Chapitre 5 : L 'homme qui hésite

4 minutes de lecture

Catherine relut plusieurs fois le synopsis, les lèvres pincées :

" Bon , si j'ai bien compris , pour vous , je suis une mère phallique , prête à vous manger tout cru ?

- On n'est pas responsable de ses

- sentiments. La vulgate Freudienne devient exaspérante.

- Je suis désolé.

- Et essayez , au moins, de me garder brune , ces filles blondes, c'est vulgaire ! "

Catherine se tut .Elle se savait injuste , Monsieur K connaissait Freud, bien mieux que la plupart de ses patients : c'est pour cela aussi qu'il savait répliquer de manière redoutable et qu'il était …..si attirant !

Tu es déçue , Catherine ,c'est tout , tu attendais son désir qu'il te chante Kathy's Song :

I hear the drizzle of the rain
Like a memory it falls
Soft and warm continuing
Tapping on my roof and walls.

And from the shelter of my mind
Through the window of my eyes
I gaze beyond the rain-drenched streets
To England where my heart lies.

" Vous ne chantez pas ?

- Vos nausées sont passées ? "

Catherine se laissa un peu aller et sourit, si on continuait ce jeu , elle ne lui résisterait pas longtemps. Tu n'es qu'une intello prête à tomber dans les bras du premier type un peu subtil et cultivé que tu croises! Bon ,il faut te remettre au boulot..

" Finalement , vous n'avez pas tout effacé ?

- Pas encore, je sais, c'est à moi de demander l'effacement de mes souvenirs : j 'hésite.

- Réponse stupide. Elle n'aimait pas du tout sa réaction , il avait trop de pulsions sado-masochistes en lui .

- J'hésite ,je doute, je ne sais pas où aller...

- Moi , je n'hésite pas !

- C'est préférable quand on va accueillir un enfant...

- La nouvelle de Dick vous a éclairé ?

- Oui , cela doit faire bizarre d'assister à sa propre mort !

- Je n'aime pas tout ce qui est morbide ..."

Catherine jugea qu'il était temps de passer aux choses sérieuses :

" Que pensez-vous de ce changement prévu dans la matrice ?

- Nihil novi sub sole !

- Philosophiquement, je vous l'accorde, mais là tout sera visible immédiatement, et vous devrez tout assumer : dans ce monde l'effacement des souvenirs et dans la matrice tous vos choix. "

Philippe haussa les épaules.

Je me doutais bien que tu n'apprécierais guère ,mais pour ta thérapie, je ne te laisserai pas le choix .

Catherine riait de sa plaisanterie, car la nouveauté , c'était au sein de la matrice, de laisser le choix à "l'usager" .Chaque action , chaque situation serait choisie, dans le détail et jusque dans ses ultimes conséquences , et aurait une influence directe et durable sur le monde réel.

La loi était juste : aucun des deux mondes ne devait avoir un avantage.

Elle prit un ton enjoué :

" Tout , on vous laisse tout choisir ; C'est la totale liberté , c'est merveilleux.

- Oui , mais j'hésite .

- Hésiter , devant la liberté ! Tous ces mecs velléitaires me rendent enragée , il faut me calmer .

- On ne nous dit pas tout ?

- La liberté , la liberté : elle est donnée , intégralement , sans restriction , sans condition , tout le monde a accès à toutes les clefs .On peut tout programmer; Bien sûr , tout choisir signifie aussi tout assumer !

- C'est bien le problème: il faut assumer.

.Je vois déjà notre prochaine discussion : je ne suis pas heureux ! " Tu as choisi !

"J'ai perdu tous mes amis " Tu as choisi !

" Je répète mes échecs" Tu as choisi !

" Je ne suis pas aimé " Tu as choisi !

- Et alors il faudra bien devenir un jour adulte."

Elle essaya de se calmer, en inspirant profondément.

" Mauvais pour le bébé de s'énerver .

- Cela suffit , c'est moi la psy ,ici ! Et puis , c'est comme dans Minority Report , il y a plusieurs futurs possibles Mr Philip K Dick.

- Je sais, j'ai fait un peu de philo.

- Pour les sarcasmes, vous assumez , pour le reste …rien !

- Comme tous les hommes, vieille chanson.

- Nous lirons le synopsis à votre retour.

- Au revoir Madame. "

Exaspérée , elle partit en claquant la porte.

Tiens ,elle a laissé ses clefs, c'est un porte clef "nounours ",un truc de filles.

Bon me voilà seul!

Il quitta la pièce en chantonnant :

Tom, get your plane right on time.
I know your part'll go fine.
Fly down to Mexico.
Da-n-da-da-n-da-n-da-da and here I am,
The only living boy in New York.

I get the news I need on the weather report.
I can gather all the news I need on the weather report.
Hey, I've got nothing to do today but smile.
Da-n-da-da-n-da-da-n-da-da here I am
The only living boy in New York

Half of the time we're gone but we don't know where,
And we don't know where.

Here I am..........

Half of the time we're gone but we don't know where,
And we don't know where.

Tom, get your plane right on time.
I know you've been eager to fly now.
Hey let your honesty shine, shine, shine now
Da-n-da-da-n-da-da-n-da-da
Like it shines on me
The only living boy in New York,
The only living boy in New York.

Here I am...................

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

phillechat
Laisser l’haïku
venir et tendrement lui
donner un baiser
408
84
1
5
Défi
Adrien de saint-Alban


journaliste de caniveau et "sportif de haut niveau
"Sportif de haut niveau " ,voilà une belle formule inventée de toute pièce par les médias du sport pour encenser la vacuité dont se nourrit la société du spectacle. Le monde moderne a érigé le sport en général et certains sports en paticulier en étendard de la réussite sociale .
Dans l'Histoire, le sport a été toujours été un vecteur idélogique transversal de tous les régimes autoritaires ou totalitaires pour finir comme auxiliaire de la pensée libérale chère à la société de l'argent .
Jadis à Athènes les jeux olympiques symbolisaient le lien entre le sport et la guerre. AuJourd'hui, c'est le lien pernicieux entre le sport et le nerf de la guerre, l'argent, qui est mis en avant avec son corollaire la réussite matérielle.
On parle bien de réussite matérielle qui est toute relative. Certes, un imbécile peut très bien réussir sa vie matérielle, les exemples ne manquent pas. Mais peut-on pour autant parler d'incarnation d'un idéal quelconque?
Quand on parle d'idéal on fait référence à une conception plus intellectuelle ou artistique du but à atteindre ,non pas à un moyen. Or le sport ne peut être considéré que comme un moyen et non un but à atteindre et donc, par conséquent, ne peut servir d'idéal. Un idéal doit s'affranchir de toute pollution idéologique ou mercantile ce qui n'est pas le cas du sport qui a été utilisé et qui est encore utilisé par des intérêts occultes pour manipuler les masses ou les jeunes cerveaux en cours de maturité .
Les mafias de l'argent ont accaparé le sport et l'ont dévoyé de sa vocation d'origne pour assurer leur perennité en utilisant comme "esclaves idolâtrés" comme les M'Bappé ou autres Messi en leur conférant un statut d'idole auxquel les jeunes générations s'identifient.
On est loin du "Chateaubriant ou rien" de Victor Hugo.
Autres temps , autres mœurs.
Adrien de saint-Alban
2
4
0
1
Défi
phillechat
Liberté ou esclavage ?
4
5
1
2

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0