4. L'église

2 minutes de lecture

Même manège pour le religieux, mais cette fois trop tard pour Patrice qui a déjà prononcé le oui fatidique. Il ne peut pas se la jouer Mister Big laissant Carrie seule devant le parvis. Patrice, accompagné de sa mère, s’avance dans la longue allée de l’église, devinant l’émotion de son entourage. Il se poste face au prêtre, qui, le dos droit, lui adresse un sourire confiant. Les témoins défilent au son de la douce mélopée de l'Ave Maria.

Puis, tous les regards convergent vers la lourde porte en bois du bâtiment, où la mariée, ravissante de bonheur, remonte l’allée au bras de son père. L’heureux homme a les joues rouges d’émotion. Patrice admire sa femme qui s’avance vers lui. Il veut croire à une vie de félicité, mais a, pour le moment, surtout l’impression de vivre la journée d’un autre. Le prêtre débute sa lecture par les premiers psaumes.

Une heure et demie d’ennui commence alors. Les enfants s’agitent sur les bancs qu’ils trouvent durs tandis que les adultes étouffent des bâillements. Le marié lui-même semble absent, le regard vide et un sourire figé sur les lèvres. Seule Hortense a l’air de se plaire dans ce lieu. D’ailleurs, c’est uniquement pour elle que Patrice a accepté le cérémonial de l’église. Une fois encore les vœux sont échangés et quelques larmes coulent dans l’assistance.

À la sortie de l’édifice, les félicitations pleuvent en même temps que les confettis en forme de cœur. Hortense se colle étroitement au bras de son mari qui serre des mains et joue la comédie du bonheur. De loin, appuyé contre sa voiture, Laurent, assailli par le doute, l’observe. Il aimerait faire part de ses craintes à Boris, mais n’ose pas, par peur du ridicule. D’ailleurs, son ami est occupé à flirter avec une jolie brune en robe légère. Alors que les mariés arrivent à sa hauteur, Laurent félicite Patrice et, profitant de ce qu’Hortense embrasse un enfant qui lui tend la joue, demande d’une voix où pointe l’inquiétude :

- Tu es heureux, n’est-ce pas ?

Surpris, Patrice scrute les traits de son témoin qui l’a si bien cerné.

- Oui, bien sûr.

Mais il ne peut mentir plus qu'il ne l'a déjà fait, à son ami et préfère détourner le regard.

(à suivre)

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

jean-paul vialard


L’Inconnue de l’Hôtel.
Ici, maintenant, il faut se livrer à une description. Non point tant pour éclairer le lecteur que pour proposer à l’énigme qui m’habite quelques points de repère dont elle fera sa rapide topologie. C’est ceci qui devenait indispensable : des abscisses et des ordonnées, un graphique, le surgissement d’une géométrie. Cette Raison que je m’ingéniais à fuir, voici qu’elle s’imposait à mon esprit comme la seule ressource m’évitant de m’égarer en de bien troublantes divagations. Vous, l’Inconnue de l’Hôtel, il me fallait vous cerner de plus près et comment donc y parvenir si ce n’était en prenant, partout où cela était disponible, quelques indices concourant à délimiter l’assise de votre être ? Mais, procédant à un essai de description, les choses semblent déjà se dissoudre, m’échapper comme un objet précieux, un cristal, manifestant sa fragilité et les mains tremblent déjà d’en perdre le contact, cette pureté que nul ne saurait imiter, que nul artisan ne saurait façonner en un autre endroit qu’en son imaginaire. Parfois la réalité est si labile, indéfinissable, qu’elle est toujours en fuite, empreinte d’un oiseau blanc dans le silence du ciel. Mais il ne faut renoncer. Mais il faut persister en votre être autant qu’en le mien puisque, à présent, nos destins sont liés par une rencontre sans doute fortuite, distante, mais l’espace parle si peu en ce domaine, mais le temps se dissipe si vite quand la brûlure de connaître est si vive qu’aucune eau n’éteindra.
0
2
0
1
Défi
phillechat
Philosophie et poésie.
6
5
0
1
Défi
Ethel Crowley

Si j'étais un animal, je serais probablement une tortue, ou un panda.Surtout car panda et tortues sont des animaux que j'affectionne tout particulièrement. Les tortues peuvent notamment être la source d'histoires quelques peu... loufoques qu'il me plaît d'imaginer. Ainsi, une de mes "amies" tortues s'appelle Gertrude, cependant, vous ne pourrez pas la rencontrer car elle est très bavarde. De plus, les courses de tortues peuvent s'avérer être un passe-temps particulièrement intéressant lorsque l'on s'ennuie à l'autre bout du monde. Quant aux pandas, ils ont tendance à remplir une partie de ma garde-robe depuis quelques années et ma peluche préférée n'est autre qu'un Panda. D'ailleurs, celui-ci mange tellement de bambous qu'il en devient ivre.
Si j'étais un végétal, je serais, du fenouil car, une certaine personne m'a donné ce surnom en rapport avec mon prénom il y a un moment déjà, je ne sais point pourquoi ce surnom m'a plu mais, je l'aime beaucoup, je suis donc un fenouil (et accessoirement une soupe de fenouil quand cela arrange)
Si j'étais un pays, je serais le Japon ou le pays des peluches. Le Japon car il s’agit du pays dans lequel je rêve d'aller depuis que je suis toute petite. Tout ce que je peux entendre dessus me donne envie d'y aller, la nourriture locale me fait saliver et lorsqu'il m'arrive d'aller dans des lieux dédiés à la culture japonaise, je suis émerveillée. L'autre pays que je serais se trouve correspondrait à un lieu tout droit sortit de mon imagination, ce pays est, comme son nom l'indique, peuplé par des peluches. Ces êtres n'ont rien de "spécial" mais ils sont un moyen d'imaginer un monde totalement loufoque et pleins d'élements les plus étranges les uns que les autres.
Si j'étais un sport je serais la boxe car je suis beaucoup trop renfermée sur moi-même et que la boxe me permettrait d'extérioriser et d'avoir un peu plus confiance en moi. Je serais également la boxe car ce sport permet de frapper sur quelque chose, ce qui est parfois un moyen de se défouler lorsque quelque chose va mal.
Si j'étais une musique, je serais Irony|アイロニ interprétée par PrincessMagic ou la chanson Gloria d'Indochine (chantée avec la réalisatrice Asia Argento). Je serais la première musique car cette musique me représenterait les jours de déprimes. Il arrive que l'on veuille tout lâcher dans ce genre de situation, c'est tout à fait normal et pour moi, cette chanson représente parfaitement cela. Je serais la seconde musique car, une fois que je regarde son interprétation en live, je ne peux pas m'empêcher de sourire et d'être de bonne humeur.
Si j'étais une touche de clavier d'ordinateur je serais la touche "entrer" car appuyer sur cette touche finalise une décision, envoie un message qui peut-être décisif et important. Cette touche éxécute une véritable action.
Si j'étais un objet, je serais sûrement un livre car les livres sont des élements qui permettent d'apprendre et qui regorgent de trésors tout aussi fascinants les uns que les autres. Chaque livre est différent, original à sa manière, permettant ainsi un voyage sans fin à travers divers univers. Que ceux-ci soient des univers réels ou imaginaires. Un seul livre est unique et c'est ce qui fait la richesse de cet objet. Si j'étais un meuble, je serais un lit, car le lit permet bien des occupations (dont principalement dormir) et constitue un objet très utile en cas de crise de larmes ou de déprime car il fait office de refuge et de cachette loin du monde exterieur.
Si j'étais un personnage historique je serais Olympe de Gouge car il s'agit d'une des premières femmes à se mobiliser dans ses écrits pour ses droits. On la considère comme une des première féministe en France et elle a inspiré beaucoup d'autres après elle, notamment à la fin du XVIIIème siècle où ses écrits apparaissent comme très importants et font d'elle une figure de cette période.
Si j'étais un personnage de fiction je serais Elisabeth Bennet dans le roman de Jane Austen Orgueil et Préjugés car malgré l'époque dans laquelle se situe le roman, Elisabeth Bennet n'est pas une femme qui se contente d'un mariage arrangé contre son gré. Il s'agit d'une femme forte et indépendante refusant le mariage avec n'importe qui sous prétexte que cette personne est riche et qui ne se mariera qu'avec la personne qu'elle aura choisi (et non pas quelqu'un que sa famille aura choisi pour elle).
Si j'étais un signe de ponctuation, je serais le point car il marque à la fois la fin et le début. Il signifie la fin d'une phrase mais également le début d'une autre. Le point marque aussi la fin d'un chapitre et le début d'un autre comme il symbolise la fin d'un livre et donc d'une histoire.
Si j'étais un plat, je serais un plat comme les sushis ou la soupe Miso car ce sont des plats que je trouve très bon et qui sont, pour moi, toujours un régal lorsqu'il s'agit d'en déguster (et ce n'importe quand)
Si j'étais une couleur, je serais le rouge parce que, vous ne le savez peut-être pas encore mais (vous êtes déjà mort... Oups c'est pas ça) je suis le chaperon rouge (et la première personne qui dit "petit" mourra dans des circonstances mystérieuses...)
2
3
13
4

Vous aimez lire Ode Colin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0