N'est pas Frankenstein qui veut

de Image de profil de lelivredejeremielelivredejeremie

Apprécié par 16 lecteurs
Image de couverture de N'est pas Frankenstein qui veut

Si sa mort avait été dramatique, comme le terme d’une longue maladie, ou spectaculaire, genre l’explosion d'une navette spatiale dont il aurait été le pilote…

Déjà, je n’aurais pas mauvaise conscience d’avoir souri, comme quand, incrédule, j’ai appris sa chute mortelle dans un ravin…

Ne me jugez pas, c’était un réflexe ! Mais bon, qui joue encore à Pokemon Go en 2020 ? Et à 30 ans ? O.o

Passée la surprise, j’ai pleuré non-stop pendant deux jours, avant que – glandes lacrymales enfin taries – j’aie pu rassembler assez de dignité pour assister à la veillée funèbre qui précédait l’incinération. Et surtout, que j’aie cristallisé une réflexion un minimum cohérente autour d’une idée folle !

Après un petit détour au labo de biologie moléculaire où j’aide quotidiennement des couples auxquels la nature, magnanime envers l’avenir de l’humanité, ne permettait normalement pas de concevoir, et où je jouais au Dr Frankenstein, littéralement, vu les photos que les heureux parents nous envoient de leur affreux ‘petit miracle’ boudiné… Je m’égare, excusez-moi. Donc, après être passé au département analyse ADN récupérer un test salivaire qui a rejoint le tournevis dans ma poche, et j’ai retrouvé sa famille et nos amis au salon funéraire.

Le cercueil était heureusement toujours ouvert, je n’ai pas dû déclencher l’alarme-incendie pour avoir l’occasion de l’ouvrir. J’ai profité du moment où nos potes sont sortis faire tourner un bedo et une bouteille de sa tequila préférée ‘en son honneur’, et où ses parents accueillaient des visiteurs, pour procéder au prélèvement. Sauf qu’alors que, penché sur lui, je refermais le tube sur le coton-tige…

- Mais que fais-tu, Jérémie ?

- Je… Euh… Un dernier baiser, avant une longue vie de solitude, il me manquera… Oui, tellement, ai-je bafouillé.

- Je le revois encore à seize ans, m’avouer qu’il est pédé…

- Hmm-hmm…

- Soit ! a claqué sa mère. ‘’Qu’il est gay, c’est assez politiquement correct, ça ? Bref, ensuite ça m’avait rassuré qu’il sorte avec toi, un scientifique raisonnable, mon fils n’allait pas mourir du sida.’’

- Techniquement, on ne meurt pas du sida, juste de ses complications, et encore, plus maintenant, vous savez.

- Ne me snobe pas de tes grands mots et de tes connaissances, le résultat est là, mon merveilleux fils est mort, et tu n’as pas pu l’empêcher.

Enfiler une capote était dans mes cordes, mais je n’aurais jamais pas pu lui confisquer son smartphone ! Je pouvais supporter ses bouderies à répétition, mais la grève du sayxe qu’il m’imposait alors, à me narguer, proche mais tellement inaccessible…

***

J’ai détourné quelques ovocytes de l’une des clientes du labo, que j’ai utilisés pour cloner l’ADN de mon défunt pacsé.

Le livreur UPS, assez mignon, m’a donné des idées vraiment trop impures pendant ma période raisonnable de deuil, mais sa carrure d’athlète m’a d’abord persuadé que (1) ma pitié était déplacée, il n’avait pas trop souffert du transport des 80kg de ma commande et que (2) genre 90% de la population est straight, et me prendre un pain d’un haltérophile supposé n’était pas dans mon programme.

Une fois la structure assemblée, un cadre métallique qui contenait la poche de polyuréthane remplie de liquide amniotique artificiel, j’y ai inséré l’ovule dont le développement avait déjà commencé.

Avec les additifs et les nutriments, il a continué de manière exponentielle, après un mois il était un bébé d’un an, et après six, Kevin – je me promis directement de changer de prénom – en paraissait dix-huit. J’ai décidé de clôturer l’expérience.

J’ai crevé la poche, j’ai rattrapé son corps au vol et j’ai entrepris d’alterner la procédure de réanimation des noyés avec une variation de la procédure de Heimlich… Il a craché le liquide qui engorgeait ses poumons, a ouvert les yeux, puis la bouche…

- Make America Great Again ! Trump 2020 !

- Eh meeerde, il est idiot.

- What ? a-t-il dit

- Nothing, ai-je soupiré, me rappelant quelques sex-friends dont le QI avoisinait également la température de la pièce, sans que l’expérience soit trop désagréable au final, puis qu’en détournant légèrement l’expérience de Konrad Lorenz avec son canard, il me prendrait éternellement pour son daddy, ça m’assurait au moins de sa fidélité absolue, cette fois…

Tous droits réservés
1 chapitre de 3 minutes
Commencer la lecture

Commentaires & Discussions

N'est pas Frankenstein qui veutChapitre21 messages | 1 mois

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0