L’arrêt d’autobus

Une minute de lecture

À l’arrêt d’un autobus, un bruit de tôle froissée résonna dans ses oreilles. Sam se retourna vers sa provenance et aperçut, à quelques mètres à sa droite, un véhicule accidenté au milieu d’un attroupement de gens rassemblé autour. Quelques-uns parmi eux tiraient hors de la carcasse métallique une forme inerte et la jetèrent brutalement à terre. Celui-ci portait des vêtements détrempés, tachait de sang en diverses zones du corps. De l’endroit où il se trouvait, il entendit clairement quelqu’un parler tout haut.

« Encore un qui a rendez-vous avec ses démons. »

Il s’efforça de localiser l’origine de cette voix, mais la foule se dispersa aussi vite qu’elle s’était rassemblée.

La victime se releva lentement. C’était un homme, la quarantaine, plutôt mince, de taille moyenne. Ses cheveux bruns mouillés pendaient mollement sur son crâne. Son visage portait des plaies sur le front et le nez. Ses yeux étaient tuméfiés. Il resta un moment immobile. Son regard croisa un instant le sien. Sous les paupières enflées, Sam pouvait y lire de la stupeur et de l’effroi. Il y avait autre chose aussi. Ce dernier semblait scruter les alentours à travers lui.

De nouveau, Sam patientait à l’arrêt d’autobus. La scène d’un accident quelconque se diluait dans ses pensées. La pluie avait dû tomber entre-temps, car ses cheveux et ses vêtements étaient trempés, et il souffrait de diverses douleurs sur tout son corps.

Un nouveau décor se substitua au sien. Il se retrouva maintenant assis au fond du car. À ces côtés, un grand type discutait avec un jeune homme. Sam eut la vague sensation de les connaître tous les deux. Le véhicule interurbain les emmenait quelque part. Ils se trouvaient les seuls à bord, et ignoraient que la place du conducteur était vide.


Annotations

Recommandations

Défi
roland maille

Il me faut, pour vous, de mémoire
Conter cette petite histoire.
C'est difficile à concevoir,
Vous aurez du mal à me croire.

Au fond d'un poussiéreux tiroir,
J'ai retrouvé dans un mouchoir
Un bien minuscule miroir
Etrange et de couleur ivoire.

De cet objet si dérisoire
Emanait un curieux pouvoir;
D'une âme remplie d'idées noires
Renaissait alors un espoir.

Mais un jour je l'ai laissé choir
Avec un geste aléatoire:
Brisé le precieux accessoire
Et libérées ces idées noires!

5
3
0
0
Défi
Marion Brugeassou

D'un orage, mon coeur se réduit à néant,
Triste, il regorge de sang ;
Un hiver glacé de rage,
Il me fallut bien du courage.

Le fruit peu à peu se meure
Les pétales de ma candeur,
Devant ma lucide froideur
Je finis par avoir peur.

A comprendre un beau matin,
L'existence, ce n'est rien ;
Dans l'univers de son âme,
On m'avait menti, infâmes.

A croire, pauvre de moi,
Ces pêcheurs, ces hommes de loi
Voulant prendre ma flamme
Comme ces idiotes courtisanes.

Je pense que cela est fini,
Je n'irai point au paradis,
Qu'importe puisque c'est le prix
D'avoir le sentiment d'être libre.

De ma plume rouge carmin
Déchirant ce vieux parchemin,
Plus jamais servile,
Que Dieu m'épargne l'asile.

Dans le ciel de mon enfance,
Bien loin l'arrogance ;
Le visage de l'espérance
Et le sourire de l'aisance.

L'homme ne tolère le doute,
C'est la première qu'il redoute,
De l'ignorance ou du trépas,
Je donnerai ma vie à qui voudra.
1
0
0
1
fanche

 
Si je savais où t'ont emmené
les dieux pour te faire danser!
Ceux qui nous persuadent qu'ils sont bons,
t'ont conduis loin de toute façon.

je suis désormais seul ici,
à remonter le temps dans mes nuits.
Je voudrai, à moi te ramener,
que tu sois de nouveau à mes cotés.

Pour valser dans un élan,
comme jamais avant.

C'est dans cet hiver si froid,
par mes excès, je noie,
la confusion dans mon esprit.
Je suis enivré au paradis.
0
0
0
0

Vous aimez lire Pasot ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0