13

2 minutes de lecture

Le petit groupe s'agite autour des livres pendant que dehors la file des expulsés s'accroît. La bibliothèque accueille des ombres de corps d'hommes mêlées à des pages blessées. Spectacle d'une fin annoncée ?

Jérôme se rapproche de Lucie. Il aimerait sympathiser avec elle. Il a du mal. Il lui sourit, lui parle. Rien. Il tente un peu d'humour, arrive à lui arracher un semblant de sourire suivi de quelques paroles pas très engageantes.

Qu'est ce que tu crois. T'es un connecté et moi une enfant de l'ancien monde. On est pas du même bord. J'espère qu'ils te diront de repartir. T'es un blème mais c'est pas la première fois qu'un curieux de ton monde se ramène ici.

Alors Jérôme raconte, rappelle plutôt son histoire avec les livres une fois de plus. Comme un sésame qui lui ouvrirait la sympathie de la jeune femme. Et ça marche. Imperceptiblement elle se détend, accepte sa présence. Pendant leur va et vient incessant, ils se parlent plus librement, les bras chargés de livres. Elle se confie, lui raconte sa propre histoire, ses parents disparus trop vite, son grand-père le pilier affectif sur lequel elle s'appuie. Son goût pour les livres. Son intérêt pour le nouveau monde et sa crainte aussi. Jérôme est sous le charme. Il l'invitera, lui fera découvrir la cité. Il connaît des moyens de la faire rentrer. Fred a beaucoup de relations. Elle aimerait bien mais Luc. Ils viendront le voir très souvent. La jeune fille sourit tendrement. Elle lui fera connaître les grands auteurs de l'ancien monde. A leur âge tout va très vite.

Mais dans ses yeux Jérôme lit l'agitation de pensées contradictoires. Lucie tourne le regard vers la fenêtre s'échappe par l'ouverture. Il a l'air tellement sincère se dit elle. Lui aussi a été amputé trop tôt de ses racines. Il est tellement craquant quand il me parle de lui. Il ne peut pas mentir, sa voix tressaille quand il parle des livres et de la bibliothèque. Et puis il est jeune comme moi. Papi est bien gentil.... Quand il ne sera plus là... j'aimerais quand même connaître l'autre monde moi aussi. Il y a bien les autres de la zone, on rit bien ensemble mais c'est différent. Ils sont bornés, trop fermés à la nouvelle civilisation. Ils préfèrent mourir ici au milieu de tout ça, dans le quartier que de se compromettre dans la cité. Elle, a envie d'aller voir. mais comment fera t elle sans ses petits papillons bien mal en point, ses petits vieux qui se prennent au sérieux, figés dans un monde qui nous quitte et puis les amis de la zone. Mais j'aimerais savoir comment ça fait d'être en permanence connecté avec les gens qu'on aime... et les autres aussi... vivre là bas comme lui. Pourquoi c'est si compliqué, on pourrait pas être tous ensemble, tranquilles, c'est pas possible ça ? Et Papi ? Papi est déjà presque parti... il a des excuses... si on lui faisait une place là bas, s'il avait quelques années de moins, sûr qu'il penserait un peu comme elle...

Lucie sursaute.



Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Accord écrit

Là où elle repose, je m'évaderai dans un cri en courant
Avec dans le coeur la légèreté de l'espoir des jours meilleurs

Venez dans ma vallée aux poumons verts
Aux gorges profondes et aux cascades puissantes
Les bois s'y enfoncent vers mille merveilles naturelles
Laissant les méandres des rivières irriguer ses chenaux
Elle est belle ma vallée, oubliée des citadins présomptueux,
Elle respire l'indifférence du temps qui passe,

De la cacophonie des fausses urgences de la vie.
Et dans ce décor intimiste, cet écrin végétal

Le milan royal majestueux caresse de ses ailes
Allongée sur le dos, les courbes d'une femme endormie

Dans ses rivières déambulent,
Ombres, truites et saumons dans de souples mouvements aquatiques,
Réagissant seulement aux clapotements de galets qui accompagnent la danse du courant.
Dans les entrailles de ta terre, le bruit assourdissant d'une cascade
Ou la myriade de sons de ses poumons
Grondent et enchantent mes oreilles, ils m'appellent...
Ne t'endors pas profondément belle endormie, j'arrive
Et je reprendrai le goût de tes chemins de pierres randonnant encore de mystères en mystères

10
4
1
1
Défi
enialrev

« Qui te dis que je te demande de m'aimer, Erell ? Tu crois que je parle que de l'amour, ici ? L'amour c'est de la merde. C'est pour les gens dans les films, les beaux dans les livres. Moi, j'suis pas belle. Je ne sais pas chanter, j'suis même pas drôle. Rien. J'sors pas d'un film. Je ne te demande pas de m'aimer, Erell. Je te demande autre chose. Cet autre chose qu'on a toutes les deux. C'est plus fort que ce truc – l'amour. C'est pas l'amour. C'est plus. Plus que les mots. Plus que les guillemets et les virgules. Peut être que oui, Erell. Peut être que je t'aime, oui. » Une pause. « En fait, il n'y a pas de peut-être. Je t'aime. C'est certain. Mais ce n'est pas que ça. Ce ne sont pas que ces trois mots et puis tant pis, Erell. C'est notre vie. Notre nous. Tout ça. Je pourrais en faire un roman, Erell. Et encore... Je ne sais pas si je pourrais l'achever. Tu ne veux pas m'aimer alors je t'aimerai pour deux. Tu ne veux pas avoir peur, alors j'aurai peur pour nous deux.
C'est de nous que je parle Erell.
De notre amour.
Mais qui bat, qui ne parle pas. Qui ne dit pas je t'aime. Qui dit juste, ça. Cet éclat... Là. »

[...]
« Tu vois c'est pour ça que je ne suis pas restée depuis le début, Erell. »
Ma voix pleure. Elle pleure. Des larmes coulent entre les mots. Sans assonances ni allitérations. Pas besoin d'artifices. Juste quelques tremblements et les émotions au bord de l'âme. Au fond de moi se trouve un gouffre ; il déborde d'une amertume dégueulasse. Ma logorrhée n'est rien comparée à mon désespoir ; mais on sent battre au fond de ma gorge toute la déréliction de mon cœur.

« Je savais que si je ne fuyais pas, alors c'était toi qui allait te casser. Je le savais. Depuis le début. Depuis que tes lèvres m'avaient dit bonjour, depuis que tes bras m'avaient dit viens là, depuis que mon cœur m'avait dit aime la. »

Je m'arrête quelques secondes. J'ai envie de pleurer. Chialer. Geindre. Crever. M'isoler. Disparaître. Jamais revenir.

« Erell. La différence entre toi et moi, c'est que toi tu ne m'aimes qu'à moitié, alors que moi je t'aime complètement. Toi, tu peux compter sur tes doigts les raisons pour lesquelles rester avec moi te feras du bien ; moi, je ne sais pas compter jusqu'à l'infini. Toi, tu peux passer quelques secondes sans que mon prénom ne vienne crier à ta gueule combien je te manques, moi, même si l'on arriverait à arrêter le temps, j'entendrai toujours ce cri. Toi, tu peux aller dans les bras de tous sans fermer les yeux et m'imaginer moi à leur place. Moi, personne n'est dans mes draps à part les maigres souvenirs que j'ai emporté de toi. Toi, tu m'aimes seulement. Comme ça. Un soir. Devant la télévision. Puis demain, il se réveillera et tu te diras « qu'est-ce que j'ai fait » tu te diras qu'il y aura quelqu'un en trop ici. Et cette personne, c'est moi. Tu as toujours fait partie de ma vie même lorsque tu n'étais plus là, Erell. Moi, tu m'as rayée avant même que je n'y rentre ; dans ta vie. »
Je n'ai jamais autant parlé. Jamais autant souffert entre deux syllabes. Jamais autant mutilé mon âme en la poussant à dire ce qui la tiraillait.
« Tu ne peux pas me demander de rester si toi demain tu comptes partir ; ou en tout cas me laisser la porte grande ouverte. »
Puis un dernier sentiment qui s'échappe.
Pur.
Et qui s'évanouit contre ses lèvres.
3
2
0
3
Yin'Lughul
Qui aurait pu prédire que cette soirée de fin d'année tournerait aussi mal ? Luc ne s'attendait pas à subir la pire nuit de sa vie, et encore moins sa dernière nuit. Il ne s'attendait pas à être humilié avant d'être jeté dans un fleuve pour s'y noyer, sous l'hilarité de ses bourreaux. Mais il ne s'attendait pas non plus à se réveiller. Et désormais, hantant l'école dont il est prisonnier, il ne sera plus animé que par un profond désir de vengeance, épaulé par d'improbables alliés.
Un désir de vengeance dépassant le cadre de l'école, de Luc et de ses futures victimes.
40
77
217
328

Vous aimez lire jomo ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0