Quatre petites filles.

5 minutes de lecture

En ce début de mois d'octobre 2018, les rayons dorés du soleil d'automne, inondent les rues de Chicago. La ville s'éveille. Le métro aérien serpente au dessus des voitures et des piétons, exécutant leur chorégraphie matinale habituelle. La cité de bronze et de verre scintille, animée par le rituel quotidien de ses habitants. L'odeur de café embaume l'atmosphère. Les vendeurs de journaux exhibent les gazettes aux yeux des passants. La fourmilière grouille de vie.

Dorian Parish se hâte d'entrer dans la salle de réunion. Ses collègues regardent les nouvelles à la télévision. La presse s'est emparée de l'affaire, énonçant d'absurdes spéculations.

- Il sera plus difficile de faire notre travail avec ces vautours, mais nous n'avons pas le choix. Trois cadavres d'enfants retrouvés et la petite Jessica Preston disparue depuis treize heures, déjà. Préparez-vous à enchaîner les nuits blanches.

Se tournant vers Dorian, Aaron Levar, le chef de l'équipe spéciale lance au jeune homme :

- Je peux te parler, s'il te plaît ?

- Oui patron, répond-il le suivant jusqu'à son bureau.

Dorian referme la porte derrière lui.

- Tu as besoin de congés ? Parce que ça fait une semaine que tu arrives en retard. Quelque chose ne va pas ?

- Pardon, chef, c'est juste que ma sœur et sa fille vivent chez moi depuis un mois. Elle a divorcé ça fait deux ans et son ex-mari lui prend encore la tête pour la garde de la petite.

- Je vois. Tu as besoin de prendre des jours, tu me dis. Sans ça, j'aimerais que tu arrives à l'heure, dorénavant.

- Oui, patron. Promis je vais me reprendre. Merci.

Les deux hommes sortent du bureau, puis retournent en salle de réunion. Le capitaine Levar, donne les instructions à sa brigade. Chacun part avec son binôme, arpenter les rues de Chicago.

Aujourd'hui, Parish fait équipe avec Daniella King, une jolie jeune femme de vingt-cinq ans. La "geek" de la division des experts du comportement criminel. Sa longue chevelure blond-cuivré est nouée en queue de cheval. Elle porte une veste kaki, un débardeur blanc, un jean bleu clair et des bottines marrons à lacets. Une tenue pratique, mais féminine. Daniella aime s'habiller avec un certain style. Militaire sexy. Elle est secrètement amoureuse de son collègue et tente discrètement de le séduire, mais il ne remarque aucun de ses efforts. Chaque fois qu'elle le peut, elle plonge son regard bleu nuit dans celui de l'élu de son cœur, cependant il n'éprouve aucune gêne, rien qui pourrait s'apparenter à de l'attraction. La demoiselle ne s'avoue pourtant pas vaincue. Elle pense qu'un jour il finira par l'aimer. La ravissante Italo-Américaine est "accro". À l'instar de ses origines du sud, la passionata embrase son coeur de poésie et de rêveries amoureuses. Elle reste, cependant, très professionnelle, n'entreprenant rien qui soit susceptible d'embarrasser son "élu". Les deux agents interrogent les parents et le voisinage de la petite Jessica, afin de glaner un maximum d'informations sur les circonstances de sa disparition. Daniella ne peut s'empêcher d'admirer son bel Irlandais. Grand brun aux yeux marrons, pétillants. Bien bâti, mais fin, sans être maigre. Il s'habille toujours en noir. Il porte un pull à capuche, une veste trois-quarts, un jean moulant avec des Rangers. Cette apparence de rockeur plaît beaucoup à la jeune femme. Elle a intégré la section spéciale des comportementalistes depuis trois ans, déjà, mais Parish reste très réservé quant à sa vie privée. Daniella n'arrive toujours pas à faire fondre la glace de son mystérieux coéquipier, qui est pourtant sociable avec les membres de sa section.

La matinée passe relativement vite. Tous deux ont noté des détails significatifs, qui vont sûrement faire progresser l'enquête. Une camionnette bleue a été repérée sillonnant les rues de la petite banlieue résidentielle où vivent les Preston. Le suspect est un homme d'une quarantaine d'années, châtain, vêtu d'une combinaison grise. Le grand frère a donné son signalement aux deux agents, après que Dorian l'a aidé à se souvenir en employant une méthode mnémotechnique qu'il a développé à l'armée. L'agent se place à côté du garçon.

- Hey, ça va aller mon bonhomme. Inspire un bon coup et expire jusqu'au bout. Vide bien tes poumons. Fais ça plusieurs fois. Ferme les yeux.

L'enfant obéit. Cet exercice le détend.

- Lequel de tes sens est le plus développé ? demande Parish d'une voix douce et bienveillante.

- Les sons, les bruits, ils résonnent dans ma tête. Parfois mes potes croient que j'hallucine. Mais je vous jure j'entends tout.

- Parfait. Je te crois. Ferme les yeux encore une fois. Remonte dans le temps. Ce matin là, tu te lèves, tu prends ton petit déjeuner, focalise-toi sur tout ce que tu entends.

- J'entends ma cuillère qui cogne contre mon mug. Je touille le lait dans ma chicorée.

- C'est bien, continue.

- Ma soeur nous rejoint. Elle court vers maman.

- Maintenant, associe une image à chaque bruit.

L'enfant se concentre.

- Avance dans le temps, tu peux me décrire ce qu'il se passe ?

- Oui. Ma soeur et moi on va jouer dans le jardin. On joue à cache-cache. Cette fois-ci c'est moi qui compte...

- D'accord, qu'est-ce que tu entends ?

- J'entends le moteur d'une camionnette, puis la portière qui s'ouvre. Oui ! Il y a un van et un homme qui s'assoit au volant. Il a une de ces combinaisons de travail, comme les électriciens ! s'exclame le garçon, surpris de se souvenir d'autant de détails. Comment j'ai pu oublier ?

- C'est du bon boulot, mon gars, le rassure l'agent, le tenant par l'épaule. Tu peux être fier de toi. Et n'oublie pas, utilise tes sens pour raviver ta mémoire.

Des voisins ont remarqué le véhicule, qui tournait depuis trois jours avant l'enlèvement de Jessica, confirmant la description du frère. Les journalistes ont envahi le quartier. Dorian est agacé par leur présence.

- Bouffeurs de misère humaine !

Daniella tente de rassurer les parents de la petite. Parish appelle Aaron afin de l'informer de l'évolution de leurs investigations. La mère confie la poupée de chiffon de son enfant à l'agent King.

- Je vous en prie, rendez-la à mon bébé quand vous la retrouverez. Qu'elle sache que je n'ai jamais cessé de penser à elle. Ma fille n'a jamais pu se passer de sa "Violette adorée".

La jeune femme serre le petit volume de coton contre son cœur et pose sa main sur l'avant bras de madame Preston. Elle n'ose imaginer la douleur que l'on éprouve à la perte de son enfant.

La fillette s'amuse dans le jardin, comme chaque jour. La vie suit son cours. Tout va bien et l'instant d'après, l'existence d'une famille sans histoire bascule dans l'abîme.

L'équipe espère retrouver la dernière victime. En vie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 19 versions.

Recommandations

Défi
Alessya Monk
KARLITO tv chaud. - Butcher est salé, KARLITO est juteux ... dur choix entre les deux, j'opte alors pour le sandwich dont je serais la saucisse ! - Et sur cette croustillante et bien grasse plaisanterie, tu sors ! Lulu qu'est ce qui t'arrive ?? - Je ne sais pas SYSY ! J'en rêve toutes les nuits ! Il est beau, il est chaud, j'en suis dingo ! Ça me reprend !... - Tais toi, ça commence ! - Quoi ? - KARLITO tv chaud ! Tu viens d'en parler, mec ! - Pardon ? Mais c'est de lui que l'autre timbrée parlait ! Si elle commence à confondre série et réalité, la camisole n'est plus une recommandation, c'est une nécessité ! - Lulu, oublie. Tais toi ou je t'intègre dans ma collection de trophées ! C'est la nouveauté KarmaZone prime ! Tu vas adorer ! Shush ! Heureusement qu'on peut mettre sur pause ! SYSY le fêtard de la bande s'est entiché de la nouvelle série événement de l'une des chaînes les plus populaires au monde. Depuis la disparition de sa Maze adorée, Lulu la luciole infernale, aujourd'hui en dépression, squatte le QG de la M team. Le fiancé psychotique de Frozen EM, veille de près mais pas trop. Son tv chaud est plus important que tout, une addiction, une lubie, non... Une drogue dure !
100
96
41
20
Maxence Sardane
37° millénaire. Après des siècles de guerres et de retour à la barbarie, l'Homme a conquis l'océan des étoiles. Mais il n'est pas seul et les dangers sont nombreux.
Rika est une jeune humaine rebelle et réprouvée qui tente de survivre dans cet univers peuplé de créatures hostiles et de menaces diverses, sous la houlette d'un gouvernement totalitaire et excluant. Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu'elle rencontre le mystérieux (et dangereux) Ren, seul survivant d'une espèce légendaire et portée disparue...
587
673
1704
600
jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1175
1346
1122
363

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0