Pensées lugubres.

4 minutes de lecture

De gros flocons de neige virevoltent frénétiquement dans l'air de Chicago, comme si des enfants faisaient une bataille de polochons éventrés, laissant les plumes blanches remplir l'atmosphère. Parish regarde par la fenêtre du "pub officiel" de sa Section Spéciale d'Investigations Comportementales. Carter sirote un irish coffee.

- Ça va être chaud pour rentrer. Et puis, merde. Santé Vaughn !

Les deux hommes cognent leur verre l'un contre l'autre.

- Raconte. Qu'est-ce qui te met en rogne comme ça ?

Dorian hésite un instant puis se lance.

- Je ne sais plus où j'en suis. Il y a cinq jours on nous a filé un dossier de merde, un enlèvement d'enfant. Comme d'habitude, tu me diras. Mais là... Depuis l'année dernière ça n'arrête pas. Finalement c'est la mère qui a noyé son fils de quatre ans et a déclaré sa disparition ! On a même trouvé un suspect idéal : son ex mari. Le gars n'est pas net, mais pour une fois il n'y était pour rien. Elle s'est énervée sur son gamin parce qu'il pleurait ! Les gens sont fous !

- Tu n'as jamais pensé à changer de métier ?

- Franchement, non. Je veux rendre ce monde meilleur. Je sais, je rêve, mais je veux que ma nièce puisse rentrer à la maison sans craindre qu'un tueur ou qu'un violeur ne vienne la faucher dans la rue. Mais parfois le diable se cache dans ton foyer...

Le jeune homme boit son whisky cul sec et tourne la tête vers la baie vitrée. Ses yeux brillent à cause des larmes qui s'imposent, sans qu'il arrive à les retenir.

- Dorian, regarde-moi. Tu n'y peux rien, les gens sont faibles, ils souffrent, ils ont peur. Tout ce qui ressort, c'est le pire de leur esprit blessé. Mais il y a des gens conscients, qui résistent et se battent pour plus de justice. Tu dois t'appuyer là-dessus. Sur ce que tu vois de bon chez l'autre et détache-toi du négatif. Ne garde pas ça en toi, autrement ça va te ronger.

- J'ai l'impression d'entendre Karen.

- C'est une femme avisée.

Le jeune homme regarde son collègue, qui se lève soudainement.

- Tu veux la même chose ?

- S'il te plaît ! s'exclame Parish, accueillant sa proposition comme une salvation.

Vaughn s'engouffre dans la foule, en direction du bar. Dorian plonge dans ses pensées, se demandant si son combat vaut la peine de subir autant de tourments ? De plus, il sent que sa sœur cache sa détresse. La jeune femme appréhende continuellement les réactions d'une mère abusive et intrusive, qui manipule l'ex-mari de sa fille pour l'atteindre afin d'avoir un contrôle absolu sur sa vie. Il aimerait tant que Megan coupe les ponts avec tous ces parasites, mais le père de Cameron a un droit de visite et, malgré tout, ce n'est pas un mauvais bougre, seulement un abruti se laissant manipuler par une "vipère de carrière".

- Tu es parti loin, mon gars ! J'espère que c'est aussi bon que les Caraïbes, autrement, arrête ça tout de suite ! lui lance Vaughn en poussant un verre de whiskey sous le nez de Dorian. Moi, je finis au café, je n'ai pas envie de dormir dans un talus de neige.

- Merci. dit le jeune homme avec un sourir timoré. Ou en garde à vue...

- Ce n'est pas mon genre. Je n'aime pas trop boire à vrai dire. Je n'aime pas l'effet. Perdre le contrôle sur soi, dire et faire n'importe quoi. Trop peu pour moi.

- Bravo ! Je ne suis pas alcoolique, mais j'avoue que, le soir, j'apprécie une bonne petite bière en compagnie de Megan.

- Megan ? Ta sœur ?

- Oui.

- Elle a du style. Elle se défend sur un ring.

- Hey, normal pour un chasseur de primes ! s'exclame Parish, gonfflant son torse, fier comme un paon.

- Ta sœur, chasseur de prime ?! Je suis soufflé !

- Ouais. Et je n'étais même pas au courant, tu imagines ? Le frère inutile.

- Ne dis pas ça. Regarde l'état dans lequel ton job te met. Je pense que ta sœur ne voulait pas que tu t'angoisses davantage.

- "Ton job". T'es vendeur de chaussettes peut-être.

Carter éclate de rire. Un rire franc et communicatif. Dorian se retient de l'imiter.

- J'enseigne la psychologie comportementale à Quantico. Mais j'ai postulé dans une université de Chicago, j'en ai marre de naviguer constamment. J'aimerais me stabiliser.

- Impressionnant. T'enseignes la psycho, tu maîtrises les sports de combat et tu consultes pour notre section spéciale...

Vaughn boit son café, quelque peu gêné. Il ne voulait pas se vanter. Dorian le regarde, se demandant ce qui se cache sous cette carapace "d'homme parfait" ?

À la sortie du pub, Dorian se rend compte que son bus ne circule plus, il appelle, alors, un taxi. Carter attend avec lui, au cas où le jeune homme se retrouve sans possibilité de rentrer. Les deux hommes grelottent en silence, jusqu'à l'arrivée du "cab". Parish s'engouffre dans le véhicule, après avoir salué son ami.

"Ami ?" se demande le jeune homme en regardant, son collègue enfourcher sa moto et filer à vive allure dans le blizzard de février.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Parker
Je suis toujours nulle en résumé, donc je vous laisse vous débrouiller avec le visuel et le titre.

Attention, romance de Noël à l'horizon. Vous voilà prévenus.
553
928
1231
322
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
861
1389
354
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
268
304
2011
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0