Chapitre 17 : La première audition.

9 minutes de lecture

Billy Makes avait parfaitement conscience de ce que son petit frère ressentait à son égard. Si à une époque ils s’amusaient à jouer au ballon dans les grands jardins de leur demeure, aujourd’hui la balle n’était plus que dans son camp. En effet, il avait enfin compris que seul le temps pourrait les réconcilier. Il ne lui en voulait pas d’avoir du ressentiment. Au contraire, il comprenait parfaitement que Sky puisse lui en vouloir.

Leur conflit naquit d’une simple demande. Après avoir passé une année à Saint-Clair, Billy s’était vite rendu compte qu’il aimait la musique par-dessus tout. Blear et John-Eric en avaient bien conscience, mais une carrière artistique n’assurait pas toujours un bel avenir. Dans le doute, ils voulurent tenter l’enseignement général dans un premier temps. Cependant, leur aîné savait à quoi il aspirait. Ainsi, il demanda de retourner à Londres, chez ses grands-parents paternels, pour être plus proche de l’école de musique de ses rêves. Plaçant leur confiance en leur fils, ils acceptèrent et ce malgré les fortes revendications des parents de Blear.


À quinze ans donc, le premier fils eut le droit de partir de la maison dans l’espoir de devenir un grand chanteur. Étant un modèle à l’époque pour Sky, ce dernier avait annoncé les yeux brillants lors d’un repas de famille que lui aussi partirait à Londres un jour, jetant un froid entre l’entrée et le plat de résistance. John-Eric avait dû le prendre à part pour lui expliquer gentiment qu’il “ne pouvait pas”. Ce n’était pas la première fois que le petit garçon de dix ans constatait qu’il n’avait pas les mêmes droits que Billy. La raison ? Sa mère et son statut de “Richess”. Après tant d’interdictions, ce fut la fois de trop.

Il ne regarda même pas son frère lorsqu’ils lui dirent au revoir à l’aéroport et il ne venait jamais le saluer non plus lors de ses retours, à part si on le forçait. Il refusait également ses cadeaux quand sa carrière décolla. Sky avait tout simplement coupé les ponts avec son frère et ne souriait plus à ses parents. Il avait décidé d’exécuter tout ce qu’on lui demandait et pour le reste, il s’enfermait dans sa chambre, laissant derrière lui une petite sœur jouant toute seule.

Quand Lysen demanda à son tour de partir une année, Blear et John-Eric hésitèrent longuement par peur de faire la même erreur. Ils savaient pertinemment que la première fois avait détruit leur famille. Pour la cadette, il se passa donc l’inverse de ce qu’avait vécu Billy. L’année à Londres n’ayant pas porté ses fruits, Lysen avait dit d’elle-même qu’elle souhaitait rentrer à la maison. Delà à rejoindre son frère à Saint-Clair, elle aurait préféré éviter, mais aucune autre école ne lui offrirait l’avenir qu’elle souhaitait. Un avenir où elle deviendrait présidente des États-Unis ou quelque chose dans ce genre-là.


Toutes ses décisions avaient créé un clivage entre les trois enfants de la famille Makes et des conflits entre les générations, dont une alliance entre Lysen et Billy. Il avait beaucoup de peine que tout se soit passé de cette manière. Pour dire vrai, il aurait pu chercher ses talents ailleurs. Quelle idée de passer des auditions dans une école ? Il aurait franchement pu mobiliser quelqu’un du même milieu, mais il voulait tout simplement se rapprocher de son frère. Donc quoi de mieux que de venir directement à lui.

Visiblement son plan ne fonctionna pas, car Sky se montrait encore plus distant à Saint-Clair que dans leur propre maison. La veille des premières auditions, il lui proposa d’y assister à ses côtés, mais il le rejeta encore plus férocement qu’à son habitude.


En effet, depuis sa dispute avec Kimi, Sky avait constamment les nerfs en pelotes. Pour se détendre un peu, il décida de se rendre dans son petit endroit secret. Les élèves de dernière année jouissaient d’un privilège : un local rien que pour eux, avec tables et fauteuils à dispositions, qui se situait dans une annexe aux bâtiments principaux. Dès la première année, Sky avait usé de ses privilèges pour obtenir un double de la clé. Il ne faisait rien de mal à part lancer quelques boulettes de papier dans une poubelle pour se vider l’esprit, allongé sur le plus grand canapé.

La seule autre personne qui avait connaissance de sa cachette prit la même décision que lui. Laure savait qu’elle le trouverait là-bas. C’était devenu en quelque sorte leur repaire à tous les deux. Un lieu où les non-dits explosaient et où ils se réfugiaient à chaque fois que c’était trop dur de supporter leurs problèmes seuls.

Laure l’informait de son arrivée toujours de la même manière. Elle s’amusait toujours à le voir sursauter quand elle tapotait ses ongles sur le carreau. Peu de temps après, elle s’installait à ses côtés. A chaque fois, toutes les émotions de Sky remontaient, mais ne sortaient presque jamais hors de sa gorge, coincées. Il était furax, tortillant un bout de plastique entre ses doigts. Ce combat s’annonçait difficile pour Laure, comprenant à mille pourcents ses deux amis :


  • Tu as réussi à lui interdire de participer ?

Son regard en disait long.

  • Donc vous vous êtes disputés, ça c’est une évidence, dit-elle en amenant ses genoux contre sa poitrine.
  • Elle me cherche… C’est à croire que...

Sky savait très bien qu’elle adorait Kimi et pensa que ça ne le soulagerait pas de la critiquer devant celle qui prenait toujours sa défense. Mais Laure insistait d’un léger regard en coin.


  • J’ai l’impression qu’elle le fait exprès pour m’énerver. Limite, c’est comme si à la base elle s’en fichait de ces foutus auditions, mais dès qu’elle a compris qu’elle pouvait m’ennuyer…
  • Vous avez dépassé ce stade tout de même, le coupa Laure, telle une mère gronderait son enfant.
  • Quel stade ?! s’énerva-t-il immédiatement. Vraiment, j’en ai marre, soupira-t-il en laissant basculer sa tête en arrière sur l’accoudoir pour mieux attraper son visage entre ses mains.
  • J’ai une vraie question pour toi… Tu penses sincèrement qu’elle participe pour t’embêter ? Tu sais bien qu’elle aime danser et que c’est sa passion, sinon elle ne prendrait même pas la peine de continuer les séances avec Selim.
  • Ouais, mais… je lui ai dit que je ne voulais pas.
  • C’est vrai ! Tu as bien fait ! Car maintenant elle sait que c’est un sujet sensible pour toi, le problème c’est que tu as aussi essayé de lui interdire et maintenant vous êtes en guerre…
  • On est pas en guerre, j’ai arrêté de lui parler !
  • Oh Sky ! Qu’est-ce que tu peux être têtu !
  • Mais tu le savais déjà, alors pourquoi tu remues le couteau dans la plaie ! Je n’ai pas envie de me disputer avec toi… Tu es la seule qui… qui me comprenne, alors arrête, s’il te plaît.

Le cœur de Laure se meurtrit en le voyant si triste. Elle devait malgré tout insister sur un point.


  • Sache qu’une telle chance ne se présentera peut-être pas une deuxième fois dans la vie de Kimi. Je veux juste que tu le prennes en compte.

Gamin, il tourna simplement la tête comme pour éviter de voir la réalité en face. Maintenant, Laure décida de vraiment consoler son meilleur ami. Elle lui prit les mains et le força à se relever en tailleur pour qu’il soit face à face. Se laissant porter, Sky n’arrivait pas à lui rendre son sourire, mais il accepta de jouer le jeu et pendant des heures ils discutèrent de tout et de rien.


***


Le jour J, les participantes furent exceptionnellement exemptées des cours pour s’entraîner. Des petites malignes n’hésitèrent aucunement à se ridiculiser devant la star juste pour sécher les cours. Entre les midinettes qui se dandinaient de manière un peu trop sexy sur scène et celles qui ne prenaient absolument pas l’audition au sérieux, Billy commençait à s’agacer de plus en plus. Son agent renvoya cruellement ce genre d'idiotes, et ce même au bout de cinq secondes s’il le fallait. La fatigue se ressentait chez les deux hommes qui n'avaient jusqu’à lors sélectionner qu’une dizaine de filles.

Après une pause de vingt-minutes bien mérité durant le temps de midi, les représentations reprirent, car vu le restant de concurrentes, ils ne voulaient pas y passer la nuit.



Pendant que d’autres s’étaient goinfrés, Kimi avait été maligne. Depuis le matin, elle mangeait des petites portions, une orange par ci, un biscuit par là, afin de combler sa faim, mais surtout pour éviter de se sentir lourde lors de son passage.

Juste avant de monter sur scène, elle déposa sa paume sur le numéro collé sur le dessus de sa poitrine et inspira. Elle avait décidé de se donner à fond coûte que coûte et peu importe l’avis de ses amis.

Celle qui passait se débrouillait plutôt bien, mais elle avait présenté du classique :

  • Est-ce que tu penses pouvoir sortir de ces codes ? demanda gentiment Billy face à la demoiselle.

Pour une fois que l’une se présentait sérieusement, il avait envie de lui donner une deuxième chance. Et donc quand celle-ci hocha de la tête frénétiquement, il la remercia et appela Kimi par son matricule. Comme par hasard, il fallait que la fille avant soit sélectionnée alors qu’aucune n’étaient prises depuis une bonne heure. Elle se sentit dans l’obligation d’assurer.

Très déterminée, mais aussi sous le coup de l’adrénaline, elle manqua de trébucher dans les escaliers menant à la scène.

Face au frère de Sky, elle souhaitait vraiment montrer toute son énergie. Quand bien même le stress la gagna. Toute droite, chipotant à ses doigts, elle devait bien avouer que le regard de toutes les autres concurrentes la déstabilisait. C’est la première fois qu’elle ressentait un tel sentiment. Habituellement, ça coulait de source.

Quand le régisseur signala qu’il était prêt, Billy lui fit signe de commencer :


  • Je t’en prie, dit-il en n’arrivant pas à retenir un bâillement.

Alors que les premières secondes de la musique se lançaient, qu’elle avait prévu d’observer le sol comme prévu dans sa chorégraphie, Kimi sentit une immense colère la ravager. Il osait lui bailler au nez ? Son égo en prit un coup.

L’idée de placer un coup de pied volé au début de sa danse lui parut être la meilleure de sa vie, car elle aurait rêvé de l'enfoncer dans sa figure. Une fois jeté, elle ne quitta pas le frère aîné des Makes des yeux et enchaîna ses mouvements avec brio. “Regarde donc ce dont je suis capable !”.

Billy eut le mérite de se redresser dans son siège, animé par le sentiment qu’elle lui transmettait. L’agent à côté jetait des coups d'œil à son poulain. Il semblait conquis par cette petite blonde.

Pleine de rage et de fierté, les trentes secondes passèrent beaucoup trop vite à son goût. Elle ne voulait pas arrêter de sentir ses baskets fouler la scène. Au terme, sa tristesse se fit ressentir quand la musique se stoppa net. A peine essoufflée, elle passa une main dans ses longs cheveux blonds et se mordit la lèvre inférieure tout en se réinstallant en piquet. Billy s’appuya doucement à sa table et porta son micro à sa bouche :


  • Kimi, hum, fit-il en parcourant la liste sous ses yeux.

Elle releva la tête d’un coup, étonnée. Il n’avait encore jamais pris la peine d’appeler une participante par son prénom.


  • Est-ce que je peux savoir pourquoi… tu as l’air aussi déçue ? demanda-t-il d’un ton trés curieux et quelque peu amusé.

Sans vraiment réfléchir, elle répondit du tac au tac en parlant bien fort :


  • J’aurais voulu… en montrer plus !
  • Ok, fit-il en hochant la tête. Alors… Malheureusement, je ne peux pas me permettre de t’en demander “plus”, car le temps presse et ce ne serait pas juste envers les autres participantes, mais j’adore ce que je viens de voir. Tu danses merveilleusement bien. Tu m’as donné du peps et tu as eu le mérite de me réveiller, donc rendez-vous demain soir pour que je te donne à toi et aux autres sélectionnés les informations concernant la deuxième étape.

Un grand sourire vint égayer le visage de Kimi qui le remercia une première fois du haut de la scène et une deuxième fois lorsqu’elle en descendit et qu’elle passa à côté du chanteur, jalousée par toutes les autres filles présentes dans la salle. Celui-ci lui rendit également une expression chaleureuse. Quelques minutes plus tôt, elle l’aurait encastré et voilà qu’elle le bénissait des dieux. Et puis quelle idée de douter de ses compétences juste avant de se mettre à danser ? Kimi était définitivement la meilleure et s’impatientait de raconter son passage à tout le monde.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0