Songe d'une nuit d'avril.

5 minutes de lecture

Vaughn savoure les performances de son bel Irlandais. Appliqué à endiguer son extase afin de prolonger le délice, il enlève son polo, le jette sur la banquette et enfonce ses doigts dans la toison brune et soyeuse de son ami. Il finit par relever le jeune homme, laissant en évidence "la preuve" d'un émoi prodigieux. Leur regards se croisent. Dorian se presse contre cet homme si parfait. Brusquement l'apollon d'ébène le débarrasse énergiquement de son T-shirt, le plaque contre le plan de cuisine en se serrant contre son dos et lui passe la langue dans le cou. Vaughn simule un va-et-vient suggestif.

- J'ai envie de te prendre, mon amour. Tu m'excites trop.

Il sort un préservatif de la poche arrière de son pantalon. La panique se dessine sur le visage du jeune homme. Carter la remarque aussitôt. Il relâche son emprise.

- Dorian, tu as déjà...

Parish se tourne, confus, vers son partenaire.

- Je... C'est la première fois.

- Oh. On va y aller doucement.

Vaughn remet son pantalon, sous le regard déçu de son ami.

- Ne t'inquiète pas, je n'en ai pas fini avec toi.

Il embrasse tendrement le novice et l'attire dans le lit. Tous deux se déshabillent langoureusement, laissant les mains flirter avec l'épiderme. Carter tend le bras et sort un pot de beurre de cacao, du tiroir de la table de chevet. Toujours excité, il retrouve le préservatif et l'enfile. Dorian appréhende. Vaughn l'embrasse tendrement pour le rassurer.

- Le mieux c'est que tu viennes sur moi, ainsi tu peux contrôler la pénétration. Si tu ne veux pas, surtout ne te force pas.

- J'en ai envie Vaughn. J'en ai envie depuis la première fois que je t'ai vu, au club. Je veux que tu me prennes, je veux te faire jouir.

Carter ouvre le pot et applique une quantité raisonnable de gras sur son pénis. Le jeune homme vient sur lui, l'enlaçant amoureusement, apprivoisant progressivement l'organe de tous les plaisirs. Tous deux explorent les délices de l'union. Leur respiration s'accélère à l'unisson.

- Mon amour.

Megan et Cameron regardent Doctor Who, une foison de pop-corn dans un saladier posé entre elles. Toutes deux préfèrent la saison dix, elles trouvent le tandem Capaldi-McKie, absolument génial. Et Michelle Gomez est fabuleuse dans le rôle de l'ennemi juré du héro. Cette allure de Mary Poppins ajoute une touche d'humour noir à l'histoire. Les filles ont une théorie sur la relation entre le Docteur et le Maître. Il serait en fait schizophrène et en proie au perpétuel conflit intérieur entre le bien et le mal. Et comme il voyage dans le temps, il croise sa part sombre, qu'il est devenu après avoir perdu l'esprit en regardant dans le vortex du temps.

- J'ai hâte qu'ils fassent un épisode spécial sur le moment où le Maître devient le Docteur ! s'exclame Cameron gardant les yeux sur l'écran.

- J'ai peur que notre théorie ne voit jamais le jour, mais, oui, ce serait fabuleux !

Megan pose le pop-corn sur ses genoux pour prendre sa fille dans ses bras.

- On est bien là, maman. On regarde la meilleure série de l'univers. Tonton Do est avec son amoureux. La vie est belle !

- Oui, mon poussin.

La jeune femme s'efforce depuis des semaines de ne pas laisser transparaître sa détresse. L'avocat a été clair, son dossier ne sera pas facile à défendre. Megan a peur pour son enfant. Si Jordan récupère la garde exclusive, Cameron est perdue.

- Je peux te laisser quelques minutes ? J'aimerais appeler mon patron, demande la jeune femme, prenant son téléphone sur la table.

- Oui maman, bien sûr ! Tu peux faire du chocolat chaud avec des shamallows, aussi ? ajoute la petite d'un air de diablotin.

- D'accord, ma puce.

Elle s'éclipse dans la cuisine, prépare la boisson et la pose sur le feu.

- Allo ? Bonsoir. C'est Megan.

- Salut, Megan. Tout va bien ?

- Compliqué. Un ami voulait prendre un cours mardi soir, je voulais savoir si je pouvais amener Cameron ? Elle a une nounou, mais j'aimerais qu'elle reste avec moi.

- Bien sûr. Aucun problème, ta môme est adorable.

- Merci, Sam... Je te laisse, Cameron attend son chocolat chaud. Encore merci. Bonne soirée.

- Je t'en prie. Bonne soirée à vous deux.

La jeune femme raccroche et éteint la gazinière. Elle verse le breuvage dans un mug, y jette quelques douceurs et l'amène à sa fille.

- Tiens, ma puce. J'ai encore un coup de fil à passer et je te rejoins.

- Merci maman ! Je t'ai laissé du pop-corn.

Megan sourit. De retour à la cuisine, elle cherche un numéro dans son répertoire et appelle.

- Allo ?

- Oh, bonsoir Megan. Tu vas bien ?

- Bonsoir Casey. Ça va. Petit week-end en famille. J'appelais pour le cours de mardi soir, finalement je suis dispo. À moins que tu n'aies prévu autre chose ?

- À part rester à la maison, non, je n'ai rien prévu. C'est parfait, ça me sort de ma routine. Merci !

- De rien. C'est mon job. Donc on se dit, mardi à dix-neuf heures. Deux heures d'entraînement.

- OK. On peut boire un verre avant, si tu veux ?

- L'alcool avant le sport, tu es sérieux ? s'esclaffe la "coach". Et je n'aimerais pas amener ma fille dans un "débit de boisson".

- Oh. En effet. Je connais un mexicain, ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qui sert des tacos à tomber. Il faut bien que la petite mange, non ?

La jeune femme hésite un moment. L'ex-marine patiente, ayant cerné son caractère prudent.

- Je lui fais généralement un sandwich, mais c'est une bonne idée. Cameron sera ravie de sortir.

- Je vous invite et ne discute pas.

- D'accord, je ne vais pas lutter.

- Cameron sort de classe à quelle heure ?

- Dix-sept heures trente.

- Je passe vous chercher là bas ?

- Ce serait parfait, lance la jeune femme surprise, comme s'il avait lu dans ses pensées.

- Tu m'envoie l'adresse de l'école.

- Entendu. À mardi.

- À mardi. Passez une bonne soirée, en famille.

- Toi aussi... Passe une bonne soirée, je veux dire, se reprend-elle.

Après un début de week-end chaotique, à cause de sa visite chez l'avocat, Megan recouvre un peu de sérénité. L'invitation de Ice Man lui fait plaisir. Elle aussi est ravi de sortir de sa routine.

Dorian se réveille dans les bras virils de son amant. Vaughn lui caresse les cheveux, pensif. Cette nuit, le jeune homme s'est donné à lui, sans réserve. Déposant un baiser sur le front de son amoureux, Carter se lève.

- Je vais me laver, tu me suis ? dit-il en sortant de la chambre.

Le jeune homme bondit hors du lit, tel un enfant poussé par l'odeur de sa viennoiserie préférée. S'engouffrant dans la salle de bain, Parish découvre une superbe douche à l'italienne, aux couleurs vives. Son ami règle l'eau à une température idéale et l'attire sous le flot de chaleur. Les deux amants s'enlacent affectueusement. S'embrassent tendrement. Dorian frémit de plaisir. Jamais, auparavant, il n'a éprouvé de telles émotions. Jamais personne n'avait su le faire vibrer avec autant de force, suscitant en lui tant de passion. Pour la première fois de sa vie, le jeune homme est tombé amoureux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Virginie Favre
Il s'agit de la version corrigée et réécrite de l'œuvre déjà existante.

Attention, ce roman contient des scènes explicites de sexe et de violence.

Blanche est une vieille femme, née quelque peu avant la seconde guerre mondiale. Elle nous livre sa vie comme un dernier présent, avant de se retirer. Cette existence qu'elle pense banale va se révéler pleine de rebondissements et d'aléas déroutants, jusqu'à la fin. Mais quelle fin ?

Blanche est née dans mon esprit, vit sous ma plume et mourra au fil de votre lecture.
573
836
474
435
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
880
1399
355
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
277
320
2190
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0