Sous l'uniforme.

4 minutes de lecture

- Allons bon, on reste sur du privé, encore. Non mais sérieux, on dirait que privé rime avec pervers !

Ice Man assène sa réplique matinale. Le maître du sarcasme produit son petit effet habituel : Karen et Dorian se retiennent de rire, Daniella peste, Vaughn esquisse un sourire. Aaron, hilare, lève les yeux au ciel.

- Je n'ai pas du tout l'impression d'être instituteur dans une maternelle, non. Bon, trêve de plaisanterie, ajoute-t-il en lançant un regard amusé à l'ancien marine.

Casey jette le dossier sur la table et s'adosse au mur. Dans un collège privé, plusieurs jeunes filles se sont plaintes de harcèlement sexuel de la part du professeur Francis Reinhart. Cinq d'entres elles avouent avoir été violées, seule Beth Lockhart a déposé une plainte. Le corps de Samantha Sharp a été retrouvé dans un parc pour faire croire à une agression nocturne.

- L'affaire est plutôt facile, Hannibal t'a quand même appelé, chuchote Parish à Carter.

- Hannibal ?

- Aaron. On nous surnomme "l'agence tous risques" au FBI.

- Ah. Vaughn retient son souffle, étouffant ainsi son rire. Je suis officiellement membre de l'équipe, Levar devrait faire une annonce après le brief. Et toi, tu es Futé ?

- Comment t'as deviné ?

L'Apollon d'ébène caresse discrètement, la main de son amant, du bout de son doigt. Dorian s'empourpre.

- Bon, les sales gosses, si vous avez des questions c'est par ici, s'exclame le capitaine indiquant le tableau avec son pouce. Hartman, morgue avec Daniella.

- Ah non patron, vous voulez me buter ou quoi ? lance Ice Man la mine renfrognée. C'est pas contre toi Daniella, mais la morgue ça fait trois fois que je m'y colle !

- Un grand gaillard comme toi, par une chaude journée d'été, tu iras te payer une glace à la sortie. Je peux continuer ou vous avez tous décidé de faire la révolution, aujourd'hui ?

Casey s'incline devant la décision de son supérieur.

- Parish avec Karen, vous retournez à l'école, mauvais élèves que vous êtes. Plus sérieusement, témoins, suspects, la routine. Moi, j'embarque le nouveau, on va faire une petite balade au parc. C'est bon pour vous ?

Tout le monde acquiesce.

- Avant de partir, j'ai une annonce à vous faire, lance Aaron, stoppant l'équipe dans son élan : Vaughn fait dorénavant partie de la section, à part entière. J'ai négocié sa place avec son université. Je vous donnerai les détails de la "transaction" ce soir. Nous serons quelquefois sollicités, pour témoigner et exposer les différentes facettes de notre profession. En classe de criminologie et comportementalisme. Bref, pour plus d'infos, après le travail, au pub.

- Ce soir, je te paie une chope, mon gars ! annonce Casey, donnant une tape dans le dos de son nouveau collègue, en signe de bienvenue.

- Au boulot, les enfants ! s'esclaffe Levar.

Chacun part avec son binôme.

Depuis toute petite je sais que je veux être romancière. Hélas, on ne m'a pas laissé le temps de réaliser mon rêve. J'étais venue le voir, après son cours. J'étais passionnée de Stephen King, il était passionné de Lovecraft. Je l'aimais bien. Je ne m'attendais pas à ce que j'allais vivre ensuite. Il avait glissé sa main entre mes cuisses, j'ai reculé et je l'ai giflé. Ce n'était plus mon professeur de littérature que j'avais en face de moi. Le docteur Jekyll avait cédé à Mr Hyde. Il m'avait poursuivie dans tout le collège. Je vivais un mauvais film d'horreur, indigne d'un John Carpenter. J'étais terrifiée. Cachée sur le toit, j'essayais de ne plus respirer, pour ne pas faire de bruit. Son ombre m'engloutit et je sombrai dans les abysses. La fraîche odeur de gazon, mêlée à mon sang, caressait mes narines. Je m'endormis à jamais. Depuis toute petite, je savais que je voulais être romancière. Hélas, aujourd'hui, je n'écrirai plus rien.

- Tu sais pourquoi le patron est aussi joyeux aujourd'hui ? demande Parish à sa collègue.

- Il voit sa fille, ce week-end, lance Karen avec le sourire.

- Ah, je comprends mieux ! Tu sais que c'est la nounou de ma nièce ? s'exclame le jeune homme, pensif.

- Le monde est petit !

- Pas tant que ça, c'est Aaron qui me l'a recommandée, justement... Pas assez petit, je dirais, même.

Karen sourit, il lui semble qu'elle le comprend. Dorian est sincèrement heureux pour son capitaine. Malgré leur divorce, Levar s'est toujours bien entendu avec son ex-femme. Megan ne peux pas en dire autant. Cela fait des mois que l'agent ressasse cette histoire, tentant désespérément de trouver une solution, afin d'aider sa sœur.

- Au fait, tu n'as rien à me dire ? questionne la femme, une lueur de curiosité dans le regard.

- Pardon ? Non, je sais pas... Pourquoi ? Qu'est-ce que je devrais te dire ? bredouille le jeune homme, sentant venir la question fatidique.

- Toi et ce bel étalon. Et ne me dis pas qu'il n'y a rien entre vous !

- Je savais qu'à un moment ou à un autre, toi ou Aaron finiriez par me flanquer ça sur le tapis ! Répond Dorian, désemparé.

- Mettez-vous tous en couple mes petits, que je puisse vivre l'amour par procuration !

Le jeune homme lui fait les yeux ronds de surprise mêlée à une pointe d'hilarité. Karen éclate de rire.

- Tu comprendras quand tu auras cinquante ans.

Berenton lui frotte, amicalement le dos. Il sait qu'elle ne parlera pas, mais maintenant que Vaughn est officiellement son collègue, Dorian doit rester prudent.

Aujourd'hui ils sont venus interroger mes camarades de classe. Priscilla a fondu en larmes, Reinhart lui avait demandé de rester après les cours, sous le prétexte d'un débat sur sa dernière dissertation. La sensation de brûlure ne la quitte plus, depuis. Sarah est passée voir Amanda, il y a trois jours. Cela fait deux semaines qu'elle ne quitte plus sa chambre, elle n'est plus qu'une ombre. Telle une Ophélia contemporaine, la folie la gagne peu à peu. Je m'appelle Samantha Sharp et je ne pourrai pas écrire cette tragique histoire. Je ne pourrai pas être la plume vengeresse, qui s'abattra sur le fourbe, qui se cache sous les attraits d'un beau seigneur au verbe exalté. Je ne pourrai plus prêter main-forte à mes amies. Beth, Priscilla, Sarah, Amanda, Laura, Gena et, sans doute, beaucoup d'autres. Aujourd'hui, ce sont eux ma voix. Aaron, Karen, Casey, Dorian, Daniella et Vaughn sont les uniques représentants de ma mémoire. Ma Némésis.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Parker
Je suis toujours nulle en résumé, donc je vous laisse vous débrouiller avec le visuel et le titre.

Attention, romance de Noël à l'horizon. Vous voilà prévenus.
553
928
1231
322
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
861
1389
354
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
268
304
2011
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0