Chapitre 15 : Débarquement.

8 minutes de lecture

De bon matin et malgré l’arrivée imminente de toute la fratrie Makes, Laure vint s’installer à côté de Loyd. Il la regarda du coin de l’œil d’un air faussement affliger.

  • Tu aimes prendre des risques, toi.
  • Hum, hihi ! C’est possible, lui sourit-elle mesquinement. Non, je ne vais pas rester longtemps, mais je suis trop curieuse… Dis-moi pourquoi Kyle te regarde comme s’il allait te décapiter ? demanda-t-elle ensuite en battant des cils.
  • Il est possible que je l’ai un peu provoqué suite à nos découvertes sur ses parents…
  • Loyd… Tu n’aurais pas dû, tenta-t-elle de le gronder.
  • Sois plus convaincante et je m’en voudrais, répliqua-t-il alors qu’elle avait un grand sourire jusqu’aux oreilles.
  • D’accord, j’avoue que ça me fait un peu plaisir, mais tu sais qu’il va te faire la misère, n’est-ce pas ?
  • Qu’est-ce que tu veux qu’il fasse ? À part le fait que nous soyons amis, il n’a rien contre moi. Je ne dépasse jamais les limites.

Au fond, il avait bien conscience qu’il venait justement d’en franchir une avec ce message, mais Kyle le méritait. Pour avoir essayé de l’humilier devant le père de Laure, il s’était tout simplement vengé en lui faisant peur. Visiblement, il ne le prenait plus pour une simple proie. Laure regardait son ami avec un peu d’étonnement. Il se lâchait dernièrement.

  • Je sais bien, mais… Tu ne penses pas qu’il essayerait de prévenir nos parents ?
  • S’il fait ça… c’est qu’il est vraiment désespéré, conclut-il. Sur ce, Mademoiselle Ibiss…
  • Pourquoi tu me regardes comme ça ? s’étonna-t-elle en le voyant prendre un regard plus sombre.
  • Ne sommes-nous pas censés nous détester ? fit-il en déposant un doigt sous son menton et en la dévisageant.

Décidément, le temps d’un instant, Laure sentit son estomac se tordre. Pendant un millième de seconde, elle le trouva sexy, jusqu’à ce qu’il reprenne son air doux. Elle s’en alla doucement quand il lui fit des “oust” de la main. Dès lors son attention se braqua sur la limousine qui se garait devant Saint-Clair. Elle s’éloigna davantage et observa les expressions de ses amis au loin. Pour quelques jours ils serraient séparés dans la cour. Ils faisaient aussi semblant de ne pas savoir, mais Laure ne pouvait pas s’empêcher de fixer la voiture. Elle savait que ce serait pénible pour Sky.

La première à sortir fut Lysen, tout pimpante dans une robe à volants. Elle tenait la lanière de son sac à main blanc matelassé avec manière. L’école entière reconnue la petite poupée et commença à devenir mouvementée.

Sky suivit, gardant la tête haute. Il faisait semblant de ne pas être touché par l’engouement autour de sa petite sœur. Il leva quand même un sourcil en la voyant jouer de ses airs faussement innocents. Quelle garce celle-là. Si elle en avait l’occasion, elle les tromperait tous et arriverait encore à se faire porter son minuscule sac.

Le directeur apparut de nulle part pour venir saluer le troisième enfant qui sortait du véhicule. Ce fut suffisant pour créer de la folie dans la cour. Comme prévu les filles devenaient hystériques en apercevant Billy de loin. Lui au contraire montrait un franc sourire, conquis de faire son petit effet. Mine de rien, les cris des adolescentes lui plaisaient énormément. Il portait une veste de costume bleu roi pour l’occasion et un simple t-shirt blanc en dessous. Comme toute pop-star, il avait de nombreux bracelets à ses poignets et une montre de valeur. Il serra la main de Monsieur Xavier d’un air très professionnel et plaisanta avec son agent, lui en costume noir, qui venait d’arriver également.

Sky ne tarda pas à les planter devant les grilles :

  • J’ai cours, moi, ciao.
  • On se revoit sur le temps de midi, lui lança Billy de loin.

“C’est ça ouais”. Pour une fois avec sa sœur ils étaient d’accord.

***

Tous les professeurs avaient prévenu en temps et en heure qu’une grosse surprise les attendaient durant la pause déjeuner. Comme ils s’en doutaient déjà en voyant arriver Billy M. dans l’enceinte de l’école, ils sautèrent de joie en apprenant que ce dernier les conviait à une petite réunion dans l’auditorium. La plupart d’entre eux n’avaient pas connaissance des auditions. Seuls les “Richess” et Kimi savaient l’opportunité que le frère de Sky allaient leur offrir. Pas dans les détails, mais ça en valait déjà bien la peine de passer des auditions pour l’une des plus grosses stars londoniennes. Découvrir la cadette de la famille Makes en rendaient plus d’un curieux.

Un bien maladroit essaya de sortir les vers hors du nez de Sky entre deux cours :

  • Eh, mec !

Rien qu’à sa manière de l’appeler, il commençait très mal la discussion. D’une humeur à casser des gueules, il se retourna tout doucement pour lui jeter un sourire hypocrite. Le garçon en question n’en perdait pas une, deux copains cachés derrière son dos.

  • C’est génial que ton frère soit là ! Tu ne sais pas ce qu’il nous prépare ?
  • Aucune idée, continua-t-il avec le même air.
  • Sérieux ? Je suis sûr que tu sais et que tu ne peux pas nous le dire !
  • Bien vu…
  • Ah, je le savais ! Et par hasard… Ta petite sœur serait pas célibataire ? rit-il comme un gros porc, en tout cas selon Sky.
  • Est-ce que tu es au courant qu'elle n'a que treize ans ?
  • Hey, te fâche pas… Honnêtement, elle est tellement mignonne, je lui en donnais au moins quinze.
  • Dans ce cas, ce ne serait pas "ma petite sœur" puisque j’ai quinze ans aussi, rétorqua-t-il en haussant les sourcils.
  • Ah ouais… Et euh… Ça n’empêche qu’on pourrait…
  • Que vous pourriez “quoi” ? répéta-t-il en s’appuyant contre son banc pour se relever. Tu es sérieusement en train de me demander de te brancher avec ma petite sœur de treize ans ? Alors premièrement, saches que tu survivrais même pas une journée en sa compagnie. Deuxièmement, si tu tentes de poser ne serait-ce qu’un doigt sur MA sœur, appuya-t-il, je te jure que je te les fais tous craquer, que je les découpe et que je te les fais bouffer un par un, c’est clair ? T-t-t, la ferme, fit-il en voyant la bouche du garçon s’ouvrir. Et troisièmement, ça c’est ce que je te ferais moi alors que je la déteste, alors attends-toi à ce que mon frère t’ouvre le ventre pour récupérer les morceaux, les recoller sur ta main dégueulasse et t’inquiètes pas qu’il trouverait encore le moyen de te gifler avec… Voilà "mec", tu as ta réponse, lâcha-t-il en se laissant tomber sur sa chaise.

Sans rien dire, les trois gars partirent reprendre siège à leurs places respectives. Sky croisa les bras en pétard et expira férocement de l’air de son nez tel un taureau. Sous aucun prétexte, même pas celui que Lysen était une peste, il ne laisserait les vautours de cette école tenter quoi que ce soit avec elle.

Quelques bancs plus loin, Laure et Kimi partagèrent un regard :

  • Je croyais qu’ils étaient en mauvais termes, lui souffla la blonde.
  • Et toi la ferme ! se retourna d’un coup Sky qui avait l’oreille fine.

Pour une fois, elle ne craqua pas à la tentation de lui crier dessus en retour, mais serra son poing à la place. Il avait l’air tellement déstabilisé. Laure lui répondit le plus silencieusement possible :

  • Quand je te disais que c’est quelqu’un de fidèle… Il ne laisserait jamais rien de mal arriver à un membre de sa famille.

Allons donc, ça semblait être la vérité.

Dès l’instant où la cloche sonna le temps de midi, les élèves se ruèrent dans l’auditorium et y entrèrent pour s’installer le plus proche de la scène possible. Des filles se battaient même entre elles pour les sièges. Kimi n’en avait rien à faire d’être à l’avant ou tout derrière, c’est sur la piste qu’elle se démarquerait. Quant aux “Richess”, ils en avaient convenus de s’éparpiller dans la salle. Seule Laure restait aux côtés de Kimi en attendant l’arrivée de Billy. Par principe, Sky aussi y assistait, mais il n’arrivait guère à feindre un faux sourire.

Encore moins quand la lumière s’éteignit et qu’elle se ralluma en un spot sur son frère. Tout souriant, celui-ci s’amusa que le faisceau le suive jusqu’au devant de la scène et saluait avec vigueur les cris, encouragements ou hurlements des filles présentes. Pour le deuxième fils, ce n’était que du cinéma. À plusieurs reprises son grand-frère dut demander le silence en aplatissant ses mains dans le vide.

  • Je leur avais pourtant demandé de ne pas en faire autant, rit-il en faisant un signe à la régie. “Hello everybody, it’s Billy M.”, lança-t-il sa phrase d’accroche en faisant un peace.
  • Trop cool, lâcha Selim, comme toujours facilement impressionnable.

Les fans recommencèrent à crier de plus belle, mais se calmèrent quand son agent le rejoint. C’est lui qui commença le discours.

  • Bonjour à tous, étudiants de Saint-Clair, professeurs, Monsieur le directeur… J’imagine que l’intrigue est au goût du jour et que vous vous demandez pourquoi une star comme Billy est venue vous rendre visite. Oui, comme vous vous en douter il y aura un concert…

Encore une fois, ça trépignait d’impatience dans la salle.

  • Mais il aura lieu en guise d’au revoir. Si aujourd’hui nous sommes présents, c’est pour… Eh bien, dis leurs donc, je vois que tu es impatient, pouffa l’agent qui paraissait pourtant sévère aux primes abords et qui lui donna de suite le micro.
  • Yes, c’est moi qui annonce la nouvelle ! Alors… dès demain, les amis ou plutôt les amies, j’ouvre les auditions pour participer à mon prochain clip vidéo ! Et… s’il vous plaît attendez avant de répandre votre bonne humeur...

Les filles serraient de plus en plus leurs poings dans la foule, mangeant leurs lèvres pour répondre à cette affreuse demande que de celle de ne pas hurler suite à une telle annonce.

  • L’heureuse élue… sera bien évidemment rémunérée, mais le plus important tout de même, joua-t-il de ses épaules, sera qu’elle m’accompagnera en Californie pendant l'été pour tourner le clip !!

“Oh-My-God”, fut littéralement ce qui traversa l’esprit de toutes les ados présentes dans l’auditorium et qui ne rêvait ne serait-ce que de le toucher. Elles s’étaient pratiquement toutes levées de leurs sièges pour sautiller dans tous les sens. Certaines se câlinaient, d’autres priaient, tandis qu’encore de rares filles n’y montraient pas d’intérêt. Les garçons à côté de ça, pour certains dégoûtés de ne pas pouvoir y participer ou de voir leurs petites amies devenir complétement dingues, ne savait pas trop comment réagir. À côté de ça, il était clair que le seul “Richess” qui se sentait concerné était Sky. Il riait jaune, pensant qu’il ne manquait pas de culot. Laure quant à elle observa Kimi, toujours assise, la tête basse et les doigts enfoncés dans ses poings. Elle écarquilla les yeux quand elle vit les siens, brûlants de détermination et l’excitation entière sur son visage. La question ne se posait même plus : elle ne respecterait pas sa promesse.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0