10

2 minutes de lecture

Il y a encore du boulot Luc. T'as vu tous ces bouquins qu'il faut déplacer et on a que ce vieux pick-up plus nos jambes de centenaires pour les transporter jusqu'ici. On y arrivera jamais.

Ber scrute la vieille ville en bas au pied de leur colline. Pas de bruit qui remonte des rues, pas de mouvement sporadique non plus. En fait il ne scrute rien du tout. Ses yeux à un mètre quatre vingt du sol, vagabondent mais ne se posent nulle part. La vieille ville leur est transparente. Belle indifférence pour masquer son inquiétude. Silence.

Allons Ber nous savons que tous ne seront pas mis en lieu sûr. Il faut continuer à trier pour ne sauver que l'indispensable.

Tu ne trouves pas la ville bien calme. Depuis quelques jours ils remontent vers la bibli en grappes de plus en plus denses. Ils nous ont dit que quelque chose se préparait mais quoi, personne ne sait. Aujourd'hui pas un ronflement de moto, pas un seul éclat de voix, de toute la nuit et ce matin, rien non plus.

Ber entend sans surprise. Il sait ce que dira son vieil ami Luc. Régulièrement l'un et l'autre conversent à demi mots. Pas besoin de longs développements entre eux. Sur son épaule un main légère. Il la connaît. Cela fait si longtemps qu'elle se pose ainsi. Maud sa compagne de toujours est là. Ils ont tout partagé et l'amour leur a donné un fils. Leur fierté. Ils ne le voient plus souvent. Il a migré vers la cité. Il y vit. Les a un peu oublié. Mais au moins lui sera sauvé.

Tu penses à lui mon tit Ber. Il est heureux comme ça et nous avons bien fait de le faire passer dans la cité. Ne regrette rien. Je suis fière de toi.

Ber lui sourit. Il a l'air si fragile malgré sa carrure imposante :

Il y a quelque chose de bizarre en bas. Tu sens le poids de ce silence ?

Il va y avoir une charge de la police pour nettoyer la zone du Leca. Je pense qu'ils atteindront bientôt notre sanctuaire.

Tous les trois se retournent vers le nouveau venu. Le Geek a parlé. Ils lui font confiance. C'est le seul à bidouiller les vieilles bécanes abandonnées dans la zone.

J'ai réussi à me connecter sur leur réseau tout à l'heure. Il va y avoir plusieurs vagues d'expulsions. La Bibli est condamnée. Il faut faire vite et rapatrier le maximum d'ouvrages jusqu'ici. On ne va pas se laisser faire quand même.

J'ai une idée, s'exclame Luc. J'ai une idée pour sauver un maximum de livres. Allez on file à la bibli avec ton pick-up. Vite.

Là bas en bas, une explosion suivie d'une clameur profonde, des éclats de voix. La rumeur dans la vieille ville. Des mouvements de foule au pied de leur colline.

Ça urge.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Adrien de saint-Alban


David Vincent était plongé dans son fauteuil ,la tête entre ses mains.
Le désarroi s’était emparé de son être.Il était là ,seul chez lui.Mais aussi seul au monde.Aussitôt après s’être réfugié chez lui,il s’était versé un grand verre de whisky pour se soulager de ce qu’il avait vu.De ce qu’il n’aurait jamais dû voir.La première fois,il avait pensé à une hallucination,à un moment d’égarement de ses sens.Mais là ,en se laissant tomber dans son fauteuil accablé et désespéré ,il était convaincu de leur présence.Le doute n’était plus permis .Ses sens ne l’avaient pas trompé.
“ILS” étaient bien là!
Mais qui le croira?Visiblement il était en état de choc car ce n’était pas la première fois qu’il “LES” avaient surpris dans le village où il n’y avait pas encore d’envahisseurs .Je veux parler de ces singes crépus que l’on nomme melons ou boucaques comme vous préférez.Voilés de noir de la tête aux pieds.Eh bien la joie fut de courte durée.On avait parlé trop vite dans le village.Oui,un couple de jeunes chimpanzés est venu s’établir dans le village.Quand? Comment? Nul ne le sait.Si,le maire le savait mais en a dit mot à personne.Des cafards je vous dis .Dès qu’il y a un couple c’est une armée qui suit. Ce couple se suivait.Lui devant,elle derrière.La guenon était en cloque d’un bébé et marchait derrière son mâle tout en tapotant sur un smartphone.Le ventre déjà gros.Image inquiétante.
La dernière fois, il s’en souvient comme si c’était hier.Oui,il a encore cette image en mémoire.Une image obsédante ,inquiétante qui fait froid dans le dos,une image qui vous donne la chair de poule.C’était il y quatre ou cinq ans.C’était une année où il avait fait chaud, très chaud.David Vincent s’en souvient comme si c'était hier. Une journée mémorable. Il en a encore des frissons dans tout le corps.La peur.Une peur bleue.Une de ces peurs qui arrive une seule fois dans toute une vie et qui vous marque à jamais.Une peur qui agit comme une cicatrice gravée dans la peau et qui ne vous quitte jamais.
C’était dans ce même village français où David Vincent venait de passer ses vacances invité chez des amis.C’était un de ces villages où il fait bon respirer l’air de chez nous.Le charme doux et paisible de ces villages où l’on se sent bien entre nous ,entre français,partageant la même langue ,les mêmes goûts,les mêmes croyances.
David Vincent était la route du retour par une belle fin de journée ensoleillée,seul au volant de sa voiture.Après avoir avalé des kilomètres ,il avait décidé de prendre un raccourci pour gagner un peu de temps et rentrer au plus vite chez lui.La fatigue commençait a gagner notre héro.Le soleil envoyait encore ses dernières lueurs crépusculaires d’une couleur rouge sang.En effet,une fatigue sourde, lourde et tenace l’avait envahi à tel point qu’il se décida à s’arrêter un moment sur le bas-côté de la route.La tombée du jour s’était accélérée, il faisait à présent presque nuit et seul au milieu de nulle part et pas très rassuré.Apparemment c’était un raccourci que personne ne prenait.Pas une voiture ne passait.La route était déserte.
David Vincent n'était pas rassuré.Quelque chose de difficilement palpable flottait dans l’air pesant et lourd, comme l’angoisse d’un drame.Il était comme vidé physiquement, sans doute avait il trop fait la fête, trop mangé et trop bu peut être.Il était perclus de fatigue,allant jusqu’à tomber droit dans les bras de Morphée, lorsque soudain…
5
2
11
3
mytifle


J’avais ces quelques mots d'une chanson qui me trottaient dans la tête :
« Je ne sais plus, je ne sais pas, et je reste planté là
Les hommes ne font plus les lois, mais quelques hommes font la loi
… »
Des mots qui flottent et qui s’enroulent autour de moi…qui me disent : regarde ce qui se passe autour de toi.
Alors l’idée que toute chose à une raison faisant son chemin dans ma petite tête, je suis partie à la recherche de cette fameuse chanson, dont je ne me rappelais que ce passage.
Le pouvoir d’internet, franchement ! En 2 secondes, je l’ai retrouvée, avec une vidéo montage très jolie de plus !
Et là, l’émotion m’a saisie. Quelques larmes fugaces et discrètes… pudiques. Tout est dit, tout est là : c’est ce que je ressens, ce que je vis, ce que je nie.
Beaucoup de monde sait que ce chanteur était un humanisme, proche des autres, mais j’ajouterai qu’il était très intelligent et très (trop ?) conscient de ce qui l’entourait. Il est mort trop tôt, c’est sûr (bien qu’il n’y ait pas d’âge, car cela est toujours trop tôt pour ceux qui restent).
Ce qu’il a laissé derrière lui ce sont ces nombreuses chansons, comme s’il fallait mettre en musique ce qu’il était.
Certes, il faut prendre le recul nécessaire au contexte. Il était d’une époque où les gens pensaient encore possible de faire changer les choses, l’énergie et les possibilités semblant infinies. Aujourd’hui sa carrière et ses possibilités d’actions et de paroles auraient été bien moindres.
L’héritage qu’il laisse derrière lui nous exhorte à ouvrir les yeux, est une guerre à la haine, au rejet des autres, à la bêtise humaine, aux croyances et aux religions en total désaccord avec la tolérance, le respect des femmes, l’humilité, l’ouverture d’esprit et le libre arbitre.
Le texte est un poème poignant, bouleversant, et vrai. Un texte toujours d’actualité.
Il ne voulait pas être un héros, mais être reconnu, non pas par fierté d’être, mais comme un humain a besoin de la reconnaissance d’autres humains, par sensibilité, par excès d’humanité.
Ceux qui disent aimer ce chanteur, aimer ces chansons, ne peuvent pas, ne doivent pas trahir, fouler aux pieds, ce qu’il criait avec tant de conviction…sinon ce n’est pas vrai. C’est un mensonge si énorme qu’il ne trompe qu’eux.
Alors si d’habitude je le pense, aujourd’hui je l’écris :
Courage à tous ceux qui comme moi vivent et ressentent cela, car quelque part nous sommes les rebelles d’une société qui encense l’égoïsme, la vantardise, la destruction et le profit.
Ne restez pas plantés là, faites bouger quelques gravillons…

Bon, je pense que vous aurez tous reconnu le chanteur ?



Réponse au défi "Ecouter de la musique..." lancé par Anonymous_writer_mp
Salut tout le monde, cela fait très longtemps que je n'ai pas posté de nouveaux défis alors je vous en propose un aujourd'hui.
Beaucoup de personnes écoutent de la musique et la comprennent puis il y a d'autres personnes qui écoutent de la musique sans l'écouter donc sans comprendre le sens des paroles.
Nous avons tous notre interprétation des chansons que nous écoutons alors donnez-moi la vôtre.
Ce n'est pas compliqué, choisissez une musique qui vous parle, que vous ressentez jusqu'au bout de vos doigts et que vous comprenez puis expliquez-moi toutes les émotions, toutes les pensées qui vous traversent quand le son vibre dans vos tympans.
Donnez-moi le titre de votre musique avec le(s) nom(s) du(des) chanteur(s)/chanteuse(s) puis racontez-moi...
J'ai hâte de vous lire.
6
11
3
3
Défi
Aonaaa - The Blue Crow
Envoyé par son chef de Clan, Serys, chez le leader ennemi pour négocier une alliance, Astérion ne pensait pas tomber sur une personne aussi hypnotique que l'est Azael. L'homme est-il un simple mortel, ou bien plus ? Sa simple présence est le pire cauchemar de ses adversaires et des traîtres, et rares sont ceux qui osent en parler. Perçu par la nation comme une menace et l'ennemi à abattre, Astérion ne s'attendait pas à rencontrer quelqu'un de si.. Captivant. Presque instantanément, une attraction enserre les deux personnages qui se font face. Mais le jeune homme ne doit pas se laisser berner : L'homme est des plus machiavéliques, et n'attend qu'une baisse de sa garde pour le dévorer..
4
6
20
6

Vous aimez lire jomo ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0