Pensées lugubres.

4 minutes de lecture

De gros flocons de neige virevoltent frénétiquement dans l'air de Chicago, comme si des enfants faisaient une bataille de polochons éventrés, laissant les plumes blanches remplir l'atmosphère. Parish regarde par la fenêtre du "pub officiel" de sa Section Spéciale d'Investigations Comportementales. Carter sirote un irish coffee.

- Ça va être chaud pour rentrer. Et puis, merde. Santé Vaughn !

Les deux hommes cognent leur verre l'un contre l'autre.

- Raconte. Qu'est-ce qui te met en rogne comme ça ?

Dorian hésite un instant puis se lance.

- Je ne sais plus où j'en suis. Il y a cinq jours on nous a filé un dossier de merde, un enlèvement d'enfant. Comme d'habitude, tu me diras. Mais là... Depuis l'année dernière ça n'arrête pas. Finalement c'est la mère qui a noyé son fils de quatre ans et a déclaré sa disparition ! On a même trouvé un suspect idéal : son ex mari. Le gars n'est pas net, mais pour une fois il n'y était pour rien. Elle s'est énervée sur son gamin parce qu'il pleurait ! Les gens sont fous !

- Tu n'as jamais pensé à changer de métier ?

- Franchement, non. Je veux rendre ce monde meilleur. Je sais, je rêve, mais je veux que ma nièce puisse rentrer à la maison sans craindre qu'un tueur ou qu'un violeur ne vienne la faucher dans la rue. Mais parfois le diable se cache dans ton foyer...

Le jeune homme boit son whisky cul sec et tourne la tête vers la baie vitrée. Ses yeux brillent à cause des larmes qui s'imposent, sans qu'il arrive à les retenir.

- Dorian, regarde-moi. Tu n'y peux rien, les gens sont faibles, ils souffrent, ils ont peur. Tout ce qui ressort, c'est le pire de leur esprit blessé. Mais il y a des gens conscients, qui résistent et se battent pour plus de justice. Tu dois t'appuyer là-dessus. Sur ce que tu vois de bon chez l'autre et détache-toi du négatif. Ne garde pas ça en toi, autrement ça va te ronger.

- J'ai l'impression d'entendre Karen.

- C'est une femme avisée.

Le jeune homme regarde son collègue, qui se lève soudainement.

- Tu veux la même chose ?

- S'il te plaît ! s'exclame Parish, accueillant sa proposition comme une salvation.

Vaughn s'engouffre dans la foule, en direction du bar. Dorian plonge dans ses pensées, se demandant si son combat vaut la peine de subir autant de tourments ? De plus, il sent que sa sœur cache sa détresse. La jeune femme appréhende continuellement les réactions d'une mère abusive et intrusive, qui manipule l'ex-mari de sa fille pour l'atteindre afin d'avoir un contrôle absolu sur sa vie. Il aimerait tant que Megan coupe les ponts avec tous ces parasites, mais le père de Cameron a un droit de visite et, malgré tout, ce n'est pas un mauvais bougre, seulement un abruti se laissant manipuler par une "vipère de carrière".

- Tu es parti loin, mon gars ! J'espère que c'est aussi bon que les Caraïbes, autrement, arrête ça tout de suite ! lui lance Vaughn en poussant un verre de whiskey sous le nez de Dorian. Moi, je finis au café, je n'ai pas envie de dormir dans un talus de neige.

- Merci. dit le jeune homme avec un sourir timoré. Ou en garde à vue...

- Ce n'est pas mon genre. Je n'aime pas trop boire à vrai dire. Je n'aime pas l'effet. Perdre le contrôle sur soi, dire et faire n'importe quoi. Trop peu pour moi.

- Bravo ! Je ne suis pas alcoolique, mais j'avoue que, le soir, j'apprécie une bonne petite bière en compagnie de Megan.

- Megan ? Ta sœur ?

- Oui.

- Elle a du style. Elle se défend sur un ring.

- Hey, normal pour un chasseur de primes ! s'exclame Parish, gonfflant son torse, fier comme un paon.

- Ta sœur, chasseur de prime ?! Je suis soufflé !

- Ouais. Et je n'étais même pas au courant, tu imagines ? Le frère inutile.

- Ne dis pas ça. Regarde l'état dans lequel ton job te met. Je pense que ta sœur ne voulait pas que tu t'angoisses davantage.

- "Ton job". T'es vendeur de chaussettes peut-être.

Carter éclate de rire. Un rire franc et communicatif. Dorian se retient de l'imiter.

- J'enseigne la psychologie comportementale à Quantico. Mais j'ai postulé dans une université de Chicago, j'en ai marre de naviguer constamment. J'aimerais me stabiliser.

- Impressionnant. T'enseignes la psycho, tu maîtrises les sports de combat et tu consultes pour notre section spéciale...

Vaughn boit son café, quelque peu gêné. Il ne voulait pas se vanter. Dorian le regarde, se demandant ce qui se cache sous cette carapace "d'homme parfait" ?

À la sortie du pub, Dorian se rend compte que son bus ne circule plus, il appelle, alors, un taxi. Carter attend avec lui, au cas où le jeune homme se retrouve sans possibilité de rentrer. Les deux hommes grelottent en silence, jusqu'à l'arrivée du "cab". Parish s'engouffre dans le véhicule, après avoir salué son ami.

"Ami ?" se demande le jeune homme en regardant, son collègue enfourcher sa moto et filer à vive allure dans le blizzard de février.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Alessya Monk
KARLITO tv chaud. - Butcher est salé, KARLITO est juteux ... dur choix entre les deux, j'opte alors pour le sandwich dont je serais la saucisse ! - Et sur cette croustillante et bien grasse plaisanterie, tu sors ! Lulu qu'est ce qui t'arrive ?? - Je ne sais pas SYSY ! J'en rêve toutes les nuits ! Il est beau, il est chaud, j'en suis dingo ! Ça me reprend !... - Tais toi, ça commence ! - Quoi ? - KARLITO tv chaud ! Tu viens d'en parler, mec ! - Pardon ? Mais c'est de lui que l'autre timbrée parlait ! Si elle commence à confondre série et réalité, la camisole n'est plus une recommandation, c'est une nécessité ! - Lulu, oublie. Tais toi ou je t'intègre dans ma collection de trophées ! C'est la nouveauté KarmaZone prime ! Tu vas adorer ! Shush ! Heureusement qu'on peut mettre sur pause ! SYSY le fêtard de la bande s'est entiché de la nouvelle série événement de l'une des chaînes les plus populaires au monde. Depuis la disparition de sa Maze adorée, Lulu la luciole infernale, aujourd'hui en dépression, squatte le QG de la M team. Le fiancé psychotique de Frozen EM, veille de près mais pas trop. Son tv chaud est plus important que tout, une addiction, une lubie, non... Une drogue dure !
100
96
41
20
Maxence Sardane
37° millénaire. Après des siècles de guerres et de retour à la barbarie, l'Homme a conquis l'océan des étoiles. Mais il n'est pas seul et les dangers sont nombreux.
Rika est une jeune humaine rebelle et réprouvée qui tente de survivre dans cet univers peuplé de créatures hostiles et de menaces diverses, sous la houlette d'un gouvernement totalitaire et excluant. Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu'elle rencontre le mystérieux (et dangereux) Ren, seul survivant d'une espèce légendaire et portée disparue...
587
673
1704
600
jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1175
1346
1122
363

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0