance et entra dans la suite du plus grand coureur de Saint-Clair sans sourciller.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0