12

4 minutes de lecture

Des bruits de voix à l'extérieur, assez lointains, Jérôme les distingue à peine. Elles sont trop faibles pour que l'habitant du sanctuaire les perçoivent semble-t-il. Mais Jérôme détourne imperceptiblement son attention. Suffisamment pour alerter l'homme qui sort aussitôt de sa réflexion. Un instant d'hésitation et Luc prend Jérôme par l'épaule pour le conduire à l'extérieur aussi rapidement qu'il le peut.

- Ça y est la visite est fini, tu m'éjectes ?...C'est à cause des voix... tu veux pas m'présenter... suis pas assez clean...tu veux pas que j'rencontre tes potes ?   C'est ça ?

Le vieil homme sourit. Jérôme aurait pu se défaire facilement de son emprise fragile mais il se laisse conduire. Pas de vagues.

Repasse demain, c'est mieux... à la tombée du jour.

Faut pas qu'on me voit ou il faut pas que j'les vois ? Pas de réponse. Eh réponds.

Mais Luc regagne déjà le mystère du lieu...

Li t'as validé les points de la bibli? On r'vient ce soir comme il a dit mais d'abord.

Jérôme revient rapidement sur ses pas, court jusqu'à l'entrée de l'énorme bâtiment. Il veut savoir. Il longe les murs immenses.

Doivent en savoir des machins eux, si les pierres pouvaient parler...

Il se dirige vers la fenêtre par où le soleil naissant a dénoncé la présence du vieillard.

Ça doit être celle là...j'espère.

Il s'arrête, tend l'oreille. Rien.

Faut qu'je grimpe là haut. J'entends rien d'ici. Ça s'ra easy avec tous les trous qu'y a là dedans. Sans bruit c'est plus difficile et sans tomber. Sûr que la pierraille n'est pas de mon coté.

Il se hisse jusqu'au rebord de l'ouverture. Se fait aussi léger que possible. Il entend maintenant des chuchotements, mais ce n'est pas suffisamment audible pour comprendre leur sens. Dommage. Il faut avancer encore. Les pierres sont friables. La chaleur monte. Il ne pourra pas tenir longtemps. Il doit se mettre à l'abri, rebrousser chemin. Pourtant il reste accroché à son mur. Une voix féminine, c'est sûr, une voix jeune au milieu de timbres, d'âge mûr.

Cette voix. J'connais. Faut que je la voie...

Jérôme attention à toi, ces gens n'aimeront pas que tu les espionnes, leur réaction risque d'être violente s'ils te découvrent. Il va faire de plus en plus chaud tu auras du mal à rentrer.

Li t'es là... Je sais Li, laisse moi.

Mais Jé...

- T'inquiète Li. Gps les points et s'il m'arrive quelque chose, appelle Fred. Attends ce soir.

Jérôme grimpe dans l'ouverture et se glisse à l'intérieur de la pièce, s'immobilise. Ce n'est pas le bon endroit. Et le sol est complètement éventré. Ce n'est pas terrible, ça s'effrite, la façade gémit sans arrêt. Ça tient pas du tout. Li ! Le jeune homme bascule dans le vide, se rattrape in extremis à la poutre la plus proche et provoque la chute de gravas et de pierres. Le vacarme alerte les voix. On le sort de son mauvais pas. Luc n'a pas l'air très heureux de le revoir.

Je t'avais pourtant dit...

Lucie :

Papi tu le connais ?

Papi ne répond pas. Il croise le regard de sa petite fille, surprend l'étonnement à peine masqué de Jérôme puis rétorque :

Et vous, hein ?

Silence gêné.

Tout le monde se regroupe autour de l'intrus. Ber, Maud et Le Geek demandent quelques explications. Ils ironisent, se moquent de Lucie et de Luc. Qu'est ce qu'on va bien pouvoir faire de Jérôme. Maintenant qu'il est là... Lucie le prendra en charge. Elle n'est pas tout à fait d'accord mais face à l'assentiment général que faire. Alors elle livre son dernier argument.

- i sont tous connectés, tous ses friends doivent déjà être au jus. Ils vont se rappliquer. Ils ne nous aiment pas, pour eux on est que des primitifs . Ils vont faire des shoots, organiser des safaris jusqu'ici, enlever les livres, nous piller, nous voler et tout ça finira sur des rayons dans des caisses pendant que les doubles tronçonnés circuleront sur leurs réseaux. Ça s'ra le carnage. Ils voudront tous avoir un souvenir. Ils prendront une page, déchireront un morceau de books. Le pré-numérique est in. Ce sont des prédateurs, rien ne leur résiste. La bibliothèque disparaîtra. Elle s'écroulera comme les autres. C'est la dernière...

Ils sont pas au jus. Li ne publiera rien, j'lui ai dit, elle le fera.

Luc prend la jeune fille à part.

Tu as vu l'insurrection, tu as vu la police. Tu sais bien que ce n'est qu'une question de jour voire d'heures. Il est sympa ce gars là. J'ai discuté avec lui. Et puis il peut nous rendre service. Il nous aidera pour les livres. Il est jeune comme toi. C'est un connecté. Nous on n'en a pas pour très longtemps et c'est pas un gars comme le PN15 qui pourra t'aider.

Papi ! J'irai pas...

Tais toi fi-fille, tu ne sais pas ce que tu racontes. Je ne suis pas éternel, ce monde non plus. Tu es jeune et je SAIS que tu es attirée par la cité. Jérôme peut être une opportunité.

papi, i me plaît pas, j'ai pas confiance. Il filait PN15. Et si c'était un spion ?

Papi sourit

Lui ? Non sûrement pas, crois moi. Je suis sûr que tu changeras d'avis à son sujet. Mais il y a plus urgent. Les livres.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Myfanwi
Le peuple dragon, banni depuis des centaines d'années des terres humaines de la région de Tyrnformen, a du s'adapter à sa nouvelle condition, se métamorphoser pour ressembler aux créatures qui les ont éloigné de toute civilisation. Les plus imprudents d'entre eux, cachés parmi la population humaine rêvent de nouveaux horizons et d'un avenir plus radieux, glorieux, loin des bas-fonds où ils sont contraints de rester.

Deux dragons vont alors changer la face du monde. Adranar et Indrala vont mettre au point une potion à base de sang de dragon, qui permettra au prince héritier du royaume humain, Aranwë Balrarion de devenir comme eux. Cette décision solitaire ne va cependant pas faire l'unanimité parmi les représentants de leur peuple, une guerre est sur le point de se déclarer.

*****************************
Roman de médiéval-fantastique axé sur les dragons, le pouvoir et l'aventure, dans un univers créé de toute pièce qui n'attend plus que vous, cher lecteur.
TW : Sang - Cadavres
Couverture par Alkalys de @WEcover, merci à elle !
94
113
229
236
Défi
no97434

J'ai toujours un loukoum à la rose dans ma poche.
Besoin de cet Orient.
Couleur nécessaire.
Urgence de douceur.

Un mot cinglant, hop le loukoum l'efface !
Un regard méchant, hop le goût de la rose l'arrondit !

Un serment d'amour, je le glisse dans sa coupe de champagne
Loukoum garant d'un long voyage.
6
5
0
0
PierreVergeat
Quand le scalpel glissa sur sa paupière, déchirant les tissus imbibés de larmes de sa chair, tout était clair. Ironie du sort, l'amputation que lui faisait subir son tourmenteur avait éveillé en lui une perception nouvelle. Il allait mourir. Aucun hurlement, aucun cri, aucune prière n'y changeraient rien. Prisonnier d'une chaise dont les rouages diaboliques lui étaient encore étrangers, isolé dans un lieu où personne n'irait jamais le chercher, seul avec ce tortionnaire anonyme et muet...
1
0
0
19

Vous aimez lire jomo ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0