Christelle

2 minutes de lecture

Elle avait vingt ans. Elle était élève en école d'infirmières. Sa mère était l'ancienne patronne de la mienne. Nous la connaissions depuis toujours. Enfant, elle m'a souvent donné des cours de mathématiques. Elle a toujours été gentille, rieuse et souriante. Elle était intelligente et pétillante.

J'ai toujours en mémoire la dernière fois où je lui ai parlé. Je rentrais chez moi à pied tandis qu’elle passait en voiture. Elle s’est tout de suite arrêtée pour me prendre. Nous avons discuté et pris des nouvelles l’une de l’autre. Elle étudiait pour devenir infirmière et ce n’était pas toujours facile. Elle restait pourtant sympathique et de bonne humeur. Nous avons discuté et ri tout le long du trajet. La dernière fois que je l’ai vu, c’était chez elle au nouvel an. Lorsqu’elle est arrivée, je me suis précipitée pour lui dire bonjour, tellement j’étais contente de la voir. Mon enthousiasme l’a surpris, mais rien n’avait changé.

Cette même année, un jour de mai, sans que personne ne s’y attende, elle est partie. Sans rien dire, sans explications, ses bijoux sur elle, elle s’en est allé dans la nuit. Le choc est immense, l'incompréhension totale. Les funérailles sont terribles. Dans une église pleine à craquer, les éloges sont déchirants. Tour à tour, les témoignages se succèdent. Ses amis dressent le portrait d’une jeune fille brillante, drôle, douce et pleine de vie. Tous témoignent de paroles rassurantes qu’ils aient pu recevoir d’elle. Et le « vingt ans putain » lâché par l'un de ses camarades. La mise en terre est insoutenable. « Adieu Christelle » bredouille son père en jetant un dernier coup d’œil à la dépouille. Même le salut à la famille est douloureux.

Tout ça est ancré dans ma mémoire. Cette cérémonie, les mots réconfortants de ma mère à son amie, ces souvenirs que nous avions en commun, sa façon de dire « kilos de pommes de terre » à chaque fois que j'oubliais d'ajouter une unité de mesure au résultat de mes calculs mathématiques. Je ne pourrais jamais oublier tout ça. On pourrait croire que vingt ans est le plus bel âge. Pourtant beaucoup ne supportent plus la vie et choisissent de ne plus la subir, quitte à sacrifier leur avenir.

Elle s’appelait Christelle. Elle s’est donné la mort à vingt ans.

Annotations

Vous aimez lire stonequaffle19 ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0