Chapitre 8 : Bla bla bla

7 minutes de lecture

Sarah et Lucas tentent de me rattraper mais j'ai déjà filé. Je vérifie mon téléphone. Ryan m'a envoyé son adresse. C'est à quelques rues.
J'accélère le pas, préférant être le plus loin possible de chez moi.
Dans la rue, les gens rient, écoutent de la musique bruyante et boivent. Quelqu'un me tend un verre que je refuse. J'accélère encore plus l'allure. Je serais presque en train de courir si ma cheville ne me rappelait pas à l'ordre.
Je n'ai pas l'habitude de sortir toute seule le soir. Il y a toujours Max ou Sarah avec moi.

Je tourne à l'angle d'une rue, c'est à quelques mètres. Je lève les yeux et aperçois une lumière bleue s'échapper d'une des fenêtres de l'immeuble. J'y suis.

Après avoir sonné, j'attends.
Je remets ma capuche en place, tire sur mon sweat pour cacher mon ventre. Je fixe l'écran noir de mon mobile. Et s'il n'avait pas entendu avec toute cette musique ?

- Salut.

Je me tourne. Matthieu se tient devant moi, un sourire aux lèvres. Il porte une chemise blanche entrouverte, laissant aparaître la peau hâlée de son torse. Son jean noir est retroussé au bout. Dans ses mains, il tient fermement une veste en cuir rouge.

- Bonsoir, tu arrives tard, répondis-je.

- Je n'ai pas vu l'heure. J'étais avec ma famille.

Sa famille. Il a une famille. Bien sûr que tout le monde en a une. Un père, une mère, peut-être même des frères et soeurs. Sauf toi, souffle une petite voix dans ma tête.
Voyant que je ne réponds rien, il me fait signe. Je me décale, il ouvre la porte et m'invite à entrer en premier.

Nous y sommes. Matthieu semble à l'aise. Il serre des mains, fait des accolades. Pourtant, il ne paraît connaître personne ici.
Je le regarde faire, le dos appuyé sur un mur. Je passe la main dans mes cheveux. Matthieu revient avec deux verres. Il m'en tend un. Je le remercie, bois une gorgée, les yeux fixés droit devant moi.

- Tu les connais tous ces gens ?

- Absolument pas, rit-il. Mais il paraît que la première impression est toujours celle que l'on retient.

Je tourne mon regard vers lui. J'ai envie de passer une main dans ses cheveux blonds pour les remettre en place. J'ai l'impression qu'il a du mal à les dompter. J'aimerais savoir si moi j'en serais capable.
Mes doigts se lèvent dans sa direction, attirés par lui. Bon sang, qu'est-ce qui me prend !

- Bonsoir vous deux ! J'étais en train de me dire que vous ne viendriez finalement pas.

Ma main suspendue se cache rapidement dans mon dos. Ryan nous fait face, une cigarette coincée derrière son oreille. J'espère qu'il n'a rien vu, mais voyant un sourire en coin se dessiner sur son visage, je n'y mettrais pas ma main à couper. Il serre celle de Matthieu, et me colle un baiser sur la joue. Les siennes sont fraîchement rasées, peut-être pour l'occasion. Il est vêtu d'un simple débardeur blanc, d'une chemise à motif bleue et ses cheveux bruns sont accessoirisés de lunettes jaunes.

- Sarah n'est pas venue ? me lance-t-il, l'air déçu.

- Elle n'a pas pu, réponds-je plus brutalement que je le souhaitais.

Il hausse les épaules, cogne son verre contre les nôtres avant de boire le contenu cul sec.

- Profitez bien les jeunes !

Ryan me fait un clin d'oeil avant de repartir s'occuper de ses invités.
Mon téléphone vibre au même moment. Je l'allume. Un nouveau message. Je l'ouvre.

"J'arrive."

C'est signé Sarah. Elle ne va pas me lâcher ! Je le fourre au fond de ma poche avant de boire mon verre d'une traite. Matthieu doit sentir mon changement d'humeur soudain. Il pose une main sur mon bras.

- Tout va bien ?

- Tu ne veux pas plutôt qu'on aille danser ? supplié-je en ignorant sa question.

Il me regarde ainsi en fronçant les yeux. Puis, sa mine inquiète laisse rapidement place à son sourire éternel. Il finit son verre et m'attrape la main, m'entraînant sur la piste de danse, sans poser plus de question.
Ma cheville me tire un peu mais je me sens bien. Les verres défilent dans mes mains comme les musiques. Matthieu se déhanche comme un dieu. Il rit et me fait virevolter dans tous les sens. La tête me tourne, je ne sais pas qui est le coupable. L'alcool ou lui ? Peut-être un mélange des deux.

Une main me tire vers l'arrière, m'arrachant des bras de Matthieu. Je grommelle en le regardant tristement.
Sarah est plantée devant moi, les bras croisés. Derrière elle, Lucas. Je finis mon verre avant de faire signe à Matthieu d'aller m'en chercher un autre. Il ne conteste pas. Il s'éclipse sans bruit, nous laissant tous les trois.

- Tu rentres maintenant, me menace Sarah.

- Mais la soirée est trop cool !

Ma voix monte un peu trop dans les aigus. Je pose ma main sur ma bouche, cette dernière formant un "O". Puis, j'éclate d'un rire franc.

- T'es surtout bourrée je crois, lance-t-elle.

- Roh, Sarah... ¡ Pensé que sabías cómo divertirte ! (Je croyais que tu savais t'amuser !)

Je tire sur son bras, oubliant un instant sa colère. Je sens le regard insistant de mon frère. Je sais que la situation est délicate pour lui. D'habitude, Ander aurait réglé le problème en quelques secondes. Mais ce soir, Ander a disparu. Il ne reste que lui et moi.
Sarah s'écarte de moi. Je l'ai encore plus énervée.

- Pourquoi t'es tellement énervée Sarah ? JE devrais l'être, pas toi.

- Mais bon sang, arrête !

- Je suis la victime. Lucas a le droit de s'énerver, lui ! Mais il a peur et tu l'empêches d'avoir la réaction qu'il souhaite.

- Si tu conti...

- Bla bla bla. Si tu n'es pas venue ici pour t'amuser mais pour me faire la morale et me ramener, tu peux dégager.Tu connais la sortie. No te necesito. (Je n'ai pas besoin de toi.)

Je me rends à peine compte de ce que je viens de lui dire. Mais ses yeux trahissent suffisament sa peine. Une larme s'échappe de son oeil.
Sarah lève la main. Elle est arrêtée avant qu'elle n'atterrisse sur ma joue. Ryan la regarde de travers. Toute trace d'amusement a disparu de son visage.

- Je crois qu'elle a besoin d'une pause, murmure-t-il sèchement.

- Je crois qu'elle a surtout besoin de rentrer, gronde mon amie.

Ryan laisse tomber la main de Sarah qu'il tenait toujours fermement. Je vois Matthieu revenir avec deux verres. J'en attrape rapidement un pour le boire en entier. Le second subit le même sort. Matthieu n'a pas le temps de m'en empêcher ni de dire quoi que ce soit. Malgré mes gestes maladroits, je suis encore rapide.
Ryan se positionne devant moi, empêchant Sarah de croiser mon regard.

- Les gars, la fête est finie. Tout le monde peut partir.

Les gens sifflent Ryan avant de déguerpir rapidement. Ce dernier demande à Matthieu d'aller couper la musique. Le silence plane.

- Vous aussi vous pouvez partir, dit-il en regardant mon amie et mon frère.

- Je ne crois p...

- Stop !

Tout le monde regarde Lucas. Des larmes ruissellent sur son visage encore trop jeune. Sa respiration est rapide. Il ouvre la bouche mais aucun son n'en sort. Je devrais le prendre dans les bras, je crois. Mais la main de Matthieu sur mon épaule m'en empêche. L'alcool aussi.

- Pourquoi on se dispute alors que le seul et unique fautif, c'est Ander !

On l'écoute tous, sans ciller.

- Elle a le droit de boire pour oublier, Sarah. Elle a le droit parce qu'elle n'est pas seule. Ces deux-là sont assez grands pour veiller sur elle.

Les deux garçons se détendent.

- Et toi, s'exclame-t-il en me fixant, tu as le droit de demander de l'aide. D'accepter que tu n'as plus le contrôle. De comprendre que Sarah est là pour toi quand Maxence et Ander sont partis.

Sarah a dû lui expliquer ce qu'il s'était passé. Est-ce qu'ils ont écouté les messages ? Je chasse vite cette pensée de mon esprit. Je ne veux pas qu'ils les aient écouté. Ils auraient une image encore plus détestable d'Ander.
Je me défais de l'emprise de Matthieu et pousse légèrement Ryan pour passer devant lui. Je prends la main de Sarah.

- Je n'ai pas besoin d'aide, Sarah. Tampoco necesito tu piedad. (Je n'ai pas besoin de ta pitié non plus.)

Elle retire brutalement sa main, l'air encore plus blessé qu'auparavant. Elle réajuste le sac noir sur son épaule.

- Entonces no tenemos nada más que decirnos. (Alors nous n'avons plus rien à nous dire.)

Elle tourne les talons. Elle fait signe à Lucas de venir. Mais il ne bouge pas. Il me fixe, essayant de comprendre ce qu'il se passe réellement. J'ai blessé Sarah, je pourrais m'en remettre. Mais lui...
Je m'approche rapidement pour attraper son bras mais il est plus rapide et surtout plus sobre que moi. Il se recule d'un bon mètre de moi.

- Je... je ne sais pas quoi dire, Andrea.

Malgré la lenteur de mon cerveau, lorsqu'il prononce mon prénom, je comprends l'énorme erreur. Mon regard se tourne vers Ryan. Je viens de comprendre que Lucas vient d'employer mon vrai prénom.
Il m'observe du coin de l'oeil. Lui aussi a compris, mais il ne dit rien.
Que va-t-il penser de moi maintenant ? Que je suis qu'une sale menteuse.

Je repose mes yeux sur la porte. Celle que Sarah vient de franchir, suivie de près par Lucas.
Je sais que ce soir, je ne pourrai pas rentrer chez moi. Sarah y sera sûrement pour consoler Lucas. Pour veiller sur lui.
Et comme si Ryan avait lu dans mes pensées, il dit:

- Vous restez ici, ce soir.

KL.Phoenix

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Luxina14

Inspiré d'un vrai rêve que j'ai eu.

Tout aller bien dans le meilleur des sous-marins !

Assise dans la salle de repos, en train, ben, de me reposer, j'étais contente et serraine, malgré le fait qu'on se trouvait à mille lieues sous la mer, car la mission se passait bien. Quelle était cette mission ? Bonne question, je ne me souviens plus trop des détails, mais une chose était certaine, c'est que tout ce passer bien. Du moins, jusqu'à ce qu'une violente secousse ne perturbe ma sérénité et que l'alarme se mette à résonner dans tout le sous-marin.
Sans attendre, je cours à travers les couloirs en métal, éclairé par la lumière, devenu rouge alarmante et qui se remplissait d'eau de mer. Vers où me dirigère ? Je ne sais pas, je ne sais pas grand-chose en fait, mais mon instinct me guidait. Dans une telle situation, n'importe qui aurait paniqué, de peur de mourrir, sauf qu'il n'en était rien pour moi, car j'avais rejoint mes plus fidèles alliées, Tintin et le Capitaine Haddock. Je les voyais courir derrière moi, dans ma direction, tandis qu'on fuyait la créature qui s'en prenait au sous-marin, elle était bien trop grosse pour rentrer, mais on pouvait voir ses tentacules de pieuvre, qui avaient réussi à se faufiler, en train d'essayer de nous attraper. La situation était alarmante, sauf que je savais, pour une fois, que nous allions trouver une solution, car j'avais confiance en mes alliées, mais c'est à ce moment précis que, sans mit attendre, je me réveillai instinctivement. Je n'étais pas du tout paniqué à mon réveil, mais très confuse par ce que je venais de vivre, ainsi que par la sensation d'avoir couru tout en restant confortablement installé dans mon lit douillé.

Je ne sais pas ce qui était le plus étrange entre le fait que la situation de ce rêve me paraissait des plus normales ou bien le fait que, peu de temps après, j'ai visité, pour la première fois, la Cité de la mer, avec ma famille. Quel est le rapport avec le rêve ? Il y avait là-bas un sous-marin, des illustrations de la bande dessinée Tintin et une attraction où on se fait attaquer par une sorte de pieuvre géante. Est-ce que mon rêve était une sorte de prémonition ou une simple coincidense ? Pour la dernière fois, je n'en sais rien, cependant je n'oublierai jamais ce rêve et la confusion qu'il m'a procuré au réveil.
0
1
0
2
YVES MALUNGILA
Ce chant est issu du livre : La quête du Grand-changeur, si vous désirez connaitre le contexte dans lequel s’inscrit cette chanson, je vous invite à le lire, jeter juste un coup d’œil sur ma bibliothèque.
5
0
12
1
Défi
hersen
défi de lala

Flingue et erreur
9
17
0
0

Vous aimez lire KL.Phoenix ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0