Le nouveau.

4 minutes de lecture

Parish traverse la salle d'entraînement et se dirige vers le vestiaire. Il apprécie la pratique du Krav Maga. L'exercice intense lui permet d'oublier les horreurs de sa profession. Le rythme des coups donnés sur le sac de sable. Travailler son jeu de jambes. Transpirer toute la tention accumulée dans la journée. Il reste assis un moment sur le banc. Seul, il médite. Quelqu’un entre et ouvre son casier. Le bruit fait sursauter Dorian. Il se tourne vers l'inconnu. Un bel homme noir, la petite quarantaine, paraissant beaucoup plus jeune, très grand et musclé, vêtu d'un pantalon de jogging gris.

- Impressionnante votre technique, adresse-t-il à Parish.

- Merci.

L'étranger se rhabille et sort. Le jeune homme, quelque peu confus, consulte son téléphone. Il est vingt-et-une-heures.

L’air est frais, la nuit s’est emparée de Chicago. Les lumières diffusent leur teinte dorée au dessus des habitants de la cité à l'architecture de bronze. Le ciel prend une teinte cuivrée. Parish lève la tête et inspire profondément. Entendant soudainement le moteur d’un véhicule imposant, il s’élance vers l’arrêt de bus, situé à quelques mètres du club de sport. Il attrape le car dans la foulée. Depuis trois semaines, le jeune homme s'est repris et arrive à l'heure au travail. L'entraînement l'aide à se détendre, à se recentrer. Il pense proposer à sa sœur de suivre des cours.

Ce matin, Dorian arrive vingt minutes en avance. Aaron, son patron est déjà dans la salle de réunion, café à la main, le regard fixé sur le tableau des victimes. C'est un afro-américain, la quarantaine avancée, à la carrure impressionnante. Toujours stoïque. Il plaît beaucoup aux femmes et en profite parfois. Sa carrière a mis fin à son mariage. Depuis, il ne cherche plus la stabilité du couple. Il se consacre entièrement aux dossiers de sa section.

- Bonjour, patron, lui lance l’agent en se versant du breuvage encore chaud dans son mug.

- Bonjour, Dorian. Comment va ta sœur ?

- Elle s'en sort, annonce le jeune homme en buvant une gorgée.

Un bruit de pas résonne dans le couloir de l’ancienne fabrique de couture aménagée pour la section spéciale. Casey Hartman - ancien marine, surnommé « Ice Man » à cause de son caractère froid et détaché - entre, suivi de Daniella King et de Karen Berenton. Une belle femme de quarante-neuf ans, aux cheveux courts d’un roux flamboyant.

- Bon « l'équipe », vous restez cool. On accueille le nouveau, aujourd'hui.

- T'inquiète, on va pas le manger. Pas vrai les geeks ? s'esclaffe Casey s'adressant au Capitaine Levar. L’ex-militaire se jette sur le café. À ce moment, les deux femmes se retournent. Parish suit leur regard et s'arrête surpris. L'inconnu du vestiaire se tient sous le chambranle de la porte.

- Parfait. « Team », je vous présente Vaughn Carter. Il sera consultant sur les dossiers les plus sensibles.

L'affaire sur laquelle la section travaille en ce moment, concerne la disparition de jeunes étudiantes. Deux d'entre elles ont déjà été retrouvées mortes, à deux semaines d'intervalle, balancées à la décharge, comme de vulgaires déchets. Kelly Burke, la dernière victime, est portée disparue depuis douze heures, déjà. Le tueur a été affublé du surnom de « Doll Master ». Son profil indique qu'il déshumanise ses victimes, les transformant en « poupées de cire ».

- Il les déguise, joue avec elles, puis les jette, signifie Vaughn en s'approchant du tableau où sont épinglées les photos des jeunes filles et de leurs cadavres.

Il note que leur maquillage et leurs robes sont identiques. Le tueur semble être à la recherche d'un idéal.

- Une étudiante, c'est une femme en quête d'indépendance. Et ce type n'a pas l'air d'apprécier. On dirait bien qu'il cherche à les dompter, les soumettre à sa propre vision du sexe féminin, affirme Dorian tenant le rapport du légiste ouvert, entre ses mains.

Le consultant acquiesce en souriant.

- Il nous reste combien de temps avant qu’il ne tue Kelly ? demande Daniella en jetant un coup d’œil au dossier que tient son collègue Irlandais.

- Vingt-quatre heures, il nous reste donc douze heures pour lui sauver la vie. Allez, au boulot les enfants, nous n’avons pas une seconde à perdre.

Levar informe les agents de leur mission, donnant les consignes à chaque binôme. Aujourd'hui, Parish part interroger les familles et leur entourage avec « le nouveau ». Le jeune homme appréhende quelque peu, cependant Aaron sait ce qu’il fait. Carter étant de nature calme et bienveillante, sa présence auprès des parents des victimes est un choix judicieux.

Dorian se met en retrait, préférant observer son collègue. La mère de Kelly tremble de tout son corps arrivant à peine à tenir debout. Vaughn l’aide à s’asseoir sur une chaise de la salle à manger. Inclinant légèrement la tête, il indique à Dorian de tenir compagnie à la femme tandis qu’il s’éloigne vers la cuisine américaine pour préparer du thé. L’environnement est parfaitement tenu, chaque accessoire est rangé avec une logique optimale. La décoration de la maison est sobre, voire minimaliste. L’enquêteur revient avec un mug et un dessous de verre qu’il pose sur la table. Parish se tient debout, une main sur l’épaule de madame Burke, en pleurs. La détresse des familles est insoutenable et pourtant les agents doivent garder la tête froide. On ne sait jamais quoi dire dans ces moments-là. Comment trouver les mots justes ? On ne peut donner de faux espoirs, non plus. On ne peut que promettre que la section spéciale fera tout son possible pour retrouver l’enfant, sain et sauf.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 12 versions.

Recommandations

Défi
Alessya Monk
KARLITO tv chaud. - Butcher est salé, KARLITO est juteux ... dur choix entre les deux, j'opte alors pour le sandwich dont je serais la saucisse ! - Et sur cette croustillante et bien grasse plaisanterie, tu sors ! Lulu qu'est ce qui t'arrive ?? - Je ne sais pas SYSY ! J'en rêve toutes les nuits ! Il est beau, il est chaud, j'en suis dingo ! Ça me reprend !... - Tais toi, ça commence ! - Quoi ? - KARLITO tv chaud ! Tu viens d'en parler, mec ! - Pardon ? Mais c'est de lui que l'autre timbrée parlait ! Si elle commence à confondre série et réalité, la camisole n'est plus une recommandation, c'est une nécessité ! - Lulu, oublie. Tais toi ou je t'intègre dans ma collection de trophées ! C'est la nouveauté KarmaZone prime ! Tu vas adorer ! Shush ! Heureusement qu'on peut mettre sur pause ! SYSY le fêtard de la bande s'est entiché de la nouvelle série événement de l'une des chaînes les plus populaires au monde. Depuis la disparition de sa Maze adorée, Lulu la luciole infernale, aujourd'hui en dépression, squatte le QG de la M team. Le fiancé psychotique de Frozen EM, veille de près mais pas trop. Son tv chaud est plus important que tout, une addiction, une lubie, non... Une drogue dure !
100
96
41
20
Maxence Sardane
37° millénaire. Après des siècles de guerres et de retour à la barbarie, l'Homme a conquis l'océan des étoiles. Mais il n'est pas seul et les dangers sont nombreux.
Rika est une jeune humaine rebelle et réprouvée qui tente de survivre dans cet univers peuplé de créatures hostiles et de menaces diverses, sous la houlette d'un gouvernement totalitaire et excluant. Sa vie prend un nouveau tournant lorsqu'elle rencontre le mystérieux (et dangereux) Ren, seul survivant d'une espèce légendaire et portée disparue...
587
673
1704
600
jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1175
1346
1122
363

Vous aimez lire Alessya Monk ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0