The Bone Collector.

4 minutes de lecture

« J’en peux plus de mes parents ! Il veulent toujours tout contrôler, surtout ma mère ! Mon père, lui il est trop fatigué, quand il rentre du travail. Mais avec ma mère, il faut toujours, que je fasse le ménage, que je mette la table, que mes devoirs soient faits avant de manger et j’ai jamais le droit de sortir avec mes copines, c’est soûlant ! Le weekend je suis forcée de réviser, même quand y'a pas d'examens ! Et puis j'ai pas le droit de parler comme je veux, pas le droit de penser comme je veux ! Il faut que je sois parfaite, comme elle veut ! J'ai envie de partir, j'en ai marre ! »

L’imprimé de la page facebook, est épinglé sur le tableau, à côté de la photographie de l’adolescente de quatorze ans. Amy Fulton.

- C’est la dernière chose que la jeune fille a posté avant de disparaître. « cherrycoke666 » lui a proposé un rendez-vous à Colombus Park à vingt-deux heures trente-cinq. Le lendemain, l’équipe des paysagistes retrouvait le vélo de la gamine et appelait la police, annonce Aaron à ses agents.

Daniella regarde le panneau, l’air sombre.

- Je vais voir ce que je peux faire, pour retrouver son IP. Je ne dormirai pas tant qu’on n’aura pas coincé ce prédateur, lance la jeune femme en ouvrant son ordinateur portable.

- OK. Vaughn. Karen. Allez voir la scientifique. Dorian et Casey interrogez l’entourage de la victime : parents, profs, amis, je veux tout savoir sur elle, je veux pouvoir rentrer dans sa tête !

Les binômes partent pour leur mission. Aaron s’assoit à côté de King.

- Mademoiselle. Regarde moi, l’experte en "craquage de codes". Elle lève les yeux vers son patron. On sort. Je te paie un café.

Sans discuter, elle range son appareil dans son sac, enfile sa veste et suit son capitaine.

Il y a douze ans, un tueur en série sévissait dans la banlieue de Meadowview, à Sacramento. Daniella n’était encore qu’une adolescente insouciante, rêvant de jolies robes et du prince charmant. Le torse d’une enfant de treize ans, fut découvert sur les rives du fleuve, près de Freeport Bridge. Rejeté par les eaux. Sara Lochwood, la voisine des King, était portée disparue depuis deux semaines. Les autres parties du corps ont été progressivement retrouvées aux alentours, sauf la tête. L'analyse ADN a certifié qu'il s'agissait bien de la pauvre Sara. Une semaine après l'identification, des enfants jouant dans Meadowview Park, tombaient sur un coyote grignotant un pied. La deuxième victime apparaissait bout à bout. Son torse fut rejeté sur les rives du fleuve Sacramento, quelques jours plus tard. Quatre petites nymphes devinrent le nouveau "papier peint" de la police de la capitale Californienne. Le cyber-prédateur se faisait passer pour une adolescente. Ainsi, gagnait-il leur confiance et, à l'instar de l'araignée tissant sa toile autour de sa proie, les attirait dans son piège : une boutique de chocolats de luxe. C'était dans son laboratoire que le vendeur, un jeune homme de trente ans, démembrait les fillettes, apres les avoir empoisonnées. Il cherchait la fiancée idéale. Leurs têtes furent retrouvées dans son jardin. Plantées telle la graine d'un arbre humain. Les petites filles rêvaient du prince charmant pour finalement aboutir dans la marmite de la vilaine sorcière à la maison de pain d'épice. Après ce tragique événement la famille de Daniella, déménageait à Chicago. L'adolescente se jura de traquer les tueurs d'enfants et se passionna pour l'informatique. Devenant bénévole pour une association d'aide aux victimes de la pedocriminalité, avec l'autorisation de ses parents, la jeune justicière s'acharna sur ses études afin d'intégrer la célèbre académie de Quantico. Pour devenir profiler au National Center for the Analazise of Violent Crime, il lui fallait, au minimum, huit ans d'expériences en tant qu'agent spécial du Bureau. L'étudiante eut la chance de croiser la route de Aaron Levar, chef d'une unité spéciale du comportement criminel.

Confortablement installés dans un Vintage Coffee du centre ville, Aaron et Daniella travaillent d'arrache pied afin de débusquer le prédateur du web.

- Il a verrouillé sa navigation. Ce serait plus simple de le traquer sur le terrain. Je connais une asso qui infiltre les réseaux pédophiles en se faisant passer pour des ados. On peut passer les voir. J'ai gardé contact.

- Tu es un véritable œuf de pâques, agent King, lance Levar enchanté.

Fier de son équipe, Aaron va de surprise en surprise, toujours admiratif du courage et de l'intelligence de chacun de ses membres. Malgré la tragique perte de leur collègue Jada Riggs, en février 2017, ils ont su rester forts et solidaires. Le chef a craint pour l'équilibre psychique de King, la plus jeune de la section. Il a, cependant, découvert une battante pleine de ressources, capable de donner le change face au pire.

Samuel Morse, un ancien inspecteur de la division criminelle de Chicago, accueille les deux agents dans son bureau. Il verse du café dans trois mugs et les pose sur la table.

- Sucre ? demande l'ex-policier au capitaine.

Il sait que Daniella le prend noir, sans additifs. Levar acquiesce. La jeune femme expose leur requête. À ce moment son chef reçoit un message de Karen. Elle lui envoie le rapport complet de la scientifique, qu'il s'empresse de transférer à Morse. Ce dernier le lit attentivement.

- Amy Fulton n'a pas été enlevée dans le parc, lance l'ancien détective de la criminelle.

- C'est bien ce que je me disais, ajoute Aaron pensif.

Le kidnappeur connaît sa victime. Il est assez proche de sa famille pour pouvoir l'observer. King a l'intime conviction que c'est l'un des professeurs du collège de la jeune fille. Lors de ses recherches "cybernétiques" Daniella a pu reconstituer, dans sa totalité, la correspondance entre Amy et "cherrycoke666". Les tournures et les fautes d'orthographes sont, à l'évidence, simulées. Par moment, on peut ressentir un "maniérisme" d'adulte. Et les connaissances culturelles de "cherrycoke666" semblent bien différentes de celles d'une adolescente de quatorze ans de cette génération. Levar appelle Vaughn.

- Ça a donné quoi ?

Le professeur d'université fait un rapport détaillé à son patron et lui confie avoir des soupçons concernant l'un des enseignants.

- Les grands esprits se rencontrent. Retournez-y et faites-le craquer. Ce soir je veux que la gosse des Fulton dorme dans son lit.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Défi
Alessya Monk
KARLITO tv chaud. - Butcher est salé, KARLITO est juteux ... dur choix entre les deux, j'opte alors pour le sandwich dont je serais la saucisse ! - Et sur cette croustillante et bien grasse plaisanterie, tu sors ! Lulu qu'est ce qui t'arrive ?? - Je ne sais pas SYSY ! J'en rêve toutes les nuits ! Il est beau, il est chaud, j'en suis dingo ! Ça me reprend !... - Tais toi, ça commence ! - Quoi ? - KARLITO tv chaud ! Tu viens d'en parler, mec ! - Pardon ? Mais c'est de lui que l'autre timbrée parlait ! Si elle commence à confondre série et réalité, la camisole n'est plus une recommandation, c'est une nécessité ! - Lulu, oublie. Tais toi ou je t'intègre dans ma collection de trophées ! C'est la nouveauté KarmaZone prime ! Tu vas adorer ! Shush ! Heureusement qu'on peut mettre sur pause ! SYSY le fêtard de la bande s'est entiché de la nouvelle série événement de l'une des chaînes les plus populaires au monde. Depuis la disparition de sa Maze adorée, Lulu la luciole infernale, aujourd'hui en dépression, squatte le QG de la M team. Le fiancé psychotique de Frozen EM, veille de près mais pas trop. Son tv chaud est plus important que tout, une addiction, une lubie, non... Une drogue dure !
100
96
41
20
Maxence Sardane
37° millénaire. Après des siècles de guerres et de retour à la barbarie, l'Homme a conquis l'océan des étoiles. Mais il n'est pas seul et les dangers sont nombreux.
Rika est une jeune humaine rebelle et réprouvée qui tente de survivre dans cet univers peuplé de créatures hostiles et de menaces diverses, sous la houlette d'un gouvernement totalitaire et excluant. Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu'elle rencontre le mystérieux (et dangereux) Ren, seul survivant d'une espèce légendaire et portée disparue...
587
673
1704
600
jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1175
1346
1122
363

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0