III - Improvisations (2/5)

4 minutes de lecture

***

À l’autre bout du métroplexe, c’était sur une Ashland Patriot noire que la pluie s’abattait. À l’intérieur, Lenny avait désactivé le système de régulation du trafic pour pouvoir gagner du temps, le moment venu. En attendant, il ne savait pas vraiment où aller – ce qui l’ennuyait beaucoup – et réfléchissait sérieusement au problème.

À côté de lui, Zoé était affalée dans le siège passager. Connectée au réseau de la police – une faveur accordée par l’officier en second de Carroll – la punk avait affiché une projection holographique de la course-poursuite qui se jouait entre les forces de l’ordre et les mafieux. Les drones de la police yarennite avaient pris les deux véhicules en chasse à l’instant même où ils avaient quitté la villa d’Enzo Riley et Lenny pouvait désormais voir plusieurs patrouilles converger vers les fuyards. Il savait que ce n’était plus qu’une question de minutes avant que les mailles du filet ne se resserrent sur ces derniers. Pourtant, cela ne l’intéressait pas.

La Patriot s’engagea sur l’échangeur menant à la voie rapide qui traversait Dawn Valley avant de ressortir tout de suite en direction de la banlieue sud de San Archea.

— Eh ! Qu’est-ce que tu fais ? s’exclama Zoé en se redressant. Pourquoi tu prends pas l’expressway ?! Les flics vont les choper sans nous, là !

— Riley est intelligent, répondit simplement Lenny. Sa fuite n’était pas improvisée, il l’avait parfaitement préparée.

— Ouais, et ?

— Ce que je veux dire, expliqua Lenny sans entrain, c’est qu’il y a peu de chance pour qu’il soit dans l’une de ces voitures… Diamond Hill est une zone blanche. Il savait que des drones suivraient les véhicules qui sortiraient de la villa.

— OK Sherlock, il s’est pas cassé sous le feu des projecteurs, lui accorda Zoé. Mais il peut pas non plus être resté là-bas. Alors il avait prévu quoi, selon toi ? Un putain de tunnel ?

— C’est une possibilité. T’as accès aux images filmées par les caméras de surveillance du quartier pendant et après la fusillade ?

— Laisse-moi regar… Woaw, ça déchire ! s’exclama la punk avec enthousiasme. J’ai carrément des images satellites ! Tu crois qu’on peut voir un type à poil dans sa piscine avec ça ?

— De ce temps-là ? fit cyniquement observer l’ancien ghostrunner.

— On sait jamais, répliqua la punk d’un air espiègle.

— Laisse-moi plutôt voir ce qui nous intéresse… fit Lenny en donnant le contrôle de la Patriot à son IR.

Il afficha les enregistrements dénichés par Zoé dans son ERA et les analysa rapidement. Ceux-ci montraient les hommes de Riley forcer le passage après avoir "nettoyé" l’entrée. Les deux véhicules quittaient ensuite les lieux à toute allure et plus aucun mouvement n’était visible jusqu’à ce que les spectres ne sortent eux-mêmes de la villa. Lenny repassa la scène plusieurs fois sous différents angles avant de s’arrêter sur un détail.

— Là, fit-il calmement en montrant les images à Zoé. Regarde.

Sur un plan large filmé par un drone de surveillance, une porte de garage s’ouvrait puis se refermait toute seule dans le jardin de la villa voisine. Rien ne semblait y être entré ou sorti et pourtant, en y regardant de plus près, on distinguait bel et bien les contours fantomatiques d’un van quittant l’endroit.

— Sans déconner, s’exclama la punk qui n’en revenait pas. Ils ont vraiment une bagnole avec un putain de camouflage optique ?!

— Il semble bien… confirma Lenny dans un soupir. Et je te parie notre prime que Riley est à l’intérieur…

— Chier ! jura Zoé en donnant un coup dans la boite à gant.

Lenny comprenait la frustration de sa coéquipière. Lui-même devait admettre qu’ils n’étaient pas beaucoup plus avancés… Comment faire pour repérer un van quasiment invisible dans une fourmilière telle que le métroplexe de San Archea ?

Encore que, avec ce temps de chien, ils vont vite se retrouver bloqués dans les bouchons s’ils font pas gaffe… songea cyniquement Lenny en contemplant la pluie qui s’abattait désormais avec force sur les vitres de la Patriot.

Soudain, son regard s’illumina.

— J’ai peut-être une idée pour les localiser, déclara-t-il avec un sourire au coin des lèvres. Enfin si on a de la chance…

De la chance et un cyber-hacker, pensa l’ancien ghostrunner. À qui demander ? Je peux quand même pas…

— Ramrod ! s’exclama-t-il.

— C’est un con, rétorqua machinalement Zoé.

— Je suis plutôt d’accord mais on va avoir besoin de lui, annonça Lenny.

— Sérieux ?! Et pourquoi lui ?

— Parce qu’il nous faut un cyber-hacker… À moins que tu en connaisses un autre ?

La punk sembla réfléchir un instant avant de s’avouer vaincue.

— Non… déclara-t-elle d’un air renfrogné.

— Moi aussi, ça me saoule de devoir lui demander un service, concéda Lenny, mais si on veut retrouver Riley avant qu’il disparaisse définitivement dans la nature, on n’a pas vraiment le choix…

— OK, OK, j’ai compris, appelle-le…

Lenny demanda à son IR de contacter Ramrod. Ce dernier répondit immédiatement et son visage apparut dans une fenêtre de Réalité Augmentée. Barbe de dix jours, cheveux gominés plaqués en arrière et rasés sur les côtés, Ramrod ressemblait à ce qu’il était : un type arrogant. Mais ce qui dérangeait le plus dans son look était sans conteste son regard, un effet dû à ses cyberoptiques où le blanc des yeux avait cédé sa place à un noir sinistre.

— Lazy Lenny… fit-il avec dédain. Qu’est-ce que tu me veux ?

— On a besoin de toi, soupira Lenny.

— Moi pas, répliqua l’homme aux yeux noirs. Ce qui veut dire que tu as intérêt à te montrer convaincant…

— Écoute Ramrod, continua Lenny d’un ton neutre. Je n’ai pas le temps de jouer à ce jeu-là avec toi alors on va faire bref : je te dis ce qu’on attend de toi et tu me dis ce que tu demandes en retour.

— Vas-y, répondit Ramrod avec un sourire carnassier sur le visage. Je t’écoute.

— Il faut que tu pirates le système central de régulation du trafic. On cherche un objet non connecté perturbant la circulation. Quelque chose qui soit détecté par les senseurs millimétriques, mais pas par les caméras. Bref, un vide de la taille d’un van, que l’eau semble vouloir éviter et qui se balade au milieu des bouchons…

Annotations

Recommandations

Flouxe Pamplemouxe


Il était une fois un chat. Oh mais quel est t-il ? Il s'appelle le chat Nanoune et c'est pas n'importe qui, c'est le chat de moi ou est-ce moi du chat ? Des fouas, on s'demande qui est à qui et qui est propriétaire de qui.
Le chat Nanoune, il est tout noir et tout blanc. Non, je ne veux pas dire qu'il est un jour comme ci et un jour comme ça. Il est le poil noir et blanc et je ne me suis aucunement trompée dans mon orthographe, tout est bien ajusté mentalement parlant. Et pis d'abord, je fais c'que j'veux ! Namého !
Ensuite ? Que faitait-il le chat Nanoune tout noir tout blanc ? Je peux dire en tout cas qu'il le fait bien. Signalons au passage à niveau que le chat Nanoune est une jolie fille, bien proportionnée, toute en finesse, en élégance, sagesse et toussa toussa. Et toussa toussa n'est point un marabout africain.

Il était deux fois un chat. Oh mais quel est-il ? Il s'appelle le chat Nanoune, qui actuellement dort précieusement et qui n'en a rien à faire de mes évocations personnelles à son sujet. Voyons toutefois ce qu'il en est. Notons qu'au QG, à la base quoi, que petit Nanoune était un garçon. Oui, car la douce personne à qui j'ai adopté petit Nanoune me dit un jour :
- C'est un garçon !
J'en fus fort aise, félicitations ! Et ainsi s'en alla notre vie.
Puis, en un autre terme, elle m'annonça un peu tard :
- C'est une fille !
Moi, interloquée, je lui tins à peu près ce langage :
- Té foute gueule à moi ?! Té bois la tisane écossaise ou bien ? C'est un chat travesti ?!
J'en ris encore.
Conclusion : Les chats n'ont pas les habits du moine.
Il était trois fois un chat qui s'intitulait Nanoune et je ne sais plus où je voulais en venir, encore fallait il que je sache à Distel où que j'aille.
M'en fous, j'boycotte. Nan, je rigole !
Les histoires du chat Nanoune, c'est Dallas, c'est à rallonge et ça n'en finit plus, il faut dire qu'elle a tellement à dire.
J'ai eu un chat qui tripotait la wifi, je narrerai ça un jour.
Alors, il était quatre fois le chat Nanoune qui vivait sa vie de chat tranquille et peinarde en sa merveilleuse demeure. Elle scrutait la mouche Edmée de Sadonge en Sardaigne, lorsque soudain, un bruit se fit, se fat, se faisatait. Le chat Nanoune fit le radar des oreilles. Il arrivait les monsieurs des poubelles qui font griiiiiiiiiiz toum toum le bruit des camions des poubelles. Donc, radar des oreilles qui font chlic et chloc, les gros noeils de la Ferté-sous-Jouarre, prête à fouir le tarmac de son salon.
Et tout ça pour dire quoi ? Je ne sais plus, je ne me souviens pas, je vais aller pleurer un coup et revenir en drag-couine.
Je vais pas avoir l'air con.
Bonjour, c'était le soliloque du jour !
8
10
6
2
Lucivar
Dans sa chaumière perdue au bout du monde, une jeune fille reçoit la visite d'un voyageur mystérieux tous les mois. Il lui parle du monde et lui conte ses voyages et elle finit par s'éprendre de lui. Pour le retrouver, elle traversera un continent.
45
75
139
25

Vous aimez lire Daegann ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0