5

2 minutes de lecture

Luc

Trois heures. Luc ferme son livre, soupire d'aise. Il se laisse doucement glisser du roman à la vraie vie. Son amour de compagne dort et son fils Phil aussi. Tout à l'heure il devra le conduire à la maternelle, c'est son tour. Comme d'habitude il s'est laissé entraîner jusqu'au bout de l'intrigue, a marché dans les pas des personnages, modelé le visage des héros, a vibré avec eux. Maintenant il faut dormir un peu avant que tout le monde ne s'éveille. Luc aime ce moment de tranquillité douce et généreuse entre fiction et réalité. Cinq heures de sommeil, ce sera juste. Tant pis. Il quitte le salon, le canapé noir et sa lumière suffisante pour lire sans entamer la quiétude de la nuit. Doucement il se glisse sous les couvertures. Hm c'est bon de sentir le corps chaud de Nat à ses cotés.

Il ferme son livre. Soupire. C'était avant. Que lui reste-t-il de cette époque ?

– Mes nuits sont blanches et tristes.

Ses lectures n'apaisent que temporairement la douleur de ses souvenirs.

– Vous me manquez mes amours.

L'aurore. Bientôt le jour gommera pour quelques heures les aspérités nocturnes. Heureusement il y a Lucie quelque part dans la ville, sûrement dans la bibliothèque. C'est une bien belle jeune femme maintenant. Sourire. Son ancrage : sa petite fille plongée dans un roman. Légère comme lui il y a si longtemps. Elle est tout ce qui lui reste. Nat et Phil disparus. Et chaque nuit les mêmes images, les mêmes souffrances en deux temps bien distants dans sa vie mais que le souvenir télescope. Deux coups de téléphones, deux coups au cœur.

Le premier les a mis ko tous les deux, Nat et lui. Le premier précipitera le second. Le 8 mars de cette année là. Vingt deux heures, il a sonné.

– Bonsoir. Monsieur Luc Château ?

– Oui ?

– Je suis le docteur Assié de l'hôpital La Grave. J'ai une bien triste nouvelle à vous annoncer...

Les mots marquent au fer rouge sa mémoire, tranchent les fils de sa vie encore et encore. Au delà des jours, au-delà du deuil, ce couperet s'abat toutes les nuits. Il fera toujours gris...

– Il faudra vous occuper de votre petite fille. Elle a bien besoin de vous maintenant.

Luc et Nat l'ont chaudement protégée, lui ont répétée cent fois l'histoire de cette nuit là pour extraire tout le venin de son coeur.

Le coeur, justement.

– Allo, monsieur Chateau ? Votre compagne... Il faudra être fort...

Et le couperet tranche dans le vif pour la seconde fois. Il vivra entre le souvenir et Lucie. Son dernier fil avec la bibliothèque. Quand elle est à ses cotés tout devient beaucoup plus facile. Lucie... Les livres à sauver. Pas pour eux mêmes mais pour leur contenu, quoique...pour la culture de l'ancien monde. Passer le témoin. Lucie ? Est ce qu'elle saura faire, aura-t-elle envie? Envie, oui. Mais.. elle ne peut pas rester dans ce monde qui s'effondre. Il faudrait qu'elle intègre la cité. Ça sera très dur pour moi... elle viendra me voir... je sens bien que la cité l'attire... Sa vie est là bas mais elle aime tellement les livres...Lucie j'espère que tu ne les oublieras pas...



Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Harmony de Flavigny
Poème de restitution.

(Photo par Ylanite Koppens)
6
3
0
1
Défi
David89

Guillaume : Oh Marc, comment vas-tu ? Je suis content de te voir ! On se voit moins sur les plateaux TV !
Marc : J'ai décidé d'être sérieux. Depuis plusieurs mois, je souhaite publier un recueil de poésie. Aussi, discipline drastique, plus d'exposition médiatique tant que la manuscrit n'avance pas !
Guillaume : Et bien moi aussi, j'ai décidé d'adapter un de mes derniers romans au cinéma. J'étais en discussion avec Scorsese et puis il y a eu quelques complications. Comme Beigbeder, j'ai décidé de le faire moi-même.
Marc : Quel courage ! Tu mets ta plume au service de l'industrie cinématographique ! Moi, j'ai en ai assez que les critiques me reprochent ma légèreté. Fini les romans populaires, direction la poésie ! J'espère les étonner avec ma profondeur !
Guillaume : Mais si tous les deux, nous changeons de créneau d'édition, qui va nous succéder ? On va laisser un trou béant Marc, non ?
Marc : Oh tu sais, écrivain populaire, nous sommes jugés pour nos textes légers et une morale copiée-coller pour tous nos livres mais ce n'est pas un positionnement d'écrivain si facile à tenir sur la durée. Qu'à cela ne tienne, éditeurs et publics vont s'en mordre les doigts.
Guillaume : Oui, vu comme ça, je suis d'accord avec toi. C'est un test que nous allons leur imposer pour savoir si la litterature marketing comme nous appelle François Busnel, peut survivre sans nous.
Marc : Tout à fait. En plus, moi, je ne peux que surprendre mon lectorat avec mon nouveau recueil. Je parie que mes lecteurs de roman vont faire le pari de me suivre. En plus, je change de maison. Nouvelle typo, nouveau graphisme, tout va changer, une ère nouvelle s'ouvre !!!
Guillaume : Ah, et chez qui pars-tu ?
Marc : Pour être sur de ne subir aucun refus, je m'auto-édite et délégue la fabrication du bouquin en des gens en qui j'ai confiance ! Je ne veux pas me rater.
Guillaume : Bon courage alors et bon réveillon !
Marc : A l'an prochain, Guillaume !
1
0
0
1
Maxime-Axel



Balbutiant, tout en cœur,
Sous le pont des étoiles,
L’ange roux marmonnait :
  Il enchantait ses voiles.

De son souffle moqueur,
  Que créait son nez-toile,
L’ange roux marmonnait :
  Si tu l’entends, crois-le…

Souvent, les soirs d’automne
  Portent dans leur espace  
 Le souffle qui frissonne,
  Chaleur, couleur de glace.

Et, quand l’éclair détonne,
  Accepte que t’efface
Le souffle qui frissonne :
C’est l’ange roux qui passe.
4
0
0
0

Vous aimez lire jomo ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0