Summertime.

6 minutes de lecture

Chicago, au mois d'août, est baignée de soleil. Parfois, une averse vient rafraîchir la fournaise estivale. Pour Casey, c'est la meilleur période de l'année car, même les criminels prennent des vacances. L'ex-marine a réservé un jour de congé pour profiter de la ville. C'est surtout pour acheter une des premières éditions de Fondation d'Asimov à la jolie coach, qu'il rejoint à seize heures au club de boxe. Il flâne dans la librairie remplie de vieux livres jusqu'au plafond. Oliver Rogers, un ancien directeur de théâtre à la retraite, l'accueille avec une citation de Shakespeare.

- C'est un malheur du temps que les fous guident les aveugles. Alors, mon grand, quel trésor es-tu venu exhumer aujourd'hui ?

- Je ne suis pas légiste, monsieur. Je n'exhume pas, je chine. Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination, répond Ice Man, énigmatique.

- Difficile à voir, toujours en mouvement est l'avenir.

L'ancien marine éclate de rire.

- Sérieusement, Rogers ? Yoda?

- Je me mets à la page mon garçon. Le théâtre n'est plus à la mode, tu le savais ? chuchote le libraire, tel un agent secret de film noir.

- Tu aurais Fondation ? De vieilles éditions illustrées ? demande Hartman amusé par l'attitude du vieillard.

- Monseigneur, je puis accéder à votre requête, sur le champ !

L'ancien directeur de théâtre monte sur la mezzanine entourant la boutique, Casey le suit.

- Je suis un fossile, peux-tu ouvrir le tiroir du bas, s'il te plaît mon garçon ?

Ice Man s'exécute.

- Regarde dans le fond, mon petit.

L'ex-marine en ressort une édition de 1951. Rogers lui ébouriffe les cheveux.

- Ça donne le frison ! N'est-ce pas ?

- C'est comme dans Histoire sans fin, répond Hartman, subjugué par l'objet qu'il tient entre ses mains.

- Ça fait deux cents dollars, gamin. Raboule l'oseille !

- Rho, bon sang, tu casses toute la magie, Oliver ! Je tenais une pépite, maintenant j'ai l'impression d'être recouvert de bave de troll !

- Ta pépite c'est l'heureuse élue à qui tu présenteras cette superbe offrande, lance le libraire prenant des airs de maitre Jedi.

- Vieux fou. J'espère qu'à ce prix, tu as du papier cadeau !

- Une tasse de thé ?

Casey consulte son cellulaire.

- OK. Je te paie, tu me l'emballes dans un joli papier et je veux bien m'empoisonner avec ton infâme breuvage.

- Sauvage !

Dans l'arrière boutique se trouve une petite pièce ensevelie sous des montagnes de paperasses diverses. Les factures se chevauchent avec des esquisses à l'encre de Chine. Au font du petit cabinet gît une méridienne jaune moutarde. Le vieillard pousse les quelques feuilles qui tapissent l'objet de valeur et propose à son invité de s'installer. Malgré sa taille étriquée, le cagibi est noyé dans la lumière. Les deux hommes conversent avec enthousiasme. Rogers conte ses aventures théâtrales à un homme, qui retrouve son âme d'enfant.

Face au club de sport de combat du quartier chinois de Chicago, Casey attend, nerveux. Il entre. L'agent scrute l'immense salle recouverte de tatamis où les élèves s'affrontent, mettant en pratique les diverses diciplines enseignées par leur entraîneur. Megan sort du vestiaire. Ice Man lui fait signe. La jeune femme le rejoint.

- Bonjour, Casey, s'exclame-t-elle avec le sourire.

- Bonjour, Megan.

À ce moment il brûle d'envie de la prendre dans ses bras.

- Aujourd'hui, on va faire du Tai Chi sur la plage. Tu n'as rien contre le Tai Chi ?

L'ancien marine secoue la tête, surpris par sa proposition.

- J'avais peur que ce soit un peu trop mou pour toi.

Il admire le calme olympien de la jeune coach. Certes, la connaît-il depuis peu, mais il ne l'a jamais vue s'énerver, ni même entendue lever le ton.

- Tu es véhiculé ?

- Oui, j'ai pris ma voiture. Je pensais venir en métro, pour une fois, mais je voulais te proposer d'aller manger au bord du lac, après le sport... Les grands esprits se rencontrent, ajoute-t-il, pensif.

- Exactement.

En sortant, la jeune femme s'arrête, ferme les yeux et lève la tête vers le soleil. Les rayons lui chauffent le visage. Elle aime la chaleur de l'été. Soudain elle prend son élève par le bras et le tire vers une ruelle, sur la droite du centre sportif.

- Tu vois la grosse lanterne rouge, là-bas ? demande-t-elle en indiquant du doigt une boule chatoyante, dans le fond, plantée au-dessus d'un stand de fruits et légumes exotiques.

- Oui.

- Ça a l'air d'une épicerie, alors que c'est le meilleur restaurant du quartier. À l'étage on se croirait en Chine.

- Comme dans Ghost in the shell ?

- Tout à fait. Tu aimes ?

- J'adore ! lance Casey.

Leurs regards se croisent. À cet instant il veut l'embrasser. Elle tourne la tête vers la rue principale.

- On y va. T'as payé un cours.

Résigné, il l'accompagne jusqu'à sa voiture.

L'agent spécial Hartman, reproduit les gestes que lui montre son entraîneur, suivant attentivement les consignes et la philosophie qu'elle lui enseigne. L'ancien soldat se surprend à apprécier la lenteur du rituel. Megan a raison : plus les gestes sont lents, plus ils sont précis et plus on gagne du temps. Le ciel se couvre progressivement. Hypnotisés par l'exercice Casey ne se rend compte de la pluie que lorsque celle-ci se transforme en averse. Megan continue ses mouvements.

- Profite ! La pluie est un bienfait.

Casey obéit. Les vêtements s'alourdissent progressivement et finissent par empêcher senpai et kohai d'effectuer leur chorégraphie. Ice Man propose à la jeune femme de s'abriter sous une taqueria, à quelques mètres. Accourant sous la bicoque mexicaine, tous deux éclatent de rire. Il commande deux burritos épicés et un assortiment d'antojitos. L'ex-marine retire son T-shirt et l'essore.

- Pardon, ma belle. Je veux pas faire mon indécent, mais ça colle trop, j'ai l'impression d'avoir trempé dans de la bave de troll.

Son amie se retient de rire tout en le dévorant des yeux. Il n'escomptait pas produire cet effet sur la demoiselle, cependant, une lueur de satisfaction éclaire son iris argenté. La pluie cesse très vite et le soleil pointe à nouveau quelques timides rayons sur la ville. La surface du lac se pare de petits halos dorés lui donnant un aspect surnaturel.

Casey raccompagne Megan. Tous deux font le trajet dans le silence, incapables de prononcer un mot. L'homme se gare en bas de l'immeuble de la jeune femme et coupe le contact. Il tend son bras vers le siège arrière et en sort un sac en papier alourdi par l'œuvre achetée plus tôt dans la journée.

- Tiens, lance-t-il, gêné.

Il appréhende de la quitter. Elle ouvre le paquet et découvre l'ouvrage.

- Mais il ne fallait pas !

- Je me sens idiot. J'ai quarante-deux ans, bordel ! À quoi je pense ?

Megan range délicatement son cadeau dans son sac, puis l'enjambe afin de s'assoir sur ses genoux. Lui caressant les cheveux, sa main glisse doucement sur son visage viril au regard tendre. Elle l'embrasse. Il passe son bras autour de sa fine taille de nymphe. Les deux tourtereaux sont brusquement interrompus par un agent de police cognant à la vitre. Hartman déclenche l'ouverture.

- Vous savez que c'est interdit ce que vous faites, m'sieur-dame !

- Bonsoir, monsieur l'agent. Pardon monsieur l'agent. C'est l'anniversaire de ma femme vous comprenez, on s'est un peu enflammé.

- Oui bah, allez faire vos cochonneries ailleurs ! Y'a des hôtels pour ça !

- Pardon monsieur.

- Bon. Passe pour cette fois. Allez tirez-vous !

Les deux amoureux s'exécutent et sortent de la voiture. L'agent les surveille. Megan prend Casey par la main et l'entraîne dans son immeuble.

- Viens à la maison, chuchote-t-elle.

- Mais je ne veux pas m'imposer.

- Trop tard tu m'as épousée.

En entrant Ice Man est aussitôt accueilli par Cameron.

- Tonton Casey !

Elle se jette sur lui, il la prend dans ses bras.

- Qu'est-ce que tu fais encore debout à cette heure ?

- Tonton Vaughn et moi on n'a pas fini la partie d'échec !

- Tu joues au échec ? Normal. Bon va la finir.

Il repose l'enfant qui s'élance vers le salon.

- Alors sœurette, cette journée de boulot, s'écrie son frère, sortant sa tête de la cuisine. Oui, c'est moi qui suis aux fourneaux ce soir, je fais un tiramisu. Bonsoir Casey, entre !

Megan l'entraîne vers l'antre aux délices culinaires, au passage l'homme salue Carter qui lui répond par un geste de la main. L'ancien marine n'est pas surpris, ses pensées sont habitées par l'élue de son cœur.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
Alessya Monk
KARLITO tv chaud. - Butcher est salé, KARLITO est juteux ... dur choix entre les deux, j'opte alors pour le sandwich dont je serais la saucisse ! - Et sur cette croustillante et bien grasse plaisanterie, tu sors ! Lulu qu'est ce qui t'arrive ?? - Je ne sais pas SYSY ! J'en rêve toutes les nuits ! Il est beau, il est chaud, j'en suis dingo ! Ça me reprend !... - Tais toi, ça commence ! - Quoi ? - KARLITO tv chaud ! Tu viens d'en parler, mec ! - Pardon ? Mais c'est de lui que l'autre timbrée parlait ! Si elle commence à confondre série et réalité, la camisole n'est plus une recommandation, c'est une nécessité ! - Lulu, oublie. Tais toi ou je t'intègre dans ma collection de trophées ! C'est la nouveauté KarmaZone prime ! Tu vas adorer ! Shush ! Heureusement qu'on peut mettre sur pause ! SYSY le fêtard de la bande s'est entiché de la nouvelle série événement de l'une des chaînes les plus populaires au monde. Depuis la disparition de sa Maze adorée, Lulu la luciole infernale, aujourd'hui en dépression, squatte le QG de la M team. Le fiancé psychotique de Frozen EM, veille de près mais pas trop. Son tv chaud est plus important que tout, une addiction, une lubie, non... Une drogue dure !
100
96
41
20
Maxence Sardane
37° millénaire. Après des siècles de guerres et de retour à la barbarie, l'Homme a conquis l'océan des étoiles. Mais il n'est pas seul et les dangers sont nombreux.
Rika est une jeune humaine rebelle et réprouvée qui tente de survivre dans cet univers peuplé de créatures hostiles et de menaces diverses, sous la houlette d'un gouvernement totalitaire et excluant. Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu'elle rencontre le mystérieux (et dangereux) Ren, seul survivant d'une espèce légendaire et portée disparue...
587
673
1704
600
jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1175
1346
1122
363

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0