Chapitre 11 : La femme qui venait du futur.

4 minutes de lecture

Catherine relisait le synopsis, encore et encore, en se léchant les lèvres, avec gourmandise. J’adore et le bébé aimera aussi . Toute son adolescence avait été bercée par l’imaginaire de Tendre Angélique et cette mésaventure polissonne de la duchesse ne pouvait que lui plaire .

Et il la met enceinte : il est prêt à accepter mon enfant...

Heureuse, elle avait mis son kimono avec les dragons,, elle le savait fasciné par l’univers de Dune, il comprendrait .
Elle avait passé des heures à soigner sa coiffure de geisha.! Surtout la grossesse et un soutien gorge très flatteur lui avaient donné le décolleté idéal.
Avec les cuisses, je pouvais perdre, là j’ai déjà gagné . De fait , la bouche entrouverte, il ne cessait de fixer sa poitrine !

«  J’ai deux nouvelles pour toi, une mauvaise et une bonne .
- Donne moi la mauvaise !
- Ton rêve coûte trop cher et utiliser l’univers de Nerval pose des problèmes de droits d’auteur..
- Dommage, Sylvie est une si belle histoire . Et la bonne ?
- Je t’aime Philippe ! j’ose enfin te l’avouer, je t’aime ! »

Il réussit à se dégager de l’abîme de ses seins et lui fit le plus doux des sourires !Inutile de baver, elle me les donnera spontanément .

«  Moi aussi, je t’aime Cathy, J’ai lutté, depuis le départ, mais je te désire...intensément ! »

Leurs lèvres se rencontrèrent et Philippe fut surpris de ne pas entendre les violons , durant leur bref baiser. Catherine se recula, déçue , il embrasse fort mal .
«  Ne t’inquiète pas , la suite sera meilleure ! « Rassurée, Catherine éteignit les lumières et déconnecta tous les dispositifs de surveillance .Philippe ferma les yeux et attendit .

Surpris , il choisit de rouvrir les yeux .Elle ne m’a pas caressé ou embrassé, c’est étrange.

Ce qu’il vit était encore plus étrange, plus surprenant .
Catherine était là , mais elle portait une robe quelconque . Et surtout, le luxueux décor avait disparu, au profit de gravats et de murs lézardés, il n’était plus assis sur un superbe fauteuil , mais sur une vieille chaise en plastique !

« Bienvenue dans le monde réel, mon amour !
-Tout a disparu ?
- Sauf l’essentiel, toi et moi .
- Nous sommes dans la matrice ?
- Non dans le monde que tu appelles réel .Mais, pour la première fois tu le vois tel qu’il est . C’est l’effet magique du baiser ! »

C’est donc cela la réalité ? En un sens, il n’était pas vraiment surpris, ce monde lui avait toujours semblé, factice, irréel, profondément mensonger. Catherine perdait en séduction, mais gagnait en inquiétante étrangeté .

Monsieur K avait les larmes aux yeux :
« Vas-tu m’aimer ?
- Le problème c’est plutôt toi, vas-tu m’aimer quand tu sauras qui je suis ?
- Je vais comprendre toutes ces choses étranges qui t’entourent.
- Je vais tout te raconter « 

Elle lui parla longuement , doucement comme à un petit enfant qui découvre les secrets des grands.
Monsieur K l’écoutait , fasciné , apeuré, étonné, choqué et il savait qu’au fond de lui, il ne serait, plus jamais, le même .

Il avait , en partie, deviné la vérité : la télécommande permettait de voyager dans le temps, dans les deux sens ; Catherine , mais pouvait-on l’appeler ainsi ?, venait du futur d’un lointain futur, et elle avait choisi d’habiter l’âme et le corps de la psy !

Un vampire sentimental, non pire un Alien .
C’était le futur qui commandait le passé, et c’est elle qui lui proposait cette vie , même si cette vie avait été réelle .

«  Je suis donc mort ?
- Pour moi oui, pour toi non , je te fais revivre, par amour .
- On est dans Ubik ?
- Un peu, il y a même les vampires, mais la Philo fiction n’est pas la SF !
- C’est ton amour qui me fait vivre ?
- C’est plus compliqué, ton essence est éternelle , je ne t’apporte que l’existence et le salut ?
- Le salut ?
- La sortie de la boucle temporelle qui te maintient en vie depuis des siècles . « 

Il la voyait comme une Bodhisattva . Mais elle le détrompa , elle ne sauvait pas l'humanité , mais trois personnes et le salut avait un prix !

" Que veux-tu ?
- Ton amour !
- Tu l'avais avant , comment pourrais- je te le retirer, si tu nous sauves?
- En t'enfermant dans la boucle temporelle . "

Somme toute, elle ne demandait pas grand chose, et elle le suppliait de la sauver elle .Son choix aurait une énorme influence .
C'était peu de chose, le battement d'ailes d'un papillon, mais d'une incalculable importance.

" Je ne comprends pas, pour toi je suis mort depuis des siècles et c'est le futur qui crée le passé ?
- C'est plus complexe, la boucle te rend éternel, un temps hors du temps, un temps qui ne passe pas .De plus, pour toi, les choix de tes descendants ont une importance : c'est à eux de maintenir ton souvenir.
- Sans moi, tu n'es rien ?
- Je dirais plutôt que grâce à toi, je suis tout...
- Mais pourquoi irais-je m'enfermer dans cette boucle temporelle ? "

Elle se tut et le fixa . L'amour et le désir avaient disparu de son regard .
Philippe méditait.
Elle me rappelle Sophie, ma vampire sentimentale!; Mais elle est bien plus puissante, bien plus dangereuse, bien plus étrange et étrangère !

Catherine le regarda droit dans les yeux :
" Tu oublies le prix à payer .
- Que veux-tu ?
- Ton amour !
- Tu l'as ?
- Non je veux tout ton amour !
- Mon Dieu, mais que désires-tu ?
- Je veux que tu m'aimes, à la folie, mais sans jamais faire un geste vers moi, une parole qui montrerait ton amour.
- Tu es folle !
- Je viens d'un monde où le désir a disparu, je veux le désir pur !
- Et si je refuse ?
- Sinon c'est la boucle .
- Je ne sais pas ?
- Let it be... "

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
408
84
1
5
Défi
Adrien de saint-Alban


journaliste de caniveau et "sportif de haut niveau
"Sportif de haut niveau " ,voilà une belle formule inventée de toute pièce par les médias du sport pour encenser la vacuité dont se nourrit la société du spectacle. Le monde moderne a érigé le sport en général et certains sports en paticulier en étendard de la réussite sociale .
Dans l'Histoire, le sport a été toujours été un vecteur idélogique transversal de tous les régimes autoritaires ou totalitaires pour finir comme auxiliaire de la pensée libérale chère à la société de l'argent .
Jadis à Athènes les jeux olympiques symbolisaient le lien entre le sport et la guerre. AuJourd'hui, c'est le lien pernicieux entre le sport et le nerf de la guerre, l'argent, qui est mis en avant avec son corollaire la réussite matérielle.
On parle bien de réussite matérielle qui est toute relative. Certes, un imbécile peut très bien réussir sa vie matérielle, les exemples ne manquent pas. Mais peut-on pour autant parler d'incarnation d'un idéal quelconque?
Quand on parle d'idéal on fait référence à une conception plus intellectuelle ou artistique du but à atteindre ,non pas à un moyen. Or le sport ne peut être considéré que comme un moyen et non un but à atteindre et donc, par conséquent, ne peut servir d'idéal. Un idéal doit s'affranchir de toute pollution idéologique ou mercantile ce qui n'est pas le cas du sport qui a été utilisé et qui est encore utilisé par des intérêts occultes pour manipuler les masses ou les jeunes cerveaux en cours de maturité .
Les mafias de l'argent ont accaparé le sport et l'ont dévoyé de sa vocation d'origne pour assurer leur perennité en utilisant comme "esclaves idolâtrés" comme les M'Bappé ou autres Messi en leur conférant un statut d'idole auxquel les jeunes générations s'identifient.
On est loin du "Chateaubriant ou rien" de Victor Hugo.
Autres temps , autres mœurs.
Adrien de saint-Alban
2
4
0
1
Défi
phillechat
Liberté ou esclavage ?
4
5
1
2

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0