Sur la route, dix heures quinze

2 minutes de lecture

Pendant qu’il observait fixement la route, Sam pensa au chemin parcouru depuis ces dernières années. Il avait changé depuis que son ami d’enfance l’avait quitté cinq ans auparavant dans des circonstances dramatiques dont il portait une part de responsabilité.

Les mois suivant cette tragédie, l’image de Phil n’avait cessé de le hanter. Ses facéties de jeunesse. La manière qu’il avait de gratter sa barbe tout en se demandant s’il fallait rire de telle ou telle blague. Son sourire espiègle quand ils se retrouvaient dans des histoires tordues. Sam n’arrivait pas à concevoir qu’il ne reverrait plus celui avec qui il avait grandi, et vécu les plus exaltantes périodes de sa vie. En plein désespoir, il s’était enfoncé dans l’usage de toutes sortes de drogues dans l’espoir d’oublier sa douleur. Il avait à ce moment-là, erré pendant une année, tel un junky, les cheveux emmêlés et la barbe hirsute.

Sa rédemption lui apparue sous l’apparence de Myriam alors qu’il se trouvait à une réunion pour apprenti bricoleur du dimanche suite à l’inscription forcée d’un collègue inquiet de son état.

Les organisateurs les avaient installés par groupe de deux pendant les séminaires et il s’était retrouvé avec cette belle brune rayonnante d’un mètre cinquante, avec ses boucles châtains qui tombaient sur ses épaules. Elle lui avait plu dès l’instant ou ses yeux marron en forme d’amandes s’étaient posés sur lui en un magnifique sourire. Sam s’était demandé à ce moment-là, comment une aussi jolie jeune femme pouvait prêter attention à un grand gars comme lui au teint affable et à la tignasse mal peignée. Peut-être son regard gris vert, en avait-il conclu. Malgré cela, il se souvint avoir attendu chaque leçon avec impatience afin d’être à ses côtés. Au fil des ateliers, ils s’étaient rapprochés de plus en plus en partageant les mêmes passions dans divers domaines.

Sam se rappelait les premiers moments en sa compagnie comme les plus beaux de sa vie. Elle avait réussi à lui redonner confiance en lui. Au bout de cinq mois de fréquentations, ils ne pouvaient plus se passer l’un de l’autre. Ils s’étaient donc unis pour le meilleur et pour le pire. Au bout de deux années ensemble, il était devenu un autre homme. Par la suite, la vie lui offrit un nouveau cadeau en la naissance de son premier enfant. Un petit garçon qu’ils nommèrent Joe.

Annotations

Recommandations

Mona-g

Je te chanterai des mazurkas perdues
Au creux de ton oreille
Et je te dirais qu'elles viennent des montagnes
La à l'herbe ne demande rien à personne
Pour pousser.
0
1
0
0
Défi
Natacha TIBI
Je m'en balance...
5
4
0
1

Vous aimez lire Pasot ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0