Chapitre 12 : Pyjama Party.

9 minutes de lecture
  • Allez c’est parti ! À qui le tour ?! s’exclama Selim qui faisait tourner une bouteille vide au sol. Moi ? fit-il quand le goulot le pointa. Allez-y, posez-moi toutes les questions que vous voulez ! Je suis prêt à tout !
  • Sachant que c’est un gage ou vérité, tu ne serais pas en train d’essayer d’éviter les actions ? raisonna Alex.
  • Chut, tais-toi un peu !
  • Selim le lâche ! s’exclama Sky en lui montrant son pouce baissé.
  • Écoutez-moi ! s’en alla Loyd qui brandit sa boisson en l’air. Je propose…
  • On peut s’attendre au pire, rit le roi qui prit d’autres gorgées.
  • Tu embrasses Alex, ricana-t-il.

Un grand fou rire gagna les mecs. Sky et Loyd se faisant un check pendant que Selim tirait la langue. Il se leva pour mieux chevaucher son meilleur ami et écrasa ses joues, le forçant à tirer une grimace.

  • Si vous pensez vraiment que ça me pose un problème… C’est trop facile comme gage !

En ni une, ni deux, ses lèvres furent collées contre les siennes. Dans un instinct de compétition, Alex attrapa ses fesses et lui roula un bon patin. Selim suffoqua quand il sut se dégager. Il le regarda, éberlué et rougissant. Ce bâtard embrassait comme un dieu !

  • Je suis tout sauf “facile”, murmura-t-il à son oreille.
  • Si je n’aimais pas autant Nice… lâcha-t-il en le regardant dans le blanc des yeux, un peu de bave restant à sa bouche.
  • Bien, fit-il en ne pouvant contrôler son rire davantage.

Sous l’effet de l’alcool, Alex paraissait plus détendu et ne se priva pas de l’embrasser sur le front.

  • Tu m’étonnes qu’elles craquent toutes, bouda soudainement Selim en s’installant confortablement à ses côtés, blottit à moitié dans ses bras.
  • Elles aiment les “bad boys” rit Sky de bon cœur.
  • Et on y retourne ! lança Selim en tournant à nouveau la bouteille.

Cette fois elle pointait Alex.

  • Aloooors pour toi, ce sera une vérité !
  • Je t’écoute…
  • Tu vas nous dire, voyons voir, réfléchit-il. Comme ça à tout hasard, ce que tu penses de Faye ?

Il fit moins le fier, déployant un sourire mal à l’aise avant de boire un coup dans sa bière. Les garçons se mirent à crier dans tous les sens.

  • Mais c’est qu’il est timide ! s’en alla Sky.
  • Ça m’embrasse avec la langue, mais quand il faut parler filles, on est plus là hein ! s’écria Selim qui entreprenait une dance de la joie.
  • Me voilà bien déçu, rajouta Loyd.
  • Je n’ai pas encore répondu pourtant…
  • Et doooonc ?
  • T’es pire qu’une pipelette ! fit-il en mettant une pichenette sur le front de Selim. Il n’y avait que du cul, mais…

Alex respira doucement et profondément, mais le galop dans sa poitrine reprit. Il souhaitait rester “cool” avec ses sentiments. La vérité c’est qu’il ne savait pas comment les gérer, mais il s’efforçait de rester calme.

  • Elle me rend un peu fou, ajouta-t-il.
  • Un peu ?!
  • Donc tu l’aimes ? demanda Loyd sereinement.
  • Ouaip, dit-il en couvrant toujours le malaise avec l’alcool. J’ai envie d’un peu plus que du sexe, mais elle me fait la gueule. Je crois qu’il va falloir régler ce problème en premier...
  • C’est pas vrai, souffla Sky. Qu’est-ce que je vais faire d’une bande de potes amoureux.
  • Oh ça va le rabat-joie ! Il n’y a que moi qui suis en couple pour le moment ! s’exclama Selim.
  • Ouais sauf que maintenant Alex est tombé amoureux et…

Leurs regards se croisèrent avec Loyd. Ce dernier le regarda d’un air provocateur, dans le genre “vas-y si tu l’oses” ou “dis quelque chose et tu es mort”. Selim se redressa, aux aguets.

  • Ça pue le secret !
  • Tu te fais des idées, dit doucement Loyd.
  • C’est ça, je te crois ! Tournons la bouteille et on verra quand ce sera à toi de parler !

Énergiquement et avec entrain, les quatre “Richess” firent vriller la vidange dans tous les sens. En suivit des gages farfelus et de nombreux éclats de rires. Plus la soirée passait, plus l’alcool venait se mêler aux esprits. Selim s’agaçait que Loyd échappe toujours de justesse au jugement de la bouteille. Si bien qu’il décida de changer les règles :

  • Okay, alors gage pour Alex… Tu dois demander une vérité à Loyd !
  • Hum, quelle bonne idée…
  • Bandes... de tricheurs, souffla-t-il, totalement enivré. C’est bon… c’est bon ! Autant vous le dire, je suis amoureux de Laure.
  • Quoi ?! Et… Mais… et toi tu savais ?
  • Bien sûr que je savais, tu m’as bien regardé !
  • Je dois avouer que je m’en doutais un peu, avoua Alex.
  • Mais bordel ! Je n’aurais jamais cru ! Et tu vas lui dire ? Il n’y a rien entre vous, nan ?
  • Tout juste, sourit-il amèrement.
  • Prends-les devants, proposa Sky.
  • Ahahah, facile à dire pour toi ! répondit-il en déposant un doigt sur ses lèvres.
  • Hey, se fâcha-t-il.
  • Mais c’est vrai. Toi Sky, tu plais à toutes les filles, pouffa-t-il en s’accrochant à son cou. Toutes… Sauf une… Et si tu nous disais ce que tu penses de Kimi ? fit-il en jouant de sa bière.
  • J’en pense rien, se refroidit-il.

Il le repoussa légèrement et se redressa en tailleur. Quelle bête question.

  • C’est vrai que vous vous charriez beaucoup, réfléchit Selim.
  • Et comme on dit les gars : “Qui aime bien…”
  • Châtie bien ! dirent-ils d’une même voix.
  • Mais les gars ça va pas dans vos têtes ? À quel moment ? Elle est même pas capable d’accepter une simple requête. Puis, vu son style de mec… Pff, pour ça y a pas à dire, je suis bien plus beau que son ex ou je ne sais pas trop quoi.
  • C’est que tu te justifies, ricana Loyd.
  • Tu l’as dans la peau ?
  • Mais non !
  • Elle est mignonne pourt…
  • Ça va on a compris que tu la trouves mignonne Alex ! le coupa-t-il, énervé.

Un silence gagna la chambre. À nouveau, les garçons se lancèrent des regards. Ce fut à son tour de subir les cris.

  • Et c’est moi le lâche ?!
  • Comme c’est étrange de se mettre en colère pour si peu, pouffa Loyd.
  • Je crois qu’il est jaloux. Je m’entends plutôt bien avec, ajouta Alex.
  • Allez vous faire foutre !!!
  • Il prend la mouche en plus…
  • Oh Loyd, la ferme ! cria-t-il en lui lançant un coussin à la figure.
  • Tu ne la trouves pas jolie, toi ? l’interrogea le grand blond.
  • Nan.
  • Il dit ça, mais au début de l’année il réclamait un bisou… On se demande ce qu’il se serait passé si elle avait accepté, dit Selim en faisant aller ses sourcils.
  • Crac boum et ce serait fini, rit Loyd.
  • Vous êtes chiants…
  • Avoue et tu seras tranquille.
  • Ok ! Elle est pas mal et quoi ? Sérieux, avec son caractère c’est mort.
  • ....
  • Donc on peut continuer le jeu là où ça se passe comment ?! s’énerva-t-il en ébouriffant sa propre tête.

Les exclamations étouffées s’entendirent à travers tout le couloir. Les mêmes persistaient depuis des heures autour de la chambre de Laure.

La dite, assise à son bureau, attendait que ses ongles sèches, une sucette en bouche. À ses pieds, Kimi jouait avec son oreiller, le visage figé par un masque pour la peau. Les deux filles rigolaient en observant Faye se goinfrer et qui nourissait par la même occasion enroulé dans une couverture. Elle ressemblait à une larve dans son cocon réceptionnant les chips sans mécontentement.

Depuis le début de la soirée, tant de sujets avaient déjà été abordés, mais la rousse revint sur un point essentiel :

  • Alors et si tu nous parlais de ce "Mike" ? proposa-t-elle à Kimi.
  • C’est son ex ! s’exclama Laure fièrement.
  • Eyh ! Pourquoi tu leur dis ??
  • Tu nous caches des choses, Kimi ? fit Nice en la regarda d’un air suspicieux.

Son petit air faussement fourbe la fit bien rire. Elle qui n’aimait pas parler d’amour se laissa pourtant aller en confidences.

Elle connaissait Mike depuis ses dix ans. Très vite, ils étaient devenus comme les deux doigts de la main. Une gêne persistait tout de même. Au début de leur deuxième année de secondaire, ils se sont mis ensemble. C’est lui qui s’était déclaré. “Est-ce que je l’aime ?”. Cette question avait persuadé Kimi d’accepter la relation.

  • C’était ton premier baiser alors ? demanda Nice, des étoiles dans les yeux. Je me souviens avec Selim… Aaaah les papillons ! s’exclama-t-elle en serrant son ventre.

Faye ne dit rien, mais elle pensa à Alex.

  • Et alors ? Pourquoi vous avez coupé ? Ça ne se passait pas bien ? la questionna Laure.
  • En fait… C’est justement à cause des papillons, tout ça. C’est vrai que les baisers n’étaient pas désagréables, mais je me suis rendue compte que je pouvais m’en passer… Je me sens méchante de dire ça, avoua-t-elle en baissant les yeux. Mais je l’ai quitté, car j’ai compris que je le considérais plutôt comme un frère.
  • Aïe aïe la friendzone !
  • Il en a beaucoup souffert, dit-elle ennuyé. Surtout qu’après…

Elle retira le masque doucement de son visage, puis gratta le haut de son crâne, embêté. Kimi avait honte de la suite de l’histoire.

  • Je ne sais pas si je peux vous en parler…
  • Comment ça ? Tu peux nous faire confiance ! s’exclama Faye.
  • C’est vrai, dit doucement Nice.
  • Le tout est de savoir pourquoi tu ne veux pas nous en faire part ? Si ça te pèse tu devrais en parler, nous savons garder des secrets.
  • Hum, réfléchit-elle, le poing dans sa joue. Le truc c’est que… Entre-temps, je me suis beaucoup rapprochée d’un autre ami et quelques semaines après l’avoir quitté, on s’est mis ensemble, rougit-elle.
  • Mais quelle petite cachottière ! Tu as eu plusieurs relations ?
  • Oh ça va, j’ai honte !

La même question revint sur le tapis : pourquoi cette deuxième histoire s’était-elle finie ? C’est là que Kimi leur demanda de garder le secret.

  • Vous connaissez… Ulys Dartan ?

Les filles se relevèrent toutes. Bien sûr qu'elles le connaissaient. Le garçon faisait occasionnellement la une des magazines peoples. Son premier single avait fait un carton et il commençait une carrière de mannequin sur le côté. C'était un grand blond avec un look assez rock'n'roll. Du haut de ses dix-sept ans, il faisait craquer les filles de son air sinistre et parfois de son doux sourire.

Kimi le connaissait depuis longtemps aussi. Depuis ses douze ans précisément. Suite à des soucis familiaux, il s'était retrouvé placé dans un foyer près du Lycée Gordon.

  • C'est avec lui que j'ai commencé à apprendre à danser. Ça s'est fait naturellement et le reste du groupe a suivi. Il était déjà tellement doué. Je ne suis pas censée vous parler de lui car les médias cache le fait qu'il était dans une école aussi pourrie que la nôtre. Donc, je vous fais confiance.
  • Nous ne dirons rien, lui assure Nice.
  • Tu es sorti avec lui juste après Mike, alors ?
  • Oui et ils étaient amis en plus. Je ne suis pas fière, mais il y avait quelque chose en plus avec Ulys. Je ressentais plus de choses… Mais il a été repéré par une agence et c'était son rêve…
  • Je vois, c'est à cause de sa carrière que vous vous êtes séparé, conclut Laure.
  • Plus ou moins. Nous sommes sortis ensemble avant les grandes vacances et la chance s'est présentée à lui fin juillet. Quand il m'a dit qu'il allait beaucoup voyager et sortir une première chanson, j'étais vraiment heureuse pour lui. C’est comme ça que ça s’est fini.
  • Tu l’aimes encore ? demanda délicatement Nice.
  • Ah ! Ce serait pour ça que tu veux participer aux auditions de Billy ? Pour avoir accès au monde de la musique ! s’exclama Laure, rêveuse.
  • Non. Je veux y participer parce que c’est ma passion. Avant qu’il parte, nous en avons discuté et on a d’abord décidé de rester ensemble. Mais encore une fois, je me suis rendu compte que ça ne me faisait pas mal qu'il soit loin. Je crois que… J'étais trop jeune pour entamer quelque chose de sérieux. Je ne suis pas vraiment faite pour l'amour, dit-elle tristement.

Ce constat lança un froid entre les filles. En tant que “Richess” l’amour avait toujours été un sujet sensible. Nice prenait des risques dans sa relation avec Selim. Celle entre Faye et Alex s’avérait encore plus périlleuse. Et Laure, reine des potins, amenait toujours les autres à parler de leurs amourettes, mais ne disait rien des siennes. Jamais.

  • Trop jeune pour l’amour, tu parles ! Moi, j’avais déjà plein d’amoureux en maternelle ! s’exclama Faye pour détendre l’atmosphère.
  • Moi de même, annonça Laure en dégageant ses cheveux en arrière.
  • Hihi, je me rappelle d’un petit Arthur, expliqua Nice.
  • Et toi Kimi ? Viens pas me dire que tu n’avais pas d’amoureux !
  • Moi je…

Elle fronça les sourcils et plissa violemment les yeux.

  • Je… Quand je pense au passé… Tout ce que je vois…

Elle appuyait sa paume sur son crâne pour se concentrer et pour chasser les souvenirs parasites. Une grande tristesse l’envahit. Elle ne voyait que des horreurs.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0