Dégel.

3 minutes de lecture

Ce soir, Vaughn entraîne une jeune femme au judo. Parish s'échauffe à la poire. Il aime le rythme que produit cet accessoire, la fréquence régulière des coups qu'il y donne l'apaise.

Aujourd'hui l'équipe a enfin coincé le criminel qu'elle pourchassait depuis deux semaines. Un violeur récidiviste. Un dossier glauque, mais relativement simple. L'homme pénétrait le foyer de femmes célibataires de plus de cinquante ans, pour les agresser dans leur sommeil. Ice Man s'est déboîté l'épaule en appréhendant le malfaiteur. Il a payé sa tournée à ses collègues, à la sortie de l'hôpital, complètement défoncé aux anti-douleur. Casey payant un verre à quelqu'un, tout le monde en a profité. La soirée, au pub, fut joviale.

- Ice Man dégivré ! S'exclama Karen dans un rire franc.

Assis à côté de Daniella, il l'embrassa sur la joue. La jeune femme le repoussa en rougissant. Aaron cogna son verre contre celui de Berenton.

- Après le dégel, le déluge. De conneries.

Tous deux pouffèrent de rire. Dorian observait leur complicité, ce qui lui fit penser à sa soeur et sa nièce. Ils se connaissaient depuis toujours, mais il ne soupçonnait aucunement une relation plus intime entre ces deux là.

Sortant de ses pensées, Parish s'arrête un instant pour observer Carter. Il imagine Megan donnant des cours de full contact, de Krav Maga, de boxe. Il sourit.

- Heya, Dorian ! Pas de combat aujourd'hui ? s'écrie Vaughn, accoudé aux cordes du ring.

- Tu donnais pas un cours de judo aujourd'hui ?

- Fini. Je suis dispo, quand t'en auras marre de t'entraîner seul.

Parish le remercie pour sa proposition d'un geste de la main auquel le collègue répond par un signe de tête. Après un échauffement intense à la corde à sauter, l'agent range l'accessoire et se dirige vers "l'enceinte". Le consultant finit son round, serre la main de son adversaire et descend rejoindre le jeune agent.

- Alors, parti pour un cours de judo ?

- Soyons fous, lui répond Dorian, motivé d'apprendre.

Carter est un adversaire coriace. Parish essaie de le plaquer au sol depuis un bon quart d'heure. Le judo n'est pas son sport de prédilection, le jeune homme maîtrise davantage le full contact et le MMA fight. Cependant, il résiste, refusant de faciliter la tâche à son ami.

- Tu veux faire une pause, pour reprendre ton souffle ?

- Non, Vaughn. Je finirai bien par t'avoir !

- OK. L'espoir fait vivre.

Faisant mine de s'énerver, Parish tente un jeu de jambes destiné à déséquilibrer son adversaire. Sa tentative se solde par un échec. Carter retourne la force de son assaillant contre lui-même et le plaque au sol. Le jeune homme essaie de se libérer, sans succès. Le consultant le fixe de son regard d'ébène, sourire en coin. Dorian finit par lâcher prise, le judo n'est vraiment pas son domaine d'expertise et son collègue est trop fort.

- Kuzure gesa gatame.

Vaughn détend son emprise continuant de fixer son collègue de ses yeux noir profond. Parish dégage un bras, hésite un instant, puis le tend vers le visage aux traits parfaits de l'Apollon Afro-American. L'homme se relève, gêné. Le jeune agent se redresse et se prend la tête.

- Pardon. Je sais pas ce qui m'a pris.

Dorian se rue dans le vestiaire sans demander son reste. Il se tient inerte devant son casier, ne comprenant pas ce qui l'a poussé à agir de la sorte. Soudain, il sent une délicate pression sur son épaule. Il se retourne. Carter le regarde intensément, immobile. Hésitant, le jeune homme s'approche, avance sa main vers celle de son collègue, puis remonte doucement en lui caressant le bras jusqu'à la nuque. Vaughn le plaque contre la cloison métallique et l'embrasse avec fougue. Il recule brusquement.

- Tu devrais rentrer chez toi. dit-il en baissant la tête.

Dorian sort du club. Le comportementaliste de Quantico s'assoit sur le banc du vestaire, l'air sombre.

Une fois chez lui, le jeune homme va dans la cuisine, ouvre le frigo pour prendre une bière, mais constate qu'il en manque deux. Megan ne boit jamais seule. Ils ne se sont pas vu beaucoup cette semaine et Parish n'a pas décelé le moindre signe d'inquiétude dans le comportement de sa soeur, ni de nervosité. Dorian ouvre une bouteille et se rend dans le salon. En tapant sur l'interrupteur il voit la jeune femme endormie sur le canapé. Il éteint la lumière aussitôt.

- Hey, p'tit frère ! Rallume, t'inquiète.

Le jeune homme réitère son geste et s'assoit à côté de Megan.

- Tu travailles demain ? lui demande-t-il en buvant une gorgée.

- L'après-midi. Quatorze heures.

- J'ai ma matinée demain. On se fait un petit déjeuner en famille.

- Cameron va à l'école.

- C'est obligatoire ?

- Non.

- Alors demain je prépare les pancakes avec du chocolat chaud. On reste en famille. conclue-t-il en se levant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

Virginie Favre
Il s'agit de la version corrigée et réécrite de l'œuvre déjà existante.

Attention, ce roman contient des scènes explicites de sexe et de violence.

Blanche est une vieille femme, née quelque peu avant la seconde guerre mondiale. Elle nous livre sa vie comme un dernier présent, avant de se retirer. Cette existence qu'elle pense banale va se révéler pleine de rebondissements et d'aléas déroutants, jusqu'à la fin. Mais quelle fin ?

Blanche est née dans mon esprit, vit sous ma plume et mourra au fil de votre lecture.
573
836
474
435
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
880
1399
355
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
277
320
2190
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0