Jane Doe.

3 minutes de lecture

[L'histoire de ce chapitre est inspirée par le récit "Désirée" écrit par EMMALIA.

Un grand merci de me laisser exploiter ton œuvre.]

Regardez-les. Tous pressés d'aller quelque part. Courant au travail. Vivant leur vie. Ils ont leur histoire, leur avenir. J'étais l'une d'entre eux, l'une d'entre vous. Ensuite, il m'arriva cette tragédie. Je faisais ma route, j'avais des idéaux, des objectifs. J'avais mes rêves, des personnes qui m'aimaient. J'avais une famille. Aujourd'hui je n'ai plus rien. Il est trop tard. Il ne me reste plus que l'éternité pour que l'on me retrouve. Je n'attends plus que l'on me sauve. Seulement que la police fasse son possible pour honorer ma mémoire.

Les autorités dûrent classer mon dossier au bout de plusieurs semaines de recherches infructueuses. Mon histoire était condamnée à finir dans la froideur de l'oubli.

Gisant sur le sable, rejetée par les eaux du lac. Jolie fleur à la splendide couleur blanche maculant son visage. Une chevelure, en couronne noire, courant sur son front. Une traînée rouge profond traversant sa gorge, tel un chemin de pétales de rose. Les yeux grand ouverts semblant chercher une lueur d'espoir. Le regard vidé de toute substance. Les photographes, sur la scène mortuaire, figeant le dernier instant, en un portrait morbide, qui finirait dans le sous sol glacial des archives de la police.

Aaron Levar, inspecteur à la criminelle, refusait d'abandonner ces victimes, travaillant nuit et jour pour m'identifier, malgré le classement de mon dossier. Découvrir qui j'étais, lui permettrait de découvrir qui m'avait tuée. Amanda Stevens et Maud O'Brian souffrirent une funeste destinée semblable à la mienne. Ces meurtres permirent de définir le mode opératoire de l'assassin. Nous étions trois, dorénavant. Aaron comprit qu'il avait besoin d'une équipe, dont les membres devaient avoir des compétences particulières. Savoir établir le profil d'une victime et d'un tueur. Élaborer un portrait robot réaliste. Maîtriser la psychologie humaine, mieux que quiconque. Karen Berenton avait la réputation d'être la meilleure flic infiltrée de Chicago. Elle n'avait pas son pareil pour incarner de multiples rôles. Aaron l'avait connue sur les bancs de l'université. L'inspecteur Levar lui demanda de l'aide, elle accepta sans hésiter. D'après le lieutenant Berenton une bonne légende faisait toute la différence. C'était l'histoire du personnage qui lui donnait vie. C'était le relief d'une existence qui sculptait la personnalité.

- Si tu reconstitues sa biographie, tu peux apprendre à réagir comme elle. Tu retrouves le fil d'Ariane, tu attrapes le Minotaure.

- Tu veux bien m'aider, Karen ?

- Tu as de la chance, je suis en congé. Par contre j'ai besoin de voir l'endroit où le corps a été retrouvé. Ensuite, la morgue.

Aaron la conduisit là où les flots m'avaient rejetée. Elle s'imprégna de l'atmosphère particulière de la plage d'Oakwood. Particulière à cause de moi.

Il m'avait invitée à sortir. Je ne savais pas vraiment si j'en avais envie. Il était venu me chercher, vêtu d'un costume anthracite, une rose rouge à la main. Après le restaurant il voulait se promener sur la plage, je n'osai pas refuser. Je ne voulais pas le froisser. Je fus la première.

- Les deux autres jeunes femmes ont été tuées à un mois d'intervalle. Notre Jane Doe est la "victime zéro". Le légiste a trouvé des traces de maquillage. Sur toutes les victimes. Elles avaient rendez-vous avec la mort. Murmura Karen le regard fixant l'horizon.

- Tu veux jouer la scène ? Lui demanda Aaron en l'observant, intrigué. Dire qu'on n'a jamais bossé ensemble...

- Oui. C'est un rendez-vous galant. Mais ça a mal tourné parce qu'elles ne lui ont pas donné ce qu'il voulait.

- Qu'est-ce qu'il voulait ?

- Leur amour.

J'étais directrice artistique dans une agence de publicité, il réparait les ordinateurs. Il avait l'air si gentil et j'étais célibataire. Je voulais seulement prendre mon temps. Il avait l'air si gentil. Ce soir-là le soleil jouait avec les vagues, fusionnant langoureusement avec l'horizon. Les couleurs étaient vives et envoûtantes. L'astre cuivré faisait ses adieux à un ciel pourpre cédant son royaume aux ténèbres de la nuit.

Je m'appelle Désirée Lombard et j'avais toute la vie devant moi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Virginie Favre
Il s'agit de la version corrigée et réécrite de l'œuvre déjà existante.

Attention, ce roman contient des scènes explicites de sexe et de violence.

Blanche est une vieille femme, née quelque peu avant la seconde guerre mondiale. Elle nous livre sa vie comme un dernier présent, avant de se retirer. Cette existence qu'elle pense banale va se révéler pleine de rebondissements et d'aléas déroutants, jusqu'à la fin. Mais quelle fin ?

Blanche est née dans mon esprit, vit sous ma plume et mourra au fil de votre lecture.
573
836
474
435
Harmony de Flavigny
Munich, 1895. Aloïs von Salvard préfère au beau monde ses livres et ses traductions de grec. Mais quand un cousin invite la jeunesse aristocratique bavaroise à un bal pour fêter son retour au printemps, c'est l'occasion pour lui de redonner du lustre au blason familial terni par son père et de revoir « Ada », Adelaïde von Rosenfeld, cette jeune fille qui le désarçonne. La soirée les rapproche alors qu'elle prend un tour imprévu. Elle viendra bouleverser l'ordre de leur univers et ses implications s'enchevêtreront durablement et insidieusement à leur vie.

(Illustration : "Boy Reading Adventure Story" (1923) par Norman Percevel Rockwell)
880
1399
355
463
AspirantDanamon
Alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, Mahaut, une étudiante en gestion peu sûre d’elle, commence à rêver chaque nuit de Ramah, un monde inconnu, futuriste et plein de défis.

Quand sa mère, cheffe d’entreprise autoritaire, l’invite à apprendre le management auprès d’elle, Mahaut est ravie de trouver une échappatoire dans ses nuits passées à Ramah. Mais, confrontée à la violence du monde de ses rêves et aux desseins troubles de sa mère, elle devra déterminer qui elle est vraiment et vers quel idéal elle veut orienter son destin...
277
320
2190
370

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0