Stasi et commerce

Une minute de lecture

L’assemblage de ces deux mots peut vous sembler suspecte. Que peut-il y avoir de commun entre le ministère de la sécurité d’état de la R.D.A., chargé de l’espionnage (surtout celui de la population) et du contre-espionnage et une activité typique des systèmes capitalistes ?

Plus que vous ne le croyez.

De nombreux Allemands de l’Est avaient de la famille à l’Ouest. Soit des personnes ayant réussi à fuir l’avance de l’armée rouge en 1945, soit ceux qui avaient réussi à fuir la zone d’occupation soviétique qui allait devenir la République Démocratique Allemande.

De nombreux Allemands de l’Est recevaient, comme la famille de mon épouse, régulièrement des colis envoyés par des parents de l’Ouest, colis contenant les choses inexistantes en RDA, par exemple des vêtements qui ressemblaient à autre chose que des uniformes.

Les colis étaient systématiquement ouverts par la Stasi, officiellement pour contrôler s’il ne s’y trouvait rien d’interdit, style livres prohibés, presse, etc…

En fait, il s’agissait d’un système méthodique de pillage. Les agents de la Stasi prenaient tout ce qui leur plaisait, mais le pire est que ce pillage servait en fait à approvisionner les stocks de magasins berlinois réservés à l’élite du parti communiste est-allemand.

J’aime le socialisme, idéologie généreuse et amie du genre humain, lorsqu’il passe de la théorie à la pratique…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Xavier Escagasse ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0