Acte II, scène 3

3 minutes de lecture

ALERVINA, MIZUNA, KAYNA, YORIEL, KYREON

ALERVINA (elle se précipite vers la personne en retard, sous le regard pesant de tous les invités). — Mizuna, enfin te voilà ! (Elle la prend dans ses bras) J’ai cru que tu ne viendrais pas.

MIZUNA (elle ne bouge pas d’un pouce). — …

ALERVINA (elle la lâche et la tient par les épaules). — Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu peux tout me dire…

MIZUNA (elle détourne les yeux). — …

ALERVINA (elle s’adresse à Kayna). — Il s’est passé quelque chose ?

KAYNA (elle essaie de contenir ses émotions). — Ma maman subit une tentative de… On cherche encore à… à la…

ALERVINA. — Je vois. Je suis désolée… Garde espoir, mon enfant. Crois-moi, si je pouvais vous aidez davantage, je le ferai sans la moindre hésitation.

YORIEL. — La dernière réunion pour que le trône de Sulsae ne reste pas vacant devait vous donner du répit, il semble que ça ne soit pas le cas. Cette souveraine folle aura laissé son venin dans l’esprit des habitants, même après sa mort.

KAYNA (elle craque et va agripper la robe de l’elfe en pleurant). — s’il vous plaît, protéger ma maman ! Elle n’est pas méchante comme grand-mère ! Elle est une bonne personne !

ALERVINA (elle caresse les cheveux de Kayna). — je n’en doute pas, mais je ne suis pas une sirène comme toi et ne peux intervenir directement chez vous. Je suis heureuse de voir qu’elle ne s’est pas enfermée seule, en proie au désespoir.

KAYNA. — On pourrait s'enfuir loin et vivre tranquilement ! Pourquoi rester dans notre capitale ?

YORIEL. — Car vous n’avez pas le choix. Si vous la quitter, ce sera la porte ouverte à d’autres tentatives d’insurrection. L'équilibre entre les peuples doit être maintenu, sinon les erreurs du passé resurgiront. Je ne peux nier que calmer cette situation prendra du temps, mais nous faisons tout pour la régler au plus vite.

KYREON (il s’approche et se racle la gorge). — Impératrice Mizuna, princesse Kayna, soyez les bienvenues à Skylae. Je vais paraître déplacé en parlant de la sorte, mais je souhaite malgré tout que cette soirée vous apporte un peu de…

KAYNA (elle tourne son visage rouge et larmoyant vers Kyreon). — Vous ne comprenez pas ce qu’on vit tous les jours ! Vous êtes bien au chaud ici, pendant que nous devons survivre à nos propres congénères ! Vous n’êtes que des…

ALERVINA. — Kayna s’il te plaît, il ne t’a rien fait ni rien dit de mal. C’est quand même l’ancien roi de Skylae, un peu de respect. Ne donne pas une mauvaise image de l’adorable enfant que tu es.

KAYNA. — Ça reste un ange et ils sont les seuls à ne pas nous avoir aidés !

KYREON. — Jeune fille, si vous et votre mère s’était présentée à nous, nous vous aurions permis de vous reposer loin du conflit qui frappe votre cité. Je vous assure.

KAYNA. — Mensonge ! Vous n’êtes que des créatures maléfiques sans honneur, prêtes à trahir pour vos intérêts, comme lors de la… !

MIZUNA (d’un ton sec qui résonne dans toute la pièce). — Silence Kayna !

KAYNA (après un long silence dans toute la salle, elle revient vers Mizuna). — Je t’avais dit de ne pas y aller…

MIZUNA — Je le devais, en tant qu'impératrice du peuple abyssal… Alervina a raison, je ne dois pas rester isolée.

KAYNA. — Mais je suis là, moi ! Et je te protégerai !

MIZUNA. — Si tu te sens capable de vaincre à toi seule toutes personnes souhaitant notre mort, alors fais-le… tu ne seras pas la première ni la dernière de notre lignée à mourir à cause de la folie de notre pouvoir primordial.

KAYNA. — Mais, je… !

MIZUNA. — Tel est le prix des dons de Mel’Shana. Une immense puissance magique, mais un destin tragique ineffable… Maintenant, tâche de bien te comporter. Si tu ne le fais pour moi, fais-le au moins pour Alervina et Yoriel (elle s’éloigne en marchant avec sa canne et son bras libre sous son ventre).

KAYNA. — Tu n’es qu’une lâche… (Elle part dans la direction opposée à sa mère)

YORIEL. — Elle ne ressent plus aucun espoir, la pauvre… Et cette enfant inconsciente prête à affronter tout un peuple pour l'amour et la reconnaissance de sa mère.

ALERVINA. — Je vous présente mes excuses, honorable Kyreon. Mais comprenez que…

KYREON. — J’ai conscience de la situation et ne tiendrais pas rigueur de ce petit accroc. (Il tourne son regard vers Solacyn, apparemment furieuse) Pardonnez-moi de devoir prendre congé. Je vais devoir apaiser mon épouse avant qu’elle ne profère une bêtise sur le coup de la colère.

ALERVINA. — Merci et informez Son Altesse que je suis à sa disposition pour discuter si un autre incident se produit avec nos invitées des océans. Si elle doit blâmer quelqu'un, alors je plaiderai coupable. (Elle observe Mizuna avec tristesse et s'adresse à la foule d'une forte voix) Ne restez pas là à la regarder avec mépris ! Apportez-lui au moins une chaise pour qu’elle se repose ! Quelle personne avec un minimum de cœur laisserait une dame tant affaiblie et portant la vie sans aide ?

Annotations

Recommandations

Défi
Pichu


Les fantômes ne sont pas les seuls,
À errer dans les cimetières.
Moi aussi, j’aime à la nuit noire,
Divaguer au milieu des pierres,
Rêvant sans doute de te revoir.

Les fantômes ne sont pas les seuls,
À poursuivre des chimères.
Moi aussi, parfois j’aime à croire,
Que quelqu’un entend mes prières,
Quand je m’assois près de l’oratoire.

Les fantômes ne sont pas les seuls,
À espérer qu’on les libère.
Moi aussi, j’aimerais entrevoir
L’opportunité de m’abstraire.
Pouvoir balayer mon désespoir.

Les fantômes ne sont pas les seuls,
À pleurer dans les cimetières.
Moi aussi, sans échappatoire
Puisque tu n’es plus que poussière,
Je trouve ma vie dérisoire.
13
18
0
0
Princesse40
Etre ensemble
12
19
4
1
Annette Shirley
Eliza mène une vie difficile avec sa belle-mère. Mais son destin se voit brusquement bouleversé par le choix d'Alfred Lesage, le conseiller du roi. Elle devient une des prétendantes au trône. Elle se retrouve alors au château du roi pour suivre un apprentissage, ainsi que neuf autres jeunes filles. Elle va connaître l'amitié avec la sympathique Wendy mais aussi la rivalité avec l'arrogante Edvina. Laquelle d'entre elles ira le plus loin dans cette aventure et montera sur le trône...
18
18
40
55

Vous aimez lire Helpha ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0