The Red Line.

3 minutes de lecture

Parish court dans un couloir de l'hôpital. Les brancards s'entassent le long des murs. Des blessés, pressés les uns sur les autres, gémissent, crient, pleurent. Le personnel médical s'affaire à soigner et maintenir en vie chaque victime. Dorian slalome entre les gens, affolé. Un train de la "Red Line" a déraillé, Megan et Cameron ont pris le métro. Il cherche frénétiquement son cellulaire dans toutes les poches de son manteau, puis de son jean et finit par le trouver dans son sac en bandoulière. Juste à côté de son ordinateur. En consultant son téléphone, il constate avoir reçu un appel en absence. Il écoute sa messagerie, nerveux, agité, n'arrivant pas a tenir en place. "Heya, p'tit frère on a pris le taxi avec Cameron y'avait trop de monde dans le métro. La folie !"

- Jeune homme, si vous n'êtes pas blessé, veuillez sortir, vous obstruez le passage ! lui crie un infirmier agacé par sa présence incongrue sur les lieux.

- Pardon. Désolé.

Parish sort de l'hôpital, l'air sombre. Il compose le numéro de sa sœur.

- Megan ? Bordel de merde, j'ai eu la trouille de ma vie ! Le train que vous étiez supposées prendre a déraillé !

- Sérieux ?! C'est quoi cette embrouille ?

- Un incident technique, semble-t-il, j'en saurai plus tout à l'heure. Bon, je rentre tard ce soir. OK ? Ne m'attendez pas pour diner, je vais me défouler au club. J'en peux plus.

- Encore une journée de merde ?

- Comme d'habitude.

- D'accord. Je te mets un bout de côté, tu n'auras qu'à réchauffer.

- Merci, t'es pas obligée, j'en demande pas tant !

- Faut bien que je bichonne un peu mon frangin préféré !

Le jeune homme éclate d'un rire nerveux. En raccrochant, il pense être béni d'avoir une sœur et une nièce aussi géniales. Leur présence à la maison est d'un réconfort inestimable.

Dorian s'acharne sur le sac de sable, comme sur son pire ennemi.

- C'est incroyable ! T'en veux toujours au monde entier !

Parish se retourne, interloqué. Carter le regarde, un sourire amusé aux lèvres. Hors d'haleine, le jeune agent enlève son gant, pour serrer la main de son collègue "par intérim".

- Tu veux pas plutôt te battre contre quelqu'un capable de te rendre tes coups ? Il ne t'a rien fait ce pauvre sac ! lui propose Vaughn en lui montrant le ring d'un geste de la tête.

- Je suis ton homme ! lui lance Dorian, enthousiasmé par le défi. La dernière fois tu m'as eu, mais là je suis chaud !

- Je n'en espère pas moins de ta part !

Les deux hommes commencent à combattre gardant chacun une certaine réserve, étudiant les mouvements de l'autre afin d'y trouver la faille. Progressivement ils prennent confiance. Carter maîtrise parfaitement sa technique, ses coups sont puissants et précis. Il évolue dans l'espace de façon leste et paradoxalement lourde, à la fois. Parish est plus intuitif, certes, plus désordonné, ses faiblesses sont aisément compensées par une réactivité hors norme. Complètement pris au jeu, les deux athlètes ne voient pas le temps passer.

- Hey les gars ! C'est pas qu'on vous aime pas mais c'est l'heure de fermer ! Ou vous voulez coucher ici ? s'écrie soudain le patron du club.

Dorian et Vaughn se figent. Le vieux Ben s'approche du ring.

- Ça serait un jour comme les autres, mes cocos, je vous aurais laissés vous mettre sur la gueule jusqu'au petit matin, mais ce soir c'est l'anniversaire de ma douce, et j'ai pas envie de me prendre un coup de casserole dans la face !

- Pardon, Ben. J'ai même pas entendu la sonnerie de fermeture, lui lance Carter en descendant du ring.

- Ouais. Il en a dans le ventre le môme ! Je ferai un double des clés, si vous voulez vous entraîner jusque pas d'heure. Mais là, tirez-vous. Je tiens à ma vie. Allez !

- Merci, vieux. On fait vite, promis, ajoute Dorian en suivant son collègue dans les vestiaires.

- Pour les clés, je te prends au mot ! Demain ! lui crie Carter, lançant un regard de défi au taulier du club.

- Ouais. OK. Tirez-vous, bande de petits cons !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Virginie Favre
Il s'agit de la version corrigée et réécrite de l'œuvre déjà existante.

Attention, ce roman contient des scènes explicites de sexe et de violence.

Blanche est une vieille femme, née quelque peu avant la seconde guerre mondiale. Elle nous livre sa vie comme un dernier présent, avant de se retirer. Cette existence qu'elle pense banale va se révéler pleine de rebondissements et d'aléas déroutants, jusqu'à la fin. Mais quelle fin ?

Blanche est née dans mon esprit, vit sous ma plume et mourra au fil de votre lecture.
573
836
474
435
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
880
1441
354
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
283
337
2318
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0