Les petites lucarnes.

3 minutes de lecture

La télévision ronronne Chapeau melon et bottes de cuir. Megan dort encore, avachie dans le canapé. Dorian prend une douche chaude depuis dix minutes. Il n'arrive pas à sortir, il réfléchit à l'affaire. Le profil établi par Carter semble juste.

Le tueur est un homme de type caucasien entre trente et quarante ans. Le choix des saisons montre une tendance obsessionnelle. Il déteste sa mère. Il viole et tue ses victimes pour annihiler l'autorité parentale, le symbole maternel. Le cycle des saisons représente le cycle de vie et de mort. Il reprend le pouvoir en anéantissant la représentation féminine du donneur de vie. La mise en scène religieuse représente la rébellion de Lucifer contre le Dieu le Créateur.

Ce que les gens ont dans la tête est incroyable. Tout n'est que blessure, la seule réponse est la haine. Le monde ne peut être si manichéen. Malgré ce que Megan a vécu, avec une mère négligente et un beau-père violent, la jeune femme n'a pas reproduit le schéma toxique des parents. Sa relation avec Cameron est équilibrée, toutes deux sont complices et soudées. Dorian est fier de sa sœur.

Le petit déjeuner fume sur la table de la cuisine. Quelques pancakes, du beurre, des oeufs à la coque, du thé et du lait chaud.

- Avec ce temps il vaudrait mieux bien manger. Il neige encore, tu t'imagines !

Dorian regarde par la fenêtre. De grosses mouches blanches virevoltent sur le fond marron orangé d'une ville encore endormie. Quelques fenêtres du bâtiment d'en face s'illuminent, exposant les vies des habitants aux autres âmes tout aussi matinales. Megan s'avance vers la vitre, un mug de lait chaud à la main.

- Ça t'est déjà arrivé d'observer ces petits carrés de vie, comme si ça pouvait être la tienne ?

- Ça m'arrive oui. Je m'imagine à leur place, parfois. Je m'invente une autre existence. Ça me détend.

- Une autre existence...

Dorian prend sa sœur dans ses bras.

- Irene a appelé ?

- Oui. Pour nous souhaiter la bonne année bla bla bla. Puis elle m'a fait la morale sur le père de Cameron. Bref, la routine. Je ne veux pas t'emmerder avec ça. Parlons d'autre chose.

- Tout sauf le boulot.

- Pas le boulot. Quand je vois la tête que tu fais... Notre première sortie depuis des mois, ça va nous faire du bien.

La jeune femme se retourne vers son frère, sourire aux lèvres. Ils ne sont pas seuls, ils seront toujours là l'un pour l'autre.

Chicago, sous la neige, est d'une beauté inhabituelle. Dorian, soulagé que le bus circule toujours, apprécie la chaleur qui y règne. Il arrive en même temps que Carter.

- Bonjour Dorian.

- Bonjour Vaughn, répond le jeune homme en retenant la porte d'entrée.

Aaron les attend. Il les salue et leur verse un café.

- Casey et Daniella arrivent dans une heure, Karen ne va pas tarder.

Dorian sourit. Il espère que l'analyse des blogs aboutira à une réponse concrète, révélant l'identité du tueur, caché derrière le pseudonyme de l'auteur des romans que sa collègue aime tant lire. Enquêter sous la neige n'est jamais tâche facile. La journée s'annonce dure. Mais Parish a l'esprit ailleurs. Ce soir, il sort en famille. Le jeune homme sursaute soudain. Karen entre en trombe dans la salle de réunion.

- Dieu, quel froid de canard ! S'exclame-t-elle agitée de soubresauts. Elle se déshabille se jette sur le café.

- Le breuvage salvateur ! Bonjour les garçons, j'ai manqué quelque chose ?

- Non, on vient d'arriver, annonce Dorian embrassant sa collègue sur la joue. T'es glacée Reine des Neiges !

- Très drôle mon petit ! Après quelques gorgées, la femme reprend son sérieux. Bon, j'ai trouvé une piste, concernant l'identité de l'auteur de mes bouquins. C'est bien un homme.

Aaron s'adosse au mur à côté du tableau, mains dans les poches, faisant un signe de tête à Berenton, afin qu'elle instruise l'équipe de sa découverte.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Virginie Favre
Il s'agit de la version corrigée et réécrite de l'œuvre déjà existante.

Attention, ce roman contient des scènes explicites de sexe et de violence.

Blanche est une vieille femme, née quelque peu avant la seconde guerre mondiale. Elle nous livre sa vie comme un dernier présent, avant de se retirer. Cette existence qu'elle pense banale va se révéler pleine de rebondissements et d'aléas déroutants, jusqu'à la fin. Mais quelle fin ?

Blanche est née dans mon esprit, vit sous ma plume et mourra au fil de votre lecture.
573
836
474
435
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
880
1441
354
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
283
337
2318
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0