Chapitre 10 : Câlin.

9 minutes de lecture

L’un des plus grands plaisirs de Laure Ibiss était de se réveiller à l’internat lors des matinées printanières. Elle adorait le contact des draps frais sur ses jambes nues et elle abusait pleinement de ces frictions.

Ce matin-là, lorsque son réveil sonna les six-heure la coutume ne passa pas à la trappe. Elle se levait toujours très tôt pour flâner et se pomponner, le tout dans la bonne humeur. Si bien qu’elle s’étonna elle-même de s’enrouler un peu plus dans ses couvertures. Elle soupira brièvement. Non ! Ce n’était pas la bonne attitude à adopter.

Mademoiselle Ibiss rassembla donc tout son courage pour poser les pieds hors du lit et commença son rituel. D’abord ouvrir la porte-fenêtre dans l’espoir d’entendre encore le chant de quelques oiseaux. Récemment le personnel de l’internat se plaisait à passer de la musique douce dans la cour intérieure. Une école pleine de goût. C’était normal, sachant que son père en avait des parts. Elle l’admirait.

Ainsi donc pour ne pas faire honte à son nom, elle passa sous la douche tout en laissant la porte ouverte. Une autre de ses habitudes. Quels sous-vêtements allait-elle enfiler ? Malgré son jeune âge, Laure accordait une fine attention à sa lingerie. Elle recouvra un superbe ensemble noir de son peignoir fétiche. Rien de mieux que la soie pour visiter le paradis. Toute fraîche et revitaliser, elle débuta la tache la plus importante de sa journée : fixer sa longue chevelure. Pas un cheveu ne devait friser. Elle s’assura de la réussir avec brio et déposa quelques touches de blush sur ses pommettes. Laure se trouvait belle, magnifique même. Elle eut un sourire en coin en pensant qu’elle devrait rester humble. Qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? Personne ne pouvait la voir. Elle gloussa gentiment en se faisant un clin d’œil.

Toc Toc.

Défilant jusqu’au milieu de sa chambre, elle s’offusqua que quelqu’un vienne la déranger de si bonne heure. Elle se força à sourire en ouvrant la porte. Tout son visage se détendit en apercevant Sky.

  • Yo.

Il avait l'air extenué.

  • Ce n’est que toi, fit-elle en levant ses deux mains au ciel, puis en fermant derrière elle.
  • Tu t’attendais à quelqu’un d’autre ? demanda-t-il sans trop grand intérêt avant de se jeter à plat ventre dans son lit.

Elle l’observa fourrer son nez dans son oreiller, puis se retourner sur le dos. Laure déposa une main sur sa hanche et leva un sourcil.

  • Au contraire, je ne m’attendais pas à avoir de la visite à cette heure-ci. Quoi que… j’aurais dû me douter tout de suite que c’était toi, fit-elle en haussant les épaules.
  • Je m’ennuyais. Quoi, je te dérange peut-être ? dit-il en amenant son téléphone devant son visage.
  • Eh bien, j’allais me changer...

D’un doigt elle détacha la ceinture de son peignoir qu’elle laissa glisser le long de son corps. Tel un suricate, Sky releva la tête de son écran. Lui aussi haussa les sourcils et apprécia la vue. Un air blasé vint bien vite remplacer la surprise. Il s’allongea sur le flanc pour la regarder choisir sa tenue du jour.

  • Tu n’as pas un peu maigri ?
  • Tu trouves ? Je n’ai pas grand appétit pour le moment, expliqua-t-elle en enfilant une jupe plissée.
  • Le look écolière c’est vraiment ton truc…
  • Comment dois-je le prendre ? pouffa-t-elle en s’asseyant sur le lit pendant qu’elle boutonnait sa chemise.
  • Bien. Ça te va bien.
  • Mais ?
  • Mange un peu plus, tu veux qu’on voie tes côtes ou quoi ? Nous les mecs, on aime pas ça, dit-il en se remettant sur le dos.

Laure lui jeta un regard rieur en prenant soin d’ajuster son col. Il avait attrapé le bouquin sur sa table de nuit et plonger son nez dedans. Il était un peu contrarié. Ça lui fit plaisir.

  • Qu’est-ce que je vais faire de toi ? soupira-t-elle.
  • Tu as une belle poitrine en plus, c’est nul de gâcher sa silhouette comme ça…
  • Dis dont, tu me détailles ? Ça t’a fait quelque chose de me voir en sous-vêtements ? fit-elle en lui envoyant des baisers volants.

Elle éclata de rire devant son air figé et imperturbable, puis déposa gentiment une main sur son genou.

  • Ça t’angoisse que ton frère vienne prochainement ?
  • Nan. Je m’en fous, lâcha-t-il en se grattant un ongle.
  • Je vois, sourit-elle, compatissante. Puisque Monsieur me trouve trop mince, je vais remédier à ça ! J’ai une petite idée pour ce soir, à voir si les filles seront partantes !
  • Hum, qu’est-ce que tu manigances encore ?
  • Mais rien ! Simplement une petite pyjama party et d’ailleurs, ça ne vous ferait pas de mal de vous retrouver entre mecs aussi ! s’exclama-t-elle en le pointant du doigt. J’ai bien envie de confiseries et tant qu’on y est, allons déjeuner. Allez debout !

Toc Toc.

Décidément… Elle tomba sur Loyd cette fois. Ce dernier recula de quelques pas en voyant son ami sortir de la chambre également. Au sourire commercial de Laure et à l’air détaché de Sky, il eut la sensation qu’on lui cachait quelque chose. Loyd pouvait vraiment être de nature suspicieuse. Et s’ils avaient dormi ensemble ? Comme d’habitude il se rassura. Son ami ne lui ferait pas “ça”. Il ne le trahirait pas. Pas Sky, pas son fidèle compagnon. Il s’obligea à paraître détendu.

  • Vous êtes au taquet ce matin, les garçons, rit Laure. Tu voulais me dire quelque chose ?

Cette simple réflexion le rassura. Il voulait lui parler de Kyle, même si en réalité il ne s’agissait que d’un prétexte pour passer un moment seul avec elle. Le plan avait échoué.

  • Je me suis simplement dit que tu étais peut-être prête à partir, donc je suis passé, mentit-il.
  • Toujours aussi attentionné, rit-elle en déposant une main sur sa joue.

Il cacha son rougissement en remontant sa paire de lunette. Sky vint l’attraper par l’épaule et lui parla de quelques vidéos drôles qu’il avait vus sur le net. Tout allait bien. Rien ne semblait anormal. Il fallait qu’il se fasse à l’idée que les deux premiers de la hiérarchie étaient proches comme les deux doigts de la main. Tout ce qu’il devait faire c’est sourire, montrer sa gueule d’ange et rire. S’il montrait une quelconque faiblesse, il se ferait dévorer.

Cette sensation grandit quand le trio virent le petit journaliste au loin. Il s’accompagnait d’un grand asiat. Le fameux Steve, son nouvel acolyte et bien le premier. La main sur l’appareil, Kyle était prêt à tirer à tout moment. Il fit un petit coucou à Sky quand il l’aperçut.

  • Tu t’es trouvé un mec ? se moqua ce dernier en passant.
  • Si tu savais, répondit-il d’un air enjôleur.

Ils continuèrent leur chemin. Tout en l’affrontant du regard, Loyd pensa qu’il en avait fallu peu pour que Kyle prenne ses distances. L’idée qu’il soit prudent lui plaisait, mais le connaissant, il valait mieux se méfier aussi. Il avait raison de penser de cette manière.

Steve regarda son “patron” avec attention :

  • Il y a un problème avec Akitorishi ? demanda-t-il.
  • Non. Il a l’impression d’être supérieur, car il connait mon nom. J’appartiens à une famille de mafieux, vois-tu. Ils l’ont appris récemment. S’il pense pouvoir me regarder de haut à cause d’une simple démarche administrative, il se trompe, assura-t-il en se mangeant le pouce.
  • Que vas-tu faire ? continua Steve qui n’était aucunement surpris.
  • Tout dépendra de son comportement. Dans tous les cas, j’ai envie de le faire souffrir un peu pour avoir été hautain et je sais exactement comment m’y prendre. Il suffira de trouver le bon moment, ajouta-t-il, un sourire grimpant au coin de ses lèvres.

***

  • Salut Kimi. Comment c’est passé ton rendez-vous hier soir ? demanda gentiment Loyd en arrivant en classe.

Il s’assit à côté de Sky et se tourna sur sa chaise, attendant une réponse. Ses yeux amusés croisèrent ceux de Laure. Il l’avait devancé pour poser la question. Kimi sortit vivement sa tête de son sac à dos dont elle sortait ses affaires.

  • Ce n’était pas un rendez-vous, répondit-elle, mal à l’aise. Mike n’est qu’un ami.
  • Un ami qui a toujours des sentiments pour toi ? pouffa Loyd.
  • Ah je… C’est mon ex en fait…
  • Tu ne m’avais jamais dit que tu étais déjà sortie avec quelqu’un ! s’exclama Laure, indignée.
  • Ça date de l’année passée, donc…
  • Vous pouvez arrêter de jacasser autant dès le matin ? les interrompt Sky qui mettait un doigt dans son oreille pour montrer son mécontentement.
  • Tiens, quand ça ne te concerne pas, tu deviens impatient, rit son voisin de classe.
  • La ferme Loyd ! rétorqua-t-il en le poussant légèrement.

Les deux copains s’amusèrent à se lancer des piques, continuant à se bousculer. Laure sourit vaguement. Ces deux là étaient comme chien et chat, mais ils restaient toujours fourrés ensemble. Ils ne formaient pas un duo aussi improbable que Selim et Alex, mais leur amitié avait aussi vite vu le jour. Sky, le bourreau des cœurs un peu râleur et Loyd, le gentil garçon serviable. Bizarrement, alors que nombreuses de leur valeurs se confrontaient, ils faisaient la paire. Tout simplement parce que dès les premiers instants, ils avaient sentis chez l’autre la même détresse. Celle d’appartenir au monde des Richess. Depuis la réalisation du conseil, ils ne se quittaient plus et de la même manière Faye et Nice s’étaient rapprochées. En fait, seule Laure se retrouvait sans binôme. Elle était proche de Sky, mais il y avait une différence entre leur relation et celles qu’ils entretenaient tous. Puis vint Kimi.

Après cette fameuse claque, elle s’était décidée à devenir son amie. Quelque chose l’avait attiré dans sa façon d’être. Malgré ce constat et leur rapprochement, elle sentait encore une distance. La voir sauter au cou de Mike le jour précédant lui avait ouvert les yeux. Laure y avait pensé toute la soirée et la matinée. Tout ça à cause d’un câlin. Peut-être qu’elle ne méritait pas d’en recevoir ?

D’un air ennuyé, elle observa sa voisine de classe commencer à prendre notes. Le bracelet de sa mère trônait au poignet de Kimi. C’est ce qui décida Laure à prendre les devants. Sur un petit bout de papier, elle écrivit quelque chose et le fit glisser sous les yeux de la blonde pour une fois concentrée. Elle montra un visage étonné et lui sourit brièvement.

Laure attendit la pause pour en discuter :

  • Alors ça te dit ? demanda-t-elle, les yeux pleins d’étincelles et d'attentes.
  • Pourquoi pas… Après le shopping c’est pas trop mon truc, mais ça fait longtemps …
  • C’est vrai ?! Super ! Tu vas voir avec moi ce sera chouette ! Il y a quelques pièces que j’ai repérées dans les magasines, est-ce qu’on pourra y aller ? Tu n’as encore jamais visité le grand centre commercial de Genève, non ?
  • Non, pas encore…
  • Il est gigantesque !
  • Et Nice et Faye ? Elles vont venir aussi ?
  • Oh… C’est plutôt risqué si on se montre toutes les trois ensemble, donc non.
  • Ah je vois, c’est dommage, fit Kimi en envoyant ses cheveux au-dessus de son épaule.

Cette remarque donna l’impression à Laure qu’elle aurait préféré faire les magasins à plusieurs. Elle se força à garder la tête haute et reprit du poil de la bête.

  • Cela dit je vous invite toutes les trois à une pyjama party ce soir ! Ça te dit ? lui demanda-t-elle en enroulant son bras autour du sien.
  • Je n’ai jamais...

Kimi s’arrêta de parler en voyant l’excitation de son amie. Pendant quelques secondes, elle s’était vue refusée. Elle n’avait jamais fait ce genre de choses entre copines. Au lycée Gordon, c’est plutôt avec les garçons qu’elle traînait, les filles ayant des vies de familles plus compliquées. Du shopping, des soirées pyjama… Elle stressait face à toutes ces premières fois.

  • Tu ne veux pas ? s’inquiéta soudainement Laure.
  • Si. Ça va être cool !

Malgré ses appréhensions, elle repensait à Dossan. Il l’encourageait toujours à profiter d’occasions pareilles. Ça l’ennuyait de se l’avouer, mais il avait souvent raison. Laure se blottit un instant sur son épaule en guise de remerciement, ce à quoi elle eut un léger sursaut. Kimi n’était pas très tactile, mais ne se dégagea pas pour autant. Inconsciemment, sous son banc ses pieds s’agitaient.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0