Six petites poupées.

5 minutes de lecture

- Je meurs, je meurs ? Je n'ai pas tué cette gamine. Non, jamais j'aurais...

- C'était juste un cauchemar. Rendors toi.

- J'arrive pu a respirer...

- Calme-toi... C'était juste un mauvais rêve.

L'homme s'éteint dans les bras de l'agent Hartman. Daniella le regarde, surprise d'observer un comportement si humain chez ce butor de Casey. Le sergent Lucas Alvarez est un ancien combattant de la guerre du golfe. Ayant repéré la plaque militaire autour de son cou, l'ancien marine a compris que le pauvre bougre était à bout. Manipulé par le véritable assassin, l'esprit embrumé par l'héroïne, il ne pouvait être le cerveau de cette boucherie. Le décès soudain du seul témoin ne présage rien de bon pour la suite de l'enquête. Brusquement la jeune femme vacille. Casey la saisit par la taille.

- Hey, King, qu'est ce qui t'arrive. C'est la première fois que tu tires sur quelqu'un ?

- Oui, bredouille-t-elle, désemparée.

Ice Man lui prend doucement l'arme des mains, la guide hors du squat, puis l'assoit sur les marches de l'entrée. Depuis qu'il travaille dans la section spéciale, Hartman n'avait jamais vu pareille hécatombe. Cela faisait des semaines que la police poursuivait le meurtrier de cinq enfants, âgés d'à peine cinq ans. Harry Simons, Vicky Barnes, Billy Collins, Sally Ferguson et Benjamin Sloan ont été retrouvés morts. Enterrés, chacuns, à huit jours d'intervalle. Cause du décès : arrêt cardiaque. Des traces d'alcool ont été découvertes dans le sang, le légiste suppose que le composant létal est un bêta bloquant. Si sa théorie est juste, l'équipe doit rechercher un individu ayant des connaissances médicales. Mais le produit de conservation des corps en thanatopraxie, laisse supposer que le meurtrier travaille dans un funérarium. Le nombre de suspects s'est reduit, cependant pas assez pour se permettre de perdre un élément majeur de l'enquête.

- C'est fichu ! J'ai tué toutes nos chances de retrouver cette ordure, soupire Daniella, au bord des larmes.

L'ex-marine sourit au jeu de mots involontaire.

- Regarde-moi, ma belle. On va trouver autre chose. On est la section spéciale. Tu vas nous faire sauter les codes des ordinateurs et smartphones qu'on trouvera et l'affaire sera réglée !

La jeune femme sourit. Elle sait qu'il essaie de la rassurer. À ce moment, Casey voudrait prendre Megan dans ses bras, il chasse aussitôt cette pensée de son esprit.

- Ce gars n'a ni ordinateur, ni téléphone. Il vit dans un squat. Mais merci quand même.

Hartman sourit, pensif. Il se remémore la première fois qu'il a tiré sur une personne.

- On se casse. Laissons la scientifique récolter les poils de cul.

L'agent passe sa main dans le dos de sa collègue et l'accompagne à la voiture. Sur le trajet, il lui demande d'avertir Levar.

- Tu n'as rien à craindre Daniella, Aaron est compréhensif, il ne va pas te mettre sur la touche. Mais il doit savoir.

La jeune femme s'exécute, confiante. Hartman s'arrête devant une maison délabrée. Les deux agents sortent du véhicule.

- Qu'est-ce qu'on vient faire dans ce quartier pourri ? demande la jeune femme intriguée.

- Le coco que t'as soulagé de sa vie de merde... Son dealer c'est Ricky le Puma, j'ai reconnu son logo sur un sachet de came. Le vétéran était une loque, il n'aurait pas pu se fournir tout seul. On lui a forcément livré son paquet, si tu vois ce que je veux dire.

King le regarde étonnée.

- Tu vois. Te fais pas de bile. Le pauvre type n'aurait rien pu nous dire. Il avait le cerveau grillé. Tu lui as rendu service.

King découvrait un homme différent de l'idée qu'elle s'en était faite. Elle est, certes, comportementaliste, cependant les manières rustes du collègue l'irritent tant, qu'elle n'est pas allée plus loin dans son analyse du personnage.

- Visez-moi cette chica ! Como estas Ice Man ? No tenemos nada aqui. Me gusta tu amiga, tu nous présentes ?

Hartman plaque le dealer contre le mur.

- Sois correct avec la Lady. Je viens pas t'arrêter, mais si tu me cherches je serais tenté d'abuser de mes privilèges d'agent. Il relâche l'hispanique. J'ai juste une question. T'aurais pas un nouveau client qui serait apparu il y a un mois, un mois et demi ?

- Eh, mec je balance pas la clientèle, sans ça je ferme boutique, t'es ouf toi !

Ice Man sort son smartphone, cherche dans sa galerie et montre la photographie de la dépouille d'un enfant.

- Eh, mec ! Mais t'es un grand malade ! Ça va pas de me montrer un truc pareil ? Espèce de taré !

- Ça, c'est la photo de l'une des victimes de ton nouveau client. Tu veux te rendre complice d'un tueur pédophile. D'accord.

Casey s'en va.

- Eh, attends mec ! OK. Ouais, y'a bien un drôle de type qui m'a acheté de l'héro, lance Ricky à mi voix. Il passe une fois par semaine. Ce que j'ai trouvé bizarre, c'est que c'est pas un consommateur.

- Il ressemble à quoi ?

Le dealer renseigne l'agent et répond à toutes ses questions.

- Tu vois quand tu veux ! lance l'ex-marine. À plus Ricky Martin.

- Putain je t'ai déjà dit de pas m'appeler comme ça, hijo de puta ! s'exclame l'hispanique, excédé.

- Laisse ma mère tranquille.

Les deux agents repartent. Hartman suggère à King d'annoncer la bonne nouvelle à leur supérieur. Cinq victimes déjà, dont une enfant disparue et l'équipe sait qu'ils retrouveront un cadavre. Le tueur semble vouloir créer le couple idéal, qu'il pourra conditionner selon ses préceptes tordus. Des "Adam et Eve" de son cru. Garçons et filles qui ont été retrouvés sont des "prototype défectueux". Ice Man se gare près d'un snak coffee.

- Mais on n'est pas censé rentrer à l'agence ? lance Daniella, interloquée.

- T'as deux minutes ? J'ai besoin d'un café, coupe Casey entrant dans l'établissement.

L'homme commande deux boissons chaudes et un verre de whiskey. Qu'il verse dans la tasse de sa collègue.

- Mais ça va pas ?

- Fais moi confiance.

Il cogne le mug contre celui de la jeune femme et gobe sa potion. Daniella goûte son mélange et le finit presque aussi vite que l'ex-marine. Ce dernier commande une tarte aux pommes. Lorsque la serveuse pose l'assiette, il la pousse vers la demoiselle.

- Tiens, tappe dedans, ma belle.

King pose un regard attendri sur cet homme qu'elle avait si mal jugé. En sortant du restaurant, la jeune femme se sent mieux. Hartman lui ouvre la portière et l'invite à prendre place. Daniella le prend pas le bras et dépose un baiser chaste sur les lèvres de l'agent.

- Écoute, ma belle. Je suis flatté, vraiment. Mais on bosse ensemble, ça va mal finir.

- J'ai l'impression d'avoir déjà entendu ce discours... murmure-t-elle gênée par son geste.

- Parish ?

- Comment tu...? s'exclame Daniella, troublée.

- Pas très discrets, les regards langoureux que tu lui lances. Faut voir comment tu rougis chaque fois qu'on t'annonce que tu fais équipe avec ! s'esclaffe-t-il.

La jeune femme se décompose.

- Viens là, il la serre contre lui. Je suis pas ton genre. Et ne tente rien avec Dorian, ce type est indisponible. Dans sa tête. Je ne sais pas s'il a quelqu'un, mais il est fermé comme une huître.

King sourit. À ce moment, Casey pense à Megan. Il doit réserver un cours dans son club, afin de revoir la jeune coach.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Virginie Favre
Il s'agit de la version corrigée et réécrite de l'œuvre déjà existante.

Attention, ce roman contient des scènes explicites de sexe et de violence.

Blanche est une vieille femme, née quelque peu avant la seconde guerre mondiale. Elle nous livre sa vie comme un dernier présent, avant de se retirer. Cette existence qu'elle pense banale va se révéler pleine de rebondissements et d'aléas déroutants, jusqu'à la fin. Mais quelle fin ?

Blanche est née dans mon esprit, vit sous ma plume et mourra au fil de votre lecture.
573
836
474
435
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
880
1441
354
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
283
337
2318
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0