Chapitre 1

10 minutes de lecture

-Leym ? Leym... On se réveille.

Je poussais un soupir de bien-être, ouvrant lentement les yeux, alors qu'une main caressait avec délicatesse mes cheveux. Je souris doucement à ce contact doux et affectueux, levant lentement la tête afin de croisé le regard noisette de l'homme qui partageait ma vie depuis bientôt 2 ans. Cet homme s'appelait Vins,  de 3 ans mon aîné, c'était un homme de grande taille me dépassant d'une bonne tête et demi. Ses cheveux d'un noir profond, courts et toujours coiffés en arrière. Ses yeux sont sûrement, la chose qui m'a fait tomber raide dingue de lui. Son regard est perçant et il peut d'ailleurs faire peur lorsqu'il est contrarié. Son corps est musclé et athlétique, grand sportif, il a toujours pris soin de son corps, même si beaucoup de monde le mets en garde contre sa consommation d'alcool. Il est très fêtard et il a parfois tendance à beaucoup trop boire, mais il s'en moque bien. Il est le genre de personne à vivre sa vie comme bon lui semble, un peu Bad boy sur les bords je pense. Caractériellement,  il est calme mais très sanguin, il suffit de toucher le bon détail et il tourne au quart de tour. Mais généralement, c'est quelqu'un de très attentionné et à l'écoute de ses amis et de ses proches.

Je souris alors doucement, collant mon corps nu contre le sien, fermant simplement les yeux pour profiter encore quelques minutes  de sa présence. Je m'étirais jusqu'à entendre un petit craquement non loin de mes omoplates. Sortant péniblement du lit, je ramassais au passage mes habits traînant lamentablement sur le sol. En même temps, vu la nuit que j'ai passé, nous étions un peu trop éméchés et chauds pour ranger proprement nos habits. Je mis alors les habits dans le bac à linge sale avant de me diriger vers la salle de bain. Je pouvais sentir le regard perçant de Vins, parcourant lentement chaque parcelle de mon corps. Je pouvais même le voir sourire dans mon dos. Je poussais un petit soupir discret tout en souriant. J'avais encore un peu de mal à m'habituer à sentir son regard ainsi posé sur moi. Je me tournais alors, pour finalement le voir posé sur son téléphone, mais quel accro je vous jure. Je fouillais mon armoire, soulevant pulls, tops, jupes et autres afin de trouver ce que j'allais mettre aujourd'hui.  J'optais finalement pour un simple pantalon en simili cuir, un débardeur noir et ma paire de new rock plates. Une fois mes vêtements choisis, je me dirigeais alors vers la salle de bain, je pris soin de posé mes affaires sur le couvercle des toilettes, Avant de me regarder quelques instants dans le miroir en attendant que l'eau chauffe.  Quelques minutes plus tard, je pénétrais lentement dans la douche. J'aimais profité de ce moment, l'eau coulant sur mon corps me donnait la sensation d'être nettoyée de toutes les crasses qui me faisaient défauts dans ma vie.

Au bout de vingt minutes, je sortis finalement, une serviette enroulée autour de ma taille, je regardais la qualité de mes cheveux. Heureusement, ils n'étaient pas énormément abîmés et pourtant j'en ai fait des couleurs et des décolorations. D'ailleurs, il fallait que je refasse mon rouge plus ou moins rapidement, car à l'heure actuelle, ce n'était plus du rouge mais du rouge décoloré en orange cuivré, enfin c'était très moche. Enfin, je me ferai sûrement ça ce soir. Je  sortis de la salle de bain, récupérant au passage mes affaires. Je n'ai jamais su pourquoi je préparais mes affaires à la salle de bain pour finalement m'habiller dans ma chambre. Enfin, sûrement une habitude, ridicule certes. En entrant dans la chambre, je sentis un regard insistant sur moi, c'était Vins, vêtu simplement de son jeans noir. Il me sourit doucement, me regardant de la tête au pied, alors que je n'étais vêtue que d'une simple serviette de douche.

-Tu sais que tu me donnes des vilaines envie, ainsi vêtue ?

Sa voix et sa manière de dire les choses me fit frissonner, je riais doucement à sa remarque avant de lui faire volte-face, lui lançant mon soutient gorge dessus. Ce qui eut pour effet de le faire ricaner. Après l'avoir lancé, je suis allée le rechercher rapidement, heureusement pour moi, Vins n'était pas vraiment d'humeur joueuse donc j'ai pu facilement me préparer.

-Tu es vraiment un idiot Vins je te jure.

Il était incroyable et je l'aimais pour ça. Mais malgré le fait que nous soyons ensemble depuis 2 ans, je ressens toujours un énorme vide et une incompréhension au fond de moi. Vins est un homme formidable, qui me soutient énormément dans tout ce que je fais et je sais qu'il m'aime. Mais je ne sais pas pourquoi, il n'arrive pas à combler ce vide qui se trouve au fond de moi. Je mis alors mes sous-vêtements avant de sentir un torse chaud dans mon dos et deux bras m'enlacer lentement. Je me collais contre lui basculant alors doucement ma tête en arrière en souriant.

-Leym, y'a Cleeks et Alex qui m'ont contacté tout à l'heure. Ils ont trouvé une maison apparemment abandonnée au fin fond de la forêt. Et vu les rumeurs qui courent dessus, tu les connais, ils veulent aller voir. Ça te tente une petite soirée paranormale dans une maison abandonnée et hantée ?

Je soupirais discrètement, les maisons sois disant hantées ce n'était clairement pas mon délire. Je ne croyais pas aux esprits, démons, chimères et autres phénomènes paranormaux. Pour moi, ce n'était que des histoires inventées pour faire des blagues ou faire peur aux plus faibles d'esprit. Je sentis alors l'emprise de Vins se resserrer et ses lèvres se nicher dans le creux de mon cou.

-Je sais que tu ne crois pas en tout ça Leym, mais ce sera amusant et puis on sera que les quatre ça peut-être marrant non ? 

Je tournais doucement la tête pour l'embrasser, il avait toujours eu les mots pour m'embarquer dans des histoires farfelues, idiotes et futiles, mais comme toujours j'acceptais.

-D'accord, dis leurs que je viens. De toute façon, à part des araignées, des rats et autres insectes on ne risque pas grand choses.

Il ria ouvertement, m'embrassant sur le front avant de reprendre son téléphone et de téléphoner à notre petit couple d'amis. Je le laissais finir tout en m'habillant et en me maquillant. Aujourd'hui, je n'allais vraiment pas faire compliqué, un simple traits eye-liner,  dessus et dessous, mon rouge à lèvres noir et quelques points placé sous le traits eye-liner. Me voilà prête. Vins me regarda alors avant de sourire.

-Tu es vraiment magnifique mon ange, tu le sais ?

Je ne dis rien et ne le regardais même pas, mais je savais pertinemment que le sourire de Vins venait tout juste de s'effacer à ma non réponse. J'avais une sainte horreur des compliments, même venant de lui. Ce n'était pas contre lui, loin de là ! J'aimerai tellement me retourner avec un sourire radieux sur le visage et le remercier, mais je n'en étais pas capable. Je ne comprenais pas les gens qui me trouvaient belle, séduisante ou sexy. Je me haïssais, je haïssais mon corps comme si c'était la chose la plus répugnante au monde, au point à ce que je cherchais à le détruire. Les cicatrices marquant encore maintenant mon corps en est la preuve de cette destruction violente. Chaque matin, lorsque je me regarde dans le miroir, tout ce que je vois me dégoûte. Pourtant, je n'étais pas grosse, je n'étais pas anorexique, je n'étais pas couverte de boutons, je possède plusieurs tatouages qui m'aident à accepter mon corps mais c'est tout... Mais je ne m'aimais pas, simplement, et pour le moment rien n'y personne ne pourra changer cette haine que j'ai envers mon apparence physique. Vins me tira alors de mes pensées en me disant qu'on avait rendez-vous avec nos amis pour discuter du plan d'attaque pour ce soir. Je lui souris venant alors me blottir dans ses bras, déposant un doux baiser sur ses lèvres.

-Je t'aime Vins.

Il sourit, resserrant son emprise sur moi, embrassant avec délicatesse chaque parcelle de mon visage. Je pris soin de fermer mon studio à clef avant de rejoindre Vins dans sa voiture. J'habitais à dix minutes du centre-ville, ce qui était plus ou moins pratique pour les rendez-vous ou les courses. Nous discutâmes de tout et de rien durant le petit trajet, piquant parfois un ou deux fou rires. Une fois au centre-ville, Vins ne mit pas bien long à trouver une place de parc, non loin d'un petit pub qui était devenu notre QG: Le Silver Head. C' était un bar Underground, où nous pouvions trouver toute sorte d'individus. Des Punks, des Métalleux, des Gothiques et plein d'autres. Dans ce bar, il y avait tous les styles les plus excentriques et je peux vous assurer que la bonne ambiance ne manquait jamais. Nous nous installions sur la terrasse commandant alors au passage une bière pour Vins et une limonade pour moi. Nous n'avions pas attendu très longtemps avant de voir nos amis arrivés. Cleeks était l'archétype du métalleux, cheveux longs  noirs, bouc tressé, pantalon militaire à chaines et new rock. Alex, elle, ressemblait beaucoup plus à la punk. Surtout avec son pantalon bi colore. La jambe gauche était noir et la jambe droite de style écossais, des grand docs martin montant jusqu'au-dessous des genoux et un simple top noir avec le symbole de l'anarchie dans son dos et sans oublié bien sur, sa magnifique crète à hauteur de main rouge sang. Ils nous saluèrent avant de se poser vers nous et de commander leur boissons.

Les sujets de conversations variaient, les hommes parlaient sexe, drogues, nanas et autres, alors que nous, nous discutions des prochaines soirées que nous allions faire et dans quel état on allait finir. Le dancefloor, le seul endroit où je me sentais bien. Je laissais mon corps onduler au rythme des basses agressives de la musique, laissant alors tout ma rage, ma haine s'évacuer. Tout disparaissait durant ces quelques heures de pur bonheur où la musique sifflait dans mes oreilles. Je fus rapidement sortie de mes pensées lorsqu'Alex vint sur le sujet de la maison.

-Cleeks et moi avons déjà tout préparé pour ce soir. Nous avons déjà fait le repérage, nous savons par où entrer. Il y a apparemment trois étages en comptant le sous-sol. On se retrouve devant chez Cleeks à minuit, prenez avec vous des lampes de poches, de quoi boire et manger au cas où.  Ça va être tellement génial.

Je souris sans rien dire, je n'avais pas vraiment envie de gâcher l'ambiance avec ma non croyance aux phénomènes paranormaux. Nous continuâmes de discuter pendant plus d'une heure avant de finir nos consommations. Vins et moi étions rentrés à la maison. J'avais pris soin de mettre dans un sac, une jaquette pou Vins et une pour moi. De quoi grignoter pour toute la clique et enfin de quoi fumer. Je ne fumais pas très souvent, mais pour ce genre de soirée, je me disais que ça en valait toujours la chandelle d'avoir de quoi se péter la tête.  Je réfléchissais à d'autres choses plus ou moins importantes à prendre, mais il me semblait avoir mis l'essentiel. Je regardais l'heure on avait encore plusieurs heures avant d'aller s'amuser. On en profita alors pour regarder un petit film, pour nous mettre dans l'ambiance. Vins avait opté pour Paranormal Activity. Je regardais l'horloge toutes les demie heures, sans réellement savoir pourquoi. Plus l'heure avançait, plus je me sentais nerveuse et stressée. J'avais un mauvais pressentiment, cette sortie, je ne la sentais clairement pas. Au fond de moi, je savais que cette soirée n'allait pas se passer comme prévu, mais je préférais ne rien montrer  à Vins et chasser ces idées sordides de mon crâne.

L'heure arrivait gentiment et le film était fini, Vins se leva doucement, rangeant au passage la vaisselle que nous avions utilisé dans l'évier. Il se tourna vers moi un large sourire aux lèvres. Je pouvais voir dans ses yeux, la lueur d'impatience qui naissait. Il était pire qu'un enfant allant ouvrir ses cadeaux le soir de Noël.

-Tu es prête ? On ne va pas tarder à y aller.

Je souris doucement avant de mettre sur mes épaules ma jaquette et mes docs. Je l'attendis devant la porte et nous quittâmes l'appartement après un dernier baiser. Je montais à l'avant de la voiture sur le côté passager, nous avions mis un morceau de musique qui comme d'habitude nous faisait chanter comme des imbécile dans la voiture. C'était pour ce genre de moment que j'aimais Vins, on avait une certaine complicité et nous avions comme tout bon couple, du moins je suppose, des petits moments de débilité comme maintenant. A la fin de la chanson, nous reprenions notre souffle avant de se regarder et de partir en fou rire. Nous avions roulé durant quinze bonnes minutes, afin d'aller récupérer notre couple d'amis. Ils montèrent en nous saluant à l'arrière de la voiture et nous reprîmes notre route. Durant le trajet, nous eûmes plusieurs fous rires et anecdotes comiques, mais très vite, mon sentiment de malaise refit surface alors que la forêt se présentait gentiment devant nous. Je pris une grande inspiration, essayant de calmer mon angoisse.  Nous nous arrêtâmes à la lisère comme prévu, tout le monde sauf moi était excités. Sacs sur le dos, lampes en main, nous nous enfonçâmes dans la forêt. Si seulement j'avais su, si seulement j'y avais cru, jamais je n'aurai mis un seul pied dans cette forêt. Mais nous avions fait le choix de franchir le point de non-retour.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

phillechat
Le chat chaque jour
suit la stricte discipline
du bel haïku
2266
565
21
17
Lola P
Noémie est une adolescente, mal dans sa peau. A l'étroit dans ses baskets.
Coincée entre une mère dont elle vient de découvrir la maladie et un père avocat médiatique.
Pour exister, elle va mentir. Un mensonge banal, innocent qui ne sera pas sans conséquences...
108
120
198
31
Mouquet Louis


Décembre, nous y sommes,à la fin de ce long mois, ce sera la fin de l’année
Mais cette fois-ci, ce sera un peu différent , car dès que l’heure aura sonnée
Nous changerons bien d’année mais pas seulement, également de décennie
Comme chaque fois, elle débutera après la belle et douce petite symphonie
Des douze coups de minuit qui cette nuit, fièrement retentiront dans la nuit

Une décennie qui se sera révélée riche en bien des choses, bonnes ou non
Pour certains, elle se terminera avec de la bonne musique, du bon son
On aura bien bu et bien mangé depuis que la soirée aura commencée
On sera peut être même bourrés quand la nouvelle année sera lancée
Mais on sera nombreux en train de rattraper nos heures de sommeil

L’année 2019 touche petit à petit à sa fin, lentement mais sûrement
Elle aura été source de joie, mais aussi de biens des emmerdements
On espère tous que 2020 marquera bien le début d’une très belle série
Une grande, belle et prolifique décennie qu’on espère pleine de féerie
Que chacun d’entre nous passera, souhaitons-le,en bonne compagnie
3
1
0
1

Vous aimez lire Shyiël ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0